AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290306843
Éditeur : J'ai Lu (26/04/2000)

Note moyenne : 3.37/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Faiseur d'anges, avorteur, "ivégiste" ? Comment désigner le docteur Sachs, quand, chaque mardi, il quitte son cabinet de campagne, ses patients habituels et leur cohorte de petits maux, pour la ville, ses patientes qui défilent, et leur seul mal : une grossesse indésirable ? Lui-même ne sait pas comment dire, d'ailleurs il n'a personne à qui en parler. Or, il aurait bien besoin de quelqu'un qui l'écoute raconter la s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Myriam3
  26 février 2018
Premier roman de Martin Winckler, écrit presque dix ans avant son gros succès La Maladie de Sachs.
C'est la première fois que j'ouvre un roman de Martin Winckler, malgré tout le bien qu'on m'en a dit. Je m'attendais à une narration plutôt bienveillante et titillant les bons sentiments... mais il n'en est rien.
Trois types de narration se succèdent: la première, qui s'adresse au docteur Sachs sous forme de tutoiement, décrit avec une certaine distance - et une légère très légère ironie - les gestes et attitudes parfaitement professionnels de ce docteur qui pratique des IVG deux fois par semaine en plus de son travail de généraliste. Tout y est: les paroles, rassurantes, les accessoires soigneusement disposés sur la tablette, leur utilisation, l'examen de l'utérus, l'aspiration... ce n'est pas une lecture facile.
Puis le récit reprend avec les mêmes personnages mais cette fois-ci par une narration complètement subjective par laquelle transparaît la lassitude et le dégoût parfois du médecin, son attirance ou son rejet des patientes - lecture difficile une fois encore, cette fois-ci parce que le gynécologue est un homme tout autant qu'un médecin et que nous ne sommes pas que des patientes mais des femmes qui se déshabillent dans leur cabinet - . L'homme est parfois désagréable, froid.
En parallèle à ce travail, le docteur Sachs tente d'écrire son premier roman, mise en abyme de celui-ci.
C'est intéressant mais ce n'est pas une réussite, plutôt une première tentative. J'ai trouvé ce regard porté sur les patientes très déplacé et gênant, humiliant parfois aussi, condescendant en tout cas. Quand à la fin, elle est complètement raté, tellement elle est clichée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Thaliie
  09 août 2015
Un livre assez dérangeant .... Autant par son sujet que par la manière dont il est abordé.
Tout ce qui touche au milieu médical ou aux droits de la femme me touche et j'ai donc voulu lire ce livre, en me disant que vu que tous les autres livres que j'avais lu de Martin Winckler m'avaient plu , il y avait de grandes chances que celui là soit aussi réussi . de plus, sachant l'engagement de l'auteur de mettre en avant une médecine où le patient n'est pas un objet, un numéro de chambre mais bien une personne, à écouter, à soigner... l'approche devrait assez me plaire....
Euh .... Comment dire ? j'ai été perturbée!
Déja le roman est écrit entièrement à la deuxième personne. Ce "tu" permanent m'as choquée pour deux raisons : Cela instaurait une distance entre l'action et le personnage, comme une forme de schizophrénie, d'un autre côté je me sentais directement visée dans tout ce que le personnage faisait. Comme si c'était moi et non le personnage, qui pratiquait les avortements. Un peu gênant quand même vous l'admettrez.
De plus le personnage de Bruno Sachs est ici bien plus sombre que dans les autres romans où je l'avait déjà suivi ( la maladie de Sachs , les trois médecins). Où est donc passé le médecin calme, gentil, passionné par son métier ? Dans ce roman ci les actes sont décrits avec précision, mais aussi une certaine froideur et on a l'impression d'entendre le bruit de la machine, d'entendre le bruit métallique des différents instruments, l'impression de voir ce sac poubelle noir ouvert par terre, cette passoire dans l'évier, cette table ... l'impression d'y être ...
Je pense que la sensation de malaise était voulue de la part de l'auteur, car c'est justement ce qu'il voulait faire passer. On peut être convaincu d'agir pour une bonne cause et pourtant ne pas se sentir tranquille, comme Sachs ici qui avorte des femmes, essaye de ne pas juger, de ne pas paternaliser, car il sait que c'est leur droit et défend ce droit, mais qui reste humain... Comment ne pas être choqué quand c'est la 4e fois que vous revoyez la même femme pour cette même intervention ? comment ne pas être choqué quand un couple se présente en disant désolé on avait pas vu mais bon 13 semaines de grossesse ...?
Ce roman en fait est le récit du malaise des médecins, qui voient tous les jours des choses que la plupart des gens se refusent à voir, qui plongent dans l'intimité des gens et y découvrent parfois des choses génantes, dont ils n'ont pas le droit de parler mais qui pourtant les choquent, qu'ils ressassent et ressassent encore et encore ... Que faire alors pour se libérer ? Sachs tente d'écrire un roman, mais il se sent coupable d'utiliser ces femmes et leurs histoires pour se libérer alors que le problème est bien plus vaste que des individus ...
En bref : le premier roman de Martin Winckler, qui je pense n'est pas si loin de l'autobiographie que ça ... Dérangeant oui mais on y apprend beaucoup, sur les conditions de l'avortement dans ces premières années de pratique, sur la psychologie des médecins, sur notre société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Kaya
  07 février 2013
Voilà un récit qui ne laisse pas indifférent... Pour moi qui écris un mémoire sur l'avortement en littérature, "la vacation" me semblait être un must-read absolu et je n'ai pas été déçue.
Très dérangeante, cette "vacation". Tout au long du récit, on a envie de serrer les cuisses: on a l'impression que c'est nous qui avons les jambes écartées, les pieds dans les étriers.
Très intrigante, cette "vacation". Ce récit en "tu"' qui étonne au début, auquel on s'habitue peu à peu, jusqu'à l'émergence d'un "je" tant (in)attendu. Je me demandais comment M. Winckler allait écrire une fin acceptable pour ce roman, et il s'en est ma foi très bien sorti. Rien n'est plus difficile à mes yeux que d'écrire une bonne fin de roman...
Ce roman a quelque peu ébranlé ma vision du médecin distant, qui ne porte pas de jugement, aux mains de qui nous ne sommes que des numéros. C'est un métier qui, socialement, est plus difficile qu'il n'en a l'air.
Le début du roman nous donne l'image d'un bon docteur, qui met ses patientes à l'aise, mais la suite nous plonge peu à peu dans les noirceurs de Bruno Sachs.... Sous le masque objectif du médecin, il y a un homme qui pense, un homme qui ressent.
"La vacation" est un roman que je n'oublierai pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
kreen78
  10 avril 2014
Voici un récit troublant, résolument à ne pas mettre entre toutes les mains. Et pourtant… Etant actuellement enceinte, mon entourage était surpris que j'aie envie de le lire. Un médecin qui parle d'avortements durant 200 pages, ce n'était soi-disant pas le moment. Mais je vous assure que j'ai tenu le coup, même si ces histoires sont tristes ou déchirantes, à différents niveaux.
Ceci est mon premier roman de Martin Winckler. Je possède déjà La maladie de Sachs mais je n'ai pas encore pris le temps de le lire. Et les Editions Folio m'ont proposé de lire La vacation. Et au vu du résumé, je ne pouvais pas passer à côté. Je suis touchée par tout ce qui entoure la maternité, que ce soit du positif ou du négatif.
La vacation est le premier roman de l'auteur. Il met en scène Bruno Sachs, médecin généraliste, lors d'IVG avec des histoires, des causes différentes à chaque fois. La narration est faite étrangement. Il ne s'agit pas d'un récit à la troisième personne du singulier, ni à la première, mais à la deuxième. Tout le long le narrateur parlera du Dr Sachs en utilisant le « tu ». On entre dans sa tête, on connaît ses impressions, ses pensées directes, les officieuses (décrites entre parenthèses) et les officielles.
La transposition écrite est d'ailleurs très originale. J'avoue m'y être souvent perdue. Il y a des paragraphes qui se suivent entre deux parenthèses, et cela m'a souvent fait perdre le fil. Ce serait la seule chose que je reprocherais à ce roman. Tout le reste est intéressant, bien raconté, et il fait partie des romans que j'ai préférés traitant ce thème.
Ces 200 pages ne pourront laisser personne indifférent, tellement le thème est un passage difficile lorsque l'on y est confronté, ou en se glissant dans la peau des patientes. Même si c'est un sujet encore dans tous les débats, je trouve que cet écrit apporte beaucoup. Il est établi par un professionnel qui nous fait entrer dans son quotidien et raconte en parallèle son envie d'écrire un livre sur ce qu'il fait, et le regard des autres suite à sa publication. A lire, sans conteste.
Je remercie vivement les Editions Folio d'avoir rendu cette lecture possible. Belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Noctenbule
  20 avril 2014
Folio vient de republier le premier roman de Martin Winckler La vacation qui parle d'un sujet sensible dans notre société : l'avortement. L'auteur a voulu présenter l'IVG par le regard d'un médecin, Bruno Sachs.
Bruno Sachs, médecin généraliste consacre une partie de son temps à l'hôpital pour pratique des avortements. Une activité très routière avec toujours les mêmes questions, les mêmes gestes et souvent le même regard lointain des femmes. On nous raconte le passage de ces femmes, avant, pendant et après. Rien n'est épargné tout comme la femme qui écarte les jambes.
Les séances d'avortement s'entrecoupe avec les séances d'écriture d'un roman qu'il essaie d'écrire. Car l'histoire que l'on lit n'est pas raconté par Bruno Sachs mais par un autre personnage qui le connaît très bien. Cela change beaucoup le regard qui est tout aussi prêt et pourtant aussi éloigné. Car l'acte médical en lui même est assez perturbant, j'entendais le bruit de la machine pour l'aspiration à chaque ivg. J'en avais presque des frissons, heureusement que les techniques ont progressé de nos jours. le livre a été écrit en 1989.
Malgré le sujet, j'ai trouvé beaucoup de longueur dans le récit de l'action, des bruits, des questions et des quelques interrogations du médecin. Je m'attendais peut-être un livre fort pour la défense de la liberté de la femme de choisir et ce n'est pas du tout le cas. le sujet du comment cela se passe est abordé et c'est tout. Alors une petite déception au rendez-vous surtout que j'aime beaucoup Martin Winkler lorsqu'il parle des séries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MissAlfieMissAlfie   26 mars 2012
Le dossier est composé de plusieurs feuilles, rangées dans un ordre bien prévis et solidarisées par une simple attache-trombone. D'abord la fiche médicale, portant en haut à droite la date et ne nom du médecin, confirme que ce dossier-ci te concerne, que la femme dont le nom est écrit un peu plus bas est bien celle qui se déshabille dans la cabine. Ton regard balaie très rapidement les lignes. Tu ne relèves que certaines informations, presque toujours les mêmes : l'âge, la profession et celle du mari (toutes deux rajoutées au crayon dans le coin supérieur gauche), l'adresse, le nombre d'enfants : des indications sur ce qu'elle est, sur ce qu'ils sont peut-être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KayaKaya   30 janvier 2013
Tu insistes plusieurs fois au cours de la conversation sur le fait que (doigt pointé dans leur direction) c'est à elles de choisir ( main sur ton coeur) pas au médecin. Tu t'appliques à leur donner les éléments du choix. Tu indiques que tu aimerais mieux - comme toutes les personnes présentes, n'est-ce pas - qu'elles ne reviennent pas ici dans les mêmes circonstances. Tu hoches la tête Mmmhh en les entendant dire qu'elles sont bien d'accord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KayaKaya   07 février 2013
A présent, tu te détestes d'avoir seulement imaginé que ce livre serait publié. Tous ces fantasmes sont indécents. Tu regardes les feuillets dépareillés avec un dégoût grandissant. Une idée insoutenable vient pour la première fois t'effleurer: ce que tu tentes d'écrire, as-tu le droit de le porter au jour?
Commenter  J’apprécie          20
KayaKaya   07 février 2013
(...) ils aspirent interrompent avortent. Tas de termes à n'en plus finir, et comment nomme-t-on ceux qui? L'autre jour dans un canard médical pour généralistes attardés, un article mal foutu mal écrit pas clair, les appelait "ivégistes".
Oui Madame, i-vé-giste ! Pourquoi pas interrup-tueur ou éventreur? Et aspirateur, pendant qu'on y est?
Commenter  J’apprécie          00
KayaKaya   30 janvier 2013
Tu laisses les paroles vibrer, les remords émerger, les sanglots poindre, les déballages de linge sale se faire. Tu relèves toujours ce que manifeste le visage de la dame.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Martin Winckler (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Winckler
L'interdiction d'avorter a été levée, mais le silence qui entoure l'IVG reste encore intact.
Il FALLAIT QUE JE VOUS LE DISE. Aude Mermilliod et Martin Winckler, un même engagement pour l'IVG.. ? bit.ly/IlFallaitQueJeVousLeDise
autres livres classés : avortementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Martin Winckler ?

Quel est le patronyme de Martin WINCKLER ?

Marc ZAFFRAN
Martin ZAFFRAN
Matthieu ZAFFRAN

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Martin WincklerCréer un quiz sur ce livre