AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330039719
Éditeur : Actes Sud (07/01/2015)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.88/5 (sur 492 notes)
Résumé :
Une jeune femme revient à Port-au-Prince où elle veut désormais inventer sa vie, et pourrait même se laisser aller à aimer. Mais la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence.
D’une plume tendre et fervente, Laurent Gaudé trace au milieu des décombres une cartographie de la fraternité qui seule peut sauver les hommes de la peur et les morts de l’oubli.

En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (131) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  02 février 2015
Sarabande macabre.
Laurent Gaudé est un voyageur littéraire, en lieux et époques.
Apres l'Antiquité, l'Italie, la Sicile, la Nouvelle Orleans, c'est dans Port-au-Prince, "ville puante, grouillante et frénétique" qu'il a posé sa plume, dans la chaleur, le bruit et la foule, à travers les pages d'un remarquable roman humaniste.
Comme un échiquier aux pièces bien ordonnées, quelques beaux personnages vivent leur vie terrestre entre amitié, amour, nostalgie et haine, miroirs des soubresauts politiques de Haïti, sur plusieurs décennies.
Saul, le médecin raté, à l'enthousiasme de liberté brisée par les émeutes sous présidence Aristide,
Lucine la belle, à la jeunesse étudiante sacrifiée aux responsabilités familiales.
Le vieux Matrak, planqué dans son taxi, cherchant à faire oublier son passé de tortionnaire du temps des Duvallier,
Et la petite colonie d'amitié gravitant dans l'ancien bordel du vieux Tess, entre jeux de dominos, poésie, souvenirs et discussions politiques.
Le décor est en place...
Et la terre trembla et dansa, un 12 janvier...
Tourneboulant les morts et les vivants, en ronde frénétique et macabre.
Après quelques pages impressionnantes d'effroi en instantanés du séisme, l'auteur place ses personnages sur la frontière fragile entre vie et mort, dans une culture où les superstitions vaudou, aux signes mystérieux, entremêlent terreurs et fatalisme.
Qui est mort et qui est vivant? Chacun se cherche, se retrouve mais pour combien de temps?
Une écriture lyrique, un requiem qui s'emballe au rythme de la vie, de la mort, du danger et de la peur, une atmosphère mystérieuse chargée de fantaisie, de couleurs, de gaité, de poussière et de douleur.
Et la fraternité partout, toujours, entre tous, qu'elle soit dans le plaisir des soirées d'amitié ou dans la fouille frénétique des décombres.
Laurent Gaudé fait danser dans une dernière ronde mystique les disparus et les survivants, comme un devoir de mémoire pour les premiers et une reconnaissance au courage des seconds. C'est un message d'espoir à la reconstruction et à la vie renaissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          850
Josephine2
  26 janvier 2015
Avec plein de finesse et de talent, Laurent Gaudé raconte Haïti : la pauvreté, la dictature, les tontons macoutes, la vie qui aura le dessus malgré la torture…
La vengeance est un plat qui se mange froid. Et le pardon, est l'instrument qui permettra aux survivants de vivre et à la peur de s'effacer.
Mais la terre s'en mêle aussi… Il faudra accepter. Accepter que des personnes que l'on aime, disparaissent du jour au lendemain, sans distinction de sexe, de condition, d'âge, d'avoir été bons ou mauvais, de classe, d'origine, de couleur… Et surtout, il faudra en faire son deuil, dans une communion totale de toute la population, à travers toute la ville, afin d'éloigner les morts.
Que d'émotion dans ce livre. Laurent Gaudé réussit à nous faire partager le drame qui s'est produit à Haïti. Comme à chacun de ses ouvrages, c'est une véritable réussite.
Je m'étais dit que je ne lirais pas ce livre, car encore un drame, un moment de désespoir. Mais s'est sans compter sur l'énergie de Laurent Gaudé, qui nous emmène et nous emporte avec lui, par la puissance de son écriture. C'est fabuleux d'atrocité, de peur, de mort, de joie, d'espoir. Et ce qu'il nous dit, c'est que la Vie est plus forte que tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          665
marina53
  09 mars 2015
Nine la bancale, Nine la voluptueuse, Nine la grande soeur venait de mourir. Dans une chaleur étouffante qui fait transpirer les voyageurs de ce bus, Lucine appréhende de descendre. Un voyage éprouvant de Jacmel à Port-au-Prince et pourtant, une fois le pied à terre, c'est toute sa ville qu'elle retrouve, colorée, puante, grouillante, bruyante mais aussi toute son existence. Une ville qu'elle a abandonnée il y a 5 ans mais qu'aujourd'hui, elle ne veut plus quitter. Tant pis pour les enfants de Nine, tant pis pour son autre soeur Thérèse, elle sent qu'elle est à nouveau chez elle. Elle prend la route vers Pétion-ville, le quartier des riches, là où habite Armand Calé, le père du premier enfant de Nine...
Autour de Lucine, dansent Firmin, un chauffeur de taxi qui semble cacher un passé douteux; Saul, un médecin raté, le bâtard de la famille Kénol; Lily, une jeune fille de 16 ans qui est venue ici finir ses jours; le vieux Tess, propriétaire d'un ancien bordel, le Fessou, devenu le lieu de rendez-vous des amis ou encore Jasmin, le séducteur de ces dames mariées...
Et la terre, bientôt le théâtre d'une tragédie humaine...
Laurent Gaudé nous offre un vibrant hommage à Haïti, île qui subit un terrible tremblement de terre en janvier 2010 et qui fit 300000 victimes.
L'auteur marche sur les pas des vivants mais aussi des morts, dans cette ville habitée par les esprits, les croyances et les morts. Il fait la part belle à la fraternité, la solidarité qui anime les hommes et dresse un portrait touchant de cette population qui fourmille, pleinement vivante et qui, toujours, se relèvera mais aussi hantée par son passé dictatorial et son histoire. Il raconte avec son coeur cet événement qui l'a secoué, le chaos qui régna, l'incompréhension et plus que tout la volonté d'aller de l'avant et d'enterrer les morts. Dans cette capitale blessée, l'on est soufflé par la force des mots, l'écriture lyrique, passionnelle et saccadée. Un roman intense, mystique et vibrant...
Danser les ombres... danser les morts...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
TheWind
  25 septembre 2016
On dit souvent que la musique est le langage de l'âme. Et c'est tellement vrai !
Qui n'a jamais été transporté par une voix ? Qui n'a jamais eu la chair de poule et le poil qui se dresse au son d'une mélodie ?
Peut-on en dire autant des mots ?
Oui, sans doute, la poésie est capable de faire naître en nous des émotions aussi profondes. C'est aussi le cas, au théâtre, lorsque les mots sont portés, transfigurés par un comédien qui y met toute son âme.
Y a-t-il des romans capables de cela, aussi ? Des romans qui font naître en nous une émotion si intense, impossible à expliquer, impossible à traduire en mots, parce que justement c'est à notre âme qu'ils s'adressent.
Il en existe sûrement des tonnes et pourtant, il me semble bien n'en avoir jamais lu.
Jusqu'à aujourd'hui.
Danser les ombres a fait naître en moi cet émoi que seule la musique de Mozart ou encore de Muse parvient à susciter. C'est comme s'oublier soi-même, perdre pied avec la réalité, rendre les armes de la raison.
Platon dit : « La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée. »
J'ai vraiment envie de dire la même chose pour Danser les ombres.
Parce que c'est un roman fort qui nous parle de la souffrance d'un peuple maudit, souvent frappé par le destin, souvent meurtri dans sa quête de liberté, et blessé à nouveau par les tremblements de terre.
Mais c'est aussi un roman qui crie les silences, l'hébétude, la solidarité …
Laurent Gaudé prête sa plume sublime à ce peuple d'Haïti qui nous entraîne dans les méandres profonds de l'âme.
Et c'est à cet instant que le lecteur se met lui aussi à danser les ombres porté par ce cortège macabre qui est loin d'être aussi sinistre que ne laisse présager sa qualification.

C'était mon premier Gaudé. Ce ne sera certainement pas le dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5112
Sando
  23 mars 2015
Ils sont des milliers, ignorant tout du malheur à venir… Parmi eux se trouve la belle Lucine, revenue à Port-au-Prince après cinq ans d'absence et qui renoue avec un passé qu'elle croyait enterré. Elle, qui avait abandonné ses rêves et ses espoirs pour s'occuper de sa soeur inadaptée au monde des hommes, après s'être pourtant battue pour l'indépendance de son peuple lors des manifestations sanglantes à Haïti, réapparaît avec l'impression de sortir d'un long sommeil. Son retour sonne comme la promesse d'un nouveau départ fait de retrouvailles, de rencontres et peut-être de l'éclosion d'un amour tendre et sincère avec Saul, profondément marqué lui aussi par les combats du passé…
Mais alors que le bonheur règne sur la petite communauté réunie chez Fessou, où se retrouvent les amis de toujours, les épicuriens et les philosophes amoureux de rhum, de bonne chère, de dominos et de débats animés, survient le terrible tremblement de terre qui ravagera Haïti, entraînant sur son passage la mort de plus de 300 000 personnes et bouleversant à jamais le destin de milliers d'autres…

Nombreux sont ceux qui ont écrit sur le séisme qui a touché en plein coeur Haïti en 2010, principalement des auteurs haïtiens par ailleurs et je me demandais comment Laurent Gaudé s'en sortirait avec un sujet aussi sensible… Je dois reconnaître que son talent de dramaturge et la beauté de sa plume parviennent parfaitement à rendre la force et l'intensité de la catastrophe, balayant d'un même coup le lecteur et les personnages et laissant chacun profondément bouleversé.
L'histoire est construite en deux temps. La première partie nous présente une galerie de personnages, tous plus attachants les uns que les autres, à travers lesquels on découvre une petite partie de l'histoire d'Haïti, faite de souffrances, de combats, de misère, mais aussi de renouveau et d'espoir. Un pays malmené mais dont la soif de justice et de liberté force le respect et l'admiration. Mais au moment où l'on trouve sa place dans cette petite communauté à la joie communicative, Laurent Gaudé nous prend tout, laissant un paysage complètement dévasté par le tremblement de terre. Un paysage où les morts, ces ombres errantes, se mêlent aux vivants, sonnés par la brutalité de la catastrophe, inconscients encore de leur nouvelle condition de damnés…
Débute alors une seconde partie à la limite du fantastique, où les deux mondes se côtoient sans distinction, où ne compte que l'urgence de retrouver ceux que l'on aime. Une quête dans laquelle se lancent corps et âme Lucine et Saul et dont l'issue paraît bien incertaine… L'écriture est belle, poétique et capable d'émouvoir aux larmes par son intensité. Un roman sublime, qui rend un magnifique hommage à la culture haïtienne, à ses croyances empreintes de vaudou et à ses traditions. Je connaissais Laurent Gaudé dans sa veine plus mythologique, avec « La mort du roi tsongor » et « Pour seul cortège », il me tarde à présent de découvrir davantage ses romans plus réalistes avec notamment « le soleil des Scorta » et « La porte des enfers » !

Un énorme merci à Babelio et aux organisateurs du Prix Relay des Voyageurs-Lecteurs pour cette magnifique découverte !
Challenge Variétés : Un livre qui vous a fait pleurer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450

critiques presse (16)
LeMonde   27 mars 2015
L’écrivain dramaturge joue autant de sa faculté d’empathie que de sa maestria à animer les ombres. Indispensable au pays de l’esprit Ravage et des cérémonies vaudoues.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   16 février 2015
Autour de cette tragédie sismique, de ces quelques secondes d'éternité qui constituent l'épicentre du roman, établissant de manière assez convenue qu'un événement de cette ampleur nécessite un avant et un après, on ne perçoit guère l'atrocité des corps disloqués ou écrasés, l'urgence de vivre. Les rivages de l'émotion nous restent inaccessibles.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   16 février 2015
Avec une plume exercée et poétique, Laurent Gaudé offre une histoire qui se tient, sur un sujet touchant, mêlant souvenirs et réalité, les morts et les vivants, l'espoir et le désespoir. Bref, un livre qui se veut un hommage émouvant et bouleversant. Mais pour moi, Laurent Gaudé en fait beaucoup trop.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   12 février 2015
L'intrigue délaisse assez vite l'opposition entre les riches et les pauvres au profit de celle entre vivants et morts : " Les morts doivent être semés sur le chemin et ne plus jamais savoir comment revenir dans le monde des vivants ". Que deviendront-ils ? Peu importe au final, mais comme le dirait Nine, la soeur de Lucine : " c'était magnifique ".
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   11 février 2015
Avec en toile de fond l'esprit des ombres, celui du vaudou, et cette inflexion grave des voix chères qui se sont tues, Laurent Gaudé brosse là un vibrant hommage au peuple haïtien, celui de tous les combats. Avec pour seule arme, l'intarissable amour de la vie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LesEchos   11 février 2015
L’écrivain sorcier invente un sortilège vaudou pour remettre finalement la mort à sa place et permettre aux vivants de faire leur deuil. « Danser les ombres » atteint des sommets de poésie et de lyrisme dans cette procession finale macabre et magnifique qui sert au tri des hommes et des âmes.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   09 février 2015
Des vies qui gesticulent mais articulent "l'immobilité vague du bonheur" car c'est de cela dont il s'agit dans ce petit livre sans emphase. De la vie de ces êtres qui n'ont rien mais donnent tout malgré les Duvalier et leurs tontons-macoutes, la faim mortifère de la Terre, la désespérance de la subsistance au jour le jour.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   06 février 2015
Pour raconter l'indicible, Laurent Gaudé tisse un lien entre le passé et l'instant, les vivants et les morts, les corps et les esprits. Tout au long du récit, j'ai senti la pulsation vitale animer ses lignes et éprouvé la vibration intense des rires et des larmes.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   06 février 2015
Une véritable ode à la fraternité avec un grand "F", à l'amitié et une très belle histoire d'amour entre Saul et Lucine. Une découverte également des contrastes révoltants entre richesse et pauvreté sur cette île avec pourtant une dignité dans la pauvreté à méditer par nous, occidentaux!
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   06 février 2015
Roman de vie et de mort, Danser les ombres est un chant d'amour à Haïti, découverte récemment par l'auteur du Soleil des Scorta. Néophyte ne veut pas dire ignorant. Une multitude de détails tirés de l'observation scrupuleuse de la vie en Haïti en composent le plus authentique des portraits.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   03 février 2015
Extrêmement bien documenté, vivant, émouvant, sachant mettre en scène des personnages attachants, Danser les ombres est une réussite fort bien maîtrisée, qu'il s'agisse de la narration ou du style, par moments poétique.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   03 février 2015
Danser les ombres de Laurent Gaudé de par son écriture sensuelle et tout en retenue délivre un roman empreint d'humanisme et imprégné de traditions Vaudou.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   28 janvier 2015
Il y a du Hugo là dedans, mais oui ! Même empathie pour les petites gens soumis à la force des éléments, même volonté de dénoncer le contraste insupportable entre la misère des uns et la richesse des autres, même veine mystique qui ici s'affranchit des limites en abolissant la frontière entre le monde des morts et celui des vivants.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   28 janvier 2015
Tour à tour naturaliste et surréaliste, Danser les Ombres, nous émeut, dès les premières lignes, puis nous envoûte. Laurent Gaudé possède ce rare talent de conduire le lecteur vers un véritable état d'extase littéraire.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Culturebox   13 janvier 2015
"Danser les ombres" est un grand roman lyrique, qui emporte le lecteur dans sa danse. Un très bel hommage au peuple et à la terre Haïtienne, cinq ans après le séisme qui l'a ravagé.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Lexpress   12 janvier 2015
Du sang haïtien coulerait-il dans les veines du Parisien Laurent Gaudé? A découvrir l'authenticité de sa pléiade de protagonistes caribéens, ses frères de plume (Lyonel Trouillot, Dany Laferrière...) ne devraient pas le renier.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (126) Voir plus Ajouter une citation
sandraboopsandraboop   01 avril 2015
Mais d'un coup, sans que rien ne l'annonce, d'un coup, la terre, subitement, refusa d'être terre, immobile, et se mît à bouger ...

Durant trente-cinq secondes qui sont trente-cinq années ...

À danser, la terre ...

À trembler.

Ce n'est d'abord qu'un grondement, l'oscillation anormale des murs. Les hommes regardent les plafonds sans comprendre. Que se passe-t-il ? ... Qui peut mettre un nom sur cela ? Les bouches s'ouvrent grandes, les yeux aussi. Ils suspendent leur phrase, leur main, leurs pensées. Ils regardent partout pour essayer de saisir ce qu'il se passe. Est ce que ce vrombissement des murs, du sol, ne se produit qu'ici, ou dans tout le quartier ? ... Est ce que cela va durer ? ... Les secondes passent mais elles semblent être dilatées à l'infini. Des bruits résonnent partout, etranges, et les hommes sont stupéfaits. Que se passe-t-il ? ...

Et puis, la peur monte. Parce qu'ils comprennent. Partout où ils sont, les hommes n'ont pas encore nommé ce qui se produit mais ils comprennent le danger. La terre n'est plus terre mais bouche qui mange. Elle n'est plus sol mais gueule qui s'ouvre. A 16h53, les rues se lézardent, les murs ondulent. Toute la ville s'immobilise. Les hommes sont bouchés bées colle si la parole avait été chassée du monde.
Trente-cinq secondes où les murs se gondolent, où les pierres font un bruit jamais entendu, jamais ressenti, de mâchoire qui grince.

Hommes, ce qui est sous vos pieds vit, se réveille, se tord, souffre peut-être , ou s'ébroue. La terre tremble d'un long silence retenu, d'un cri jamais poussé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
TheWindTheWind   25 septembre 2016
Les efforts lents d'un peuple vers la liberté, un peuple qui se secoue le dos pour faire tomber les sangsues du pouvoir, qui se bat pour que ses fils fassent des études et vivent mieux que ses aînés, pour qu'il n'y ait plus de Bourik Travay qui, dès l'âge de douze ans, porte toute la journée des poids harassants, sans jamais souffler et puis finalement, le néant...En quelques secondes...A quoi cela a-t-il servi ? ...Qui se joue d'eux ?...Un dieu mauvais ? Ou le hasard simplement, qui s'obstine comme il le fait parfois lorsque le dé a décidé de ne plus donner qu'un seul chiffre, toujours le même, celui qui porte la poisse ? 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
tynntynn   01 février 2015
Hommes, ce qui est sous vos pieds vit, se réveille, se tord, souffre peut-être ou s'ébroue. La terre tremble d'un long silence retenu, d'un cri jamais poussé.

Hommes, trente-cinq secondes, c'est un temps infini et vos yeux s'ouvrent autant que les crevasses qui lézardent vos routes et les murs des maisons. En ce jour, à cet instant, tous les oiseaux de Port-au-Prince s'envolent en même temps, heureux d'avoir des ailes, sentant que rien ne tiendra plus sous leurs pattes, et que, pour les minutes à venir, l'air est plus solide que le sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
TheWindTheWind   25 septembre 2016
Le temps avait déserté cet endroit. Il s'y était d'abord précipité avec ardeur, déposant mille clameurs, bris de verres, cris de jouissance, rires d'amis, larmes de filles usées par le dégoût de soi, le temps était passé ici, avec ces dictatures, ces rêves de liberté, ces complots murmurés et maintenant, il était définitivement parti et il ne restait plus que les murs et le Vieux Tess, plongés dans un calme étrange, avec simplement le coq de cette arrière-cour devenue jardin pour rappeler qu'il était encore des jours et des nuits et que le monde, au-dehors, courait toujours avec la même impatience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
frconstantfrconstant   12 août 2017
"Suffit les morts. Vous voulez les garder près de vous parce que vous avez peur du deuil. Mais les morts ne peuvent rester ici simplement pour éviter aux vivants de pleurer. Ils vont attendre. Errer. Devenir fous. Je le dis, moi qui ne parle jamais, il n'y a pas de vie sans désir et les morts n'en ont plus. Ni projet, ni impatience. Ils seront là comme des arbres morts, contemplant la vie qu'ils n'ont pas. Suffit les morts! Que ceux qui veulent les retrouver cessent de vivre! Pour les autres, il est temps de les raccompagner. ... Nous allons danser les ombres. Et le monde se refermera. ... Pour que les vivants puissent vivre, il faut que nous semions les morts."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Laurent Gaudé (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Gaudé
Entretien animé par Maya Michalon Lecture par Ariane Ascaride.
D?Alexandre le Grand aux migrants de Lampedusa, de l?Afrique mythique au tremblement de terre d?Haïti, d?Hannibal le Carthaginois au terrorisme islamique, Laurent Gaudé entremêle dans son ?uvre les siècles et les continents, les guerres et les catastrophes, pour mieux révéler les convulsions et les possibles de notre temps. Cet écrivain n?a de cesse, au fil de ses récits, de mettre ses idées humanistes à l?épreuve de la fiction et de plonger avec douceur dans l?horreur du réel.
Dramaturge, romancier, nouvelliste, poète, il s?empare de l?écriture sous toutes ses formes afin d?explorer le vaste territoire de l?imaginaire. Prix Goncourt des lycéens et Prix des libraires pour La Mort du roi Tsongor en 2002, prix Goncourt en 2004 pour le Soleil des Scorta (traduit dans 34 pays), Laurent Gaudé est aujourd?hui l?un des plus grands écrivains français qui figure dans les programmes scolaires et enchaîne les succès en librairie.
Sur la scène de la Criée, avec la générosité qui le caractérise, il convie la comédienne Ariane Ascaride à lire ses textes, et le photographe Gaël Turine à projeter une série d?images réalisées en Haïti au cours d?un voyage commun qui l?a profondément marqué. Il évoquera sa passion pour le théâtre, son goût pour les voyages, mais aussi ses convictions et ses engagements, en premier lieu pour SOS Méditerranée et la question des migrants qu?il avait abordée dans son roman Eldorado, une ?uvre visionnaire, écrite il y a plus de dix ans. Un grand entretien tourné vers l?ailleurs et vers cet Autre que Laurent Gaudé sait si bien décrire en jonglant avec le pouvoir narratif de l?Histoire et la sonorité poétique d?une langue qui lui est propre. _
En savoir plus : ohlesbeauxjours.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : haïtiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Laurent Gaudé

En quelle année est né Laurent Gaudé?

1965
1967
1970
1972

10 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Laurent GaudéCréer un quiz sur ce livre
.. ..