AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Corinne Atlan (Traducteur)
ISBN : 2070423107
Éditeur : Gallimard (29/05/2003)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 28 notes)
Résumé :

« La maison d'arrêt d'Hakodate était l'unique établissement pénitentiaire du japon proposant des cours d'entraînement naval. Cette année, dix détenus devaient bénéficier de cette formation, et je découvris parmi eux un de mes anciens camarades d'école. Je fus plus abasourdi encore par le fait que cet ancien condisciple n'était autre qu'Osamu Hanai... » Saitô, le narrateur, un des g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  05 décembre 2016
Saitô, le narrateur, issu d'un modeste milieu de pêcheurs, devenu gardien de prison à la maison d'arrêt d'Hakodate, seul établissement pénitentiaire du Japon qui proposait des cours d'entraînement naval, découvre et reconnaît avec stupeur parmi les délinquants incarcérés , dix- huit ans après, Hanai, le "tortionnaire, "celui qui l'avait humilié publiquement après la disparition en mer de son pére, alors qu'il n'était qu'un enfant, "un fils de pêcheur sans le sou "........
Hanai, transformé en ineffable délinquant modèle, pervers, sournois et manipulateur ........avec son côté "gentil petit garçon qui veut se faire bien voir de tout le monde...."
Tout au long de ce court récit questionnements, suppositions, doutes, réminiscences douloureuses, souvenirs , meurtrissures, violences verbales , irritations , humiliations anciennes vont hanter sans cesse le narrateur dans ce milieu confiné , prétexte à des disputes, à des rapports de hiérarchie et de rivalité......
On oscille constamment entrer ravivement de vieilles blessures anciennes enfouies et longues descriptions non pas seulement de paysages mais du choc psychologique dû aux mauvais traitements subis dans l'enfance par Saitô.
La sourde irascibilité, la solitude ressentie malgré sa femme et son enfant, l'angoisse, la vive douleur des souvenirs dont Saitô souffrait à l'origine, s'aggravent depuis l'arrivée d'Hanai au pénitencier......
Parviendra- t- il à apaiser la brûlure de ses irritations , ces réminiscences qui le poursuivent et l'obsèdent, le tourmentent sans répit aucun?
Hanai le reconnaîtra t- il ?
Au final, la recherche d'un équilibre , d'un sens à la vie , une belle écriture et une analyse psychologique puissante, intense où l'auteur décortique avec force, sensibilté la relation infiniment complexe d'un bourreau avec sa victime qui semble "inchangée", avec sa fausse bonté, et ses" simagrées habituelles.."
.
Un huit- clos oppressant tout en tension dont la fin est déroutante........ la critique n'est pas aisée, il n'incite pas à l'optimisme .....
Un auteur dont j'ai lu il y a longtemps "Le Bouddha blanc".
J'aime beaucoup la littérature Japonaise, parfois déroutante .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
le_Bison
  19 mars 2012
La crise économique sévit également au Japon. Saîto était steward sur un ferry, le Yoteimaru, permettant la traversée du détroit de Tsugaru, mais cette voie maritime est en passe de disparaître au profit d'une liaison ferroviaire reliant les deux principales îles du Nord du Japon. Nous sommes à Hakodate, au sud de l'île Hokkaido. Originaire de cette région, Saîto ne se voyait pas naviguer sur d'autres eaux. Il se reconvertit donc en gardien de prison au centre pénitentiaire de Hakodate même, qui propose en plus des cours d'entraînement naval aux prisonniers en vue de leur réinsertion.
Au moment où Saîto se sent le plus seul, où son esprit se replonge dans son passé avec la disparition de son père en pleine mer et les divers déboires et querelles de bistrot avec d'anciens coéquipiers du ferry prenant son changement de cap pour de la lâcheté et une suprême trahison, Saîto reconnait dans les nouveaux pensionnaires de la prison un ancien camarade de classe, Osamu Hanai.
Et les souvenirs lui remontent à la surface. Avec des airs de sainteté affichés en public, Hanai était en fait devenu un véritable tortionnaire envers Saîto, devenant chef de bande et montant tous ses camarades contre lui. le jour de la revanche semble être donc arrivé. Saîto va pouvoir se libérer du joug de son ancien bourreau, puisque les rôles sont maintenant inversés. Les humiliations subies sont encore bien ancrées au fond de son âme et l'heure de la vengeance semble avoir sonné. Mais est-ce que cela va être réellement le cas ? Saîto ne va cesser d'observer son ancien camarade, pour le prendre en défaut, pour le comprendre et enfin trouver la force qui lui manquait pour l'affronter. Il n'est pas aussi facile, même pour Saîto, devenu fort, musclé et respecté, d'afficher un ascendant moral sur son ancien camarade, détenu malingre et sans envergure.
La lumière du détroit devient, en toute simplicité, mon troisième roman de Hitonari Tsuji (après le bouddha blanc et L'arbre du voyageur). Et je ne compte pas m'arrêter en plein milieu de ce cheminement. La voie est tracée et le bout du chemin pas encore visible. Ses trois livres, tous différents mais tous empreints d'une même philosophie bouddhique, sont du style à être lus, une fois, deux fois voir même trois pour assimiler tous les sentiments cachés de ces préceptes orientales. Ils me font voyager, ils me font réfléchir et même penser (et ce n'est pas du luxe).
Qui est le plus libre, le gardien de prison ou le prisonnier même ?
Lien : http://leranchsansnom.free.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
kuroineko
  24 janvier 2013
Tsuji Hitonari rédige ici un roman où ne flotte aucune trace de fantastique.
La narration se concentre sur Saitô, ancien steward sur un ferry qui a du se reconvertir bon gré mal gré en gardien de prison, du fait de la crise économique. Alors qu'il est encore en phase d'adaptation à sa vie sur terre, transition plus difficile qu'on pourrait croire, il reconnaît parmi les nouveaux détenus placés sous sa garde un ancien "camarade" de classe, Hanai. En réalité, un manipulateur et tortionnaire qui lui a infligé dans le passé une profonde humiliation.
L'intrigue oscille entre réminiscences et présent. Sous le pinceau de Tsuji Hitonari, le ton se fait tantôt lourd et asphixiant, tantôt poétique quand il décrit les magnifiques paysages. Comme souvent dans la littérature japonaise, le non-dit se fait la part belle.
On suit avec grand intérêt l'évolution des relations entre Saitô et Hanai, entre poids du passé et changement de rapports de force. Comme à son habitude, Tsuji Hitonari signe ici un excellent roman à l'atmosphère singulière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nina
  05 juin 2012
Hitonari Tsuji signe là son 2ème roman. Et c'est toujours avec beaucoup de talent qu'il continue son introspection dans les zones d'ombres de l'âme humaine.
Le héros de cette histoire est Saitô. Pendant son enfance, il a été victime d'une terrible humiliation de la part d'un élève de son école. On le sait, les enfants ne sont pas tendres entre-eux. Les adultes savent qu'il ne faut pas trop se mêler de leurs histoires pour qu'ils apprennent à se défendre, à moins bien sur que cela ne devienne violent. Par contre, comment deviner les agissements d'un enfant qui a déjà en lui toute la perversité d'un manipulateur et qui va harceler un de ses camarades sans aucune forme de violence apparente. Quelle séquelle va laisser cette agression silencieuse dans le cerveau de l'enfant ?
A l'âge adulte, Saitô semble être devenu un homme équilibré qui mène sa vie d'une manière intelligente. Il est fraîchement nommé surveillant de prison et semble avoir intégrer les règles professionnelles de ce métier. Pourtant, quand il aperçoit parmi les nouveaux détenus, Hanai le bourreau de son enfance, Saitô est extrêmement troublé par cette rencontre qui fait remonter en lui des souvenirs enfouis. Saitô n'a plus rien à craindre de son ancien camarade de classe, sa position sociale le protège de tout contact avec les détenus. Pourtant une relation trouble et oppressante s'installe entre les deux hommes. Ce qui montre que l'impact de cette agression est encore à vif dans le cerveau de Saitô qui semble sombrer peu à peu dans une sorte de folie alors qu'à l'opposé Hanai garde une attitude impassible voire indifférente au monde qui l'entoure.
On va découvrir peu à peu, que de nouveau un jeu malsain se joue entre les deux hommes.
Hitonari Tsuji décortique, avec beaucoup de justesse, la relation complexe d'un bourreau avec sa victime qui semble être restée la même malgré les années qui les ont séparés. Il démontre aussi comment un être humain peut s'enfermer lui-même, en bloquant ses pensées à toute forme de raisonnement, et se laisser envahir par ses peurs enfantines.
La lumière du détroit est un livre qui se lit vite, tellement l'oppressante tension de cette histoire demande d'en savoir la fin très vite !
Le dénouement de ce roman est déconcertant comme souvent dans les romans japonais. Les auteurs semblent laisser la fin de leurs romans au bon plaisir et à l'imagination de leurs lecteurs. Personnellement, je me suis habituée à ces fins ouvertes.
Surtout ne vous fiez pas à la 4ème de couverture qui apporte vraiment de mauvaises informations sur ce roman.
Lien : http://de-page-en-page.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mimeko
  02 septembre 2014
Huis clos psychologique entre Saito gardien de prison et qui fut, enfant, le souffre-douleur de Hanai et ce dernier incarcéré dans la même prison.
Saito a immédiatement reconnu son tortionnaire, il l'observe le jauge, se demande comment et s'il faut se venger, mais Hanai, lui, l'a-t-il reconnu ?
C'est la question et l'intérêt de ce livre, les questionnements, les suppositions, les doutes et de nouveau la peur d'être face à un être qui, même enfermé, continue à vous dominer. Belle écriture mise au service de cette analyse psychologique forte.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   20 mars 2012
Le néon suspendu au-dessus de sa tête auréolait son corps d’un nimbe doré. La peau de son crâne, sous les cheveux rasés de près, réfléchissait crûment la lumière. Son uniforme de prisonnier le drapait comme une étole de bonze, et il émanait de lui cette douceur qui n’appartient qu’à ceux qui se sont libérés de la loi du karma. Ses yeux suivaient les lignes d’un livre, déchiffrant silencieusement le sens de l’univers qu’il renfermait. Raideur et souplesse coexistaient dans le tracé de ses lèvres finement serrées et en même temps pleines de mollesse. Mon regard parcourut les courbes de son corps, depuis le haut du crâne, les épaules, jusqu’aux genoux croisés ; face à cette forme flexible en union avec le cosmos, je ne pus m’empêcher de déglutir inconsciemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
le_Bisonle_Bison   19 mars 2012
J’avais beau être sur la terre ferme, je ne pouvais oublié la mer.
Sur cette langue de sable coincée entre la baie d’Hakodate et le détroit de Tsugaru, pas un endroit n’échappait au parfum des marées. Le monde carcéral où je vivais désormais ne faisait pas exception, malgré son sévère isolement, et le vent, pénétrant sans peine derrière les hautes murailles de briques, venait réveiller en moi le souvenir nostalgique, encore à vif, de l’océan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MimekoMimeko   02 septembre 2014
Ce dernier m"avait un jour fait condamné à une peine de prison par nos camarades. Un brusque malaise avait obligé notre professeur à interrompre les cours pour rentrer chez lui et nous nous étions retrouvés en étude, livrés à nous mêmes et censés travailler seuls.
Les devoirs, quel ennui ! s’était écrié Hanai, pour proposer ensuite : "si on organisait plutôt un procès ?"
Commenter  J’apprécie          60
MimekoMimeko   02 septembre 2014
Depuis son arrivée à la prison, j'observais Hanai en secret, veillant à ce que personne de mon entourage ne s'en aperçût. Je concentrai toute mon attention sur ses moindres gestes pendant les cours d'entrainement maritime mais aussi au moment des repas, des pauses et même lorsqu'il se levait pour aller aux toilettes.
Commenter  J’apprécie          70
Video de Hitonari Tsuji (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hitonari Tsuji
Payot - Marque Page - Hitonari Tsuji - Dahlia
autres livres classés : littérature japonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
392 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre