AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070355284
Éditeur : Gallimard (02/05/2008)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 84 notes)
Résumé :
Elle aurait voulu être une bête, au moins ça aurait été clair. Elle est juste professeur de la vie et de la terre, mais il n'y a plus de vie il n'y a plus de terre sous ses pieds quand son amant part. Alors au collège, elle n'y va pas. Qu'est-ce qu'elle enseignerait, hein ? Son corps enseignant, il est ici. Son intelligence, sa patience, son savoir, tout pourrit sans caresse. Elle se racornit comme les feuilles de certaines plantes quand elles manquent d'eau. Elle p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
28 mars 2016
★★★★★
★★★★★
Je me sens évidemment très concernée par le thème de ce livre et il ne pouvait être écrit que par une enseignante, quelqu'un ayant vécu les faits de l'intérieur et qui les restitue avec une émotion tendue et vibrante et beaucoup de sincérité.Beaucoup de pertinence aussi.
C'est un huis-clos: un collège dit" difficile" ( qu'a connu l'auteur) mais les questions, les réflexions que soulève ce roman touchent n'importe quel établissement scolaire.Ecrit en 2006, il présente des problèmes toujours non résolus, dix ans après.
J'ai apprécié la construction du livre: les différents acteurs de cette communauté expriment tour à tour leurs ressentis, leurs angoisses, leurs colères.Chacun montre ses failles, son impuissance aussi, bien souvent , à changer les choses.Certaines remarques me semblent vraiment proches de ce que je ressens moi-même: "Quand va-t-on prendre le temps de réfléchir vraiment à ce qu'est l'école aujourd'hui ? Quand va-t-on cesser de balancer réforme sur réforme, à court terme et vive les élections ?"s'indigne Laurence Pascalet, la professeur-documentaliste, un de mes personnages préférés car elle résiste et a une humanité lumineuse.Ce qu'en dit l'auteur est magnifique: " Créer une zone protégée au milieu du collège, c'est une gageure.La documentaliste a choisi de porter ce défi haut et loin.Elle lutte.C'est difficile de faire reconnaître cet espace, le sien.(...) Elle résiste.Elle est sur son île.Elle accueille les naufragés."
Les acteurs, ce ne sont pas que les professeurs, ce qui donnerait au livre un aspect réducteur.Ce sont aussi les élèves, un factotum, la principale du collège, un délégué parent.La richesse et la profondeur de cette histoire-témoignage tient justement à cette diversité des points de vue.Un constat unanime, en tout cas: " Il faut inventer une autre façon de mettre les élèves au travail.In-ven-ter.Un mot qui fait peur."
Certains personnages m'ont particulièrement touchée: Madison, l'élève perdue, absente au monde, qui ne trouve à s'exprimer que par le dessin.On a connu de ces élèves , mal orientés,qui ne peuvent mettre en avant leur don.J'ai aimé également le " redoutable D.", qui traduit par la violence ses difficultés face à la langue française.Et quel beau moment,pour le professeur de français épuisé et désabusé, que cette lecture d'un texte de Kafka, face à une classe subjuguée !
La fin, révolte et feu , était prévisible: " Comment rester des heures et des heures,assis, sans rien comprendre de ce qui se dit, quand on a quinze ans? Comment ne pas éclater quand on sait qu'on n'y arrive pas ?"
Le roman semble se terminer négativement mais en fait, il n'en est rien.Car des prises de conscience se sont effectuées, des comportements se sont transformées.Arrêtons de gémir et essayons de construire une école du désir et de la réussite de chacun, à son rythme .
Que "la liberté de désirer entre dans les poitrines. Les rêves respirent large."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
Nadael
07 décembre 2011
★★★★★
★★★★★
Alors que l'ultime conseil de classe de l'année se profile, entraînant avec lui son lot d'angoisse, d'interrogations et d'incertitude, l'auteure passe en revue les différents protagonistes qui font vivre un collège ; de l'élève au professeur, de la documentaliste à la femme de ménage, du parent d'élève à la principale...
Pas à pas, le lecteur s'introduit dans l'établissement. Il scrute chaque recoin, des classes à la salle des profs, de la cour au CDI, du réfectoire à la pièce réservée au personnel de service... mais il s'immisce surtout à l'intérieur de ces êtres qui travaillent dans ce lieu, partage leurs réflexions, leurs craintes, leur impuissance, leurs espérances aussi.
Il fait la connaissance d'une principale pleine de bonnes intentions mais complètement vidée par les nombreux problèmes à régler, d'une élève qui dessine merveilleusement bien mais on ne bâtit pas un avenir sur quelques crayonnés surtout lorsqu'on est en échec dans toutes les matières dixit certains professeurs, d'une jeune prof en dépression qui se rend compte que ce métier n'est pas fait pour elle, d'une documentaliste qui se bat au quotidien pour partager avec les élèves sa passion pour les mots et pour la lecture, du factotum qui ne compte plus les années passées dans ce collège à voir défiler des jeunes gens si différents et pourtant si semblables, d'une femme de ménage qui s'isole dès qu'elle le peut pour lire, d'une professeure à ornières qui reste sur ses positions coûte que coûte...
de nombreux sujets sensibles y sont abordés : la transmission du savoir, l'évaluation, la langue, la lecture, l'écriture, susciter le goût et l'envie d'apprendre, donner du temps aux élèves et aux apprentissages, la violence, la famille, les budgets trops serrés pour envisager des sorties culturelles,
l'avenir des élèves qui passe par l'orientation...
Jeanne Benameur a écrit là un roman riche en enseignement sur le microcosme d'un collège au quotidien, la réalité n'y est pas voilée, elle nous montre les échecs mais aussi les initiatives que certains osent prendre. Parce que ce roman n'est pas pessimiste, la galerie de portraits qu'elle dresse se veut pleine d'espoir. Alors, en tant que lecteur, on veut y croire aussi.
Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ghis38
11 mai 2015
★★★★★
★★★★★
Jeanne Benameur a cette empathie naturelle qui m'a profondément touchée.
A travers ce roman, elle dresse le portrait de tous les acteurs d'un collège de banlieue avec comme fil conducteur, le conseil de classe d'une 3eme.
Sous une enveloppe séduisante, nous suivons avec tendresse tous ces personnages, emplis d'humanité, parcourus de doutes et d'espérances.
Je veux dédier ce livre à ma fille, toute jeune prof de lettres, qui galère en banlieue parisienne, loin de son "Cheri", loin de son environnement.
Lui dire, que cette peur de ne pas y arriver, est enfouie au fond de chacun de nous, à tous les stades de la vie. Lui dire, que moi, "mauvaise élève", j'ai eu ce déclic de la lecture grâce à une prof qui nous a lu un passage du Petit Prince. Lui dire qu'elle a choisi un beau métier, noble, et que je suis fière d'elle.
Vous l'aurez compris, j'ai eu un coup de coeur pour ce roman. Ce petit livre est une vraie pépite, pleine d'émotions. Et, Madame Benameur, vous allez prendre une place de coeur dans mes lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
SagnesSy
01 février 2016
★★★★★
★★★★★
En novembre 2005 la banlieue parisienne s'enflammait. C'est au mois de Juin que nous suivons ici quelques personnages d'un collège, le temps de bien s'imprégner de chaque individualité avant d'assister au dernier conseil de classe pour les 3°, celui qui va décider de leur orientation.
Ce roman est très émouvant, tout autant qu'éprouvant. Il dessine un portrait désenchanté et un poil découragé du milieu scolaire, sans omettre pour autant quelques pistes sources de lumière et d'espoir. Je trouve que Jeanne Benameur a su très élégamment éviter l'écueil de la caricature, et c'est sans doute la raison pour laquelle on est aussi atteint par chacun, qu'on pourrait facilement transposer dans notre propre expérience.
Cette lecture m'est tombée du ciel par la grâce d'un cadeau surprise, à une période où je me sentais un peu perdue dans mes choix de lecture, où je cherchais des repères. J'ai donc reçu comme un message personnel l'évidente foi de la documentaliste et celle, un peu noyée, du prof de français, en le pouvoir libérateur du langage.
"D. s'est arrêté d'écrire, les yeux dans le vague. Elle ignore tout de son texte. Elle le respecte seulement. C'est une minuscule oeuvre dans le monde, quelques lignes sûrement maladroites et sûrement bourrées d'erreurs orthographiques mais c'est une oeuvre infiniment respectable. En cherchant ses mots, le jeune homme fait des pas. Il se risque. Il dépasse la peur. Il apprend que la langue n'est pas faite seulement pour remplir des formulaires ou sélectionner des bons et des mauvais. Les mots peuvent nous conduire. Loin. En toute liberté. Les mots nous révèlent. On grandit en écrivant, en lisant. Parce qu'on prend le risque de connaître."
Il n'y a pas de hasard...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Annette55
03 janvier 2014
★★★★★
★★★★★
C'est difficile de résumer ce livre. Disons que nous visitons un collège avant un conseil de classe, avant les troubles de l'automne 2005. L'originalité ce sont les portraits de tous les échelons : nous faisons connaissance avec la principale,humaine, lucide, respectueuse de toutes les cultures"Pourquoi rabaisse t- on toujours l'humain? "Se dit- elle. Elle colmate toujours dans l'urgence. Elle ne répond jamais aux statistiques car les résultats doivent être conformes aux prévisions. Mais que fait- on de la vie là dedans?.
L'auteur décrit avec beaucoup de justesse le rôle du" factotum, à la fois humain,détenteur de toutes le clefs du collège et homme qui règle tous les problèmes matériels,les "humbles "utiles à tous, les quatre dames de service, le cuisinier.
Nous découvrons le portrait de Laurence Pascalet, la documentaliste qui anime un atelier d'écriture. Elle est convaincante, ferme et douce, jamais négative. Sa conviction est totale. Puis vient le professeur de lettres amoureux de la lecture,dépassé par sa tâche, le professeur d'histoire à qui une élève lance"_. Moi, je ne suis pas payée pour venir" ,le professeur d'Espagnol, le parent profession :"boucher "délégué au conseil de classe. le professeur de svt, arrivée du midi ne parvient pas à aimer un métier qu'elle a désiré exercer.
La vie dans un collège est passionnante, complexe,car c'est la vie en transformation et on voudrait la ratatiner en statistiques imbéciles?.
L'auteur pointe du doigt l'énorme décalage entre le "bateau ivre" qu'est l'immense machin : l'éducation nationale part rapport aux individualités, aux caractéristiques d' un établissement. C'est un immense sujet auquel on ne répondra pas. A l'intérieur du collège nombre de gens se sentent seuls.
Le déroulé des phrases est parfois baroque, facile, moins abouti,moins fulgurant, moins déchirant, moins choc que le style des:Demeurées mais l'histoire n'est pas la même.
Il s'agit plus d'une vaste chronique à mes yeux,essentielle malgré tout ,à propos de l'éducation nationale ,aujourd'hui. Nous trouvons de très beaux passages, vrais, douloureux,réels. L'auteur dresse un constat d'échec même si la fin de l'ouvrage met un peu de baume au coeur. On lui pardonnera quelques clichés difficiles à éviter à propos d'un sujet aussi sensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
EipocaEipoca20 avril 2012
Ne soyons pas raisonnable. Surtout pas. Quand il s'agit de choisir pour quoi on va se lever chaque matin, il ne faut pas être raisonnable, il faut être un vrai rêveur de sa vie. [...] Il faut dépoussiérer le rêve. Il faut le voir, le contempler, en aimer la forme. C'est cela penser sa vie et rien d'autre. C'est avec ça qu'on a de la force pour aller vers les examens,
les concours, les portes blindées.
[...]
Oui, il sait que ça ne sert à rien de fourvoyer un gosse dans une voie où il n'y a pas de débouchés. Il l'a assez entendu. Mais ça sert à quoi de l'envoyer sur une voie où la vie, elle, se bouchera?
[...]
Enlever les paillettes de l'illusion quand un gosse entre dans son bureau, d'accord, mais que ce soit pour que l'enfant découvre son rêve dans sa nudité intacte, forte, belle, et qu'il le fasse sien. C'est ça son métier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NadaelNadael07 décembre 2011
Ne pas parvenir à faire sienne la langue commune, c'est la première violence. Nos élèves, nous le savons bien, viennent souvent de langues maternelles différentes. Ne pas réussir à s'exprimer est une violence permanente. C'est pour cette raison que l'entrée dans l'écriture, la lecture, est fondamentale. S'ils parviennent à donner forme à ce qui les habite, clandestinement et sans papier, j'emploie ces termes à dessein, ils vont mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
NadaelNadael07 décembre 2011
Ils écoutent, certains la bouche ouverte, les sourcils froncés. Ce n'est plus le collège. Ce n'est plus le prof. Ce n'est plus la salle de classe et les copains, pour une fois, on s'en fout. On est loin.
La lecture les sépare et les réunit.
Chacun est seul avec les mots. C'est la solitude précieuse de la lecture. Celle qui rend à soi-même.
En même temps, ils sont ensemble comme jamais, chacun avec tous, embarqués dans le même récit.
La voix du professeur délivre l'histoire commune où chacun peut prendre sa place.
Ils sont captivés et ils n'ont jamais été aussi libres. (…) La liberté est à sa vraie place : ils imaginent. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
charlottelitcharlottelit12 septembre 2011
sans l'art, un être humain peut crever de douleur.
Pourquoi les matières artistiques alors
ne sont-elles pas au coeur de tout lieu d'enseignement ?

Pourquoi chaque Etre humain n'a t-il pas le droit à l'art
pour apprendre à donner forme à ses émotions ?
au lieu d'en avoir peur, apprivoiser ce qui transporte ?

On va à l'école pour apprendre, apprendre, apprendre ;
apprendre quoi ?
à grandir ?
Est-ce que l'élève n'est pas celui qui doit s'élever ? p 204

(pour ces quelques citations, je pardonne tout à Jeanne
Benameur !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lululifatlululifat31 octobre 2014
Sans l'art un être humain peut crever de douleur.
Pourquoi les matières artistiques alors ne sont-elles pas au coeur de tout lieu d'enseignement ?
Pourquoi chaque être humain n'a-t-il pas le droit à l'art pour apprendre à donner forme à ses émotions ? au lieu d'en avoir peur, apprivoiser ce qui transporte, meurtrit ou ravit ?
On va à l'école pour apprendreapprendreapprendre. Apprendre quoi ?
Pourquoi ne va-t-on pas à l'école pour apprendre à grandir ?
Est-ce que l'élève n'est pas celui qui doit s'élever ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : collègeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

des filles et des garçons

Dans "Pour Samia",quelle est la promesse que le père de Samia a faite à son oncle lors du séjour en Algérie?

Il a promis d'envoyer de l'argent pour son cousin
Il a promis de marier sa fille au cousin de sa femme
Il a promis de marier sa fille à un vieux cousin

5 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Des filles et des garçons de Jeanne BenameurCréer un quiz sur ce livre
. .