AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749161703
Éditeur : Le Cherche midi (19/09/2019)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
19 tonnes. Le camion meurtrier a surgi sur la Promenade des Anglais de Nice le 14 juillet 2016, emportant la vie d’Amie Vimal, 12 ans, et de 85 autres personnes. 19 tonnes. Le récit de la survie d’un père après le drame. Thierry Vimal, sans pathos ni haine, nous raconte l’après, le quotidien déchirant, le trou noir qui menace chaque jour de l’emporter encore davantage. Pourtant, il faut bien trouver du sens et continuer… Un texte salutaire et bouleversant qui explor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
RChris
  17 octobre 2019
J'ai relu l'introduction à haute voix tant le texte est dense, riche du désir de nous dire le pourquoi ou le comment de ce livre.
Je pensais que le témoignage serait âpre, râpeux car comment peut-il en être autrement quand sa petite fille Amie de 40 kilos a rencontré un camion de 19 tonnes.
Dans ce livre de bord de l'après attentat du 14 juillet au 19 décembre 2016, nous accompagnons Thierry Vimal dans son quotidien à fleur de peau dans lequel il nous maintient étroitement.
D'abord l'émotion avec une écriture de l'urgence comme un film à la GoPro. Puis le quotidien s'installe avec Laurette sa cadette, la création de l'association Promenade Des Anges, le couple en tension, les moments éruptifs des nombreux textos.
La présence d'Amie parcourt le livre en un dialogue où la fille conseille son Papounet.
Ce rédacteur de marketing, écrivain ex "drogué alcoolique ayant su s'extirper des spirales-infernales-de-la-toxicodépendance", sculpte son style sans pathos, de manière directe, sans interdit dans les propos et sans parfois s'embarrasser de notre compréhension, mais qu'importe, le message passe tant il est chargé de sens pour lui comme pour nous.
Ce roman a un peu hanté mes nuits...si seulement cela avait pu écarter quelques cauchemars de celles de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Ginie81
  04 octobre 2019
Je remercie vivement les éditions du Cherche midi pour l'envoi via Netgallery de ce roman.
19 tonnes... c'est le poids du véhicule routier qui a ôté la vie de 86 personnes le 14 juillet 2016 sur la promenade des anglais à Nice.
Thierry Vimal, écrivain, qui en 2005 dans son roman "7 millimètres" partageait à travers son alter ego "Antoine" les joies et tourments de la paternité, père pour la 1ere fois d'une petite fille nommée "Amie". Amie, 12 ans, qui perdra la vie lors de l'attentat du 14 juillet 2016.
Ce livre est un témoignage jour après jour. du 14 juillet 2016 au 19 décembre 2016. du jour du drame au jour d'un futur envisageable. Et, entre les deux, ce vécu post apocalyptique en dents de scie tant au niveau du quotidien que des émotions.
Tout commence par le récit de l'indicible, de ce camion fou fauchant tout sur son passage et à son bord un homme perdu, endoctriné, à la dérive de la réalité du monde. Car c'est ainsi que Thierry Vimal va nous l'expliquer, à aucun moment son discours ne se voudra accusateur, il pardonnera car c'est ce qu'aurait fait sa douce Amie.
Et puis la réalité qui frappe en plein coeur, une scène digne d'un film, un carnage, tant de blessés, tant de morts, tant d'âmes meurtries. Et l'espoir suspendu à un fil, Amie était là sur la Promenade mais elle n'est que blessée. Les minutes défilent à toute vitesse à la lecture de cette journée maudite, un enchaînement qui les conduira de fil en aiguille à cette fatalité, Amie n'est plus.
Ces premiers chapitres sont forts en émotion, on est avec eux à chaque seconde, et on souffre avec eux de cette tragique et irréelle nouvelle. La gorge nous serre, les larmes coulent toute seule, Thierry Vimal a mis des mots sur l'indicible. Nous ne sommes plus de simples lecteurs, il ne s'agit plus de compassion, nous sommes devenu les parents d'Amie.
La petite Laurette,nous voudrions nous aussi la prendre dans nos bras, la consoler ou très absurdement tout effacer pour qu'elle n'ait pas un jour à dire "avant j'avais une soeur" .
Mais la réalité est tenace, Amie n'est plus.
Les jours qui suivent sont rythmés par un quotidien incertain, où cette famille meurtrie va devoir affronter l'accumulation d'obligations administratives liées au décès d'Amie, les innombrables messages de soutien auxquels il faudra répondre, et parallèlement les soucis de la vie d'avant toujours d'actualité, la faillite de la pharmacie des parents de Thierry Vimal et la rupture du couple qu'il forme avec Sophie en stand-by. Au milieu de ce tas de "cacabouillette" comme dirait la petite Laurette, il y a la peine incommensurable d'un père, des crises de larmes, des crises d'angoisse, toutes ces émotions à expulser par différents moyens. L'aïkido, lieu de sa rencontre avec Sophie, soutien spirituel, les psy, soutien psychologique, les amis et la famille, soutien moral.
Là où parfois un drame peut souder un couple désuni, ici il en prend une toute autre trajectoire, avec une Sophie emmurée dans une colère sourde, une douleur secrète, un besoin de calme viscéral qui rend la communication pourtant nécessaire si difficile. Chacun sa façon d'affronter sa peine, de faire son deuil.
Les projets et les rencontres de personnalités vont venir soutenir le chagrin. La création de l'association La Promenade des Anges qui rencontre des débuts compliqués, les entrevues avec le pape et le cheikh Bentounes. Son travail de rédaction en marketing dont il se désintéresse de plus en plus et le dessein de ce livre pour donner un sens au sacrifice d'Amie.
Une vie quotidienne où les actes les plus usuels deviennent les plus compliqués à réaliser.
Je pourrais encore longuement raconter ce livre et pourtant je n'en ai dévoilé que des bribes car l'essentiel est au-delà, les écrits de Thierry Vimal renferment mille et un sentiment, histoires, rencontres, mille et une larme, et autant de souvenirs de sa fille adorée, avec l'âme d'Amie flottant au dessus de ce chagrin et le guidant à travers cette désormais existence sans elle devant ses yeux mais bien présente tout autour.
Thierry Vimal ne mâche pas ses mots, aucune censure, aucun tabou, il se raconte avec la même franchise et franc-parler que s'il le faisait à son meilleur ami. A certains moments ses pensées et émotions couchées sur la papier se bousculent et l'on s'y perd un peu mais cela est légitime dans sa démarche d'honnêteté, on le suit très bien quand même.
Je finirais par un petit mot à l'auteur.
Monsieur Vimal,
Merci d'avoir partagé avec nous ce moment de vie oh combien intime mais utile pour la mémoire collective, dans nos coeurs il n'y aura désormais qu'une seule Amie qui nous viendra à l'esprit lorsqu'on entendra ce prénom.
Malgré vos déboires et failles passées ou présentes, (peu importe, chaque Homme en avait, en a ou en aura) vous avez fait preuve d'une grande sagesse pour dompter l'insurmontable. La valeur d'un homme se reconnaît surtout dans ces moments là. Et la valeur d'un écrivain? à sa capacité à nous faire rentrer dans son univers, mission accomplie. Amie serait fière de vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          125
RobertFillon
  21 septembre 2019
Dès avant sa naissance, Amie nous était connue, littérairement parlant. Dans « 7 millimètres » (taille de l'embryon), Thierry Vimal nous racontait avec sincérité ses tourments de futur père. Etrangement, l'homme dont une femme porte l'enfant peut être sujet lui aussi à toute sorte de malaises, y compris physiques : c'est ce que l'on appelle la « couvade ». L'angoisse de l'homme qui va être père, comme si lui-même était « enceint », comme si se transmettait, de sa compagne à lui-même, tout ce qu'entraîne pshysiologiquement et moralement un enfant pas encore né. Depuis, nous attendions la suite de ce parcours intime : Amie allait grandir, la famille s'agrandir sans doute, Thierry Vimal allait évidemment, comme dans « 7 millimètres », trouver des points de vue originaux, tendres et poétiques pour évoquer la suite de son aventure de grand adolescent désormais « chargé de famille »…
Mais Amie n'a pas grandi, non. Pas au-delà de ses douze ans, pas au-delà de ce 14 juillet 2016 plein d'horreur et de sang sur la Promenade des Anglais à Nice.
Amie est morte dans l'attentat. Ce jour-là et les semaines suivantes, son père a tenu un journal. Il nous raconte les moindres détails de sa vie : la douleur, d'abord, qui va et vient, se fait oublier brièvement et à d'autres moments devient insupportable. Douleur qui brise un couple déjà en grande difficulté, chacun la vivant à sa manière, incompatible avec celle de l'autre. Mais douleur aussi qui attire des professionnels de la compassion intéressée, des mythomanes aussi, tapis en embuscade et prêts à sauter à la gorge du malheur dès que celui-ci se manifeste. On connaît la rapacité humaine, on ne l'imaginait pas si « réactive »…
S'y ajoutent les innombrables complications bureaucratiques, les réseaux sociaux toujours prêts à déverser sur vous leur bêtise et leur haine, la gestion du quotidien et l'attitude à adopter avec la fille cadette qui a perdu sa soeur. Bien sûr, conjonction mauvaise de planètes, c'est aussi le moment où les parents de l'auteur se trouvent en difficulté parce que leur pharmacie est menacée de liquidation.
Thierry Vimal nous fait partager tout cela. Tout au long de ces mille pages (il n'en fallait pas moins et on le comprend en le lisant), nous sommes à ses côtés. Comme si nous faisions partie de sa tribu. Comme si nous pouvions, à tout instant, lui chuchoter à l'oreille ainsi que le fait Amie qui vient souvent, d'entre les morts, tenir à son père le discours de l'adulte qu'elle ne sera jamais à l'enfant qu'il est, d'une certaine manière, redevenu.
Mais ce livre n'est pas un témoignage. Ce livre est le livre par excellence de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, celui par qui s'accomplit la transsubstantiation d'un drame terroriste et de la perte d'un enfant en une oeuvre littéraire d'importance. Un livre qui raconte un quotidien de souffrance et de chagrin, en prise directe avec les valeurs universelles. Un livre où tant de choses sont offertes et mises en commun, et d'abord l'amour et la perte de cet amour et la manière dont il survit malgré tout ; un livre dont on attend avec impatience la suite. Thierry Vimal est un écrivain qu'il faut lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
RChrisRChris   22 octobre 2019
Une douleur articulaire, une écorchure , une fracture, une lombalgie, même une rage de dents font toujours du bien quelque part, d'une manière ou d'un autre. On peut caresser, toucher un peu à côté. Parfois appuyer dessus pour calmer un temps. La brûlure rien n'y fait. Insatiable. Lance sans répit et rien ne peut la faire taire. Une douleur qui gueule, cherchant un aboutissement qu'elle ne trouve jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : attentatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Pop Culture

Quel célèbre flic homme-robot a été adapté en comics par Frank Miller ?

Terminator
Robocop
Bender
Wall-E

30 questions
170 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre