AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070440399
688 pages
Éditeur : Gallimard (02/02/2011)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 1458 notes)
Résumé :
Jean Atwood, interne des hôpitaux et quatre fois major de promotion, vise un poste de chef de clinique en chirurgie gynécologique. Mais au lieu de lui attribuer le poste convoité, on l'envoie passer son dernier semestre d'internat dans un service de médecine consacré à la médecine des femmes - avortement, contraception, violences conjugales, maternité des adolescentes, accompagnement des cancers gynécologiques en phase terminale.
Le Docteur Atwood veut faire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (297) Voir plus Ajouter une critique
Harioutz
  11 mai 2019
J'ai achevé le Choeur des femmes dans la nuit, après trois soirées de lecture-bonheur …
Difficile de parler de « bonheur », me direz-vous, en évoquant les souffrances décrites par Martin Winckler, mais ce livre m'a fait un bien fou.
Tout d'abord en tant que femme : je me suis reconnue dans le questionnement, les peurs et les complexes tenaces de très nombreuses patientes, au fil des âges … dans ces questions que l'on n'ose poser à personne, tant on se sent idiote et, plus encore, sans droit aucun face au médecin qui ne voit souvent en nous qu'un corps, une série de symptômes auxquels il décide « arbitrairement » d'accorder du crédit, ou non.
La méconnaissance du corps féminin, de son fonctionnement, par les femmes elles-mêmes demeure incompréhensible, et ce ne sont pas les quelques heures – quand elles existent – d'éducation à la sexualité et à la vie affective dispensées à l'école primaire, au collège ou au lycée, qui permettent d'ancrer clairement des connaissances sur le corps. Nous quittons l'enseignement secondaire avec une meilleure connaissance des mathématiques ou de la langue française que du fonctionnement de notre corps …
Ensuite en tant qu'aidante : accompagner une (un) malade permet parfois d'oser questionner davantage que pour soi-même, on se fait le porte-voix des souffrances et des non-dits plus facilement pour une (un) autre, mais encore faut-il que cet autre accepte notre démarche, et ne se sente pas humilié par la mise en lumière de son absence de courage ou de ses hésitations.
Puis en tant que patiente : j'ai découvert un milieu médical que je soupçonnais être ardu, mais qui m'est, cette fois-ci, apparu dans toute sa brutalité et sa violence pour les médecins eux-mêmes. Lutter pour être le meilleur interne, briguer l'affectation la plus prestigieuse, s'infliger des violences en niant ses besoins les plus élémentaires, en faisant taire son moi intérieur, sa sensibilité, construire autour de soi un mur pour survivre, sans omettre « les rapports de séduction entre industrie pharmaceutique et jeunes praticiens »qui laissent des traces concrètes sur les ordonnances et dans le choix des spécialités …
Enfin en tant que sympathisante de la cause LGBT, et transgenre en particulier : je savais, grâce à l'association Arc-en-Ciel, et à mes lectures récentes, que des nourrissons inter-sexes subissent encore aujourd'hui « pour leur bien », des mutilations en vue de leur réassignation sexuelle, au cours des premiers jours de leur vie. Les témoignages évoqués par l'auteur ont conforté ma révolte contre ces pratiques à la fois inutiles et imposées dans l'urgence, à des parents qui, et c'est bien naturel, font confiance.
Les « apprentis sorciers » qui décident, dans leur toute puissance, du sexe de ces enfants sur la seule base de leurs observations (un sexe semblant plus développé que l'autre) se rendent-ils compte des risques psychologiques futurs qu'ils leur font courir, et des conséquences médicales irréversibles des gestes posés ?
J'avais lu toute l'admiration que porte Baptiste Beaulieu à Martin Winckler, et c'est grâce à lui que je suis arrivée à cette lecture. Sachant que Baptiste s'est battu et se bat encore quotidiennement pour que la médecine soit humaine (aller découvrir, si vous ne le connaissez pas déjà, son blog «Alors voilà ! Journal de soignées/soignantes réconciliées » en suivant ce lien https://www.alorsvoila.com/ ), je ne pouvais pas être déçue, et je ne l'ai pas été, bien au contraire !
Je vous invite, avec tout mon enthousiasme et mon coeur, à lire ce très beau roman-témoignage qui explore le corps et l'âme des femmes, et la face sombre de la médecine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10526
Ziliz
  02 janvier 2013
Superbe portrait du métier de médecin, magnifique roman-témoignage de Winckler, généraliste ayant beaucoup travaillé en gynécologie.
Pour obtenir le poste de chirurgienne dont elle rêve, une jeune interne doit d'abord faire un stage de six mois en gynécologie, dans une petite unité de "Médecine de la femme". Agressive, suffisante, pleine de morgue et de certitudes, elle suit à contrecoeur la pratique quotidienne du Dr Karma. Elle tombe de haut, désapprouve son comportement, observe cyniquement, peste intérieurement, "pense comme un mec" (sic)... Où sont son expérience personnelle de la féminité et son empathie envers les patientes ?
Et puis elle (re)découvre, au fil des consultations et grâce à un tuteur exceptionnel, ce qu'est le corps féminin. Seins, règles, maux de ventre, migraines, nausées, contraception, désir, rapport sexuel, couple, plaisir, grossesse, avortement, fausse couche, accouchement, maternité, viol, inceste, ménopause... Et elle apprend à écouter, surtout, ce choeur de femmes, leurs paroles pour se livrer (les questions, les peurs, la douleur, les maux, les bonheurs... ) sur tous ces sujets, et bien d'autres.
Le style peut rebuter : logorrhée des patientes, elles se lancent à parler d'un souffle, d'une traite, le texte est donc parfois chiche de ponctuation. Pas de suspense (ou si peu), et on tourne néanmoins les pages de cet admirable ouvrage frénétiquement, sans vouloir le lâcher. Pour apprendre, pour se retrouver, pour comprendre, car on se rend compte que finalement, on ne sait pas grand chose. N'ayez crainte : très peu de détails sanguinolents, chirurgicaux, qui vous donnent mal au ventre et la nausée.
Éloge d'une pratique médicale respectueuse, humaine, comme on aimerait en rencontrer plus souvent. C'est peut-être un peu trop beau pour être crédible ? Considérons qu'il s'agit d'un concentré du meilleur des mondes médicaux. La jeune femme frise un peu la superwomanie aussi, ne dort guère, a une capacité de mémorisation et de travail phénoménale, et sa métamorphose de sorcière en fée est bien rapide... mais qu'importe. Si la forme peut agacer de loin en loin, rien à jeter sur le contenu, sauf peut-être la fin rocambolesque, mais tellement poignante que...
Sourire, rire, émotion, larmes, révolte, dégoût, admiration, etc. se succèdent/s'entremêlent à la lecture.
Hommes, femmes, jeunes (à partir de 15 ans), "vieux", "vieilles", lisez ce livre : une pépite, une bible !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          906
Jmlyr
  22 septembre 2019
Je termine à peine ce livre en ce week-end pluvieux et j'ai déjà envie de vous dire : lisez-le. Surtout si vous êtes étudiant en médecine, et même futur chirurgien, et plus encore si votre spécialité est la gynécologie, tous genres confondus, transgenre inclus.
Mais quelle leçon ! Quelle intelligence ! Quel récit talentueux et prétexte à distiller quantité de conseils judicieux, d'informations réelles, de pistes de réflexion sur les qualités requises pour exercer la médecine, hormis les connaissances spécifiques. Quel style qui vous emmène d'une page à l'autre sans que l'on n'arrive à poser le livre !
Je découvre cet auteur d'un genre… médical… avec délice, et je vais sûrement lire de lui « Les brutes en blanc » qui est dans ma PAL depuis un certain temps.
Beaucoup de vérités sont assenées, les confrères, enfin surtout les
« cons-pas-frères » comme il dit en prennent pour leur grade.
L'évolution des mentalités et des pratiques est un très long chemin en France, au détriment des patientes et des patients, quand dans d'autres pays on a déjà démontré le bien-fondé de certaines d'entre elles.
Combien d'êtres ont servi de cobayes pour des pratiques douteuses ? Naître à cheval entre le féminin et le masculin ne donne à personne le droit de décider à sa place du meilleur côté vers lequel basculer, ni de l'opérer dès la naissance pour confirmer ce choix.
Pour aller plus loin :
http://www.martinwinckler.com/spip.php?article54
Lien : https://translate.google.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8411
Cricri124
  20 mars 2017
"Je serais médecin. Je consacrerais ma vie à tailler dans les corps humains." Henning Mankell
Cette citation, qui n'est pas tirée de ce livre, aurait très bien pu être prononcée par la jeune et brillante interne Jean (prononcer 'Djinn') car c'est précisément ce à quoi elle aspire et ambitionne: la chirurgie. Il y a peu de place pour l'être humain dans sa vocation, si ce n'est en tant que matériau d'expérimentation. Cependant, pour valider sa cinquième année d'internat, elle se voit contrainte de faire un stage d'un semestre dans une unité de médecine générale, celle du docteur Karma, spécialisée dans la gynécologie. Elle considère ce stage comme une perte de temps, indigne de ses talents, et débarque dans cette petite unité pleine de colère, de suffisance et de mépris. Jean, formatée par ses professeurs incarne déjà ces médecins qui se prennent pour Dieu. Mais, face aux méthodes peu conventionnelles du docteur Karma, ses convictions vacillent....
Ce livre a un petit côté manichéen et une fin un peu trop rocambolesque à mon goût. Il ne se lit pas nécessairement pour ses qualités littéraires. La trame est un prétexte pour faire résonner un choeur de femmes dans le coeur de son intimité. De témoignages en états d'âmes, ces portraits de femmes transpirent de sincérité, de souffrance, d'humilité, d'espérance, et plus encore. de multiples sujets y sont abordés comme la sexualité, l'IVG, la contraception, l'intersexuation. Ce livre évoque aussi les relations entre médecins, et dénonce certaines pratiques médicales. Au delà de cet aspect, la relation médecin-patient est particulièrement mise à l'honneur, une relation basée sur l'écoute, sans jugement et dans le respect de la dignité du patient... une relation qui a tendance à se perdre. Ha! Évidemment, on aimerait rencontrer beaucoup plus de docteur Karma.
Même si j'ai trouvé que ce livre versait un peu trop dans la caricature, il n'en demeure pas moins un petit condensé d'humanité et de tolérance qui se lit agréablement et très vite malgré ces 600 et quelques pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7210
ladesiderienne
  13 mai 2013
Je pense qu'aucune femme ne peut rester insensible à ce magnifique roman de Martin Winckler car il a su traiter un sujet plutôt tabou (particulièrement chez les hommes) : les problèmes gynécologiques qu'elles rencontrent dans leur vie, et surtout la façon dont elles les ressentent, les expriment et la perception de ceux-ci par le corps médical.
C'est un livre plein d'enseignements, écrit pour que dans tous les cas, la dignité de la femme soit respectée et que le pouvoir de décision, en ce qui concerne les soins à pratiquer, soit partagé entre le soignant et sa patiente. Parmi tous les sujets évoqués, l'auteur soulève notamment celui de l'intersexualité ainsi que celui des rapports de séduction (plutôt malsains) pratiqués entre l'industrie pharmaceutique et les praticiens.
Les deux personnages principaux sont formidablement attachants. Franz Karma est le gynécologue dont toutes les femmes rêvent. Quand à son alter ego, Jean Atwood, quelle belle évolution entre l'arrivée de la jeune interne arrogante et pleine d'ambition (qui tenait des propos si masculins que je me suis trompée sur son identité) et la fin où, enrichie par sa propre expérience, elle choisit de prêter désormais une oreille attentive au 'Choeur des femmes".
La construction du récit est très originale car chaque chapitre est une découverte. L'auteur change de narrateur, transcrit les réflexions intimes de ses personnages, nous soumet quelques chansons, des extraits d'ouvrages médicaux, des posts de sites internet. Comme dans une chorale, chacun vient y jouer sa partition. J'ai noté quand même parfois quelques longueurs qui ont gêné ma lecture en interrompant un peu le rythme.
Simplement, pour conclure, je vous avoue que lors de ma prochaine consultation gynécologique, j'aimerais montrer ce livre à mon médecin lorsqu'il me demandera de poser les pieds sur les étriers...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Citations et extraits (214) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   18 mai 2020
- Mon père à moi est mort quand j’avais onze ans. Un accident du travail. Il est tombé d’un toit. Il était algérien et il n’avait pas de papiers. Son patron ne l’avait pas déclaré, et quand il est arrivé aux urgences, on l’a laissé sur un brancard pendant une journée entière avant de s’occuper de lui. Et chaque fois que je demandais à quelqu’un de s’occuper de lui, on me disait : « On ne peut pas, il n’a pas de papiers, on est en train de chercher une solution, mais c’est compliqué. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
blandine5674blandine5674   18 mai 2020
La médecine française est, purement et simplement, une médecine de classe. Un trop grand nombre de « professionnels » méprisent souverainement tous les patients et les traitent comme des enfants - et plus encore les femmes, parce que ce sont des femmes.
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674blandine5674   17 mai 2020
Les médecins qui veulent le pouvoir font tout pour l’obtenir. Ceux qui veulent soigner font tout pour s’en éloigner.
Commenter  J’apprécie          180
ZilizZiliz   01 janvier 2013
Aujourd'hui, pourtant, lorsqu'elles sont enceintes ou ne désirent pas l'être, lorsqu'elle veulent pratiquer un dépistage du cancer du col ou faire soigner un symptôme gynécologique, les femmes sont encore systématiquement contraintes de s'allonger sur le dos, cuisses écartées, sexe exposé, dans une position humiliante imposée par les médecins sans aucune nécessité médicale.
La posture dite "à l'anglaise" (sur le côté, ou "en décubitus latéral") permet tous les gestes gynécologiques courants ; elle permet également de procéder à des accouchements en toute sécurité, si la femme le désire ; dans de nombreux pays du monde, c'est dans cette position que les femmes sont examinées, soignées ou accouchées. Et dans cette même position, elles peuvent choisir de voir, ou non, ce que les médecins leur font.
Nous exigeons que les médecins français proposent à toutes leurs patientes d'adopter, si elles le désirent, le décubitus latéral, en lieu et place de la position gynécologique machiste et archaïque qui leur est encore imposée en ce début de XXIe siècle.
(p. 458-459)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
ZilizZiliz   29 décembre 2012
Je suis juste... une pute. Une pute de quatorze ans. Pourquoi ? Pouvez pas comprendre... Et si je vous le dis vous préviendrez les flics et là... Non, j'ai rien fait de mal. Enfin, si. Enfin, non. Moi, je voulais pas. J'ai jamais voulu. Mais je n'avais pas le choix. Quand ça a commencé, je ne comprenais pas ce qu'il faisait. J'avais dix ans. Je l'aimais bien. Il avait toujours été gentil avec moi. Il avait toujours vécu seul, et forcément, il était tout le temps fourré à la maison, parce que ma mère l'aime beaucoup, c'est normal, c'est son petit frère, son petit chéri, ils ont grandi ensemble, quand ils étaient gamins c'était vraiment pas marrant et toute petite déjà elle s'occupait de lui, alors elle a continué et pour nous c'était naturel qu'il soit toujours là (...) Et toutes petites, il nous gardait souvent ma soeur et moi quand mes parents sortaient avec des amis. Lui, il était gentil, il nous faisait à manger, il nous lisait des histoires. Alors la première fois... la première fois qu'il est venu dans ma chambre... (...)
Ca a duré longtemps. Quatre ans. Presque un tiers de ma vie quand j'y pense.
Il me disait qu'il ne fallait pas que j'en parle à ma mère, mais il n'avait pas besoin de me le dire. Je n'aurais pas pu lui en parler. J'avais trop peur qu'elle me traite encore de pute. Qu'elle me dise que j'étais une salope d'accuser ainsi son petit frère, son petit chéri, qu'elle élevait déjà quand elle était petite fille.
(p. 94-96)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Martin Winckler (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Winckler
L'interdiction d'avorter a été levée, mais le silence qui entoure l'IVG reste encore intact.
Il FALLAIT QUE JE VOUS LE DISE. Aude Mermilliod et Martin Winckler, un même engagement pour l'IVG.. ? bit.ly/IlFallaitQueJeVousLeDise
autres livres classés : gynécologie cliniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Martin Winckler ?

Quel est le patronyme de Martin WINCKLER ?

Marc ZAFFRAN
Martin ZAFFRAN
Matthieu ZAFFRAN

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Martin WincklerCréer un quiz sur ce livre
.. ..