AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Tony Valente (Autre)
EAN : 9791033511816
Éditeur : Ankama Editions (19/06/2020)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 92 notes)
Résumé :
Seth est un aspirant sorcier de la région des Pompo Hills. Comme tous les sorciers, c'est un « infecté » : un des rares êtres vivants ayant survécu au contact des Némésis, ces créatures tombées du ciel qui contaminent et déciment tous ceux qu'elles touchent. Son apparente immunité lui a fait choisir une voie qui lui semblait toute désignée : devenir Chasseur et combattre les Némésis.
Mais plus que ça, Seth souhaite s'engager dans une quête qui dépasse la simp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  28 février 2020
En 2013 a déboulé le "Radiant" du très humble Tony Valente (les spécialistes disent « ça ne révolutionne pas le genre », parce que le mot « humilité » ne fait pas partie de leur vocabulaire et/ou de leur cursus universitaire). Et je l’avais trouvé sympathique, dynamique et bien dessiné. Mais je n’avais pas donné suite. Quand j’ai appris que les Japonais avaient décidé de l’adapter à l’écran j’ai été pris de curiosité, et j’ai trouvé cela sympathique et dynamique, bien coloré et bien animé. Et j’ai donné suite malgré un passage à vide rempli de fillers, pour arriver à l’Arc Rumble Town et aux fameux épisodes 17 et 18 de la saison 1. Sans prévenir on m’a plongé une nouvelle fois dans ce chaudron de potion magique qu’est le shonen nekketsu !
Le mangaka toulousain Tony Valente n'a jamais caché qu'il était fan du "Dragon Ball" d'Akira Toriyama et du "One Piece" d'Eiichirô Oda (en sachant qu'Eiichirô Oda a a toujours été fan d'Akira Toriyama), du coup difficile de savoir si "Radiant" c'est "Dragon Ball" scénarisé par Eiichirô Oda ou "One Piece" dessiné par Akira Toriyama. On retrouve les qualités et les défauts des deux auteurs japonais (on aurait pu se passer du Toilet Humor d'Akira Toriyama, assez horripilant au départ puis épisodique par la suite, et on aurait pu se passer des cabotineurs d'Eiichirô Oda qui ne cessent de gueuler et de gesticuler, assez horripilants au départ puis épisodiques par la suite), mais je ne sais pas si c'est conscient ou inconscient mais Tony Valente sublime leurs héritages en les mariant à ceux des "X-Men" de la grande époque de Chris Claremont. Oui les sorciers sont être singuliers qui ont survécu aux mystérieux némésis (Tony Valente a bien écrit que le donner le nom de la déesse de la vengeance est un choix assumé qui sera expliqué plus tard dans la série), à qui le destin a confié de grands pouvoirs donc de grandes responsabilités malgré leur surnom d'« infectés » et leur traitement de « pestiférés ». Ils peuvent donc devenir dieux ou diables, et c'est pour cela que l'Inquisition veut les neutraliser (comme la Marine de "One Piece") et que les Barons marchands veulent les exploiter (comme les Dragons Célestes de "One Piece"). Mais c'est aussi pour cela que les sorciers terroristes (les Domitors) veulent renverser l'ordre établi à leur profit, que les sorciers cannibales (la Mesnie) dévorent les plus chanceux d'entre eux pour absorber et combiner leurs dons pour atteindre le pouvoir absolu… Dans un monde où comme IRL les élites autoproclamées recourent à la peur et à l'ignorance dans l'optique de mieux diviser pour mieux régner, que peuvent faire les âmes de bonne volonté comme les pioupious de l'académie pour surdoués de Lord Master Majesty ou les chevaliers-sorciers de la Reine Boadicée ?
Le monde créé par Tony Valente est immense (il est d'ailleurs arcanepunk et largement inspiré par les JRPG)… Il reprend l'idée des quatre quarts de One Piece, on nous découvrons au départ la partie Nord-Ouest d'un monde divisé entre l'univers d'en-bas et l'univers d'en-haut. C'est ainsi qu'on fait la connaissance des Pompo Hills, des Royaumes d'Estrie, de Cyfandir, des États Ponantins, de l'Inlandsis ou du Septentrium. C'est plein de nations et de factions, et je ne doute pas un instant qu'on va tôt au tard se balader dans les autres parties du monde, ou que tôt ou tard on va croiser des personnages issus des autres parties du monde. L'auteur recourt à mort à la technique du foreshadowing, et comme ses arcs sont courts contrairement à "One Piece" où ils peuvent atteindre jusqu'à 20 tomes et plus on n'a pas l'impression que c'est de la fumisterie (au contraire on a l'impression que chaque chose viendra en temps utile). C'est ainsi qu'il approfondit son univers dans le temps et qu'il pose une question cruciale : si les sorciers tirent leurs pouvoirs de leurs contacts avec les némésis (souvent mortels pour le commun des mortels), monstres capables d'utiliser la magie qui tombent du ciel n'importe où et n'importe quand, comment ont-ils pu dominer l'humanité et établir une magiocratie mondialisée à une époque où les némésis n'existaient pas encore. D'ailleurs s'ils étaient si puissants que cela, comment un simple paysan a-t-il pu organiser la révolution mondiale, les chasser du pouvoir et fonder l'Inquisition pour qu'ils ne l'obtiennent plus jamais ? (contrairement aux mangakas qui agissent avant de réfléchir, Tony Valente a promis qu'il savait où il allait et que toutes les questions trouveraient leurs réponses)
Nous suivons donc les pas de Seth un sorcier cornu qui contrairement à ses confrères et consoeurs peut manipuler la magie à mains nues, élevé par Alma un traqueuse indépendante qui vit de la chasse de némésis. On aurait pu les nommer Goku et Gohan tellement ils vivent à l'écart du monde, mais cela va beaucoup plus loin que cela. Seth a toujours vécu dans la haine et la violence, le mépris et l'indifférence, mais Alma lui a fait jurer de en jamais céder à la colère pour devenir un monstre… C'est ainsi que naïvement il a décidé de partir en quête du Radiant, la légendaire source des némésis car pour lui plus de némésis, plus des sorciers / infectés, donc plus de différences entres les peuples, donc plus de haine de violence, plus de mépris et d'indifférence. Il se lance à l'aventure et s'entraîne comme un fou, et dès le tome 3 il tombe sur son âme soeur passée du Côté Obscur. Il n'est pas meilleur moyen de vaincre un ennemi que de le transformer en ami, et grâce à la force de l'espoir et l'amitié il parvient à la ramener du Côté Clair mais pas la sauver… Parfois toute la force du monde ne sert à rien, et Seth se prend la dure réalité du monde est plein visage. Son Goku n'avait pas d'objectif, Luffy avait un objectif personnel, Seth lui a un objectif universel : il est un nouvel avatar du Héros aux mille et un visages, et la tragédie qu'il a vécu le fait passer d'adolescent égoïste à adulte altruiste. Il n'est plus en quête d'une chimère mais en croisade contre les forces obscures de la crevardise, et chaque instant de sa vie est dévolu à la défense de la liberté, de l'égalité et de la fraternité (ces valeurs oubliées par la ploutocratie mondialisée qui ne voient les gens que comme des « ressources humaines » corvéables, exploitables et jetables à merci). Il devient le changement qu'il veut en son monde, car tous les hommes et femmes doivent devenir frères et soeurs ou mourir comme idiots. Face l'Armada de Torquema et à l'Argent-Roi des Barons-marchands il croit être seul contre tous, mais il est désormais le dépositaire des rêves et des espoirs de tout un monde, et peu à peu ses convictions comme ses doutes assaillent ses amis et parfois ses ennemis : qu'il le veuille ou non il devient un « nexus », à savoir que le monde regarde là où il tourne la tête… Mais à cause des amnésies d'Alma il ne sait pas qui il est ni d'où il vient, ses rencontres avec ses frères appartenant à différentes factions ne font que jeter la confusion dans son esprit (l'un d'entre eux oeuvre-il au retour de la Bête Immonde ?), les différentes personnalités de son amie Mélie pourraient lui réserver bien des surprises alors même qu'il fait alliance avec Grimm, un mystérieux sorcier aux nombreux secrets qui parle de lui à la troisième personne et qui semble avoir de sérieux comptes à régler avec les plus dangereux magiciens du monde... Peu importe, il sait ce qu'il veut et où il va, donc To Be Continued et merci à Tony Valente qui dans sa catégorie joue désormais dans la cour des grands !!!

Dans ce tome 1, nous découvrons le duo formé par Alma, sorcière traqueuse acariâtre, manchote et amnésique, qui élève Seth, sorcier cornu, naïf, puissant mais insouciant. Et les valeurs et compétences de notre jeune adolescent orphelin sont mises à rude épreuve quand il doit simultanément affronter un némésis et les sorciers criminels du Bravery Quartet. Mais Seth élevé à la bonne école d'Alma est un individu de conviction : il ne lâche rien et combat les uns et les autres pour sauver la communauté qui l'a toujours bolossé et grâce à la force de l'espoir et de l'amitié il finit par triompher…
Quand arrive Doc, le sorcier chercheur de l'Artémis (avec sa trouillitude et ses savoureux tics de langage), Seth prend la décision qu'il doit voler de ses propres ailes. C'est avec moult déchirements qu'il se sépare de sa mentor Alma pour partir vers d'autres horizons, et c'est ainsi qu'il fait connaissance de Mélie la sorcière trappeuse victime de de personnalités multiples (complètement calquée sur le personnage de Lunch de "Dragon Ball", et c'est très très cool), de Monsieur Boobrie son indéfectible animal de compagnie, de Yaga le super-sorcier du Covent des Treize qui va le prendre sous son aile, de Lord Master Majesty le chat jaune qui gouverne un havre de paix pour les sorciers (et pourtant on lui avait dit de se méfier de lui hein !), ainsi que de Dart Dragunov le veilleur des Pompo Hills qui bon an mal an exécute les ordres de Torque le Fauve le général en chef des Inquisiteurs (et sans s'en rendre compte Seth plante en lui les germes du doute : son plus ancien adversaire pourrait bien devenir à l'avenir son plus puissant allié)…
Bon force est de constater que Tony Valente n'est pas encore au sommet de son talent, scénaristique comme graphique. Mais toutes les grandes choses doivent commencer petitement… C'est tellement concentré que cela en devient trop rythmé, l'auteur se sentant obligé comme bon nombre de ses collègues français de balancer une vanne par case voire par phylactère. Seth gesticule et de vocifère pour occuper le devant de la scène, pourtant il n'a aucunement besoin de cela pour y parvenir (et puis son humour de caillera toulousaine est selon mes goûts plus ou moins sur courant alternatif)... le mangaka français suit encore ses mentors japonais sans s'en affranchir : la route est droite, mais la pente est forte !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3311
LesLecturesdOriane
  20 octobre 2018
Mon avis :
L'histoire : Les Némésis sont des monstres qui sèment la terreur partout où ils atterrissent. Les seules personnes capables de leur tenir tête sont des infectés, aussi appelé sorciers. Ce sont des gens qui ont survécu au contact d'un Némésis et qui maintenant peuvent les toucher sans mourir sur le coup. Mais s'ils sont le seul espoir des humains normaux, ils sont aussi encore plus crains et détesté que les Némésis eux même… Seth est jeune garçon qui rêve de devenir un sorcier à part entière pour pouvoir combattre les Némésis. Seulement il est loin d'être doué pour le moment, si on omet son talent pour se mettre dans le pétrin. Mais sa vie pourrait bien changer quand un Némésis atterri dans la ville juste en dessous de là où il vit.
J'entends beaucoup parler de Radiant depuis que c'est sortit. le fait que ce soit un manga français joue beaucoup et ça m'a toujours intrigué. Surtout que j'aime beaucoup le travail d'Ankama, que je trouve le dessin superbe et l'histoire intéressante. Seulement j'ai attendu encore et encore et au final je ne m'y mets que maintenant. Pourquoi ? Car l'univers revient sur le devant de la scène avec une anime. de ce fait ma curiosité a de nouveau était piqué sauf que cette fois j'ai été jusqu'au bout et j'ai lu le premier tome.
Nous découvrons donc Seth, aspirant sorcier, qui a de grand rêve mais qui peine à les réaliser. Pourtant il n'y met pas de la mauvaise volonté, mais en voulant bien faire il va souvent trop loin. Comme souvent, ce premier tome tourne surtout autour de la présentation des quelques personnages qui – j'en suis sûre – deviendront le centre du manga. Ainsi nous découvrons en détail Seth, mais nous apprenons aussi plus ou moins de détails sur Alma, Mélie, Doc, Torque ou encore Dragunov.
En soi, c'est un premier tome de Shonen classique qui a tout pour conquérir le coeur des amoureux du genre. Il y a de l'action, des ennemis imposant et intriguant, un héros qui a tout à faire pour s'améliorer mais qui a plus d'un tour dans son sac, des personnages qui gravite autour de lui et qui ont sûrement tous des secrets et un univers qui a encore beaucoup de chose à nous apprendre. Au vu de tout ça je comprends pourquoi les Japonais eux même sont fan de cette licence !
Les personnages : Seth est le héros et donc je vais commencer par lui. Il est infecté et comme tous les autres sorciers il a quelque chose qui le prouve. Pour lui, il s'agit des deux petites cornes sur le haut de sa tête. Il est intrépide donc c'est sans surprise qu'il fonce souvent dans le tas sans avoir réfléchir à la situation avant. Cela fait qu'il cause beaucoup de problèmes autour de lui et notamment à Alma qui l'élève seule. En dehors de ça c'est un garçon qui veut surtout bien faire. Il ne comprend pas pourquoi les gens le détestent sous prétexte qu'il est un infecté et il ne supporte pas les injustices. Son personnage est donc très intéressant car d'un côté il fait souvent plus de mal que de bien, mais d'un autre côté son seul but est d'aider les gens donc on peut difficilement lui en vouloir. J'ai donc vraiment hâte de voir comment il va évoluer !
Passons à Alma, la sorcière qui a élevé Seth seule. On ne sait rien de son passé, pas même comment elle a rencontré Seth ou comment elle s'est retrouvé à l'élever. Mais de ce qu'on en voit, ça n'est pas récent et Seth à l'air de la considérer un peu comme ça mère. Il est inquiet par ce qu'elle peut penser de lui et à peur de la décevoir. Il veut aussi devenir fort pour pouvoir l'aider. Car oui, Alma n'est pas une simple sorcière, son travail est de tuer les Némésis. Je dois avouer avoir envie d'en découvrir plus sur elle. C'est une femme forte qui à l'air d'avoir plus d'un secret. Elle a des maux de tête récurant et un bras en moins, ce qui est pour le moins intriguant. J'ai donc pas mal de question par rapport à son personnage et j'ai hâte d'avoir des réponses.
Seth va aussi rencontrer deux personnages qui vont sûrement l'aider pendant une partie voir toute son aventure. Mélie et Doc. Doc est un sorcier qui travaille comme chercheur dans le but de trouver un remède contre les infections. C'est un homme très peureux qui souhaite juste éviter au maximum les problèmes et donc les personnages comme Seth. de son côté Mélie est une sorcière qui ne manque pas d'énergie mais qui à une infection plutôt particulière. Si Seth à quelque chose de visible, Mélie a elle un dédoublement de personnalité qui est loin de lui faciliter la vie. Malgré tout elle fait partie des personnages que j'ai le plus apprécié dans ce premier tome !
Je ne parlerais pas trop longtemps des Bravery Quartet, même s'ils m'ont bien fait rire. Leurs motivations et ce qu'ils disent tient la route, seulement leur fait font d'eux des personnages qui m'ont énervé. Je ne serais pas étonné qu'on les retrouve à un moment donné dans l'histoire.
Pour finir je parlerai de Torque et Dragunov. Ils font partis de l'Inquisition, Dragunov est un Capitaine et Torque le Général Inquisiteur. Nous ne les voyons pas assez longtemps pour se faire un véritable avis sur eux. Seulement il est clair que Torque est loin d'être un allié potentiel pour Seth et vu que Dragunov est sous ses ordres il est logique de dire qu'il va suivre son général. Malgré tout les deux m'ont fait forte impression.
Point fort : Cela peu paraître peu important, mais pour moi l'un des points fort de ce manga, c'est le fait que ce soit Français, il me semble que ça s'appelle donc un manfra. Il n'y en a pas tant que ça et surtout souvent les gens ont tendance à ne pas se tourner vers ce qui est français. Pourtant Radiant est la preuve vivante que cela marche aussi bien qu'un manga et que les Japonais eux-mêmes peuvent en être totalement fou. Car oui, Radiant est aussi le premier manfra à être publié au japon et en plus à être adapté en anime là-bas. Deux belles reconnaissances qui prouvent que ce manga vaut le détour.
Ensuite je parlerai tout simplement des dessins. Je ne connaissais pas Tony Valente avant Radiant, mais je dois dire que je suis fan de son style. En plus de ça il y a l'histoire qui, dans ce premier tome en tout cas, tient la route. Comme pour tout, il faut voir ce que ça donne sur le long terme, mais pour ma part je suis conquise !
Point faible : Comme souvent quand il s'agit d'un coup de coeur, j'ai du mal à trouver un point faible à l'oeuvre. Et c'est le cas ici. Radiant à une bonne histoire, de beau dessin et des personnages aussi intriguant qu'attachant. Donc vraiment, je ne vois pas quoi dire dans cette catégorie…
Avis global : Vous l'aurez compris, Radiant a su me faire chavirer. Tout me plaît et je n'ai qu'une hâte pouvoir lire la suite, surtout que sur la couverture nous avons un personnage qui n'est pas encore apparu ! Donc j'ai vraiment hâte de continuer ma lecture de Radiant !
Lien : https://lecturesmmdoriane.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Elna160
  03 octobre 2015
Un encrage noir au style de Blue Exorcist, un héros craint et rejeté des autres à cause de ses étranges pouvoirs à la Naruto, des personnages aux inspirations de divers mangas comme Fairy Tail avec Alma qui a comme un air de famille avec Gadjeel, une Mélie façon Lunch dans Dragon Ball Z, ou encore Bleach et One Peace, mais c'est surtout un design grandement influencé par le brillantissime Yusuke Morata. Car si certains trouvent à notre protagoniste une tête proche de celle de Gon de Hunter X Hunter (Où voient-ils une ressemblance ? Ah si, y'en a peut-être une... Toute petite alors.) moi je lui trouve une grande ressemblance avec Seena du cultissime manga Eyeshield 21. Pour ceux qui ne connaissent pas, foncez ! Ou encore un petit côté Tsunayoshi de Katekyo Hitman Reborn. Tous ces points, et pleins d'autres clins d’œil que je ne pourrais lister aux mangas japonais qui ont dû à un moment ou un autre influencer Tony Valente, expliquent en partie le succès que connait ce manga aujourd'hui.
Alors concrètement, Radiant c'est quoi ? Car le synopsis n'aide pas beaucoup à se faire une idée de l'histoire générale, donnant au contraire un côté plutôt mystérieux. Dans le monde de Radiant, il pleut des monstres. Littéralement. Ces monstres appelés Némésis sont d'horribles saletés. Ne connaissant que la destruction, ils électrocutent quiconque les touche. Si bon nombre de personnes meurent à leur contact, une infime minorité survie et se retrouve infectée. Ces survivants sont alors capables d'utiliser la "magie" à travers des objets bien spécifiques et se retrouvent être les seuls à pouvoir lutter contre les Némésis. Cependant, ce pouvoir s'accompagne d'une mutation physique ou mentale plus ou moins contraignante et ils sont rejetés des humains "normaux" qui les désignent alors sous l'appellation "sorciers".
C'est dans ce contexte qu'on suit Seth, un jeune boulet, une calamité, un looser incroyablement attachant qui aspire à devenir un traqueur de Némésis en se formant aux côtés de la sorcière Alma. Cependant, si Seth est tout sauf doué pour l'utilisation de la magie il est tout aussi - voire plus - destructeur qu'un Némésis, ce qui lui vaut d'être incompris et rejetté peut-être encore plus violemment qu'un autre sorcier. Sa mutation à lui ? De jolies petites cornes sur la tête qui lui valent d'être souvent traîté de monstre. Hors, il n'y a pas plus naïf et idéaliste que ce jeune sorcier qui, malgré l'exclusion, ne manque pas de bonne volonté - certes exprimée de manière maladroite - et désire protéger les humains des véritables monstres. Pour cela, il ne voit pas d'autre solution : Partir à la recherche du Radiant, le berceau des Némésis, et le détruire. Or, si ce jeune idiot ne doute en aucun cas de son existence, le Radiant ne reste rien de plus qu'une légende.
En sommes, une quête des plus classiques et qui pourtant est pleine de promesses. Le dessin de Tony Valente est magnifique et son style mélange avec une grande habilité l'univers japonais et un autre, un peu plus Frenchie. L'histoire, au même titre que ses prédécesseurs cités plus haut qui ont su s'imposer dans le commerce français, nous pose le décors dans lequel le mangaka cherche à nous immerger sans pour autant traîner en longueur ni être trop lourde. Et la stupidité de Seth y aide pour beaucoup car c'est à travers ses pitreries que nous en apprenons le plus sur le monde des humains, des sorciers et des Némésis. Et je dois dire que les expressions utilisées dans l’œuvre m'ont fait sourire de nombreuses fois. Ah, qu'il est bon de voir de vraies expressions françaises dans un manga alors qu'elles sont si difficiles à placer dans les traductions - Je tiens à souligner que les maisons d'édition font de très bonnes traductions, je ne les critique en rien. Et Tony a su insérer astucieusement les "leçons de morales" qui sont inséparables de nos chers mangas japonais.
Non, vraiment, Radiant est un très bon manga qui mérite amplement qu'on s'intéresse à lui.
En résumé, Radiant est manga qui aura réussi à me réconcilier avec les mangas français. Avec un simple coup d’œil, si l'on m'avait dit qu'il s'agissait d'un manga japonais, j'aurais sauté dedans les pieds joints et les yeux bandés. Les dessins sont parfaitement réalisés - témoins des années d'entraînement de Tony Valente aux méthodes traditionnelles du manga -, les personnages attachants et un scénario qui tient la route. Un manga qui, à n'en pas douter, va faire parler de lui.

Chronique rédigée par Elodie
Lien : http://leslecturesdelna.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GeeknBook
  07 avril 2020
J'ai découvert Radiant par pur hasard alors que je me promenais dans les rayons de ma librairie. La couverture du premier tome a capté mon regard parce que j'aimais beaucoup la façon dont le personnage était dessiné et les couleurs bleu/orangé qui reviennent sur chaque couverture. C'est après l'avoir rapidement feuilleté que j'ai conclu que ce shonen pourrait me plaire. Je ne pensais cependant pas avoir un tel coup de coeur sur ce manga et me retrouver à acheter tous les tomes dès leurs sorties, en coffret collector lorsque c'était possible. Pour commencer, le simple fait de savoir que son auteur est français et que l'oeuvre fait partie des rares mangas non japonais à avoir été publiés au Japon, mieux encore, a avoir eu droit à son propre animé a suffi à conforter mon avis.
L'un des gros points forts de cette lecture c'est que pour une fois dans un manga on se passe de traduction. Pas d'astérisque en bas de page pour nous expliquer le jeu de mot, les kanjis ou la référence typiquement japonaise etc. Même si j'apprécie les oeuvres nippones, les traductions nous font souvent perdre beaucoup. Dans ce shonen c'est un véritable plaisir de sentir la patte française de son auteur avec un humour qui nous est connu et que j'ai personnellement beaucoup apprécié. Les réparties de certains personnages -je pense notamment à Alma- sont de vraies pépites mêlant sarcasme et ironie comme on aime si bien le faire en France ! Les jeux de mots sont tout aussi présents que dans certaines oeuvres japonaises -en particulier les jeux de mot douteux- et d'autant plus appréciables qu'on les comprend immédiatement et sans explication (contrairement à nos amis japonais qui eux pour une fois risquent d'en avoir besoin !)
En ce qui concerne l'histoire, l'intrigue tient la route et offre son lot de surprises pour maintenir l'attention du lecteur. Mais là où Tony Valente est extrêmement fort, c'est dans la création de ses personnages, j'ai l'impression de retomber dans la découverte de Naruto ou de Dragon Ball Z: on est dans un shonen qui nous propose beaucoup de personnages colorés et pétillants avec des qualités et des défauts bien équilibrés -le lecteur n'aura de cesse de se morfondre devant la stupidité du jeune héros Seth. Plus encore, des questions actuelles, politiques et morales sont habilement glissées par le mangaka dans les péripéties que subissent Seth, Mélie et Doc: entre le rejet des Infectés, le refus de certains personnages d'accepter, la cohabitation de populations différentes dans une même ville et l'Inquisition qui se balade étonnamment entre gentils et méchants au long de l'histoire, on a de quoi faire ! Dans l'univers de Radiant, j'apprécie aussi la balance des pouvoirs que possèdent les Infectés: un don pour une infection, laquelle peut prendre la forme d'une malformation physique, de blessures, de maux de tête, de transformations etc. mais toujours de quelque chose de négatif, une sorte de malus en échange de la possibilité de pouvoir utiliser la magie. Cette approche de la magie étant assez originale.
Pour finir, j'adore très franchement le coup de crayon de Tony Valente. Des planches précises et très bien travaillées avec des scènes de combats aussi riches que détaillées ! C'est un régal à lire et lorsqu'il s'agit d'illustrations colorées ou de couverture: j'apprécie encore plus le travail du mangaka, je pense qu'elles raviront tout fan de shonen !
Lien : https://geeknbook.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
temps-de-livres
  24 juillet 2013
Partout dans le monde, des némésis tombent. Ces créatures détruisent tout sur leur passage. Les seuls capables de les chasser sont les infectés : des êtres doués de pouvoirs, mais dotés de particularités (physiques, morales, etc). Sous le nom de sorciers, les infectés protègent la planète. Seth est un apprenti sorcier, particulièrement maladroit qui rêve de détruire tout ce qui ressemble à un némésis.
Avec Radiant, Ankama continue sa poussée dans le manga de création française. Autant City Hall était une variation de notre ligne temporelle, autant Radiant assume son côté "je-suis-un-auteur-français-et-je-veux-créer-un-manga". Avec une visible jubilation, Tony Valente nous emmène dans cette "histoire qui met en scène des sorciers dans un univers de fantasy". Tous les codes narratifs sont présents : bagarres, dépassement de soi, initiation, découverte du monde, etc. Ce qui va différencier Radiant de Dragon Ball ou Naruto, c'est son ton. Tour à tour humoristique et tragique, il prend à contre-pied les lecteurs et permet quelques jolies surprises !
Seth, personnage principal, a tout du héros (pas très intelligent), avec un (grand) pouvoir, qui va courir le monde. Sa naïveté-maladresse-bêtise (rayer les mentions inutiles) vis-à-vis de sa mission déborde d'enthousiasme. Ces quelques pages avec lui permettent d'entrevoir un grand potentiel (de destruction) pour son avenir. Les personnages secondaires sont aussi bien traités : d'Alma, qui hésite entre le rôle de maître et de maman au Bravery Quartet, qui essaye d'escroquer les villageois, ils seront tous là pour nous faire rire.
On reproche aux premiers tomes de ne pas avancer. C'est tout le contraire avec Radiant ! Présentation de l'univers et des personnages ainsi que leur évolution, ce premier tome est riche. Une jolie pépite pour Ankama. On espère que Tony Valente gardera ce feu sacré !
RADIANT T1
AUTEUR : TONY VALENTE
EDITIONS : ANKAMA
Lien : http://temps-de-livres.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (5)
LeMonde   20 décembre 2018
Radiant est d’autant plus remarquable qu’il porte un discours politique plutôt fort, avec un regard sur la notion d’étranger, le racisme, l’immigration. Les sorciers de Radiant sont des humains qui ont survécu à une contamination des monstres Némésis.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Elbakin.net   04 novembre 2013
Pour un tome de mise en place, on suit le tout avec grand plaisir et sans avoir jamais l’impression que Tony Valente se laisse écraser par la masse d’informations à semer ici ou là.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Sceneario   30 juillet 2013
Si les bonnes idées sont légions, le livre vaut aussi par ses personnages attachants. Tous sont dotés de caractères et de caractéristiques intéressantes.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   05 juillet 2013
Grâce à un vrai talent graphique et une bonne compréhension des codes du manga, l’auteur parvient à produire un premier tome d’excellente facture.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   05 juillet 2013
Une telle maîtrise de tous les codes du manga et un premier coup d’œil qui ne laisserait jamais croire à une BD française font déjà de Radiant la meilleure référence du genre !
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
VanesVanes   25 novembre 2013
Seth : J'ai eu mon premier némésis !!! Ha Ha !! Alma tu ne peux plus le nier, je suis prêt !
Villageois : Il... Il est fier de lui ?!
Seth : Vous en faites une tête les vioques ! Détendez-vous, ces némésis ne vont pas revenir de sitôt !
Villageois : Qu..Quels némésis ?
Seth : ... C'étaient pas des némésis ?!
Villageois : Bien sûr que non !!! C'étaient de paisibles herbivores !!
Seth : Ah ? Mais vous aviez l'air mal en point !
Villageois : On se tapait un roupillon pendant que nos vachidermes broutaient !! On se relaxai ! Tranquillou !!
Seth : Encore loupé ! Si Alma avait vu ça, elle m'aurait zigouillé... Pouah, on a évité la cata !!
Villageois : Evité... la cata ? HAAAA ! ON VA T'ETRIPER, VANDALE !! SAUVAGE !! ATTRAPEZ-LE !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BdecouverteBdecouverte   06 avril 2020
- moi, j'ai des fleurs qui poussent n'importe où. Regardez, en ce moment j'en ai une sur le bout du g...
[BLARF]
- Il parlait de son genou, boss !
Commenter  J’apprécie          20
Stephanie39Stephanie39   27 juillet 2019
Tes bonnes intentions ne suffisent pas à faire de toi un chic type.
Commenter  J’apprécie          20
ebardinebardin   22 octobre 2015
"On ne naît pas humain, on le devient" (Alma à Seth)
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Tony Valente (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tony Valente
Disponible le 16 Octobre, soyez prêt !
©2018 Tony Valente, ANKAMA EDITIONS / NHK, NEP
autres livres classés : sorcellerieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
903 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

.. ..