AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 31106 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tourville-sur-Arques , le 05/08/1850
Mort(e) à : Passy , le 06/07/1893
Biographie :

Henry-René-Albert-Guy de Maupassant est un écrivain français.

Il passe une enfance heureuse à Étretat, au bord du littoral normand et reçoit son instruction d’un abbé et de sa mère, qui possède une vaste culture littéraire. Les parents de Guy déménagent souvent. Il passe donc le reste de son temps entre le port et la campagne, où il se lie avec les pêcheurs et les paysans des environs qui lui inspireront plus tard plusieurs personnages.

Il intègre le lycée de Rouen en 1868. Il commence à écrire ses premiers sonnets à l'âge de 13 ans.

A la sortie du lycée, Maupassant est mobilisé pour la guerre de 1870 contre la Prusse. Il sert dans l’intendance à Rouen jusqu’à la débâcle de 1871.

Il travaille ensuite à Paris comme fonctionnaire au Ministère de la Marine pendant près de dix ans, puis au Ministère de l’Instruction publique. Il se consacre pleinement à l’écriture en 1880. C'est cette même année qu'il reçoit la reconnaissance du public. Il est introduit dans les milieux littéraires par Flaubert qui le considère comme son fils spirituel.

Dans les dernières années de sa vie, Maupassant est atteint de troubles nerveux dus à la syphilis. Son aversion progressive pour la société, qui croît à mesure que sa paranoïa augmente, le conduit à vivre reclus. Dépressif, physiquement diminué et sombrant peu à peu dans la folie, il décède à l’âge de 43 ans.

Guy de Maupassant a marqué la littérature française par ses six romans, dont "Une vie" (1883), "Bel-Ami" (1885), "Pierre et Jean" (1887-1888, avec sa célèbre préface dans laquelle il expose sa vision du roman naturaliste et critique le genre de l’étude psychologique), et surtout par ses nouvelles (parfois intitulées contes) comme "Boule de suif", qui l'a fait connaître, les "Contes de la bécasse" (1883) ou "Le Horla" (1887).

Ses œuvres retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence importante du fantastique et par le pessimisme qui s’en dégage le plus souvent, mais aussi par la maîtrise stylistique.
+ Voir plus
Ajouter des informations

Dossier et informations sur cet auteur

Pourquoi lire Maupassant ?



Esprit libre, Maupassant refusa toujours d’être affilié à une quelconque école littéraire ou à quelque groupuscule que ce soit. Récusant toutes les étiquettes mais aussi les honneurs tels que la légion d’honneur ou une place à l’Académie française (ce qu’il avouera finalement regretter dans une lettre à Zola), le jeune normand dont Edmond de Goncourt dressait un portrait peu flatteur bénéficie pourtant aujourd’hui d’une place de choix dans la littérature : celle d’un homme qui réussit à traverser le XIXe siècle sans appartenir à aucun de ses courants majeurs. Non qu’il fut rétif aux conseils : admiratif de Louis Bouilhet, il se rapproche ensuite de Flaubert, grand ami de sa mère, qu’il considère comme son maître. Celui-ci le pousse à travailler son style en quête de la perfection. Maupassant exclut donc de son écriture les explications détaillées et documentées que l’on retrouve chez Balzac ou Zola et leur préfère la sobriété et la concision. De fait, ses romans sont plus courts que ceux de ses contemporains et il a surtout écrit beaucoup de nouvelles. Celles-ci mettent en scène un petit nombre de personnages autour d’une situation souvent traitée avec une ironie très moderne qui fait encore mouche aujourd’hui.

Dès ses premiers textes, tels que la nouvelle cruelle « Boule de Suif », Maupassant affirma son rejet des épanchements du romantisme au profit de ce qu’il appela le « roman objectif ». Ses deux premiers romans, Une vie et Bel-Ami, entrent dans cette catégorie : le narrateur refuse toute plongée dans la conscience de ses personnages et toute analyse de leurs motivations. Des faits, rien que des faits. C’est d’un point de vue externe et impartial que Maupassant narre la vie de ses personnages. Cette objectivité lui permet de présenter une observation fine de la société de son temps, qui le rapproche du réalisme. D’abord intéressé par les classes défavorisées, comme les paysans de ses célèbres nouvelles « Aux champs » ou « La ficelle », Maupassant s’attache ensuite à observer les élites comme dans Mont-Oriol. Son œuvre offre donc un panorama complet de la vie à son époque.

À partir de son troisième roman, il nuance son objectivité et introduit des analyses psychologiques subtiles de ses personnages, ce qui permet de très beaux portraits, tels que celui de Madame de Burne dans Notre coeur. Mais contrairement à Zola, dont la démarche se veut scientifique, Maupassant revendique sa définition d’un réalisme différent du naturalisme, une « vision personnelle du monde » que le romancier cherche à transmettre. La sienne est marquée par l’influence du pessimiste Schopenhauer, d’où une prédilection pour les destins tragiques et les éléments macabres. Car Maupassant est aussi l’un des pères du fantastique et de l’horreur avec ses contes d’angoisse tels que « Le Horla », manifestant un goût pour les fantômes et les histoires mystérieuses. Sa carrière littéraire fut courte, de 1880 à 1891, mais lui permit de publier un volume de vers, six romans, plus de trois cents nouvelles et environ deux cents chroniques et essais.

Le saviez-vous ?



• En 1868, en vacances à Étretat, il sauve de la noyade le poète anglais Charles Agernon Swinburne et découvre sur la plage une main coupée. Cette vision lui inspire sa première œuvre « La main coupée », qu’il publie sous le pseudonyme de Joseph Prunier.
• Il a refusé de devenir franc-maçon en arguant : "Je ne veux m'incliner devant aucun dogme, devant aucune prime et aucun principe, et cela uniquement pour conserver le droit d'en dire du mal".
• Il fut journaliste pour Le Gaulois, correspondant à Alger, et signait ses articles « Maufrigneuse » du nom d’un personnage de Balzac.
• En 1887, Maupassant effectue une ascension en ballon depuis l’usine à gaz de La Villette. Il a financé lui-même la construction de l’aéronef et l’a fait nommer « Le Horla ».
• Ses derniers mots avant de mourir auraient été « Des ténèbres oh ! des ténèbres ! ».
• Léon Tolstoi dira d'Une vie « C'est le plus grand chef-d'œuvre de la littérature française, après Les Misérables ».

Chronologie



5 août 1850 : Guy de Maupassant naît au château de Miromesnil, à Tourville-sur-Arques, fils de Gustave de Maupassant et Laure de Poittevin, rentiers aisés.

1859 : la famille Maupassant s’installe à Paris.

1860 : les Maupassant se séparent, et Laure s’installe à Étretat avec Guy et son jeune frère Hervé.

1869 : Maupassant s’installe à Paris pour étudier le droit.

Février 1875 : Maupassant publie son premier conte, « La Main coupée » sous le pseudonyme de Joseph Prunier, dans L’Almanach lorrain.

1976 : Maupassant contracte la syphilis.

Mai 1878 : Maupassant entre au journal Le Gaulois.

Mars 1880 : Maupassant séjourne à Croisset chez Flaubert avec Edmond de Goncourt, Zola, Daudet et Charpentier.

Février 1883 : le premier roman de Maupassant, Une Vie commence à paraître en feuilleton dans le Gil Blas. Il paraît ensuite en volume.

Juin 1883 : publication des Contes de la bécasse.

1884 : Maupassant s’installe à Étretat. Il publie Les soeurs Rondoli.

1885 : Maupassant publie le recueil Contes du jour et de la nuit puis Bel-Ami en feuilleton dans le Gil Blas, puis en volume. Il voyage en Italie.

Décembre 1886-1887 : Maupassant publie Mont-Oriol en feuilleton puis en volume.

1887 : Maupassant publie le recueil Le Horla. Il voyage en Afrique du Nord puis publie Pierre et Jean dans La Nouvelle Revue.

1888 : parution du Le rosier de Madame Husson. Maupassant voyage à Alger.

1889 : Maupassant commence à publier Fort comme la mort dans La Revue illustrée. Le recueil La Main gauche paraît en même temps.

1890 : publication de Notre Cœur dans La Revue des Deux-Mondes.

1892 : à Cannes, Maupassant tente de se suicider en se tranchant la gorge.

6 juillet 1893 : Maupassant meurt de la syphilis.

Inspirateurs et héritiers



Maupassant a toujours refusé l’appartenance à une quelconque école littéraire. Il a toutefois été fortement inspiré par Flaubert, qu’il a fréquenté et qui lui a dispensé ses conseils. Il fut également influencé par la lecture de Schopenhauer, à qui il rendit hommage dans la nouvelle « Auprès d’un mort » en 1883. Le destin tragique de Jeanne dans Une Vie peut apparaître comme illustration du pessimisme schopenhauerien. Maupassant entretenait également des rapports amicaux et des échanges d’idées avec Zola, Alexandre Dumas fils, Taine et Tourgueniev. À l’inverse, il se brouilla avec les frères Goncourt. Edmond de Goncourt fit d’ailleurs un portrait au vitriol : « C'est l'image et le type du jeune maquignon normand. Sachant qu'on le méconnaît et qu'on le tient volontiers pour un bravache avantageux, loin de déplorer cette fausse interprétation de son caractère, il s'évertue à l'autoriser, à ressembler aux caricatures dont il est l'occasion. »

Les œuvres de Maupassant ont donné lieu à des pastiches tels que « Le Boudin » de Jules Lemaître (1888) ou « Boule-de-zinc » d’Albert Nouveau et Pierre Bossuet (1921). Maupassant apparaît dans le poème « La Grenouillère » d’Apollinaire. Dans « Au royaume des femmes », nouvelle de Tchekhov, Lyssévitch fait l’apologie de Maupassant : « Une page de lui vous donnera davantage que toutes les richesses de la terre ! À chaque ligne, un horizon nouveau. Les états d'âme les plus doux, les plus tendres, font place à des sensations fortes, passionnées ». Dans Mademoiselle Else d’Arthur Schnitzler, le livre de chevet de l’héroïne n’est autre que Notre Cœur.
Lire la suite

étiquettes
Videos et interviews (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il est l'heure de sortir une feuille de papier ! Comme chaque semaine, Rachid Santaki, invité d'Olivia Gesbert dans l'émission "En français dans le texte" sur France Culture, vous propose une dictée géante pour tester votre orthographe. Au programme du jour, un extrait de "Pierre et Jean" de Guy de Maupassant (1888). L'écrivain Didier Daeninckx est également en studio. À vous de tenter un sans faute !

+ Lire la suite
Podcasts (21) Voir tous


Citations et extraits (3084) Voir plus Ajouter une citation
gteisseire2   23 août 2010
Bel-Ami de Guy de Maupassant
La vie est une côte. Tant qu'on monte, on regarde le sommet, et on se sent heureux; mais, lorsqu'on arrive en haut, on aperçoit tout d'un coup la descente, et la fin, qui est la mort. Ça va lentement quand on monte, mais ça va vite quand on descend. A votre âge, on est joyeux. On espère tant de choses, qui n'arrivent jamais d'ailleurs. Au mien, on n'attend plus rien... que la mort.
Commenter  J’apprécie          3097
Sly   05 juillet 2010
Bel-Ami de Guy de Maupassant
"Je n’attends rien… je n’espère rien. Je vous aime. Quoi que vous fassiez, je vous le répéterai si souvent, avec tant de force et d’ardeur, que vous finirez bien par le comprendre. Je veux faire pénétrer en vous ma tendresse, vous la verser dans l’âme, mot par mot, heure par heure, jour par jour, de sorte qu’enfin elle vous imprègne comme une liqueur tombée goutte à goutte, qu’elle vous adoucisse, vous amollisse et vous force, plus tard, à me répondre : "Moi aussi je vous aime."
Commenter  J’apprécie          2373
ralbol   30 octobre 2010
Le horla et autres contes fantastiques de Guy de Maupassant
Le peuple est un troupeau imbécile, tantôt stupidement patient et tantôt férocement révolté. On lui dit : « amuse-toi. » Il s’amuse. On lui dit : « Vote pour l’Empereur. » Il vote pour l’Empereur. Puis, on lui dit : « Vote pour la République. Et il vote pour la République.

Ceux qui le dirigent sont aussi sots, mais au lieu d’obéir à des hommes, ils obéissent à des principes, c’est-à-dire des idées réputées certaines et immuables, en ce monde où l’on n’est sûr de rien, puisque la lumière est une illusion, puisque le bruit est une illusion

Commenter  J’apprécie          2113
Guy de Maupassant
fredho   21 février 2014
Guy de Maupassant
Ce que l'on aime avec violence finit toujours par vous tuer.
Commenter  J’apprécie          2051
Guy de Maupassant
fredho   20 avril 2014
Guy de Maupassant
On finirait par devenir fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer.
Commenter  J’apprécie          1852
Guy de Maupassant
saphira44   04 avril 2013
Guy de Maupassant
"On pleure parfois les illusions avec autant de tristesse que les morts."
Commenter  J’apprécie          1620
Guy de Maupassant
marina53   07 décembre 2014
Guy de Maupassant
Le silence de la nuit est le lac le plus profond de la terre.
Commenter  J’apprécie          1501
Guy de Maupassant
marina53   17 janvier 2015
Guy de Maupassant
L'œil. En lui, il y a l'âme, il y a l'homme qui pense, l'homme qui aime, l'homme qui rit, l'homme qui souffre !
Commenter  J’apprécie          1392
Guy de Maupassant
marina53   10 juillet 2014
Guy de Maupassant
La conquête des femmes est la seule aventure exaltante dans la vie d’un homme.
Commenter  J’apprécie          1373
Guy de Maupassant
Martin1972   08 avril 2016
Guy de Maupassant
Le baiser frappe comme la foudre, l’amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu’avant. Se souvient-on d’un nuage ?
Commenter  J’apprécie          920

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Guy de Maupassant Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Maupassant es-tu là?

Quel écrivain Maupassant eut-il pour maître d'écriture?

Charles Baudelaire
Gustave Flaubert
Barbey d'Aurévilly
Tourgueneff

7 questions
260 lecteurs ont répondu
Thème : Guy de MaupassantCréer un quiz sur cet auteur