AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dominique Palmé (Traducteur)Kyoko Sato (Traducteur)
EAN : 9782743604851
180 pages
Éditeur : Payot et Rivages (02/05/1999)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Un écrivain japonais célèbre, émigré aux États-Unis, se suicide en laissant un recueil de nouvelles écrites en anglais. Le livre ne sera jamais publié au Japon : chaque traducteur commençant la quatre-vingt-dix huitième nouvelle meurt. Au cours d'un été étrange, Kazami, l'amie du dernier traducteur, découvrira la vérité. Et elle finira par croire que "tout ce qui s'est passé était beau... D'une beauté violente, à en perdre la raison". De ce livre où Banana Yoshimoto... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Musardise
  29 mai 2020
Je continue sur ma lancée avec la relecture de Banana Yoshimoto, N·P représentant pour moi l'exact opposé de Kitchen. J'ai lu ce roman après l'avoir emprunté en bibliothèque au début des années 2000, et j'ai été carrément et extrêmement déçue.

L'héroïne Kazami va rencontrer trois personnes de la même famille, et des relations assez fortes vont se nouer très rapidement entre elle et eux. En tout cas ça paraît être le sujet du livre. Sauf que c'est pas si simple. Banana Yoshimoto en a fait des tonnes, d'abord en démarrant son roman avec une vague histoire de livre maudit, qui fait beaucoup penser à Ring - excepté que le livre de Suzuki n'était pas sorti quand a été publié N·P. C'est tout sauf une histoire horrifique, mais c'est surtout sans intérêt, le livre et les suicides de ses différents traducteurs ne semblant être qu'un prétexte à faire de la psychologie à la petite semaine. En plus, le personnage masculin, Otohiko, couche avec sa demi-soeur, Sui, qui auparavant couchait avec son père, qui est donc aussi celui de Otohiko et de Saki la soeur jumelle d'Otohiko. Quand je dis que l'auteure en a fait des tonnes, je pense qu'on ne peut guère m'accuser de mauvaise foi.

Le fait est que j'ai retrouvé dans ce roman tout ce que je considérais comme des petits défauts, ou des défauts acceptables, dans les autres livres que j'avais lus de Banana Yohimoto. En plus des dialogues qui sonnent souvent un peu faux, elle reprend pas mal de thèmes qu'elle avait déjà traités dans Kitchen, donc je n'ai pas vu l'intérêt de se répéter, mais en moins bien. C'est pas long en nombre de pages mais c'est beaucoup trop long quand même. Si Kitchen souffrait de quelques longueurs, ici l'histoire s'étire interminablement pour dire pas grand-chose. En revanche, je n'ai pas retrouvé du tout ce qui faisait le charme de Kitchen et Lézard, cette capacité à faire ressentir physiquement au lecteur des toutes petites choses de la vie quotidienne. Et pour compléter le tout, c'est bourré d'incohérences, de contradictions. Tout le roman manque énormément de cohésion et part dans tous les sens. Seules quelques petites phrases sortent du lot de ci de là. Je ne vois pas quel est le but de N·P, si ce n'est s'appesantir sur les malheurs pas du tout crédibles, et sur le mal-être pas du tout prégnant de jeunes adultes, qui vont finalement aller de l'avant - exactement comme dans Kitchen...

Pour moi, c'est un ratage, où l'ambiance propre à l'auteure s'est évaporée au fil des trop nombreuses pages. Et malgré ça, j'ai sauvé ce livre du pilon en l'achetant à la braderie de ma médiathèque il y pas mal d'années, parce que je n'avais pas envie qu'un roman de Banana Yoshimoto finisse mal, même mauvais, même m'ayant laissé un piètre souvenir. J'avais tous ses autres livres traduits en français à la maison, et je suis probablement trop sentimentale. Après tout, ça m'aura permis de le relire afin de voir si, les années passant, ma lecture de N·P serait tout autre. Conclusion catégorique : absolument pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
Unhomosapiens
  03 décembre 2020
Banana Yoshimoto fait partie de ces écrivains japonais qui nous décalent un peu de la réalité. On retrouve cette ambiance dans Kitchen. Ainsi que dans bon nombre de romans contemporains japonais. Je viens de lire "L'appel du pied" de Risa Wataya et « Des os de corail, des yeux de perle » de Natsuki Ikezawa. On retrouve ce même décalage concernant le quotidien. C'est difficile à décrire. Mais j'ai l'impression que le quotidien est comme suspendu, éthéré. L'instant présent, dans la tâche la plus anodine ou la plus triviale, est allongé, investi d'une importance particulière, et aboutit souvent à un questionnement existentiel. La mort est omniprésente dans ce livre comme dans le recueil d'Ikezawa. La vie et la mort sont les deux facettes de l'existence. Puisque dans les deux livres, il y a vie après la mort. La question du suicide, trame centrale dans le roman de Yoshimoto est presque naturelle et se présente comme une alternative quand on perd le contrôle de sa vie. C'est ce qui m'intéresse dans ce genre de récit. Au-delà de l'intrigue, qui, d'ailleurs ici se tient très bien, c'est ce questionnement que l'on trouve de manière plus ou moins apparent ou en filigrane dans la plupart des romans japonais. Peut-être l'influence du Shinto ? Les esprits sont omniprésents. Les éléments naturels, la mer, la forêt… sont comme habités. Les morts sont parmi les vivants. La scène finale où Kazami et Otohiko font un feu de camp sur la plage est éloquente. Tout se rejoint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
SophiePatchouli
  19 mars 2018
Comme une mise en abyme, les protagonistes de l'histoire sont liés par une nouvelle dont l'auteur s'est donné la mort, et ils cheminent fabuleusement leur destins entremêlés.
Ce court roman de Banana Yoshimoto, tout empreint d'onirisme et d'émotions, explore le romanesque avec une intéressante construction psychologique des personnages, une ambiance intime et une intrigue prenante.
Le style très vivant de Banana Yoshimoto, bien que minimaliste va à l'essentiel mais avec poésie voir lyrisme. Après Kitchen, N.B est son second roman que je lis en quelques heures d'abandon total à l'atmosphère qu'elle sait créer. Les personnages que l'auteure anime et le climat dans lequel ils évoluent sont si diablement attachants qu'il est cruel de les abandonner...
Il y a un peu de tragédie grecque, de fantastique, de polar, de roman psychologique, une touche karmique de surnaturel dans ce joli opuscule que nous livre Banana Yoshimoto. Merci à elle pour ce très bon moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          200
lilicrapota
  12 janvier 2013
Oh ! quelle jolie découverte !
Après quelques recherches net, j'apprends que cette auteur s'est fait connaître en 1987, avec « kitchen » (que je vais m'empresser d'acheter) ; la même année est paru « la ballade de l'impossible ». Impossible en effet de ne pas faire de lien entre cette « banana » et son compatriote haruki murakami !!!! J'y ai retrouvé tout ce qui me transcende : le mystère de l'autre, la symbolique très particulière des éléments naturels (pas de chat chez banana, mais les mêmes rideaux de pluie que chez murakami, les mêmes cerisiers en fleurs, les mêmes « effets » saisonniers (l'été) sur les personnages…) Il y a tout ce monde écrit, et il y a tout ce monde de l'inter ligne, du non-dit, du deviné, quelque chose qui échappe à la compréhension directe du lecteur mais qui parle à sa conscience (dans le sens : monde du ressenti, de l'émotion…)
Si le style est donc très proche de celui de murakami (sauf dans les dialogues où elle est loin d'égaler son confrère !!!), les thèmes abordés sont différents, mais comme chez Murakami qui explore dans chaque roman le thème du double, il semblerait que cette jeune auteure soit portée elle aussi par de solides récurrences (j'ai lu le résumé de Kitchen et il y a déjà des ressemblances avec celui-ci) : le deuil (avec la fille qui perd son petit ami), la sexualité « déviante » (dans celui-ci, Sui couche avec son père, puis avec son frère). Comme chez Murakami, les personnages ressentent des émotions parfois contradictoires mais profondément humaines (Kazami trouve qu'il se dégage un profond malaise de Sui mais ne peut s'empêcher d'être attirée par elle) ; il y a là aussi des « manèges à 3 », des sortes de liens entre les personnages qui ont des difficultés à se sortir du cercle (Kazami est au centre de la relation entre Saki et Otohiko (jumeaux) et Sui (la demi-soeur) : ce drôle de trio gravite autour de Kazami, lié à elle par le suicide de son petit ami, qui était en fait le traducteur du père des 3 enfants (ça, c'est l'intrigue principale, le noyau : les traducteurs de la 98ème nouvelle du père se suicident les uns après les autres. En vérité, si cela sous tend le texte, ce n'est qu'un prétexte, que l'excuse du lien entre les personnages… Mais l'intérêt de la nouvelle traduite est minime, même si à la fin du roman, un nouvel élément vient apporter un éclairage différent sur l'ensemble de l'histoire).
Bref ! L'auteure aborde aussi l'ambigüité des sentiments et leur normalité ( !) et, contrairement à Murakami, il y a une vraie fin !!!!! sans questions qui nous pourchassent ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
dreulma
  30 juin 2010
C'est le roman de Banana Yoshimoto que j'aime le moins : la jeunesse de la narratrice ( encore et toujours des jeunes dans ce qu'elle écrit ) m'a par moments irritée , par moments rendue nostalgique : le début de la vie adulte est si rempli de promesses, d'ouvertures, d'énergie et de liberté : tout est possible, l'être ne mesure pas encore l'étendue de sa névrose potentielle, qui ne se révèle que lorsque des habitudes seront prises, avec les obligations que l'on accumule immanquablement au fil d'une vie.
Donc été d'une adulte en début de vie, suicides et deuils, thèmes habituels de B. Y., traités dans ce roman avec plus d'emphase sur l'inconfort que dans ses autres livres, dont la poésie plus forte m'avait rendu la lecture agréable.
J'ai quand m^me bien apprécié la carrure de roseau du personnage principal Elle parait se faire engloutir dans une histoire dont elle ne sortira pas indemne, cependant, sa souplesse et sa malléabilité, dont la tendance à se faire influencer laisse présager le pire au premier abord, cachent une ferme sagesse, très loin du cartésianisme, une sagesse de l'ordre de l'intuition, de l'onde de fontaine qui coule en son coeur : non seulement elle plie sans se casser, mais elle change en douceur et avec délicatesse son monde, sans rien en laisser paraitre, comme une fleur change son environnement par son simple parfum
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
MusardiseMusardise   25 mai 2020
Un jour - il y a longtemps de cela - j'étais allée me promener au jardin botanique près de chez moi. Là, j'ai remarqué une mère et son enfant allongés sur la pelouse. Une pelouse bien verte, exposée aux rayons du soleil du soir, dans ce vaste parc presque désert. La jeune mère avait couché son bébé, qui devait avoir environ six mois, sur une serviette blanche, et, sans le dorloter ni lui sourire, restait simplement à le regarder, d'un air absent. De temps en temps, elle levait la tête vers le ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
FronigaFroniga   27 mars 2015
Tu crois que je suis amoureux de toi ?
Arrête
On attendra l'automne pour y penser.
Oui, je préfère...On en reparlera à l'Automne
J'ai regardé Otohiko. Et les yeux brouillés de larmes, j'ai vu le ciel, la mer, le sable et le feu qui dansait. Tout s'est rué en moi à une allure vertigineuse, j'en avais la tête qui tournait. C'était beau ce qui s'était passé, si beau...D'une beauté violente, à en perdre la raison
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
UnhomosapiensUnhomosapiens   29 novembre 2020
Malgré la force de l'amour, combien de choses sont restées non dites ! Des choses que nous n'avions ni le cœur, ni les moyens de transmettre, pas plus que la capacité de les recevoir ou de les comprendre.
Commenter  J’apprécie          150
edwige31edwige31   12 août 2012
On tombe amoureux, on se sépare ou la mort vous sépare, et à mesure que les années s'accumulent, tout ce qui défile devant soi finit par paraitre interchangeable. On n'arrive plus à distinguer le bien du mal;,à juger de la valeur des choses. simplement, on a peur de voir se multiplier les mauvais souvenirs. Alors on voudrait que le temps s'arrête, que l'été ne finisse jamais; soudain, on devient lâche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MusardiseMusardise   28 mai 2020
Je suis capable bien sûr de me souvenir des conversations banales que nous avions à l'époque où mon père était encore à la maison. Je m'en souviens de façon presque palpable, et pourtant je ne sais plus comment renouer le dialogue avec lui. C'est comme quand on recommence à faire du patin ou du ski après une longue interruption : le corps ne suit pas.
Commenter  J’apprécie          80

Video de Banana Yoshimoto (1) Voir plusAjouter une vidéo

Banana Yoshimoto : N-P
Olivier BARROT présente le livre de BANANA YOSHIMOTO "N-P". Il estime que c'est pour l'écrivain le livre de la maturité.
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
504 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..