AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Joël Mak (Éditeur scientifique)Stéphane Hurel (Éditeur scientifique) William Wilkie Collins (Antécédent bibliographique)
EAN : 9782210761636
120 pages
Éditeur : Magnard (21/06/2010)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Valeria se marie en un jour londonien traditionnellement pluvieux de l'automne 1875. Mais ce qui pourrait être l'un des plus beaux jours de son existence devient le début d'une longue quête pour la vérité... Notre héroïne abandonne son nom de jeune fille et devient Woodville. Mais Woodville n'existe pas ; c'est une identité d'emprunt pour occulter le véritable patronyme de son époux... On en perdrait son l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Syl
  27 mars 2013
Londres, automne 1875
Valéria Woodville demande à Wilkie Collins d'enquêter avec elle sur la véritable identité de son mari. Lors de son voyage de noces, elle apprend que son nom n'est pas Woodville mais Macallan. Une trahison, une malhonnêteté ? Pourtant, tout avait si bien commencé…
Valéria se promène dans la campagne lorsqu'elle rencontre Eustace Woodville en villégiature. L'attirance entre eux est immédiate. Très vite, Eustace demande à Valéria de l'épouser et celle-ci accepte sans tenir compte de la méfiance de son oncle le Dr. Starckwather. Lors du mariage, Eustace annonce à Valéria que sa mère ne viendra pas et qu'elle ne lui a pas donné son agrément. En ce jour, rien ne peut noircir la félicité de la mariée qui est conduite à l'autel par Wilkie Collins, un vieil ami de son défunt père.
Le voyage de noces se fait à Ramsgate et les jeunes gens sont très heureux. Mais, par un étrange hasard, Valéria fait la connaissance de la mère d'Eustace et l'ambiance vient à se détériorer. L'homme qu'elle croyait connaître pourrait n'avoir jamais existé.
Eustace s'appelle Macallan, il est veuf et a été jugé pour le meurtre par empoisonnement à l'arsenic de sa femme. le procès, faute de preuve, n'a pas eu de verdict franc.
Eustace, atteint par sa dissimulation peu respectable et ce passé qui refait surface, propose l'annulation du mariage à Valéria et disparaît.
De son côté, afin de rendre à son mari son honneur et toujours éprise de lui, Valéria décide de chercher la vérité entre les lignes du procès et d'enquêter. Elle se retrouve « seule contre la loi ». Wilkie Collins l'aidera…
A la recherche du moindre indice, Valéria rencontre l'entourage d'Eustace. Elle fait alors connaissance de Miserrimus Dexter, ami proche du couple et homme fantasque. Londres, l'Ecosse, elle tire le fil du canevas et retracera une trame où la passion sombre dans la folie la plus démente.
J'ai lu cette bande dessinée dans un format peu attirant. Les caractères imprimés sont minuscules et les teintes que j'avais aimées dans l'album « Venise hantée, L'étrange mort de Lord Montbarry », sont dans cette édition (Magnard – Casterman), ternes et sombres. de plus, les dessins n'ont pas leurs aises. Heureusement que l'intrigue accapare l'attention et qu'elle comble l'esthétisme quelque peu altéré. Je soulignerai toutefois deux avantages. Cette parution regroupe les deux tomes de cette histoire et un « après-texte » pédagogique d'une dizaine de pages, donne des informations très intéressantes pour les scolaires, avec une interview des auteurs. On apprend que cette adaptation du roman de Wilkie Collins est à l'initiative du scénariste Seiter et que Wagner lisait à l'époque des Anne Perry .
Je vous conseille donc de prendre ce diptyque dans le format habituel, 24 x 30.
Au niveau graphique, l'époque victorienne est bien rendue. Les dessins sont soignés, les vues extérieures et les décorations intérieures sont détaillées et les expressions des personnages ont du caractère ; trait sobre et minutieux. La folie, la passion, la peur, tous les sentiments forts sont superbement transcrits, ainsi que l'atmosphère gothique du XIXème siècle. Les couleurs froides, bleues, mauves, brunes, donnent du poids aux mots, elles sont oppressantes.
L'histoire des bulles et des dessins nous raconte une jeune femme sensible et solitaire, encore un peu candide, qui s'éprend d'un homme sombre et mystérieux. L'intrigue fait qu'elle se retrouve vite seule à fouiller le passé de son mari et à décortiquer le dossier du procès. Valéria se détache du rôle angélique et endosse celui d'une justicière. Son implication est plus mature, elle dévoile une personnalité courageuse, intelligente et solide.
Je n'ai pas lu le roman, mais je pense que Roger Seiter l'a bien adapté. Les personnages sont nombreux, tous bien définis, ils donnent de densité à l'histoire. J'ai suivi avec attention l'écheveau de l'intrigue qui se défait agilement et j'ai beaucoup aimé l'épilogue d'un suspens un peu fou.
Un album à recommander !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
missmolko1
  11 février 2014
Magnard Casterman propose une collection de BD a petits prix et beaucoup de titres ont l'air intéressant. Aimant l'époque victorienne et Wilkie Collins j'ai eu envie de découvrir cet album en premier, curieuse de voir ce que pouvait donner une adaptation en bande dessinée du célèbre auteur anglais.
Alors on plonge directement dans une Angleterre pluvieuse a la fin du XIXe siècle.Valeria, l'héroïne principale du roman se marie avec a ses cotés très peu de proche car tous s'oppose a ce mariage. Quelques jours plus tard, elle apprend que son mari l'a épousé sous un faux nom? Qui est t-il vraiment et que lui cache-t-il? Elle va très vite le découvrir et tout faire pour rendre son honneur a son mari.
C'est un personnage que j'ai beaucoup aimé. Elle est une forte femme, elle est déterminée et sait ce qu'elle veut. L'enquête est vraiment intéressante, mon seul bémol serait le personnage de Miserrimus Dexter qui je trouve est vraiment très caricatural et complètement tiré par les cheveux.
Coté illustration, cette BD est une vraie réussite. Elle reflète a merveille l'époque et l'Angleterre. Les tons choisi sont tous sombres et gris, cela donne un petit coté inquiétant qui est vraiment le bienvenue ici.
Coté mise en page, j'ai adoré la qualité du papier un peu brillant par contre (c'est la que je me rend compte que je vieillis), les bulles sont un peu petites et j'avais parfois du mal a lire le contenu.
En tout cas, je suis ravie de voir que cette édition est destinée aux collèges et lycée. Je trouve ça vraiment intéressant de faire découvrir des classiques aux jeunes en BD. Les classiques sont pas toujours abordables et peuvent vite décourager alors j'espère qu'avec une bande dessinée, la jeunesse aura envie de se pencher davantage sur les livres.
Moi en tout cas je ressors contente et conquise par ma lecture. C'est une très bonne découverte et il me tarde de découvrir le roman original.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Derfuchs
  14 octobre 2018
Valéria épouse Eustace qui dit s'appeler Woodville mais qui en réalité se nomme McAllan et est veuf. Valéria apprendra plus tard la supercherie, notamment par sa belle mère, qui, outre l'ignorer, ne lui apprendra pas la raison de ce changement de nom. Aidé par Wilkie Collins soi même (dans le roman elle l'est par un vieil ami de son père), Valéria réussira à démêler les fils de cette histoire et fera triompher la vérité ainsi qu'accorder son pardon, par amour, à son mari.
Le droit écossais, cher à Collins, est à la base de toute cette histoire qui autorise, quand les preuves de la culpabilité de quelqu'un n'est pas clairement établie, l'accusé à être blanchi sans s'affranchir de l'accusation. L'histoire racontée par cette bande dessinée est assez fidèle au livre ce qui la fait plus bavarde que ne doit être une BD qui n'est, jamais, une copie mais une adaptation, les dessins racontant la trame. Ceci n'empêche pas le dessin d' être très intéressant, solide dans ses traits, réaliste bien que personnel, appliqué parfois (train, cab…) sans ostentation. En revanche la couleur est continuellement dans les ocres, verts et sombre pour , certainement, donner un côté sombre à cette histoire, ce qui peut se comprendre sans toutefois une obligation dans la continuité , ce qui finit par gêner le lecteur (moi!).
Un cahier de dessins et une présentation du Royaume Uni à l'époque de Collins complètent le bouquin.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
croix59
  15 janvier 2019
l'histoire est connue, maintes fois éditée. le dessin est un peu trop statique (comme l'époque après tout). D'où ma relative déception.
Commenter  J’apprécie          20
zazimuth
  16 décembre 2010
Ça se passe au XIXème siècle. Valeria va épouser l'homme qu'elle aime, et qui l'aime. Mais elle sent des hésitations de toutes part, on semble lui cacher quelque chose. le mariage a eu lieu et c'est alors que l'héroïne découvre qu'elle a été épousée sous un nom d'emprunt !
Elle va mener son enquête pour découvrir ce que l'on refuse de lui révéler.
Son mari a été traduit en justice, accusé d'avoir empoisonné sa première femme. Il a bénéficié d'un genre de non lieu mais son honneur n'est pas totalement sauf.

Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Sceneario   30 mai 2017
Si vous aviez raté la sortie de Mysteries, il y a dix ans de cela, cette belle intégrale permet de redécouvrir cette bonne adaptation et permet de mieux faire connaissance avec deux auteurs doués.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   09 février 2014
Je me souviens, j'étais comme ensorcelée par son regard et sa voix... Mon cœur palpitait dans ma poitrine ! .. Et voici qu'a peine plus de quelques semaines après cette rencontre, il se trouvait à côté de moi, mien pour la vie.
Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : époque victorienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3894 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre