AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070384785
186 pages
Gallimard (16/12/2003)
4.14/5   111 notes
Résumé :
Henri de Malassise et le baron de Biron, authentiques négociateurs de la paix de Saint-Germain, qui fut signée en 1570, sont aux prises avec deux gentilshommes huguenots. Les feintes, les manoeuvres, les compromis auxquels ils recourent pour la possession de deux villes, Sancerre et Angoulême, constituent la matière de ce récit, beaucoup plus psychologique qu'historique. Une femme y paraît, assez énigmatiquement, noue une intrigue et disparaît lorsque le traité est ... >Voir plus
Que lire après Saint-Germain ou la NégociationVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 111 notes
5
5 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ce livre raconte de l'intérieur les tractations qui ont prévalues à la signature de la "Paix de Saint-Germain". L'auteur Francis Walden, diplomate belge chevronné a choisi ce cadre historique pour exposer de façon assez brillante il faut le dire, l'art de la négociation.
Le premier chapitre est un condensé d'aphorismes ".... les combats d'hommes se déroulent dans l'ombre, que ce qui apparaît finalement à la lumière, et que l'on appelle victoire ou défaite, n'est qu'arrangement factice fait pour les yeux de la multitude et sans rapport avec le fond." ou encore "La vérité n'est pas le contraire du mensonge, trahir n'est pas le contraire de servir, haïr n'est pas le contraire d'aimer, confiance n'est pas le contraire de méfiance, ni droiture de fausseté." etc.
La suite du livre est la narration des négociations qui conduisirent à ce traité de paix.
Le contexte est celui de la période courant après la troisième guerre entre catholiques et protestants en France de 1568 à 1570. Les protestants ont été défaits à Jarnac, le prince de Condé, leur chef a été assassiné. La paix de Saint-Germain fût ratifiée entre le roi Charles IX et l''amiral Gaspard de Coligny. Ce traité accordait aux protestants une certaine liberté pour pratiquer leur culte dans les lieux où ils le pratiquaient auparavant. le livre détaille abondamment comment les négociations ont permis d'accorder aux protestants quatre villes "places fortes": La Rochelle, Montauban,Cognac,et La Charité pour une durée de deux ans. Ce traité, est une oeuvre de tolérance et de laïcité consacrant pour la première fois qu'aucune différence entre des personnes ne peut être admise à raison de leur religion.
Ce qui n'est pas dit dans ce livre , c'est que le traité prévoit également que les protestants sont admis aux fonctions publiques. Enfin Catherine de Médicis, très habile stratège, mère influente du roi Charles IX, donne en mariage sa fille Marguerite de Valois à Henri de Navarre, le futur Henri IV.
Le traité de paix est signé le 8 août 1570 au château royal de Saint-Germain-en-Laye.
Hélas cette paix demeura éphémère puisque deux ans plus tard eu lieu le massacre de la Saint-Barthélemy. La paix de Saint-Germain fut appelée « boiteuse et mal assise », par référence aux deux négociateurs mandaté par le roi : un boiteux, Mr Gontaut-Biron, et Henri de Mesmes, seigneur de Malassise en face desquels négocièrent pour les protestants Messieurs d'Ublé et de Mélynes. La cousine de Mr de Mesmes, Eléonore, joue dans ce roman un rôle très particulier, déterminant.
Sur le plan littéraire, cet ouvrage écrit à la première personne par un des protagonistes, Mr de Mesmes, constitue un un petit joyau de français, écrit certes sur un mode un peu désuet, mais de haut art diplomatique assurément. On sent que chaque mot est pesé, soupesé, étudié avant d'être livré. Sur le fond, évidemment, une somme d'intelligence sur l'art de la négociation dans tous ses aspects, avec exposés sans ambages ses "trucs et astuces" qui font la qualité des fins négociateurs.
Un ouvrage à recommander chaudement à toute personne qui entend négocier......
Commenter  J’apprécie          10
La référence en matière de négociation. Tout y est : les façades, les coulisses, les chausses trappes, les dessous, et les turpitudes du négociateur hors pair qui a négocié les quelques droits et villes que les protestants ont pu obtenir à la fin du 16è siècle, qui n'ont tenu que jusqu'à la Saint-Barthélémy.
C'est un roman mais ça se lit comme un compte rendu historique écrit quelques années après les faits. L'auteur est lui même diplomate, et il nous fait partager toute son expertise.
Commenter  J’apprécie          110
Dans ma liste "Les grands prix littéraires l'année de ma naissance"

Prix Goncourt

La diplomatie est un art de haut vol et la négociation, son arme la plus tranchante.
Dans un français magnifique mais, hélas, plus tellement usité, l'auteur nous conte un épisode peu connu de l'histoire de France.
Ce court récit intense au déroulement rigoureux, est un pur plaisir pour l'esprit. On y suit les négociations qui devaient aboutir à la paix entre les catholiques et les protestants. le massacre de la Saint Barthélémy, deux ans plus tard, en montrera l'impossibilité.
C'est un ouvrage qui se veut très demonstratif, un cas d'école, et qui nous fait entrer dans l'esprit retors de M. de Malassise, négociateur en chef.
J'ai beaucoup apprécié ce livre, j'aime ce genre de textes, je compte bien, également, regarder le film qui en a été tiré avec Jean Rochefort dans le rôle principal.
Commenter  J’apprécie          84
J'ai d'abord découvert ce livre par le téléfilm de Gérard Corbiau, avec Jean Rochefort comme personnage principal. C'est un cas rare ou un film non seulement ne dénature pas un livre, mais au contraire le magnifie.
Commenter  J’apprécie          90
Ce roman est un véritable manuel pour les professionnels de la concertation sociale. Il illustre le principe selon lequel les livres et la littérature sont une fascinante école de la vie.

Les guerres de religion furent probablement les premiers guerres idéologiques en Europe et non plus des guerres territoriales. Ce sont des BMguerres épuisantes où tout le monde perd. Sauf si la raison l'emporte et remplace les armes par la négociation, la victoire illusoire par les concessions acceptées.

Y a-t-il meilleur ou en tout cas plus passionnant manuel de négociation que ce roman ? Sans doute pas !

Chacun y trouve son bonheur, amateur de belles lettres, passionné d'histoire ou simple lecteur.

Certains historiens situent à la fin des guerres de religion la notion d'Etat de droit, celui de la norme qui s'impose à tous, à commencer par le prince, celui du consensus que les tenants du pouvoir ont pour mission de créer.

Ce richissime roman leur donne raison, me semble-t-il !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Je découvre que ce n'est pas impunément que l'on fouille dans les choses mortes. A remuer des alluvions anciennes, on libère des parfums âcres et des fermentations insoupçonnées. La résurrection de ces journées perdues m'a rempli d'un singulier chagrin.
Ces instants, ces impressions ressenties, comment vous les transmettrais-je ? C'est peut-être la millième partie que j'en ai reproduit. Le reste mourra avec moi. Sans doute était -il incommunicable.
Il faudrait des années pour épuiser la substance d'une heure de vie. Scruté, chaque détail révèle un abîme, où mille autres en ouvrent un à leur tour. Je renonce devant un travail si vaste, et je crois qu'il est sage de renoncer.
Commenter  J’apprécie          72
L'homme est le plus hermétique des ensembles. Comment voulez-vous que règnent la confiance et le libre épanchement, quand nous venons au monde à l'état de pensée incommunicable ? Il faut que chacun mûrisse à part soi et machine sa destinée, ne livrant ses plans qu'à la dernière minute - ou il périt sous l'avantage des autres. Celui qui parle est perdu, entouré de gens qui sauront, lui qui ne saura rien. Pour l'équilibre de la société, il faut que chacun se taise.
Commenter  J’apprécie          90
Avez-vous jamais connu homme qui pût conserver son masque sans craquelures, sa cuirasse sans défaut ? A travers les fissures quelque chose finit par poindre, un tic, une manie, un travers, un vice, et l'échange s'établit, le fluide circule qui nous est commun. C'est par les ridicules que nous nous sentons frères.
Commenter  J’apprécie          80
[...] tant il est vrai que nous autres, diplomates, nous avons pour domaine le vague, l'informulé, milieu naturel de nos pensées odoyantes, et que nous souffrons lorsqu'à l'heure du traité il nous faut passer dans la prison terminale des mots. Nous sommes des poètes.
Commenter  J’apprécie          61
Une longue expérience m'avait enseigné que dans tout débat, un avantage trop considérable enlevé par l'une des parties ne lui reste jamais.
Commenter  J’apprécie          110

Video de Francis Walder (4) Voir plusAjouter une vidéo

Les lauréats
Au générique les photos de six grands écrivains qui n'ont pas obtenu le Prix Goncourt. Quelques jours avant l'attribution de ce prix, Bernard PIVOT a réuni cinq écrivains, tous lauréats du prix Goncourt pour des ouvrages antérieurs, et qui parlent de leurs souvenirs à ce sujet : Francis WALDER l'a reçu en 1958 à l'âge de 50 ans pour son premier roman "Saint Germain et la négociation"....
autres livres classés : négociationVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Autres livres de Francis Walder (1) Voir plus

Lecteurs (245) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3169 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..