AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilles Goullet (Traducteur)
EAN : 9782207260838
400 pages
Éditeur : Denoël (03/09/2009)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 303 notes)
Résumé :
Menacée par un Soleil qui se transformera bientôt en nova, la Terre vit ses dernières années.
Pour la plupart, les hommes ont franchi l'arc des Hypothétiques et se sont installés sur le Nouveau Monde, Equatoria, notamment dans sa capitale, Port Magellan.
C'est à partir de cette agglomération tentaculaire, hétérogène telle l'humanité, que Lise Adams cherche son père, un scientifique qui a disparu depuis bien longtemps et avait peut-être découv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Wiitoo
  11 mai 2014
Une difficile lecture pour un livre qui manque cruellement d'enjeu dans sa première moitié. Résultat, on s'ennuie et on s'enlise dans les répétions continuelles de l'auteur qui n'a rien à raconter pour cette mise en place laborieuse et sans grand intérêt de 200 pages.
Lise est à la recherche de son père qui a disparu. C'est alors qu'elle part à la rencontre d'un ex petit-ami qui pourrait l'aider dans sa quête. Durant les jours qui suivent ils vont surtout manger, faire l'amour, dormir et parler. Des moments d'aventures intenses et d'action à vous couper le souffle ! Ça aurait pu être profond ou merveilleusement écrit mais ce ne sera pas le cas.
Finalement l'histoire s'oriente enfin vers les Hypothethiques, ces êtres extraterrestres responsables du Spin, avec qui les humains essayent de communiquer mais à nouveau les enjeux ne sont pas mis en avant et l'histoire évolue à un rythme très lent sans jamais réussir à me captiver.
Dommage car l'aventure aurait pu être exceptionnelle, la matière est présente pour en faire un chef d'oeuvre mais définitivement je pense avoir un problème avec cet auteur et son écriture.
Note 3/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          387
gruz
  09 juillet 2012
Que le futur lecteur se fasse une raison : Axis n'est pas un Spin 2, pas du tout, et c'est ce qui explique la déception de certains lecteurs.
Axis est plus une extension de l'oeuvre majeure que fut Spin, volontairement différente. Une sorte de contre pied à un premier roman qui se suffit à lui même.
Dans cette histoire, plus comprimée, Wilson développe toujours ses thèmes favoris : mélanger SF et nostalgie, un profond respect de la valeur d'une vie humaine et la recherche du sens.
Il y rajoute, une réflexion intéressante sur le droit ou non à la manipulation génétique et un vrai questionnement sur l'importance des sentiments humains face à l'immensité de l'univers.
Spin est un chef d'oeuvre, pas la peine de s'appesantir là dessus. Axis est quant à lui un fichtrement bon bouquin de SF. Un bon bouquin tout court qui se suffit, lui aussi, à lui même.
Commenter  J’apprécie          260
bibliomanu
  13 décembre 2012
Depuis que la Terre est soumise au vieillissement de l'univers et à la menace d'une nova, beaucoup d'humains ont traversé l'Arc des Hyptothétiques leur permettant de gagner instantanément une nouvelle planète, Equatoria, laquelle offre la perspective d'un renouveau salutaire. C'est dans ce cadre de colonisation, de défrichage d'un monde où tout reste à (re)faire, qu'une communauté de Quatrième Ages, envisage d'entrer en communication avec les Hypothétiques. Ces personnes ayant accru leur longévité grâce au savoir Martien, sont prêtes à tout pour y parvenir, y compris braver les interdits éthiques et moraux. Sur leur route, ils croiseront une jeune femme du nom de Lise Adams, partie à la recherche de son père, disparu du jour au lendemain alors qu'il semblait lui aussi s'intéresser de très près au mystère des Hyptothétiques. A mesure, que chacun semble s'approcher de son but, des pluies d'une cendre bien singulière s'abattent sur la planète...
Après un chef-d'oeuvre comme Spin, l'attente est forcément présente de renouveler une telle expérience de lecture. de constater que l'auteur n'hésite pas à jouer de la récidive, quand bien même la barre avait été placée très haut.
Si l'attente est là elle peut aussi s'avérer être une gêne dans l'appréciation de la suite ou, de façon plus appropriée ici, du prolongement de Spin. Mieux vaut en l'occurrence se dédouaner de cette attente. La question ne se pose pas, ne devrait pas se poser de savoir si Axis est mieux ou pas que le premier ouvrage de la série consacrée aux Hypothétiques. A la lecture, en tout cas, cette perspective fond comme neige au soleil. Là où Robert Charles Wilson tire son épingle du jeu, c'est justement en ne nous proposant pas une copie de Spin, ni même une structure identique à celui-ci. le temps de l'action est sensiblement réduit dans Axis puisqu'il s'échelonne sur quelques semaines seulement. L'auteur nous propose un road movie dynamique et percutant où, encore une fois, l'imagination de haute volée est au rendez-vous, toujours aussi efficace et surprenante. La pluie de cendres et sa nature si particulière en est un exemple parfait ; certaines scènes sont tout simplement sidérantes, notamment lorsque les protagonistes doivent subir une tempête redoutable et angoissante - tant pour eux que pour le lecteur - ou même encore lorsqu'ils découvriront des pousses végétales dotées d'un globe oculaire.
Autre aspect qui donne aussi tout son intérêt au livre, nous ne sommes plus sur Terre, ou si peu. RCW campe à merveille la planète en phase de colonisation. Une colonisation qui n'est pas sans rappeler, d'une certaine façon, la Conquête de l'Ouest américain. L'implantation s'est faite petit à petit, les pionniers ont investi les lieux, certains par soif d'aventures ou de profits, d'autres pour tirer un trait sur une vie faite de désillusions, quand ils ne sont pas en quête de rédemption.
On ne le répètera jamais assez, Robert Charles Wilson prend un soin tout particulier à nous offrir des personnages de chair et de sang dont le sort nous importe vraiment. Comme on s'y attendait également, il n'oublie pas non plus de lever un peu plus le voile sur la nature des Hypothétiques. Toutes les réponses devraient suivre dans Vortex et si on en croit les bruits courant sur les blogs, la série devrait mériter un véritable Hat Trick...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Beatson
  24 juillet 2019
J'ai retrouvé l'atmosphère de Spin en moins concentré. Je m'explique : Dans Spin il y a un mystère principal qui tient le roman alors qu'ici, c'est plutôt une atmosphère mystérieuse créée par une suite d'évènements dont l'importance va crescendo. Et d'ailleurs le début du roman peut paraître un peu terne tellement il se passe peu de choses, mais cela permet à Robert Charles Wilson d'exposer cette nouvelle planète, Equatoria, à laquelle l'humanité a accès.
L'autre différence, et à mon avis une qualité, c'est que les humains y sont moins passifs et prennent une part plus importante dans les évènements du fait de certaines connaissances scientifiques et de leur utilisation qui pose un problème éthique de taille : A t'on le droit de "créer" un enfant "amélioré" à ses dépens ?
Le roman repose tout de même sur cette principale question : Que sont les hypothétiques ? et quel rôle jouent-ils vis à vis de l'humanité?
Robert Charles Wilson joue principalement sur ce mystère mais des longueurs se font ressentir et j'ai eu du mal à m'enthousiasmer pour cette lecture.
Le dénouement, à mon avis, rehausse un peu l'intérêt, raison pour laquelle je vais sans doute lire le dernier volet de cette trilogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
GalaxioN
  29 juin 2015
On change (en partie) de protagonistes dans cette suite de « Spin », mais on garde le même principe d'écriture. J'ai été attiré par ce deuxième tome par curiosité afin d'avoir des réponses sur les interrogations avec lesquelles l'auteur nous laisse à la fin du premier tome. Malheureusement cette lecture m'a assez déçu.
Tout d'abord parce que, comme je l'ai dit, l'auteur reprend un même schéma d'écriture que dans « Spin », un événement étrange survient, ce qui déclenche une panique général, puis les personnages tentent de comprendre cet événement et de résoudre le mystère toujours planant des Hypothétiques. Mais tout ces enjeux semblent avoir beaucoup moins d'impact, semblent presque dérisoires face à ce que nous avait servis l'auteur dans le premier tome. Il développe encore beaucoup la personnalité des ses personnages à défaut de faire vraiment avancer l'histoire. Ensuite, si les longueurs ne m'avaient pas dérangé dans le tome précédent, ici elles se font beaucoup plus ressentir, bien que le livre soit plus court. Enfin, ce mystère des Hypothétiques dont il semble nous fournir une grosse parti de réponse ne m'a pas plus transcendé que ça, puisque on ressasse tout le long du livre un développement d'hypothèse qui gâche un peu la surprise de fin.
Le livre peut se lire indépendamment de « Spin », l'auteur revient assez souvent sur les événements antérieurs à l'histoire pour comprendre la trame principale, mais du coup cela donne un aspect un peu répétitif qui n'arrange pas le côté long du livre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
GalaxioNGalaxioN   27 juin 2015
Elles la dévorèrent.
Elles grignotèrent sa tige jusqu'à ce que la chose en train de se tortiller s'effondre, puis se jetèrent dessus comme des piranhas sur un cadavre, et quand l'agitation frénétique de leur dévoration cessa, elles disparurent, ou redevinrent inertes, camouflées dans la couche de cendres sur le sol.
Il ne restait plus rien. Pas la moindre trace.
"Voilà pourquoi, conclut le Dr Dvali, nous n'avons pas très envie de quitter la chambre."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
GalaxioNGalaxioN   25 juin 2015
La plante était froide, charnue... et donna presque l'impression de se recroqueviller. La tige se pencha dans l'autre direction, la fleur, si c'en était bien une, baissa la tête.
Était-ce normal ?
Il détestait cette fichue planète et sa bizarrerie perpétuelle. C'est un cauchemar, songea-t-il, se faisant passer pour la normalité.
Commenter  J’apprécie          90
GalaxioNGalaxioN   23 juin 2015
Comme les humains semblent immortels quand ils peuvent marcher, courir et sauter, se dit Sulean. Et comme ils ont l'air fragiles quand ils ne le peuvent pas.
Commenter  J’apprécie          100
HippolychHippolych   31 juillet 2018
C'est une machine, se dit-il en observant le grand engin se hisser hors de la nuit du désert à plus de deux cents kilomètres à l'ouest. Une machine, oui, mais vivante... C'était les deux à la fois. Les mots ne s'excluaient pas l'un l'autre. [...] Une cellule vivante est une machine faite de protéines. Ce qui tombe du ciel et ce qui monte de la terre n'est que de la vie par d'autres moyens.
Commenter  J’apprécie          20
pitivierpitivier   02 décembre 2010
Nous sommes comme un patient qui sort d'un coma aussi long que la vie d'une étoile. Ce dont nous ne pouvons nous souvenir, nous devons le redécouvrir.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Robert Charles Wilson (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Charles Wilson
Payot - Marque Page - Robert Charles Wilson - Les affinités
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3144 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..