AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Radiant tome 1 sur 16
EAN : 9782359103915
192 pages
Ankama Editions (04/07/2013)
4.06/5   143 notes
Résumé :
Seth est un aspirant sorcier de la région des Pompo Hills. Comme tous les sorciers, c'est un « infecté » : un des rares êtres vivants ayant survécu au contact des Némésis, ces créatures tombées du ciel qui contaminent et déciment tous ceux qu'elles touchent. Son apparente immunité lui a fait choisir une voie qui lui semblait toute désignée : devenir Chasseur et combattre les Némésis.
Mais plus que ça, Seth souhaite s'engager dans une quête qui dépasse la simp... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 143 notes
5
16 avis
4
8 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

Alfaric
  28 février 2020
En 2013 a déboulé le "Radiant" du très humble Tony Valente (les spécialistes disent « ça ne révolutionne pas le genre », parce que le mot « humilité » ne fait pas partie de leur vocabulaire et/ou de leur cursus universitaire). Et je l’avais trouvé sympathique, dynamique et bien dessiné. Mais je n’avais pas donné suite. Quand j’ai appris que les Japonais avaient décidé de l’adapter à l’écran j’ai été pris de curiosité, et j’ai trouvé cela sympathique et dynamique, bien coloré et bien animé. Et j’ai donné suite malgré un passage à vide rempli de fillers, pour arriver à l’Arc Rumble Town et aux fameux épisodes 17 et 18 de la saison 1. Sans prévenir on m’a plongé une nouvelle fois dans ce chaudron de potion magique qu’est le shonen nekketsu !
Le mangaka toulousain Tony Valente n'a jamais caché qu'il était fan du "Dragon Ball" d'Akira Toriyama et du "One Piece" d'Eiichirô Oda (en sachant qu'Eiichirô Oda a a toujours été fan d'Akira Toriyama), du coup difficile de savoir si "Radiant" c'est "Dragon Ball" scénarisé par Eiichirô Oda ou "One Piece" dessiné par Akira Toriyama. On retrouve les qualités et les défauts des deux auteurs japonais (on aurait pu se passer du Toilet Humor d'Akira Toriyama, assez horripilant au départ puis épisodique par la suite, et on aurait pu se passer des cabotineurs d'Eiichirô Oda qui ne cessent de gueuler et de gesticuler, assez horripilants au départ puis épisodiques par la suite), mais je ne sais pas si c'est conscient ou inconscient mais Tony Valente sublime leurs héritages en les mariant à ceux des "X-Men" de la grande époque de Chris Claremont. Oui les sorciers sont être singuliers qui ont survécu aux mystérieux némésis (Tony Valente a bien écrit que le donner le nom de la déesse de la vengeance est un choix assumé qui sera expliqué plus tard dans la série), à qui le destin a confié de grands pouvoirs donc de grandes responsabilités malgré leur surnom d'« infectés » et leur traitement de « pestiférés ». Ils peuvent donc devenir dieux ou diables, et c'est pour cela que l'Inquisition veut les neutraliser (comme la Marine de "One Piece") et que les Barons marchands veulent les exploiter (comme les Dragons Célestes de "One Piece"). Mais c'est aussi pour cela que les sorciers terroristes (les Domitors) veulent renverser l'ordre établi à leur profit, que les sorciers cannibales (la Mesnie) dévorent les plus chanceux d'entre eux pour absorber et combiner leurs dons pour atteindre le pouvoir absolu… Dans un monde où comme IRL les élites autoproclamées recourent à la peur et à l'ignorance dans l'optique de mieux diviser pour mieux régner, que peuvent faire les âmes de bonne volonté comme les pioupious de l'académie pour surdoués de Lord Master Majesty ou les chevaliers-sorciers de la Reine Boadicée ?
Le monde créé par Tony Valente est immense (il est d'ailleurs arcanepunk et largement inspiré par les JRPG)… Il reprend l'idée des quatre quarts de One Piece, on nous découvrons au départ la partie Nord-Ouest d'un monde divisé entre l'univers d'en-bas et l'univers d'en-haut. C'est ainsi qu'on fait la connaissance des Pompo Hills, des Royaumes d'Estrie, de Cyfandir, des États Ponantins, de l'Inlandsis ou du Septentrium. C'est plein de nations et de factions, et je ne doute pas un instant qu'on va tôt au tard se balader dans les autres parties du monde, ou que tôt ou tard on va croiser des personnages issus des autres parties du monde. L'auteur recourt à mort à la technique du foreshadowing, et comme ses arcs sont courts contrairement à "One Piece" où ils peuvent atteindre jusqu'à 20 tomes et plus on n'a pas l'impression que c'est de la fumisterie (au contraire on a l'impression que chaque chose viendra en temps utile). C'est ainsi qu'il approfondit son univers dans le temps et qu'il pose une question cruciale : si les sorciers tirent leurs pouvoirs de leurs contacts avec les némésis (souvent mortels pour le commun des mortels), monstres capables d'utiliser la magie qui tombent du ciel n'importe où et n'importe quand, comment ont-ils pu dominer l'humanité et établir une magiocratie mondialisée à une époque où les némésis n'existaient pas encore. D'ailleurs s'ils étaient si puissants que cela, comment un simple paysan a-t-il pu organiser la révolution mondiale, les chasser du pouvoir et fonder l'Inquisition pour qu'ils ne l'obtiennent plus jamais ? (contrairement aux mangakas qui agissent avant de réfléchir, Tony Valente a promis qu'il savait où il allait et que toutes les questions trouveraient leurs réponses)
Nous suivons donc les pas de Seth un sorcier cornu qui contrairement à ses confrères et consoeurs peut manipuler la magie à mains nues, élevé par Alma un traqueuse indépendante qui vit de la chasse de némésis. On aurait pu les nommer Goku et Gohan tellement ils vivent à l'écart du monde, mais cela va beaucoup plus loin que cela. Seth a toujours vécu dans la haine et la violence, le mépris et l'indifférence, mais Alma lui a fait jurer de en jamais céder à la colère pour devenir un monstre… C'est ainsi que naïvement il a décidé de partir en quête du Radiant, la légendaire source des némésis car pour lui plus de némésis, plus des sorciers / infectés, donc plus de différences entres les peuples, donc plus de haine de violence, plus de mépris et d'indifférence. Il se lance à l'aventure et s'entraîne comme un fou, et dès le tome 3 il tombe sur son âme soeur passée du Côté Obscur. Il n'est pas meilleur moyen de vaincre un ennemi que de le transformer en ami, et grâce à la force de l'espoir et l'amitié il parvient à la ramener du Côté Clair mais pas la sauver… Parfois toute la force du monde ne sert à rien, et Seth se prend la dure réalité du monde est plein visage. Son Goku n'avait pas d'objectif, Luffy avait un objectif personnel, Seth lui a un objectif universel : il est un nouvel avatar du Héros aux mille et un visages, et la tragédie qu'il a vécu le fait passer d'adolescent égoïste à adulte altruiste. Il n'est plus en quête d'une chimère mais en croisade contre les forces obscures de la crevardise, et chaque instant de sa vie est dévolu à la défense de la liberté, de l'égalité et de la fraternité (ces valeurs oubliées par la ploutocratie mondialisée qui ne voient les gens que comme des « ressources humaines » corvéables, exploitables et jetables à merci). Il devient le changement qu'il veut en son monde, car tous les hommes et femmes doivent devenir frères et soeurs ou mourir comme idiots. Face l'Armada de Torquema et à l'Argent-Roi des Barons-marchands il croit être seul contre tous, mais il est désormais le dépositaire des rêves et des espoirs de tout un monde, et peu à peu ses convictions comme ses doutes assaillent ses amis et parfois ses ennemis : qu'il le veuille ou non il devient un « nexus », à savoir que le monde regarde là où il tourne la tête… Mais à cause des amnésies d'Alma il ne sait pas qui il est ni d'où il vient, ses rencontres avec ses frères appartenant à différentes factions ne font que jeter la confusion dans son esprit (l'un d'entre eux oeuvre-il au retour de la Bête Immonde ?), les différentes personnalités de son amie Mélie pourraient lui réserver bien des surprises alors même qu'il fait alliance avec Grimm, un mystérieux sorcier aux nombreux secrets qui parle de lui à la troisième personne et qui semble avoir de sérieux comptes à régler avec les plus dangereux magiciens du monde... Peu importe, il sait ce qu'il veut et où il va, donc To Be Continued et merci à Tony Valente qui dans sa catégorie joue désormais dans la cour des grands !!!

Dans ce tome 1, nous découvrons le duo formé par Alma, sorcière traqueuse acariâtre, manchote et amnésique, qui élève Seth, sorcier cornu, naïf, puissant mais insouciant. Et les valeurs et compétences de notre jeune adolescent orphelin sont mises à rude épreuve quand il doit simultanément affronter un némésis et les sorciers criminels du Bravery Quartet. Mais Seth élevé à la bonne école d'Alma est un individu de conviction : il ne lâche rien et combat les uns et les autres pour sauver la communauté qui l'a toujours bolossé et grâce à la force de l'espoir et de l'amitié il finit par triompher…
Quand arrive Doc, le sorcier chercheur de l'Artémis (avec sa trouillitude et ses savoureux tics de langage), Seth prend la décision qu'il doit voler de ses propres ailes. C'est avec moult déchirements qu'il se sépare de sa mentor Alma pour partir vers d'autres horizons, et c'est ainsi qu'il fait connaissance de Mélie la sorcière trappeuse victime de de personnalités multiples (complètement calquée sur le personnage de Lunch de "Dragon Ball", et c'est très très cool), de Monsieur Boobrie son indéfectible animal de compagnie, de Yaga le super-sorcier du Covent des Treize qui va le prendre sous son aile, de Lord Master Majesty le chat jaune qui gouverne un havre de paix pour les sorciers (et pourtant on lui avait dit de se méfier de lui hein !), ainsi que de Dart Dragunov le veilleur des Pompo Hills qui bon an mal an exécute les ordres de Torque le Fauve le général en chef des Inquisiteurs (et sans s'en rendre compte Seth plante en lui les germes du doute : son plus ancien adversaire pourrait bien devenir à l'avenir son plus puissant allié)…
Bon force est de constater que Tony Valente n'est pas encore au sommet de son talent, scénaristique comme graphique. Mais toutes les grandes choses doivent commencer petitement… C'est tellement concentré que cela en devient trop rythmé, l'auteur se sentant obligé comme bon nombre de ses collègues français de balancer une vanne par case voire par phylactère. Seth gesticule et de vocifère pour occuper le devant de la scène, pourtant il n'a aucunement besoin de cela pour y parvenir (et puis son humour de caillera toulousaine est selon mes goûts plus ou moins sur courant alternatif)... le mangaka français suit encore ses mentors japonais sans s'en affranchir : la route est droite, mais la pente est forte !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3811
LesLecturesdOriane
  20 octobre 2018
Mon avis :
L'histoire : Les Némésis sont des monstres qui sèment la terreur partout où ils atterrissent. Les seules personnes capables de leur tenir tête sont des infectés, aussi appelé sorciers. Ce sont des gens qui ont survécu au contact d'un Némésis et qui maintenant peuvent les toucher sans mourir sur le coup. Mais s'ils sont le seul espoir des humains normaux, ils sont aussi encore plus crains et détesté que les Némésis eux même… Seth est jeune garçon qui rêve de devenir un sorcier à part entière pour pouvoir combattre les Némésis. Seulement il est loin d'être doué pour le moment, si on omet son talent pour se mettre dans le pétrin. Mais sa vie pourrait bien changer quand un Némésis atterri dans la ville juste en dessous de là où il vit.
J'entends beaucoup parler de Radiant depuis que c'est sortit. le fait que ce soit un manga français joue beaucoup et ça m'a toujours intrigué. Surtout que j'aime beaucoup le travail d'Ankama, que je trouve le dessin superbe et l'histoire intéressante. Seulement j'ai attendu encore et encore et au final je ne m'y mets que maintenant. Pourquoi ? Car l'univers revient sur le devant de la scène avec une anime. de ce fait ma curiosité a de nouveau était piqué sauf que cette fois j'ai été jusqu'au bout et j'ai lu le premier tome.
Nous découvrons donc Seth, aspirant sorcier, qui a de grand rêve mais qui peine à les réaliser. Pourtant il n'y met pas de la mauvaise volonté, mais en voulant bien faire il va souvent trop loin. Comme souvent, ce premier tome tourne surtout autour de la présentation des quelques personnages qui – j'en suis sûre – deviendront le centre du manga. Ainsi nous découvrons en détail Seth, mais nous apprenons aussi plus ou moins de détails sur Alma, Mélie, Doc, Torque ou encore Dragunov.
En soi, c'est un premier tome de Shonen classique qui a tout pour conquérir le coeur des amoureux du genre. Il y a de l'action, des ennemis imposant et intriguant, un héros qui a tout à faire pour s'améliorer mais qui a plus d'un tour dans son sac, des personnages qui gravite autour de lui et qui ont sûrement tous des secrets et un univers qui a encore beaucoup de chose à nous apprendre. Au vu de tout ça je comprends pourquoi les Japonais eux même sont fan de cette licence !
Les personnages : Seth est le héros et donc je vais commencer par lui. Il est infecté et comme tous les autres sorciers il a quelque chose qui le prouve. Pour lui, il s'agit des deux petites cornes sur le haut de sa tête. Il est intrépide donc c'est sans surprise qu'il fonce souvent dans le tas sans avoir réfléchir à la situation avant. Cela fait qu'il cause beaucoup de problèmes autour de lui et notamment à Alma qui l'élève seule. En dehors de ça c'est un garçon qui veut surtout bien faire. Il ne comprend pas pourquoi les gens le détestent sous prétexte qu'il est un infecté et il ne supporte pas les injustices. Son personnage est donc très intéressant car d'un côté il fait souvent plus de mal que de bien, mais d'un autre côté son seul but est d'aider les gens donc on peut difficilement lui en vouloir. J'ai donc vraiment hâte de voir comment il va évoluer !
Passons à Alma, la sorcière qui a élevé Seth seule. On ne sait rien de son passé, pas même comment elle a rencontré Seth ou comment elle s'est retrouvé à l'élever. Mais de ce qu'on en voit, ça n'est pas récent et Seth à l'air de la considérer un peu comme ça mère. Il est inquiet par ce qu'elle peut penser de lui et à peur de la décevoir. Il veut aussi devenir fort pour pouvoir l'aider. Car oui, Alma n'est pas une simple sorcière, son travail est de tuer les Némésis. Je dois avouer avoir envie d'en découvrir plus sur elle. C'est une femme forte qui à l'air d'avoir plus d'un secret. Elle a des maux de tête récurant et un bras en moins, ce qui est pour le moins intriguant. J'ai donc pas mal de question par rapport à son personnage et j'ai hâte d'avoir des réponses.
Seth va aussi rencontrer deux personnages qui vont sûrement l'aider pendant une partie voir toute son aventure. Mélie et Doc. Doc est un sorcier qui travaille comme chercheur dans le but de trouver un remède contre les infections. C'est un homme très peureux qui souhaite juste éviter au maximum les problèmes et donc les personnages comme Seth. de son côté Mélie est une sorcière qui ne manque pas d'énergie mais qui à une infection plutôt particulière. Si Seth à quelque chose de visible, Mélie a elle un dédoublement de personnalité qui est loin de lui faciliter la vie. Malgré tout elle fait partie des personnages que j'ai le plus apprécié dans ce premier tome !
Je ne parlerais pas trop longtemps des Bravery Quartet, même s'ils m'ont bien fait rire. Leurs motivations et ce qu'ils disent tient la route, seulement leur fait font d'eux des personnages qui m'ont énervé. Je ne serais pas étonné qu'on les retrouve à un moment donné dans l'histoire.
Pour finir je parlerai de Torque et Dragunov. Ils font partis de l'Inquisition, Dragunov est un Capitaine et Torque le Général Inquisiteur. Nous ne les voyons pas assez longtemps pour se faire un véritable avis sur eux. Seulement il est clair que Torque est loin d'être un allié potentiel pour Seth et vu que Dragunov est sous ses ordres il est logique de dire qu'il va suivre son général. Malgré tout les deux m'ont fait forte impression.
Point fort : Cela peu paraître peu important, mais pour moi l'un des points fort de ce manga, c'est le fait que ce soit Français, il me semble que ça s'appelle donc un manfra. Il n'y en a pas tant que ça et surtout souvent les gens ont tendance à ne pas se tourner vers ce qui est français. Pourtant Radiant est la preuve vivante que cela marche aussi bien qu'un manga et que les Japonais eux-mêmes peuvent en être totalement fou. Car oui, Radiant est aussi le premier manfra à être publié au japon et en plus à être adapté en anime là-bas. Deux belles reconnaissances qui prouvent que ce manga vaut le détour.
Ensuite je parlerai tout simplement des dessins. Je ne connaissais pas Tony Valente avant Radiant, mais je dois dire que je suis fan de son style. En plus de ça il y a l'histoire qui, dans ce premier tome en tout cas, tient la route. Comme pour tout, il faut voir ce que ça donne sur le long terme, mais pour ma part je suis conquise !
Point faible : Comme souvent quand il s'agit d'un coup de coeur, j'ai du mal à trouver un point faible à l'oeuvre. Et c'est le cas ici. Radiant à une bonne histoire, de beau dessin et des personnages aussi intriguant qu'attachant. Donc vraiment, je ne vois pas quoi dire dans cette catégorie…
Avis global : Vous l'aurez compris, Radiant a su me faire chavirer. Tout me plaît et je n'ai qu'une hâte pouvoir lire la suite, surtout que sur la couverture nous avons un personnage qui n'est pas encore apparu ! Donc j'ai vraiment hâte de continuer ma lecture de Radiant !
Lien : https://lecturesmmdoriane.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tachan
  22 juillet 2020
Je le dis souvent en intro pour ce type de titres, mais j'ai souvent du mal avec les global mangas ou manfras, du coup je n'ose pas les tester de moi-même et me lancer dans leur lecture, sauf quand je rencontre de belles occasions comme ici avec Radiant dont le tome 1 était dispo à 2€ avec les 48h de la BD. Et contrairement à mes a priori, tout comme Talli à l'époque, ce fut une très belle découverte graphique.
J'ai découvert Tony Valente sur les réseaux sociaux où j'ai plus d'une fois admiré ses productions graphiques, mais cet auteur toulousain a déjà une longue carrière de dessinateur derrière lui, puisque remarqué à 15 ans par Didier Tarquin, il commence sa carrière chez Delcourt en 2004 avec la bande dessinée Les Quatre Princes de Ganahan où il réalise les dessins et les couleurs. A peine terminée, il dirige cette fois le projet BD, Hana Attori où il renoue avec ses principales influences : le manga (Dragon Ball, Ranma ½), l'animation japonaise et Lanfeust de Troy. Il a ensuite enchainé les séries et débuté son manfra, Radiant, en 2013. Avec lui, il est le premier auteur de manfra à être publié au Japon et il est reconnu par des mangaka comme Yusuke Murata (One Punch Man) et Hiro Mashima (Fairy Tail).
Avec un CV aussi attractif, je ne pouvais qu'apprécier ma lecture de Radiant et c'est effectivement le cas. Publié pour la première fois en 2013, le titre est toujours en cours avec 13 tomes à son actif, à raison de 1 à 2 tomes par an (sauf 2017 où 3 tomes sortirent !). On y suit un jeune sorcier en formation qui sort du lot.
Dans un univers imaginaire, des monstres, appelés Némésis, tombent du ciel. L'origine de ces monstres reste inconnue, mais une chose est sûre, ils ne sont pas là pour notre bien ! Heureusement, des hommes et des femmes organisent la lutte contre ces Némésis. Ces individus sont des infectés rejetés par la société et bien souvent aussi craints que les créatures elles-mêmes. Ils représentent pourtant le seul et unique rempart contre cette menace. Ce sont les sorciers. D'après certaines rumeurs, ces monstres tomberaient d'un nid de Némésis appelé "Radiant". Seth, le héros, est un adolescent qui a survécu à une attaque de Némésis. Il rêve de vaincre tous les Némésis et d'apporter la paix entre les sorciers et le reste de l'humanité. Pour ce faire, il doit trouver le lieu d'origine des Némésis, le légendaire "Radiant", et ainsi détruire leur berceau. Lui et d'autres sorciers parcourent la région à sa recherche tout en évitant l'inquisition, une organisation opposée aux sorciers.
Voici le résumé du début de l'aventure que nous allons commencer à suivre dès ce tome 1. Celui-ci se présente comme bien souvent dans les shonens d'aventure comme une vaste introduction à l'univers et au héros, le temps que celui-ci se trouve une fine équipe pour l'épauler dans sa quête. Dans un premier chapitre assez long, couvrant la moitié du tome, nous faisons la connaissance de Seth et de celle qui l'élève, Alma. Avec eux on découvre la place de pestiférés que tiennent les sorciers et sorcières dans cet univers puisqu'ils ont été "infectés" mais surtout on les voit à l'oeuvre affrontant un Némésis et luttant contre des sorciers corrompus. Ça donne d'emblée la dynamique du titre, quelque chose de plus ambigu et profond que juste la lutte du bien contre le mal et j'aime ça.
Tony Valente n'a pas juste un joli coup de crayon, il a aussi une bonne idée de scénario en tête, classique mais bien revisité. Les sorciers et sorcières qu'il imagine évoluent dans un monde aux décors variés et enchanteurs mais sombres où les influences de Toriyama, Miyazaki, Kubo, Oda ou Mashima encore se font sentir. C'est un monde plein de nuances où les gentils ne sont pas ce qu'on croit et les méchants non plus. Chacun est noir et blanc à la fois avec des petites touches de chaque, à l'image des héros qui sont des infectés et de certains personnages comme Alma qui ont des caractères de chiens mais sont des nounours à l'intérieur.
Pour l'instant, nous n'en sommes qu'au tout début des aventures du héros. Il a tout juste découvert quelle quête il voulait mener avant de s'y lancer. Il a fait ses premières rencontres de camarades pouvant l'aider mais aussi de créatures et institutions à combattre. Il se lance à peine à l'aventure dans le vaste monde et il a encore plein de choses à découvrir à nos côtés, ses pouvoirs en premier. C'est aussi un aspect classique en héroïc-fantasy qui m'a plu ici. le héros a des pouvoirs qui sortent du commun, du moins qui ne se manifestent pas comme pour les autres et il doit à la fois apprendre à les maîtriser et à les cacher. Ce sera l'un des enjeux du début de cette saga que j'ai vraiment très envie de poursuivre.
Dans les petits points noirs, parce qu'il y en a, j'ai trouvé les influences de l'auteur très, peut-être trop présentes parfois, surtout vu leur nombre. Ça donne une impression de trop de choses diverses et variées et ça aurait gagné à être plus épuré. de la même façon, la narration est parfois trop abondante et volatile ce qui alourdit la lecture. On est également dans du pur shonen d'aventure avec les travers qui vont avec, du moins pour moi, comme des émotions trop exacerbée voire exagérée dans leur démonstration. Mais ce ne sont que des petits réglages à faire qui ont d'ailleurs peut-être été faits depuis dans les tomes suivants.
Là où je suis 100% satisfaite par contre, et je ne croyais pas le dire vu mes réticences envers les manfras, c'est au niveau des dessins et de la mise en page. Pour moi, l'auteur a entièrement compris et assimilé l'essence des shonens mangas et a pondu ici une copie parfaite du genre, au point que je n'aurais jamais pu deviner que ça n'avait pas été fait par un japonais si on ne me l'avait pas dit, chapeau ! C'est vraiment un très gros point positif pour moi et ce n'était pas gagné tant je suis difficile là-dessus >< Mais c'est vraiment super bien maitrisé. le trait est sûr, varié et amusant. Les décors sont riches et imaginatifs. J'adore tous les paysages, costumes et artefacts imaginés. Ils ont la patte Toriyama, Oda et autres, que j'aime. C'est un régal pour les yeux et ils passent super bien en noir et blanc. Je suis plus réservée concernant la colorisation numérique que je trouve trop lisse pour le moment... le reste est vraiment excellent.
Je ne m'y attendais pas, j'avais même hésité à le prendre, mais Radiant fut vraiment une belle surprise, un manfra qui m'a vraiment convaincue et donné envie de lire la suite malgré les petits réglages qu'il lui reste à faire. Sur une base d'histoire d'héroïc fantasy classique, l'auteur creuse un sillon plus sombre et complexe qui me semble prometteur et invite à l'aventure et au voyage. Je serai au rendez-vous pour la suite !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Saiwhisper
  27 juillet 2020
Chouette surprise avec Radiant que j'ai découvert avec les 48H BD. Cette saga française n'a rien à envier aux séries japonaises, car on retrouve des ingrédients promettant la réussite : humour, combats, magie, personnages hauts en couleurs, etc. J'ai apprécié ce premier opus frais, dynamique et drôle. de plus, les illustrations sont très réussies ! Tony Valente a un bon coup de crayon et parvient bien à reprendre les codes du genre. On trouve un juste milieu entre personnages expressifs, décors parfois travaillés d'autres fois non, chibis, perspectives impressionnantes, … C'est un style qui passe bien ! En outre, j'ai trouvé certains chara-design originaux, notamment celui d'Alma, la mentor du héros. Cheveux en brosse, bras en moins, piercing et yeux cernés de khôl, air sévère, Alma m'a impressionnée dès son apparition. Son tempérament impulsif, râleur, sage et protecteur n'a pas mis longtemps avant de me séduire. En outre, j'ai trouvé qu'elle faisait un bon duo avec Seth. Dommage que ce dernier décide de partir à l'aventure en solo. J'espère qu'on aura l'occasion de la revoir, même si j'en doute. de son côté, Seth est un héros classique, mais sympathique. Dans la lignée de Naruto, l'adolescent est du genre tout feu tout flamme : naïf, il fonce tête baissée, utilise ses poings, se montre insouciant et se met parfois dans des galères incroyables. Seth est aussi quelqu'un de loyal, déterminé, combattif, drôle et honnête.
L'univers est intéressant. J'ai été intriguée par les Némésis, des monstres surgissant de nulle part. On ignore encore leurs origines cependant, je suppose que ce sera développé plus tard. le premier Némésis que l'on croise m'a rappelé les esprits de la forêt (Princesse Monoké) ou le Sans-visage (Le voyage de Chihiro) en plus titanesque. On sent que l'auteur a plusieurs influences que ce soit des mangas (Dragon Ball, One Piece, Rave, Fairy Tail, etc.), de BD ou de jeux vidéo (Monsieur Boobrie fait très Mog de Final Fantasy !). le monde semble bien structuré et prometteur, notamment avec son idée de sorciers, des personnes infectées qui se battent contre les monstres. Comme Geralt, le sorceleur, les sorciers sont craints, mais utiles, car ils disposent de pouvoirs incommensurables et d'artefacts utiles pour protéger la populace. Une fois encore, on en sait peu, mais ce premier tome pose bien les bases et promet du bon pour la suite ! Je suis donc curieuse de découvrir davantage ces sorciers, les inquisiteurs (police) et les Némésis.
L'humour est omniprésent que ce soit avec des répliques savoureuses, des vannes, des situations loufoques ou des dessins amusants. Je pense qu'il y a un peu de tout : les lecteurs devraient y trouver leur compte. Certes, c'est parfois un peu excessif, mais cela ne me dérange pas spécialement. (Peut-être changerais-je de discours si j'enchaînais les volumes !) Bref, un shonen qui ne sort pas des sentiers battus, mais qui est très agréable. Si mes lecteurs réclament la suite de ce manfra, je la lirai avec grand plaisir.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MassLunar
  12 juillet 2020
Cette lecture a été réalisé à l'occasion des 48h de la bd ce premier week-end de Juillet. le premier volume de Radiant fait en effet partie des titres mangas à 2 euros pour la sélection de cette année à l'instar de Fire Force, Seven Deadly Sins et Arslan. Pour plus de commodités et plus de visibilité, j'ai choisi de ne pas faire ma critique sur l'édition des 48h, une édition qui propose une couverture alternative assortie à une absence de jaquette. Une édition plus "cartonnée " en somme.
Forcément , je connaissais Radiant de réputation en raison de ses origines françaises. C'est simple, Radiant, c'est a priori l'un des "franga" (quel vilain mot) de référence. On parlera davantage de global manga, expression que j'ai découvert à l'instant et qui se révèle plus aguicheur et plus ambitieux. Il faut dire que Tony Valente peut se sentir. Son manga qui devait paraître en trois tomes au départ , si j'en crois quelques vielles infos du net, compte aujourd'hui 13 volumes et a fait l'objet d'une adaptation en anime par un studio japonais. C'est pas beau ça ? Qu'on soit chauvin ou non, il faut tout de même saluer le joli parcours de ce titre dessiné par un français qui a su se faire une place à l'internationale.
Quelles sont les clés de ce succès ? Peut-être est ce dû au fait que Tony Valente a plutôt réussi une bonne entrée en matière. Ce premier volume est clair, limpide tout en présentant efficacement son background. Un monde de fantasy aérienne avec un petit côté urbain dans lequel des parias tentent de bolosser du monstre à coups de sorts et de tatanes. C'est simple et efficace. Tony Valente maîtrise son trait et sans jouer la carte du pale reflet prend un certain soin à aiguiser son chara-design et ses décors. Alors, certes, c'est du shonen nekketsu avec certains mêmes codes comme la tête brûlée du héros ou la mentor autoritaire et sérieuse. Radiant ne révolutionne pas le shonen, loin de là, mais il demeure fort sympathique sans tomber dans la démesure. L'un des points forts de ce premier volume est de réussir une bonne entrée en fanfare avec action et humour. L'humour est sans doute le gros point fort de cette série. Tony Valente fait preuve d'un véritable tempo comique. Les répliques fusent avec un humour verbale assez réussie bourrée de répétitions et de malentendus. Pour un premier volume, l'auteur laisse place à de la légèreté même si on retrouve les habituels gros plans dramatiques qui étoffent bien évidemment l'intrigue et laissent présager la teneur dramatique d'un titre où les héros sont aussi des parias.
Même si avec ce premier tome, nous sommes cantonnés à du classique shonen sous certains points, nul doute que Radiant offre un départ radieux.
Convaincu par ce Radiant à l'occasion des 48h de la bd, ce premier volume classique mais bien maîtrisé nous laisse une bonne sensation à la fin de la lecture, notamment grâce à son tempo comique réussie qui témoigne de l'enthousiasme de Tony Valente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52


critiques presse (5)
LeMonde   20 décembre 2018
Radiant est d’autant plus remarquable qu’il porte un discours politique plutôt fort, avec un regard sur la notion d’étranger, le racisme, l’immigration. Les sorciers de Radiant sont des humains qui ont survécu à une contamination des monstres Némésis.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Elbakin.net   04 novembre 2013
Pour un tome de mise en place, on suit le tout avec grand plaisir et sans avoir jamais l’impression que Tony Valente se laisse écraser par la masse d’informations à semer ici ou là.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Sceneario   30 juillet 2013
Si les bonnes idées sont légions, le livre vaut aussi par ses personnages attachants. Tous sont dotés de caractères et de caractéristiques intéressantes.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   05 juillet 2013
Grâce à un vrai talent graphique et une bonne compréhension des codes du manga, l’auteur parvient à produire un premier tome d’excellente facture.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   05 juillet 2013
Une telle maîtrise de tous les codes du manga et un premier coup d’œil qui ne laisserait jamais croire à une BD française font déjà de Radiant la meilleure référence du genre !
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
VanesVanes   25 novembre 2013
Seth : J'ai eu mon premier némésis !!! Ha Ha !! Alma tu ne peux plus le nier, je suis prêt !
Villageois : Il... Il est fier de lui ?!
Seth : Vous en faites une tête les vioques ! Détendez-vous, ces némésis ne vont pas revenir de sitôt !
Villageois : Qu..Quels némésis ?
Seth : ... C'étaient pas des némésis ?!
Villageois : Bien sûr que non !!! C'étaient de paisibles herbivores !!
Seth : Ah ? Mais vous aviez l'air mal en point !
Villageois : On se tapait un roupillon pendant que nos vachidermes broutaient !! On se relaxai ! Tranquillou !!
Seth : Encore loupé ! Si Alma avait vu ça, elle m'aurait zigouillé... Pouah, on a évité la cata !!
Villageois : Evité... la cata ? HAAAA ! ON VA T'ETRIPER, VANDALE !! SAUVAGE !! ATTRAPEZ-LE !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   27 juillet 2020
- C’est fini, Seth… Tu ne poses plus les pieds sur un îlot habité.
- Pas avant combien de temps ?
- Pas avant que tu sois mort !!
Commenter  J’apprécie          90
BdecouverteBdecouverte   06 avril 2020
- moi, j'ai des fleurs qui poussent n'importe où. Regardez, en ce moment j'en ai une sur le bout du g...
[BLARF]
- Il parlait de son genou, boss !
Commenter  J’apprécie          30
SaiwhisperSaiwhisper   27 juillet 2020
- Ce sauvageon a brutalisé nos bêtes !
- Et il a mis notre troupeau en fuite !!
- Ouille ! Rgnhhh !!!
- Seth, dis-moi que c'est pas vrai !
- Que c'est pas vrai...
Commenter  J’apprécie          10
Stephanie39Stephanie39   27 juillet 2019
Tes bonnes intentions ne suffisent pas à faire de toi un chic type.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Tony Valente (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tony Valente
Le Salon dans tes oreilles - S1E47 - L'Atelier BD animé par Jean-Dominic Leduc
Jean-Dominic Leduc (comédien, libraire, chroniqueur, auteur, etc.) présente avec tout l'enthousiasme qu'on lui connaît, aux jeunes et aux moins jeunes, l'art de la bande dessinée. Petit historique du 9e art, présentation des séries jeunesse incontournables: une activité à la fois ludique, interactive et fort instructive!
Avec : Jocelyn Boisvert, Auteurrice Masashi Kishimoto, Auteurrice Tony Valente, Auteurrice Vincent Dugomier, Auteurrice Nob, Auteurrice Pascal Jousselin, Auteurrice Pascal Colpron, Auteurrice Mikio Ikemoto, Auteurrice Jean-Dominic Leduc, Animateurrice
Livres : Radiant Volume 14 Dad Volume 6, Père à tout faire Imbattable T.2 -Super-héros de proximité Mort et déterré Tome 1 - Un cadavre en cavale Boruto T.9 Naruto t.72 Les enfants de la Résistance T.6 : Désobéir !
Le Salon dans tes oreilles est un balado issu des entrevues, tables rondes, et cabarets enregistrés dans le cadre du Salon du livre de Montréal 2020. Écoutez des auteurs, autrices et personnalités parler de livre, de lecture et d'écriture et échanger autour des cinq thématiques suivantes: le Féminisme, la Pluralité des voix, 2020, et après?, Récit et inspiration et Famille et enfance. Bonne écoute!
Abonnez-vous: https://feeds.buzzsprout.com/1678609.rss
+ Lire la suite
autres livres classés : némésisVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1192 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre