AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Xavière Daumarie (Traducteur)
ISBN : 2845380976
Éditeur : Panini France (13/01/2005)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 59 notes)
Résumé :
"Deux siècles avant J.C. a été écrite une oeuvre intitulée "Enanji". On y découvre un détail très intéressant: le temps, passé, présent et à venir se dit "Chû". L'immensité se dit "U".
Voilà donc l'origine du mot japonais "Uchû", l'Espace qui s'étend à l'infini, où la notion même de temps disparaît. La Terre, les humains et notre atmosphère n'en sont qu'une infime partie. Il serait trop triste de penser que l'infini se limite au monde des humains. C'est un p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  14 février 2016
Le très sensible Makoto Yukimura nous offre un cycle de science-fiction d'anticipation qui fait la part belle à la conquête de l'espace certes, mais d'abord et surtout à l'existentialisme : qui sommes-nous ? d'où venons nous ? où allons nous ?
D'habitude ce parti pris peut rapidement m'ennuyer, mais ici j'ai plutôt bien aimé. Je ne sais pas pourquoi, je me sans plus proche des personnes du mangaka qui appartiennent au commun des mortels que des rentiers du XIXe, des hauts fonctionnaires du premier XXe siècle et des cadres supérieurs du deuxième XXe siècle…
Nous suivons donc les tranches de vie des éboueurs de l'espace Hachirota Hoshino, Fi Carmichael, Yuri Mihalkov, Ai Tanabe, de leurs familles, de leurs amis comme des diverses rencontres qu'ils font. du coup il y a quelque chose d'inachevé avec ses fils rouges qui débouchent d'une manière ou d'une autre sur des impasses : les ecowarriors préférant que l'humanité change elle-même plutôt que qu'elle change l'espace, le terroriste humaniste Hakim qui ne veut pas que d'autres subissent la tragédie de son pays, le managkiller sociopathe Werner Locksmith prêt à tout et au reste pour faire entrer son nom dans l'Histoire, cette expédition vers Jupiter censée résoudre tout les problème de l'humanité ou cette guerre spatiale ridicule que mène les Etats-Unis d'Amérique qui veulent montrer qu'ils ont la plus grosse au risque de détruire l'avenir… L'essentiel reste le parcours de Hachirota Hoshino qui passe de la colère à l'ambition, puis de l'ambition à la médiation pour enfin trouver sa place dans l'univers : revenir sur Terre retrouve ses amis et l'amour de sa vie (hoshi = étoiles et ai = amour : la boucle est bouclée !).
L'auteur a de la suite dans les idées puisque le héros de "Vinland Saga" Thorfinn suivra peu ou prou le même chemin…
On aborde les thèmes du terrorisme résultant de l'accaparement des ressources par une minorité, de la relation de l'homme à l'espace et de la définition même de l'espace avec tous ces hommes qui regardent les étoiles en désirant les rejoindre, de l'angoisse existentielle évidemment, mise en avant par la solitude et le sentiment de petitesse apporté par l'espace infini, l'ambition, le désir et le rêve liés à la conquête spatiale sans fin ainsi que les sacrifices qui les accompagnent…
Bref, l'auteur connaît ses classique et à sa science-fiction reprend les réflexions du poète Kenji Miyazama, et plus encore celles du Mahatma Gandhi :
"Sois le changement que tu veux voir dans le monde."
"La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre"
"Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses."
"La différence entre le possible et l'impossible se trouve dans la détermination."
"Vivez comme si vous devez mourir demain. Apprenez comme si vous devrez vivre éternellement."
"Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité."

Makoto Yukimura est un grand humaniste avec un sens assez fin de la psychologie, toutes ses oeuvres le démontrent. Et pour ne rien gâcher ses dessins sont toujours très réussis et mêmes brillants sur certains plans bien que son charadesign pèche parfois par facilité. Et sur le fond, je trouve que ses partis-pris ne sont pas très éloignés de ceux du célèbre animateur Shin'ichirō Watanabe ("Cowboy Bebop", "Samurai Champloo", "Space Dandy", "Terror in Resonance"…)

Ce tome 1 est un tome d'exposition qui nous présente les différents membres de l'équipage du Toy Box DS-12.
"Phase 1 : Autant de débris que d'étoiles"
L'équipage du Toy Box DS-12 poursuit sa routine, quand Yuri se précipite au péril de sa vie récupérer ce qu'il pense être l'ultime reste de sa femme morte dans l'accident spatial dont il fut l'unique rescapé… Et Hachirota se précipite au péril de sa vie récupérer Yuri victime d'une collision et qui se rapproche dangereusement de l'atmosphère terrestre…
"Phase 2 : La jeune extraterrestre"
Condamné au repos car victime d'une fracture du tibia due à l'ostéoporose spatiale, Hachirota fait la connaissance de la jeune lunarienne Nono condamnée à vivre dans l'espace et Roland le vieil astronaute condamné à retourner définitivement sur Terre.
"Phase 3 : Une délicieuse bouffée de tabac sous le ciel étoilé"
Fi a désespérément envie de faire une clope, mais les ecowarriors du mouvement Starworld Guardians planquent systématiquement leurs bombes dans les endroits réservés aux fumeurs. du coup, c'est grave énervée qu'elle décide contrecarrer leurs plans de mettre en oeuvre le syndrome Kessler…
"Phase 4 : Une fusée dans le décor"
L'équipage du Toy Boy DS-12 est en permission sur Terre après les événements du chapitre précédent. C'est en rencontrant Kyûtaro, le petit frère d'Hachirota qui rêve lui aussi de rejoindre l'espace et qui passe son temps à bricoler des fusées, que Yuri fait définitivement le deuil de sa défunte femme…
"Phase 5 : Ignition - mise à feu"
Miraculeusement rescapé d'une tempête solaire, Hachirota est en évaluation et rate les tests psychologiques… Pour lui remonter le moral, Yuri l'emmène voir le Tandem Mirror, le nouveau moteur destinée au futur vaisseau destinée à rejoindre la planète Jupiter : c'est décidé, Hachirota sera de la prochaine étape de la conquête de l'espace !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
oblo
  16 juin 2017
En l'an 2075, les hommes ont commencé à coloniser l'espace. Astroports et cités souterraines sur la Lune, stations spatiales en orbite autour de la terre, expériences scientifiques sur Mars, il y a même un projet de voyage jusqu'à Jupiter qui a vu le jour. Parmi ces hommes et ces femmes qui gravitent dans l'espace, il y a bien sûr des astronautes, des scientifiques, des hommes d'affaire. On trouve aussi des professions d'une incroyable utilité, et pourtant peu reluisantes, comme celle de ramasseur de débris. le DS-12 est un vaisseau de récupération de débris dont l'équipage est composé de Fi Carmichael, de Yuri (un Russe qui a perdu sa femme à cause d'un débris spatial) et de Hachimaki, un jeune Japonais idéaliste dont le rêve est de posséder sa propre navette. Leur but est d'empêcher, à leur petite échelle, la formation du syndrome de Kessler : en présence de nombreuses objets en orbite spatiale autour de la Terre, la multiplication des débris est potentiellement exponentielle. Si rien n'est fait, la Terre peut se retrouver isolée du reste de l'espace à cause de cette ceinture de débris.
Tout au long de ce très volumineux manga, le lecteur suit une aventure spatiale dont la force réside dans la proximité que peut ressentir le lecteur envers les personnages. Car cette aventure, toute spatiale qu'elle soit, est celle d'hommes et de femmes qui nous ressemblent : des mères qui partent loin de leur famille pour travailler (Fi), des jeunes idéalistes qui perdent peu à peu leurs illusions (Hachimaki), d'autres qui cherchent une famille (Tanabé), d'autres enfin qui pleurent les êtres aimés et disparus (Yuri). L'homme a simplement étendu son champ d'action, il ne s'est pas fondamentalement métamorphosé.

Si l'homme apporte avec lui ses débris, il apporte aussi la guerre, le terrorisme, ses courants politiques antagonistes, ses questions philosophiques, ses ambitions scientifiques et technologiques. En cela, Planètes pose la question du rapport entre l'homme et l'univers de façon très complète. L'homme, composé de matière, se trouve à la fois dans l'univers (en tant que composante) et hors (l'espace en tant que territoire à conquérir, donc extérieur à l'homme). Au-delà, l'infinité de l'univers ramène les hommes à leur solitude : physique, bien-sûr, mais aussi psychologique et, donc, sentimentale. Ce questionnement bouleverse notamment Hachimaki et ce avec d'autant plus de violences lorsqu'il rencontre Tanabé.
En venant dans l'espace, l'homme y apporte ses conflits : guerre internationales, luttes asymétriques aussi entre les Etats d'une part et des organisations clandestines d'autre part. Yukimura développe notamment l'idée d'une organisation qui milite contre la présence de l'homme dans l'espace puisque celle-ci serait nécessairement néfaste (par la pollution que l'homme engendre). Là aussi, de façon plus large, se pose la question de l'exploitation d'un territoire comme l'espace et de l'empreinte de l'homme sur celui-ci. L'homme pollue, certes, mais l'homme exploite aussi les ressources naturelles. Parmi elles, l'Helium 3, nouvelle source d'énergie qui a remplacé le pétrole.
La science-fiction développée dans Planètes est réaliste : c'est en cela qu'elle est intéressante. Elle prend pour matière première une humanité dont les aspirations, éternelles, ressemblent aux nôtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tachan
  24 janvier 2019
En bonne fan de science-fiction et de manga, j'avais acheté ce tome à sa sortie en 2004, mais à l'époque le côté un peu calme et contemplatif de l'histoire ne m'avait pas emballée et je m'étais arrêtée là. Aujourd'hui, 15 ans plus tard, mes goûts ont changé et j'ai eu un vrai coup de coeur pour le premier manga de Makoto Yukimura.
Planètes relate l'histoire d'une équipe de nettoyeurs de débris spatiaux qui ont tous des aspirations différentes. A travers eux, on va vivre des aventures dans l'espace mais surtout on va passer par bien des émotions. Vous avez peut-être l'impression de voir ici un précurseur du film Gravity, vous n'avez pas tout à fait tort, mais le titre se rapproche aussi beaucoup de la Cité Saturne d'Hisae Iwaoka que j'avais découvert il y a quelques années.
C'est en effet également un titre lent, un peu contemplatif avec de nombreuses tranches de vie. Ainsi, l'histoire s'ouvre sur un chapitre magistral relatant comment un astronaute a perdu sa femme lors d'un accident. C'est poignant et percutant et ça met de suite dans l'ambiance. On sait que ce titre nous tirera quelques larmes. Les drames humains vécus par les personnages sont forts et ils ne font que renforcer leur amour aussi bien pour la Terre que pour les étoiles. Plus qu'un drame, ce titre est une ode à la vie et à l'amour. C'est très émouvant.
Les trois personnages que l'on suit sont très différents. Il y a le mature et taciturne Yuri qui tente de refaire sa vie et de se retrouver un but. Puis vient la chef Fi, qui a une très forte personnalité mais qui vieille sur eux comme une mère. Et enfin, le petit jeune, Hachimaki qui est là un peu en dilettante au début mais qui va peu à peu vivre des choses qui vont l'obliger à mûrir et s'affirmer.
Avec eux, on découvre la vie dans l'espace, sur la Lune, loin de la Terre. L'auteur en profite pour nous parler écologie et science, faisant briller nos yeux et peinant nos coeurs sensibles. La critique de la surconsommation et de l'abus des richesses terrestres n'est jamais bien loin, tout comme celle de la pollution de l'espace et du manque de responsabilisation des habitants et des gouvernements. le message est fort et clairement intelligible. J'aime l'engagement dont fait preuve l'auteur. Il permet de sentir tout son amour pour notre planète et sa passion pour ce qu'il y a au-delà.
J'ai donc beaucoup aimé l'ambiance douce, poétique et philosophique même parfois de ce titre. L'auteur n'en oublie pas non plus de faire de l'humour. La séquence sur l'envie irrépressible de fumer de Fi est un passage d'anthologie tellement c'est burlesque. Les dessins du mangaka se prêtent aussi bien à cela, il sait faire des têtes hilarantes à ses personnages avec ces yeux sortants de leurs orbites (qu'on retrouvera plus tard dans Vinland Saga aussi). Il sait passer habilement d'un ton à l'autre en fonction des situations, nous faisant tantôt rire, tantôt sourire, tantôt pleurer. Toutefois, les dessins sont un peu maladroits par moment, normal pour une première oeuvre, mais on sent peu à peu qu'il progresse pour s'approcher du superbe niveau qu'il a désormais dans Vinland Saga. Mon seul reproche de ce côté-là, c'est le changement de couleur de cheveux du héros en plein milieu du tome, c'est assez perturbant et je n'en vois pas l'utilité ou du moins ça aurait pu être corrigé pour ne pas se voir.
Planètes est donc pour moi un coup de coeur surprise lors de cette relecture. J'aime énormément l'ambiance poétique, douce, triste et un brin amère qui s'en dégage. Je suis fan de la peinture de l'espace qui est faite, ainsi que de celle de ses ramasseurs de débris auxquels je me suis si vite attachée. C'est une histoire simple pour le moment mais qui se densifie au fil des chapitres, des rencontres et des événements qui croisent le chemin de la vie des héros. Une très belle lecture que je poursuivrai.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Shan_Ze
  05 mars 2014
En 2075. Hachimaki est un ramasseur de débris spatiaux sur la Toy Box. Il rêve de faire partie du voyage vers Jupiter mais pour cela, il doit économiser. On suit quelques moments choisis dans l'espace et parfois sur Terre, en compagnie des autres membres du vaisseau : Yuri, un russe qui a perdu sa femme et Fi, une afro américaine qui n'a pas froid aux yeux.
Qu'est-ce qui m'a attirée vers ce manga ? Peut-être le dessin de cet astronaute avec en fond la Terre... J'ai beaucoup aimé ce manga qui parle du futur (mais aussi de ce présent), un métier comme un autre dans un endroit extraordinaire. Ca m'a fait rêvé, voyagé. le ton est tour à tour avec une pointe d'humour ou une pointe de mélancholie. La description des technologies évoluées est aussi intéressante. Et ce Hachimaki a bien son caractère...
Une belle découverte, à suivre !
Commenter  J’apprécie          100
Bookworm84
  25 mars 2012
Planetes est un manga court : quatre volumes seulement là où certaines séries se prolongent des tomes durant. Mais ce sont quatre volumes denses, emplis d'une histoire forte qui laisse des traces dans l'esprit du lecteur bien après en avoir refermé les pages.
Les trois personnages principaux de la série sont des êtres humains avec leur caractère propre, leurs failles et leurs rêves. Ils sont introduits de telle manière qu'on s'y attache et qu'on suit leur évolution avec intérêt et émotion. On comprend leurs réactions, on ne reste pas indifférent lorsque le malheur les accable ou lorsqu'ils se battent pour réaliser leur plus grand rêve.
Et il y a l'espace… c'est avant tout cet élément qui m'a fait lire Planetes. L'espace, la couverture du premier volume où l'on voit Hachimaki flotter seul, la Terre en arrière-plan. L'espace qui m'a toujours attirée et fascinée. Alors cette série se déroulant dans un futur proche et réaliste m'a immédiatement conquise! Elle m'a davantage séduite au fur et à mesure de ma lecture. Car ce n'est pas qu'une aventure spatiale, c'est véritablement une aventure humaine qui se déroule là, sous nos yeux. L'aventure d'hommes et de femmes qui doivent concilier rêves d'espace et vie personnelle, qui doivent composer avec cet environnement hostile qui les entoure.
La série avance de nombreuses réflexions autour de la conquête spatiale, de ce qui peut pousser l'Homme à regarder les étoiles en désirant si fort aller là-haut. Il y a aussi des interrogations sur les sacrifices et la volonté que demande la réalisation de certains rêves, des questionnements sur les relations humaines, sur des choses aussi simples et essentielles que notre rapport à la Nature ou encore notre place dans l'Univers.[Lire la suite de la critique sur le site de la Lune Mauve]
Lien : http://www.lalunemauve.fr/ec..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   04 mars 2016
[Yuri] Quand j’avais 20 ans, je voyageais sans but précis. J’ai fait le tour de la Terre. J’étais jeune. Je ne savais pas quoi faire de mon énergie. Je ne connaissais rien de la vie… Je me posais des questions sur moi, sur les autres… Qu’est-ce qui est bien ? Qu’est-ce qui est mal ? Qu’est-ce que le droit ? Qu’est-ce que le devoir ? Qu’est-ce qui est venu le premier, l’œuf ou la poule ? Qu’est-ce que l’espace ? Qu’est-ce que la Terre ? J’espérais que la réponse me tomberait du ciel. Tu ne trouves par merveilleux de vivre sans se poser de question ? Moi, j’étais rempli de doutes. J’avais besoin de trouver une vérité irréfutable. Enfin bref, je continuais mon voyage… Un jour, dans une réserve indienne en Amérique du Nord, j’ai rencontré un ancien astronaute. Le vieil homme s’est moqué de mes doutes. « Mon jeune ami, tu cherches trop de réponses. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   17 février 2016
Depuis le début de ce siècle, l’homme ayant épuisé ses ressources pétrolières, s’est lancé dans la recherche de nouvelles sources d’énergie, sans aucun scrupule, prêt à tout. L’énergie solaire, le gaz naturel, l’uranium, le méthane sous-marin et puis la lune. L’homme a prétendu pouvoir résoudre tous ses problèmes grâce à l’hélium 3 qu’on y trouve. 70% des besoins mondiaux en électricité sont couverts par l’énergie électrique produite par la fusion nucléaire dont le principal combustible est l’hélium 3. Mais rien n’a changé. L’homme est seulement passé du pétrole à l’hélium 3. Nous restons les mêmes qui bâtissons notre civilisation en répandant la destruction. L’homme n’a rien appris de ses erreurs passées. Maintenant qu’il contrôle une immense source d’énergie, l’homme cherche à étendre son influence en se servant de la lune comme base. L’espace infini doit-il être sacrifié sur l’autel de l’arrogance humaine. Parce que nous n’y avons pas rencontré d’autres formes de vie. Parce qu’il n’y a ni forêt, ni océan. Alors nous pouvons le salir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AlfaricAlfaric   08 février 2016
C’est pas une révélation… Ce corps humain n’est pas fait pour vivre dans l’espace. C’est pour ça que les hôpitaux de Sélénopolis sont toujours bondés. Il y a ceux qui comme moi sont affaiblis par la micropesanteur, ceux qui souffrent de troubles psychologiques à force d’être dans un environnement fermé, ceux qui ont été irradiés par les rayonnements cosmiques… Personne ne peut rester en bonne santé dans l’espace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
AlfaricAlfaric   12 février 2016
- Je tuerais pour un bon tonkatsu.
- Hein ?
- C’est un plat de porc. Un plat de chez moi. On le faut griller, on ajoute plein de sauce et on le mange avec des lamelles de chou cru. Attention, on prend la côté, pas le filet !
- On doit bien pouvoir trouver ce genre de rations…
- Tu comprends rien ! Je veux manger un vrai tonkatsu, sur une assiette et tout !
- Tu es bien capricieux pour un astronaute ! Moi, ça fait 3 semaines que ne je n’ai pas fumé ! Et Yuri n’est pas redescendu sur Terre depuis plus de 2 mois !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AlfaricAlfaric   08 février 2016
Altitude : 210 km. A cette hauteur-là, par de doute, c’est l’espace. Si vous croyez que c’est un endroit où il n’y a rien, vous vous trompez. Ces derniers temps, il y a de plus en plus de gros débris qui flottent à une altitude dangereusement basse. Plus on ramasse de vieux satellites, plus ils en envoient de nouveaux.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Makoto Yukimura (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Makoto Yukimura
La saga Sengoku Basara revient... au lycée ! L'affrontement mythique entre Date Masamune et Sanada Yukimura pour le trône de Président du Conseil des élèves commence ! Attention cependant : Toyotomi Hideyoshi, l'actuel président du Conseil, veille au grain? Cette guerre scolaire va-t-elle rentrer dans l?Histoire ?
©CAPCOM/Basara Gakuen
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Manon n°2 (non signé initialement)

comment s'appelle le gamin ?

bernard
jean jacques
thorfinn

4 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Vinland Saga, Tome 1 de Makoto YukimuraCréer un quiz sur ce livre