AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le sommet des dieux tome 4 sur 5

Sylvain Chollet (Traducteur)
EAN : 9782871297215
320 pages
Dargaud (04/03/2005)
4.47/5   317 notes
Résumé :
Tandis que l'appareil photo qui aurait pu appartenir au célèbre alpiniste disparu George Mallory suscite toujours toutes les convoitises, Fukamachi entreprend de suivre en tant que photographe l'ascension clandestine de Habu Jôji sur la face Sud Ouest de l'Everest, en hiver et sans oxygène !! Habu accepte uniquement à la condition qu'ils n'aient plus de contacts une fois l'ascension commencée et que chacun se débrouille. Fukamachi rejoint alors Habu pour la période ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,47

sur 317 notes
5
12 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Wyoming
  19 octobre 2021
Neuf épisodes, du 28ème au 36ème, dans ce quatrième tome qui va conduire les lecteurs vers le vrai sommet des dieux, l'Everest.
C'est vraiment mon préféré depuis le début de cette découverte car Habu accepte que Fukamachi le suive et le photographie dans sa tentative hivernale de la face nord-ouest de l'Everest.
Cela se met en place tranquillement, les deux hommes grimpent chacun de leur côté, Fukamachi à la suite de Habu qui le distance toujours aisément. L'ascension est présentée essentiellement du point de vue de Fukamachi qui rencontre bien des difficultés lesquelles l'amènent à réfléchir sur les raisons de sa présence au coeur des ces parois glacées, exposé à tant de dangers tels que les avalanches, les chutes de pierres, le vent violent glacial. Il sait qu'il peut renoncer quand il le désire, il continue, mais...
Belle surprise dans cette ascension périlleuse toujours magistralement dessinée et de nombreuses réflexions sur les motivations des alpinistes, la vie, le danger, la mort.
Ce tome ne se termine pas au sommet, ce sera sans doute le cas dans le cinquième avec, je l'espère, d'aussi bons moments au sommet des dieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
Alfaric
  28 mars 2016
C'est long et c'est lent, mais une fois qu'on est pris dedans c'est passionnant. "Le Sommet des dieux", série en 5 tomes parue au début des années 2000, est l'adaptation en manga du roman "Kamigami no itadaki" de Yumemakura Baku, célèbre auteur de récits de Science-Fiction et d'aventure au Pays du Soleil Levant, et effectivement cela se sent tellement la narration est emprunte toutes ses ficelles aux techniques littéraires. Mais attention, c'est Jirô Taniguchi le meilleur dans sa partie qui est en charge des graphismes très réalistes : les décors qu'ils soient anodins ou grandioses fourmilles de détails, et avec les visages très expressifs filmés sous tous les angles les personnages prennent vie sous nos yeux. Avec ses artistes, jamais la montagne n'aura été aussi belle (mais dangereuses aussi ^^) ! Et pour ne rien gâcher, cela a été édité en France en format deluxe par Glénat… La vie est belle, oh yeah !
Fukamachi, photographe alpiniste traumatisé par la mort récent de deux amis, traîne sa misère dans Katmandou avant de faire l'acquisition d'un vieil appareil photo dont les secrets pourraient révolutionner l'Histoire de l'alpinisme mondial. Et de fil en aiguille savoir si George Mallory et Andrew Irvine ont été les premiers hommes à avoir atteint le sommet du mont Everest lui emporte presque moins que savoir comment Habu Jôji est devenu Bikhalu Sank, « le serpent venimeux » redouté de tous les sherpas du Népal…
Dans ce tome 4, pour récompenser Fukumachi qui a sauvé son fils de Mohan qui l'avait pris en otage, Habu Jôji lui révèle les secrets de l'appareil photo : il s'agit bien de celui de George Mallory, il l'a bien trouvé sur l'Everest mais il ne contient pas la pellicule qui doit encore être en compagnie de la dépouille mortelle d'Andrew Irvine quelque part sur le plus haut sommet du monde…
Mais il l'autorise aussi à l'accompagner et à le photographier dans son défi fou : grimper le sommet des dieux en hiver, en solitaire, sans oxygène et par la face sud-ouest… Après les préparatifs, l'épopée commence le 12 décembre 1993 par -22 degrés, et à chaque chapitre correspond une des étapes de l'ascension : la cascade de glace, le Warship Rock, le grand couloir central, la tour grise… Fukamachi s'accroche mais éprouve de plus en plus difficultés, et est victimes d'accidents puis d'hallucinations avant que contrairement à ce qu'il avait dit, Habu Jôji rebrousse chemin pour lui sauver la vie… Désormais proches des 8000 mètres d'altitude nos deux alpinistes sentent que plus que jamais la montagne est une bête sauvage indomptable !
Ce coup-ci Fukumachi prend des résolutions : s'il rentre vivant, il fera sa déclaration à Ryôko.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
nebalfr
  21 décembre 2017
RETOUR AUX FONDAMENTAUX
Retour au Sommet des Dieux, l'adaptation par Taniguchi Jirô du gros roman alpin de Yumemakura Baku. Retour un peu tardif, sans doute – et sans doute au moins pour partie en raison de l'impression au mieux mitigée que m'avait fait le tome 3… Après les deux brillants premiers volumes, celui-ci avait en effet joué d'une tout autre carte, et avec beaucoup moins de pertinence : la montagne était reléguée au second plan, l'histoire alpine avec, et les auteurs s'empêtraient un peu dans les failles de leur prétexte policier/thriller – qui aurait dû ne rester que cela, un prétexte. En outre, il fallait y associer une couche de mélo plus ou moins bien gérée, et un nouvel aperçu de l'héroïsme du mythologique Habu Jôji, tellement outrancier hors contexte purement alpin qu'il avait quelque chose de parfaitement ridicule à ce stade…
Par chance, même s'il n'est pas sans défauts, ce tome 4 prend totalement le contrepied du précédent (en dépit d'une très courte et très ratée saynète d'introduction dans la continuité, qui fait très bizarre de la sorte, et se montre aussi peu convaincante, voire pire encore, que les scènes du même ordre dans le tome précédent) : la montagne repasse au premier plan – et pas n'importe quelle montagne : l'Everest lui-même, « le sommet des Dieux » ; l'histoire de l'appareil photo de Mallory redevient le prétexte qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être ; bye bye le mélo et le mauvais thriller ; bye bye aussi, mais là ça ne concerne pas que le tome 3, les flashbacks…
DEUX HO… NON : UN SEUL
En effet, tout au long de ce tome, nous vivons l'action au présent, en compagnie, peu ou prou, de deux hommes seulement – dont l'un n'est guère bavard, aussi l'ensemble du volume tient-il du monologue de Fukamachi.
Le photographe japonais a enfin mis la main sur Habu Jôji, et pu s'entretenir avec lui. Il a progressivement pris conscience de ce que le légendaire et inquiétant alpiniste qu'est son compatriote, même en l'absence de feu son rival Hase Tsuneo, compte bien s'illustrer dans un ultime exploit, totalement fou, parfaitement vain : l'ascension de l'Everest par son versant le plus redoutable, en hiver, en solitaire, et sans oxygène – autant dire que l'ambition de Habu Jôji tient purement et simplement du suicide.
La fascination éprouvée par Fukamachi à l'encontre de ce taré l'amène à faire preuve d'une certaine audace : il entend photographier Habu Jôji, documenter son expédition – et, finalement, celui qui, ces dernières années, n'était jamais appelé par quiconque autrement que sous le nom de Bikhalu Sanh, lui en donne toute licence ; et même, s'il veut écrire un livre ensuite, libre à lui – Habu Jôji s'en moque, il n'en est plus là.
Cependant, il y a bien une condition à tout cela – et de taille : Fukamachi ne doit bien sûr pas intervenir dans le programme de Habu Jôji – son ascension, notamment, doit se faire en solitaire : le photographe restera en arrière, avec un temps de retard – il pourra rejoindre Habu Jôji dans ses divers camps, mais ils ne devront rien échanger, pas un mot, pas un geste, encore moins une soupe chaude en conserve. Aucune intervention : si l'un des deux a des difficultés, l'autre ne doit pas en tenir compte, ne doit pas lui apporter son aide – sous aucun prétexte.
Il y a un non-dit, ici, qui relève à vrai dire de l'évidence : si Fukamachi doit, littéralement, marcher dans les pas de Habu Jôji, sa tâche demeure ardue – le conquérant de l'Everest est un alpiniste autrement chevronné, et son programme d'ascension a quelque chose de frénétique : dans les conditions qu'il s'est imposé, il doit atteindre le sommet en moins de quatre jours ! Les expéditions en groupe requièrent en principe deux à trois semaines… Même si le photographe n'est pas supposé gagner le sommet dans ces conditions, il n'en reste pas moins qu'il s'engage dans une épreuve d'une extrême difficulté et particulièrement périlleuse – à deux doigts d'un suicide par procuration.
Les conditions de cette ascension ont un impact fondamental sur la narration. En attendant que le temps se dégage pour le sommet, autrement dit que la fenêtre s'ouvre brièvement pour autoriser l'expédition à marche forcée de Habu Jôji, les deux hommes peuvent échanger quelques mots – mais, décidément, l'alpiniste de légende n'est guère bavard. Toutefois, dès le premier pas fait pour atteindre le sommet, Habu Jôji et Fukamachi ne doivent plus communiquer – le photographe ne doit même pas intervenir dans le bref échange quotidien par talkie-walkie entre Bikhalu Sanh et son unique ami le Sherpa Ang Tshering.
De fait, les deux hommes sont seuls. Et notre point de vue est celui du seul Fukamachi – mais nous sommes en permanence avec lui, jusque dans ses pensées les plus intimes : ce tome 4 est pour l'essentiel un long monologue intérieur du photographe.
LE MONOLOGUE DE FUKAMACHI
Fukamachi est un reporter : il fait son travail. Notamment, il documente avec une précision méticuleuse les préparatifs de Habu Jôji, et rapporte avec le même luxe de détails le plan exact de son ascension de l'Everest. Car Habu Jôji a passé des années à préparer cette folle expédition, et il sait qu'il n'y aura pas de deuxième tentative : c'est cette fois ou jamais. Durant des années, sur la base de son expérience personnelle comme des retours d'autres alpinistes, il a minutieusement prévu chaque pas, à la seconde près – il connaît chaque centimètre de la montagne : monter ici, se décaler de vingt mètres sur la gauche là, s'abriter des rochers tombant du sommet sous ce surplomb, avec une marge de dix centimètres seulement… Il en va bien sûr de même pour l'équipement – et, aspect crucial, son poids : Habu Jôji emporte son carnet de notes, mais en a arraché toutes les pages qui ne serviraient à rien – il n'en reste que deux ou trois, celles nécessaires à l'expression de ses sentiments ; jusqu'au crayon à papier qui a été scié pour être réduit à la taille et au poids minimum !
Mais, par la suite, c'est bien l'expérience solitaire du seul Fukamachi que nous avons. Et, avec tout son sérieux de professionnel, hors livre, il laisse libre cours à l'expression de ses interrogations, tout au long de cette ascension. le rapport des gestes effectués, les moindres gestes, est toujours de la partie, mais les pensées parasites prennent régulièrement le devant de la scène – les doutes, les remords, les craintes…
C'est un aspect essentiel de ce tome 4. Il pourra séduire, ou agacer – j'ai connu les deux sentiments alternativement. Si vous êtes allergiques aux voix off, ce que je peux comprendre, clairement, ce n'est pas pour vous…
PARCE QUE LA MONTAGNE EST LÀ ?
Un aspect essentiel, bien sûr, consiste à questionner ce besoin, chez Habu Jôji, de se livrer à pareille entreprise, parfaitement démente – au-delà, il s'agit donc de questionner l'héroïsme. La BD se montre ici à la fois frustrante et pertinente, car la réponse véritable demeure dans le flou. Est-ce « parce que la montagne est là » ? Les fameux mots de feu George Mallory – toujours lui – questionné sur les raisons de son ascension de l'Everest, qui devait lui être fatale… Habu Jôji ne semble pas adhérer à cette approche presque esthétiquement abstraite. L'égocentrique forcené qu'il est, comme de juste, ramène tout à lui : il doit grimper parce que c'est ce qu'il fait. On devine, sous-jacent, un triste corollaire – qui est qu'il ne sait rien faire d'autre.
Tout cet héroïsme est absurde – c'est bien affaire de « conquérants de l'inutile », mais d'une manière presque mesquine. Pourtant, la notion même d'héroïsme est bien au coeur du Sommet des Dieux – difficile de prétendre le contraire. Mais, pour l'explorer dans tout ce qu'elle implique, sans doute faut-il un autre point de vue que celui de l'alpiniste de légende, si merveilleusement doué.
D'où Fukamachi. Personnage point de vue depuis le départ, il a fait office, successivement, de prétexte, de témoin, de passeur. Ce n'était pas tout à fait une coquille vide pour autant, au plan sentimental notamment, mais c'était bien le type qui s'efface derrière son récit, qui ne prend le devant de la scène que pour les nécessités de la narration : dans les ascensions, sa fonction même implique qu'il reste en arrière.
C'est bien ce qu'il fait ici, de la manière la plus littérale qui soit – mais ses pensées le dépassent : autrement concrètes que la perfection abstraite de Habu Jôji, elles touchent aussi bien davantage – même par rapport aux exploits les plus traumatisants et périlleux de l'alpiniste, qui avaient en leur temps été racontés sur le vif et à la première personne, dans le tome 2. Mais c'est plus compliqué que ça, j'y reviendrai... Quoi qu'il en soit, Habu Jôji est un homme (ou plus que ça ?) de l'objectif : grimper, vaincre, survivre – il ordonne sa vie au gré des nécessités, selon ces principes cardinaux qui reviennent sans cesse. En tant que tel, il semble ne jamais douter – il ne saurait à cet égard être plus opposé à Fukamachi, l'homme qui doute tout le temps.
Le doute, la peur… L'humanité, en somme. Si le discours sur le dépassement de soi tend généralement plus à m'irriter qu'autre chose – et cela a régulièrement été le cas dans ces pages –, il fait bien ici preuve d'une empathie appréciable et à hauteur d'homme.
La motivation de Fukamachi demeure problématique – il y a vraiment ici quelque chose de suicidaire, qui vient contredire l'affirmation du dépassement de soi ; je ne sais pas quelle dimension l'emporte. Mais je suppose que, d'une certaine manière, c'est tant mieux. le moyen qui me reste pour faire abstraction des souffrances masochistes de l'alpiniste, de ses ambitions et de ses fantômes – tout cela étant tout de même bien plus convenu, dans l'optique d'une « philosophie » héroïque qui, trop souvent, m'indiffère, sinon m'ennuie.
REDONDANCES ET REDITES
L'entreprise narrative n'est toutefois pas sans risques, peut-être même à la hauteur de ceux qu'affrontent nos alpinistes pour les raisons les plus indécises, et éventuellement les plus futiles – à moins qu'il n'y ait vraiment quelque chose en dessous, nous verrons bien, j'imagine (ou pas).
La voix off, tout particulièrement, peut s'avérer problématique, d'une manière finalement très typique du procédé : elle commente toujours, mais sans toujours apporter grand-chose en tant que telle. Parfois, cela vire à la littéralité, au discours redondant : le texte se contente de redire l'image, pourtant autosuffisante.
En même temps, je ne pense pas que ce soit totalement gratuit – la voix de Fukamachi se posant sur les images a surtout pour objet de créer une ambiance, je suppose, et, globalement, elle y parvient. Commenter dans le détail le contenu du sac de l'alpiniste fou, ou faire part dans la douleur de sa crainte de mourir inutilement contre une paroi, loin de celle qu'il s'avoue enfin aimer, c'est finalement la même chose, à cet égard.
Cela passe aussi par un jeu avec le temps : le commentaire dilate l'action. C'est sans doute approprié dans le cadre de la folle ascension de Habu Jôji, et de la non moins folle entreprise de Fukamachi marchant littéralement dans ses traces. Si l'expédition, chronométrée, est supposée aller absurdement vite, au regard des critères des autres expéditions, en groupe, s'étant attaquées à l'Everet, la perception intime du temps qui s'écoule, c'est encore autre chose – sinon pour Habu Jôji, du moins pour Fukamachi, qui compte chaque pas, chaque coup de piolet, toujours plus pénible que le précédent, et moins que le suivant, mettant l'endurance de l'alpiniste à l'épreuve, et, avec, celle du lecteur.
L'endurance de ce dernier, à vrai dire, est plus généralement affectée par les éventuelles redites : à ce stade du Sommet des Dieux, l'expérience de la montagne, dans ce qu'elle a de plus extrême, ne produit plus le même effet que dans les premiers volumes. Surtout, quand l'épopée de Fukamachi, comme il se doit, sombre dans le cauchemar, la folie, la douleur, la certitude que la fin est proche, le lecteur est forcément ramené à l'expérience traumatisante de Habu Jôji en solitaire dans les Grandes Jorasses, narrée dans le tome 2 – et à la première personne là aussi : le carnet de l'alpiniste retranscrivait ses pensées, même si sur un mode sans doute plus urgent et laconique que Fukamachi prérédigeant son livre au coeur même de son expérience, et ce plus ou moins consciemment. Les deux hommes diffèrent, oui, et leurs comptes rendus aussi, en conséquence. On peut apprécier que le point de vue du photographe soit davantage humain que celui de l'alpiniste super-héros. Reste que l'épisode fascinant et mythologique des Grandes Jorasses était autrement convaincant et fort que l'épreuve himalayenne de Fukamachi...
Mais, au-delà des seules références à cet épisode tout de même bien particulier, les scènes de montagne se répètent forcément – entre les volumes, et au sein même de celui-ci ; que le commentaire dilate l'action accentue en fait ce sentiment.
Au plan narratif, ce tome 4 n'est donc pas sans failles, même si leur caractère gênant ou pas dépendra sans doute du lecteur.
POURTAAAAAAANT QUE LA MONTAAAAGNE EST BEEEEEL-LEUH
Par contre, pour ce qui est du dessin, Taniguchi Jirô est… à son sommet. Aha. Après un tome 3 bien terne au pays des hommes, le tome 4 est l'occasion de retrouver la montagne, et de la remettre au premier plan – et pas n'importe quelle montagne : l'Everest, rien que ça – « le sommet des Dieux ».
Et le résultat est de toute beauté. La précision documentaire est de mise, mais sans priver le graphisme de son âme.
La montagne, chez Taniguchi, est belle autant qu'intimidante – sa majesté de mangeuse d'hommes effraie. Il s'agit, littéralement, de fascination – celle que les plus belles choses autant que les plus terribles cauchemars suscitent, et sont seuls à même de susciter. L'adversité est magnifiquement retranscrite – elle est palpable, d'une certaine manière : les chutes de rochers, les avalanches, sont autant de périls que le lecteur ressent au plus profond de son être – des menaces concrètes, même si elles ont leur part d'avertissements : on ne grimpe pas au sommet de la montagne sans tenir compte de l'avis des Dieux qui en ont fait leur domaine.
Notons enfin que cette réussite s'applique également aux personnages – notamment dans leur aspect pouilleux, mal rasé, qui tranche sur la perfection proprette que nous avions pu être tentés de leur associer, notamment en ce qui concerne Fukamachi. C'est finalement une autre manière de les ramener à l'humanité : les vrais héros ne sortent pas du salon de beauté.
REMONTÉE…
Je suppose que l'on peut parler de « remontée ». Ce tome 4 du Sommet des Dieux est incomparablement meilleur que le très décevant et maladroit tome 3, et ce à tous points de vue.
Par contre, à ce stade du récit, les redondances et les redites ont leurs conséquences – que le monologue permanent de Fukamachi tend à mettre en lumière, que ce soit délibéré ou pas. Cela peut profiter à l'ambiance du récit, mais, trop souvent, cela nous rappelle aussi quelques bien meilleurs souvenirs des deux premiers tomes – au premier chef l'expérience traumatique de Habu Jôji dans les Grandes Jorasses. le rendu n'est pas tout à fait le même, puisque Fukamachi n'a rien du super-héros obsédé par la performance alpine – mais l'effet est bien amoindri. du coup, ce tome 4, à mes yeux, ne retrouve pas le niveau remarquable des tomes 1 et 2.
Reste un ultime volume – à un de ces jours…
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nastie92
  25 août 2014
L'action avance à grands pas dans ce quatrième volume d'une excellente qualité. L'histoire de l'appareil photo, qui a occupé de bons moments dans les tomes précédents, est réglée, ainsi que tous les petits "détails" : désormais tout est centré sur l'alpinisme.
Fukamachi suit Habu dans sa tentative folle de vaincre l'Everest par une voie inédite en solo en hivernal... rien que ça ! C'est l'occasion rêvée pour le dessinateur de nous régaler une fois de plus, et de façon magistrale. Les scènes d'alpinisme pur sont saisissantes de réalisme, les paysages sont à couper le souffle, et l'aventure prend vie sous nos yeux.
Le passage de la cascade de glace est particulièrement époustouflant. À la vue de ces pages, on éprouve presque physiquement la petitesse des hommes dans ce monde glacé, hostile et fascinant à la fois.
Fukamachi révèle davantage sa personnalité dans les difficultés rencontrées lors de l'ascension, ce qui le rend encore plus attachant. Sous le coup de l'épuisement, il s'interroge à voix haute sur ses motivations à se trouver là et sur le sens de la vie. Quand, exténué, il est victime d'hallucinations, le lecteur sens la tension qui règne.
Quant à Habu, il est magnifiquement représenté. On le savait fort, solide, on le découvre plus humain, mais en même temps habité d'une volonté exceptionnelle. Il émane de lui une aura quasiment surnaturelle, qui se voit dans les dessins à travers l'intensité des traits et les jeux de lumière. C'est sublime.
Il y a un vrai rythme dans ce tome. À certains moments légers, on tourne les pages rapidement, facilement, à d'autres, on le fait plus doucement, on prend le temps de tout voir et de tout sentir : une grande expérience de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Mahpee
  11 octobre 2015
Dans ce tome 4, on retrouve Fukamachi aux prises avec un truand qui, armé d'un couteau, menace de tuer le fils d'Habu si on ne lui remet pas le fameux appareil photo ayant appartenu à Mallory. La compagne d'Habu cède devant les menaces du malfrat prêt au pire. Profitant d'un moment d'inattention, Fukamachi se rue sur le kidnappeur sauvant la vie de l'enfant. C'est grâce à cette intervention courageuse que Fukamachi va enfin retrouver la trace d'Habu au camp de base de l'Everest. Après lui avoir fait cadeau de l'appareil photo, Habu accepte que Fukamachi fasse un reportage sur l'ascension qu'il prépare depuis tant d'années : la première hivernale en solitaire et sans oxygène du sommet de l'Everest. Une seule condition, ne pas venir le perturber durant son ascension. S'il a un problème, Habu ne viendra pas à son secours, c'est le contrat qu'accepte Fukamachi.
Presque entièrement dédié au combat de ces deux hommes contre la légendaire montagne, ce tome est une ode au fabuleux courage, tant physique que psychologique, de ces alpinistes qui mettent leurs existences entre parenthèses dans le seul but de vaincre cet ogre sans pitié qu'est l'Everest.
Fukamachi sera-t-il en mesure de suivre Habu dans cette périlleuse ascension ? Habu tiendra-t-il sa promesse ? C'est ce passionnant morceau de bravoure que nous relate ce tome 4 du "Sommet des dieux", l'oeuvre originale de Yumemakura Baku magnifiée par les excellents dessins de Jirô Taniguchi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   25 août 2014
HABU : Et toi, dans quel but tu fais de l'alpinisme ?
FUKAMACHI : Ben... pour être franc, je ne sais pas trop.
Peut-être pour la raison que Mallory a donnée... parce que la montagne est là.
HABU : Ça n'a rien à voir.
FUKAMACHI : Pardon ?
HABU : Ça n'a rien à voir. Pour mon cas, du moins.
Ce n'est pas parce que la montagne est là.
C'est parce que moi je suis là.
Commenter  J’apprécie          191
AlfaricAlfaric   11 avril 2016
La montagne. Là !!! Bouleversante. Inaltérée. Accablante. La roche inhale le vent de la stratosphère. Prise dans cette atmosphère gelée, la neige mastique le temps. Fukamachi se tenait là. Bien là. Face à lui, le Nuptse, ce géant. Juste devant lui s’étendait la cascade de glace. 1500 ans pour que les neiges du sommet de l’Everest gèlent et parviennent jusqu’ici. Fukamachi était là, au milieu de ce temps vertigineux. Seul au pied de la cascade de glace, il s’imprégnait des cieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jovidalensjovidalens   06 mars 2014
Savoir calculer l'intervalle entre les chutes de pierres.
Habu avait entraîné quotidiennement son esprit à ce type d'exercices minutieux.
Il s'attaque à la montagne comme on affronte un adversaire doté d'une personnalité.
Il est attentif au moindre mouvement sur la face sud-ouest.
Quant à la montagne, si on la compare à un animal sauvage...
...Alors, elle a les yeux grands ouverts dans la nuit...
...Et elle gronde, déchainée.
Et Habu et moi nous trouvons sur son flanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
WyomingWyoming   19 octobre 2021
Tandis qu'à l'intérieur de la tente régnait un silence oppressant, à l'extérieur le vent soufflait et la montagne grondait.
Commenter  J’apprécie          360
AlfaricAlfaric   31 mars 2016
En toute chose, il faut savoir saisir sa chance, sans attendre que quelqu’un le fasse pour vous. C’est aussi valable à l’échelle individuelle qu’à l’échelle internationale. Lorsque l’on veut quelque chose, il faut s’en emparer soi-même.
Commenter  J’apprécie          150

Lire un extrait
Video de Baku Yumemakura (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Baku Yumemakura
Payot - Marque Page - Baku Yumemakura - L'avenement des démons
autres livres classés : alpinismeVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre