AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilles Plazy (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070341511
384 pages
Éditeur : Gallimard (25/01/2007)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Difficile d’imaginer une ouverture au monde plus grande que celle qui se trouve dans ce parcours d’écriture tracé à travers tous les livres de poèmes de Kenneth White. En fait, chez cet poète au long cours, l’imagination s’efface devant l’investigation et l’expérience. Sa poétique explore un espace en dehors des lieux communs et des codes tout en s’affranchissant des illusions que l’humanité s’est inventées pour s’assurer un au-delà : la mythologie, la religion, la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LN
  22 mars 2011
L'auteur chante le monde, la nature, les éléments et surtout les bords de mer, qu'ils soient écossais, bretons, canadiens... Il encense tous les lieux dans lequel la quintessence du monde prend vie. L'auteur cherche à se fondre dans les éléments pour ne plus faire qu'un avec le monde. Accéder à une compréhension intuitive.
- Un chant mélodieux inoubliable qui nous enjoint à mieux observer ce qui nous entoure pour nous éloigner des contingences matérielles et, enfin, flirter avec le spirituel...
- La dimension écologique n'est pas absente de ces pages :

"Colloque à la Hague :
"En 1900 l'Himalaya avait 10 000 glaciers
à présent 2000 de moins

au cours du dernier siècle et demi
la masse glaciaire des Alpes s'est réduite de moitié

les glaciers de l'Alaska
ont diminué de vingt pour cent ces cinquante dernières années."

ils disent que le planète se réchauffe
ils prévoient des tempêtes et des inondations

de nombreuses terres basses vont disparaître

assis en ce lieu
sur un promontoire rocheux de l'Europe
je regarde passer les nuages
et j'écoute la rumeur de la mer." (Deux lettres de montagne)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oscar_phil
  01 octobre 2014
Le livre que j'emporte avec moi partout, j'adore l'écriture de Kenneth. Je l'ai rencontré plusieurs fois aux Ecaussinnes, il était copain avec un amis et a vécu plusieurs jours chez lui. Sa lecture est plein de vie et de rencontre.
A lire.......
Commenter  J’apprécie          40
Julian_Morrow
  14 avril 2019
Pour un poète, se voir publié dans la prestigieuse collection Poésie Gallimard n'est jamais anodin. Ce volume propose un choix de textes, tous dans leur traduction française, et couvre toute l'oeuvre poétique de White, de ses débuts à ses derniers recueils. Un ouvrage idéal pour découvrir le souffle de White.
Commenter  J’apprécie          20
Duluoz
  13 juillet 2015
Les anthologies, c'est toujours un peu comme un buffet froid, on se sert un peu plus que de raison et cela ne tiens pas au corps comme un solide repas. Quelques belles pages à déguster:- bois d'hiver, la vallée des bouleaux.
Commenter  J’apprécie          20
MIOP
  09 février 2012
Cette anthologie chronologique donne une bonne idée de Kenneth White poète.Son oeuvre immense et multiple écrite à la fois en anglais (poèmes, récits) et en français (essais) lui vaut d'être considéré dans le monde comme un des plus grands auteurs contemporains.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
LNLN   22 mars 2011
« Je suis las de lieux

Où l’homme se donne en spectacle

J’ai assez vu le théâtre humain

Les gesticulations de ses pantins

Toutes leurs petites histoires

Ce qui m’intéresse à présent

Ce sont les champs silencieux

Qui s’étendent alentour

Les mouvements de la mer

Le ciel semé d’étoiles

Le rapport entre mon corps et l’univers

Entre les nébuleuses et mon cerveau. » (Le testament d’Ovide)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
psycheinhellpsycheinhell   04 novembre 2011
l'homme a besoin d'arrimer son savoir
mais il lui faut un espace vide
dans lequel se mouvoir

je vivais et marchais
comme jamais encore
devenais un peu plus qu'humain
connaissais une plus large identité

les traces du caribou sur la neige
le vol des oies sauvages
l'érable rouge à l'automne
mordu par le gel
tout cela me devint plus réel
plus réellement moi
que mon nom même

[Labrador]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LeBorgneLeBorgne   02 juillet 2016
Le grand rivage
30

aussi quand un physicien
très loin dans sa recherche
affirme
que la porte vers l'inconnu
est un
"univers de contraste
groupés en
ensembles de relations
avec des aspects
d'ordre et de désordre
des changements
réels et possibles"
je dis c'est là
mon espace
c'est le monde où je passe
où je voudrais voir clair
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
psycheinhellpsycheinhell   20 avril 2011
Cent jours passés
par les grèves et les montagnes

à l'affût
du héron et du cormoran

puis écrire ceci
à la lisière du monde

dans un silence devenu
une seconde nature

et connaître à la fin
dedans le crâne, dedans les os

le sentier du vide.

[Lettre à un vieux calligraphe]
Commenter  J’apprécie          40
psycheinhellpsycheinhell   04 novembre 2011
pourquoi le corbeau croasse-t-il ?
où le corbeau s'en va-t-il ?
le corbeau, que sait-il ?

demande au faucon
qui là-haut plane en silence

demande au harfang des neiges

demande à l'outarde
ou à la mouette pillarde

tous les oiseaux parlent
la langue de l'aurore
dans des dialectes divers

[Eloge du corbeau]
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Kenneth White (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenneth White
Interview Kenneth White.
autres livres classés : géopoétiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre