AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848050772
Éditeur : Sabine Wespieser (01/10/2009)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Pour garder vive la mémoire de sa grand-mère tout juste disparue, la narratrice se réfugie dans son boudoir, où se sont entassés au fil des ans lettres, dessins et carnets. La fantaisie, la liberté et la générosité de la vieille dame qui pendant toute la guerre du Liban a refusé, malgré les objurgations de sa famille, de quitter sa maison et son jardin, situés sur la ligne de démarcation entre Beyrouth Est et Beyrouth Ouest, s’y retrouvent tout entières. Veuve à tre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  15 octobre 2014
Rien n'est banal dans ce très bel ouvrage des Éditions Sabine Wespieser, l'histoire d'une grand- mére tout juste disparue et de sa petite fille.
"Sous la tonnelle"nous enchante dés le début, par le fil d'un récit à l'écriture magnifique, tellement riche et belle que l'on désirerait citer nombre de phrases pour notre plaisir!, le tout mené tambour battant par la narratrice qui nous conte d' une maniére élégante, la vie de sa grand- mére, issue d'une famille d'Emigres Arméniens, ayant fui le génocide,et qui avait épousé un commerçant Libanais, devenue veuve trés jeune... Une femme amoureuse de la vie, lumineuse, insoumise ,animée d'un orgueil positif, vivant sa soif de liberté dans un monde qui le lui refuse....
Nous sommes à Beyrouth.
"Petit Liban, enclavé dans les confits des autres en plus des siens, réduit géographiquement à faire appel à un arbitre chaque fois que le conflit tourne au vinaigre" nous dit Hyam Yared, et plus loin"Cette ville, est celle où il y a partout des malentendants et des aveugles" et encore plus loin"Il y a trop de passions en Orient pour que les rêves ne se transforment en chaos"....car, en plus,de l'amour de l'humain de ces deux femmes, la petite fille et la grand- mére , leur refus des convenances,leur courage, la force de leurs convictions, leur désir d'amour et de son difficile apprentissage, nous vivons dans des pages déchirantes les souffrances de ce petit pays, en pleine guerre civile, la grand- mére refuse de quitter sa maison et son jardin fleuri, situés sur la ligne de démarcation, elle désire résister à la guerre, tente d'aider chacun comme elle le peut et reste neutre.....malgré le danger et les contraintes tragiques ," libre" dans sa tête....forte...
L'auteur rend un magnifique hommage à un Liban,déchiré, blessé, meurtri, violé, bousculé tout au long de l'histoire, dans la deuxième moitié du 20° siécle...face à ses contradictions....
Pour la petite fille en instance de divorce, déchirée entre sa quête de liberté et son besoin d'amour, sa grand - mére reste un point d'ancrage et un modèle ...
Un ouvrage sur la fidélité aux lieux, fidélité à la parole donnée, un récit émouvant et troublant sur le deuil, la perte d'une grand- mére passionnée, libre mais plus complexe et mystérieuse qu'il n'y paraît....
Deux images de femme magnifiques qui se font écho,portés par les mots révoltés et volontaires, jamais résignés de Hyam Yared.
Des passages inouïs et éblouissants qui méritent d'être relus:" Mon Liban à moi est fait d'obus. de cadavres. de destruction. de politiciens en jarretelles. le prix de la passe au Liban? Un pays entier avec quatre millions aux enchéres,assujettis à toutes sortes de manipulations...."
Une nostalgie douce,une quête de liberté et d'amour de ces âmes insoumises, généreuses et libres...
Un cri d'amour:"Toute ma vie,je m'étais préparée à recevoir ta mort comme on reçoit la vie".
" Ta mort légère comme des plumes d'oie. Comme le poids d'une chaîne en or. Vingt et un grammes".
Un très beau portrait de femme animé par ses propres obsessions, sur le désir, la violence, la passion...la guerre et ses ambiguïtés, un ouvrage qui m'a fait penser au si beau : "le soleil était chaud "de Josette Alia, lu il y a trés longtemps...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
sylvaine
  08 juillet 2018
Choisi au détour d'un rayonnage de bibliothèque, un auteur en Y , challenge A.B.C oblige et la claque!
Sous la tonnelle de Hyam Yared , roman de l'amour, de la mémoire, de l'amitié, de la résistance, de la patience . Sous la tonnelle de Hyam Yared un très beau texte porté par une écriture magnifique à la fois ciselée , légère et puissante.
Sous la tonnelle de Hyam Yared est le portrait d'une femme extraordinaire, la grand-mère de la narratrice qui vient de s'éteindre dans son sommeil. Nous sommes à Beyrouth , la porte de la maison doit rester ouverte 3 jours et les corbeaux tout de noir vêtus vont et viennent . les corbeaux, ainsi que les appelle la narratrice sont tous ceux qui viennent présenter leurs condoléances à la famille . Elle les fuit et se réfugie dans le boudoir de sa grand-mère au milieu de ses papiers , lettres , souvenirs . Et il y a cet homme , cet inconnu avec sa serviette qui est arrivé trop tard juste après son décès . Il repart , il revient et ouvre le dossier ..
Qui donc était cette femme? Elle a aimé , été aimée. Veuve très jeune , elle a promis à son époux de lui rester fidèle . Fidèle le mot clef ! Fidèle à son époux, fidèle à tous ceux qu'elle a aimé, fidèle à ses amis , fidèle à son pays , à sa maison , à son jardin... A travers l' histoire de sa vie , c'est un siècle de l'histoire du Liban qui se déroule sous nos yeux, ce petit pays convoité par tous , abimé, écartelé entre les puissances voisines si fier de son multi-communautarisme .
Un roman puissant où les mots amour et tolérance riment à chaque page , un roman à découvrir cela va sans dire ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
nilebeh
  10 février 2015
« Sous la tonnelle » raconte l'histoire d'une jeune femme libanaise, en instance de divorce d'avec Faiçal, éprise d'indépendance dans un pays déchiré par la guerre et où la tradition familiale encadre sévèrement les émois et désirs de liberté des jeunes. Repliée dans le boudoir de sa grand-mère juste décédée, lors des trois jours traditionnels de veillée funèbre, elle feuillette petits papiers et lettres laissés par l'aïeule au fond des tiroirs. Et seule, méditative, elle fait revivre la lignée des femmes de cette famille, jusqu'au moment où son père vient la tirer de ses lectures : un homme est là qui demande à voir sa grand-mère.
Jeune, avec l'accent marseillais, il vient lui remettre un épais dossier qui a lui été confié par l'émissaire de son père, Youssef, ou Joseph. Père inconnu, enfui en Amérique du Sud, mère slave, un peu perdue dans le Paris de 1968. le dossier contient tout un pan de vie de la grand-mère de la narratrice, un pan de vie aussi de Youssef. Ces deux-là ont été amoureux, d'un amour platonique, fou et romantique. Amour impossible pour la grand- mère qui a juré fidélité absolue à son mari mort, amour interdit pour Youssef qui a trahi la pureté de cet amour en ayant une furtive aventure avec la jeune Slave, Luludja.
Quelques pages consacrées à des personnages secondaires sont émouvantes et empreintes d'un romantisme aux couleurs pastel : Rose, la concierge parisienne, sous le charme de ce beau Levantin qui guette des lettres forcément d'amour avant de disparaître mystérieusement, Luludja, jeune femme éperdue qui vit sa vie à deux cents à l'heure, d'avortement en avortement avant de garder le petit de la dernière chance, à l'aube de la quarantaine. Les coups de foudre de Melkon pour Rachel, malgré la différence de religion et les mauvaises réactions des deux familles, puis celui de Youssef pour la grand-mère de la narratrice, sur le pont d'un bateau quittant le Proche Orient pour l'Europe.
Bien sûr, l'attention se focalise sur ce dernier personnage, femme intelligente et déterminée qui refuse de quitter sa maison à la limite entre Beyrouth-Est et Beyrouth Ouest, qui parvient à se faire accepter des deux partis opposés, variables selon l'époque, dans une confusion politique totale. Femme amoureuse et fidèle à sa parole, femme troublée et qui se laisse conduire par de tendres sentiments, femme de tradition qui exprime toute la sagesse d'un peuple au travers de contes, d'aphorismes et de proverbes. Femme douce et sensible qui sait transmettre l'essentiel à sa petite-fille.
Les arrière-plans sociologiques et politiques sont intéressants, qu'il s'agisse du Liban au fil des guerres traversées par ce minuscule pays toujours plus ou moins pris en otage par ses voisins, qu'il s'agisse du Paris des émeutes de mai 68, ou bien des diktats des exigences familiales au Proche Orient quand il est question de mariage, de dot, d'intérêts familiaux.
Ce roman est un foisonnement, un tableau multiple, une approche de personnages vivants et attachants. Un excellent moment de lecture quoique, parfois, on peine à s'y retrouver au milieu de tous ces acteurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
zazy
  17 octobre 2013
Elle vient de perdre sa grand-mère, voudrait se réfugier dans ses souvenirs, dans ceux de la morte, mais voilà, il faut respecter les convenances.
Vous connaissez l'oursin : piquant à l'extérieur et doux à l'intérieur. Et bien ce pourrait être la vie de la grand-mère de cette jeune femme qui vient de mourir.
Nous sommes au Liban. Les 2 coques représentent Beyrouth-Est et Beyrouth-Ouest. L'intérieur qui est si bon et iodé, c'est la grand-mère qui n'a jamais voulu quitter sa maison située sur la ligne de démarcation entre les 2 zones en guerre. Grâce à un messager, la narratrice va connaître un pan de la vie de sa grand-mère totalement inconnu d'eux qui renforce l'admiration et l'amour qu'elle lui porte.
Un roman doux par la dose d'amour qu'il véhicule, dur par le climat ambiant, fort par la liberté. Il y a des pages déchirantes lorsque l'auteure parle du Liban, de ce pays déchiré, meurtri, violé, blessé. Mais il y a cette grand-mère et sa petite-fille, toutes les deux insoumises, orgueilleuses, vivant leur liberté dans un monde qui la leur refuse. Leur amour de l'humain, leur refus des convenances et leur courage.
C'est un livre sur la fidélité à la parole, aux lieux
Sabine Wespieser, une fois de plus, nous permet de découvrir et de lire une auteure de grande qualité. J'aurais aimé rester sous la tonnelle avec la narratrice et l'ombre de sa grand-mère. Quel délicieux roman à la fois fondant et sucré comme un loukoum et fort et dur comme la volonté de ces femmes. Qu'il a dû faire bon sous cette tonnelle dans ce jardin, oasis de bonté dans un monde de brutes.
Un très beau roman servi par une écriture riche et belle que je vous recommande. J'aurais voulu garder, celui-ci également !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FaBmNrD
  23 août 2011
Émouvant, troublant, instructif ...
On peut qualifier ce livre de nombreux qualificatifs. C'est un livre sur le deuil, la perte d'une grand-mère, rêvée et idéalisée par sa petite fille, c'est un livre sur les souffrances du Liban de la seconde moitié du XXe siècle, c'est un livre sur l'amour et son difficile apprentissage, c'est un livre sur les rencontres et les échanges.
Tout cela à la fois...
Enrichi de nombreuses références culturelles, littéraires et artistiques, ce livre vous fait voyager à travers temps et espaces, du Liban au Brésil, du début du siècle aux années 2003 et 2006.
Un récit long (peut-être un peu trop) pour construire une image à facettes d'une femme et d'une conception de la vie idéale, entre amour et passion.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   15 octobre 2014
"Le bonheur n'est pas une attente. Il s'accroche aux gencives. Il a le goût de l'effort et de la persévérance."
Commenter  J’apprécie          150
FaBmNrDFaBmNrD   23 août 2011
"Une ration par jour", se justifiait-il lorsque je lui demandais pourquoi, il économisait l'amour et le désir aussitôt qu'il était en présence des seins. "Afin qu'il t'en reste les jours de dèche. Je suis le coffre-fort de ton désir. Je stocke le surplus pour les jours où tu m'aimeras moins." Je trouvais impensable d'aimer moins. Haïr, peut-être, autant qu'on a aimé. Mais ne pas aimer moins.
Commenter  J’apprécie          30
zazyzazy   10 avril 2013
Ce jour-là, tu manquais à ma page. Sur ta table de travail, une boîte de crayons ouverte. J’ai voulu dessiner ta mort. Dans la boîte, pas de noir. La mort est blanche. J’ai pleuré de les entendre rire. De les savoir assis dans tes fauteuils. Vautrés parmi ces objets qui ont fait ta vie. Je sens en moi la peur. Pas la même que la tienne. L’obus n’est pas cruel. Il s’écrase tout simplement. Tous ces gens, obus vivants. Rapaces autour de la mort.
La mort rôde, la mort est présente, la mort impose ses rites et la présence de ces « corbeaux ».
Mais la mort peut être synonyme de découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nilebehnilebeh   10 février 2015
« Ton jardinier avait attaché un tuteur à ton jasmin. Il fallait que le grimpant suive le mur. J'ai toujours eu peur de suivre le sort de tes grimpants. J'ai longtemps vécu le corps et l'âme sanglés par mon éducation. J'ai alors développé une technique infaillible pour passer d'un choix à un autre.[...] Jamais je ne pus naître mieux qu'en quittant. Mes parents. Plus tard, mon mari. »

Commenter  J’apprécie          10
simaesimae   09 août 2012
Druzes, maronites, juifs, chiites, sunnites, avaient tous trouvé refuge dans les monts de ce pays aussi généreux que les hanches d'Irina. Malgré toutes les bêtises et les manipulations de l'Histoire, ce pays avait toujours tenu sur ses pieds et sa pluralité.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Hyam Yared Schoucair (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hyam Yared Schoucair
Hyam Yared, poétesse et nouvelliste (Liban) - CCME - Salon du livre de Casablanca 2011
autres livres classés : littérature libanaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1761 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre