AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Lederer (Traducteur)
EAN : 9782226220578
196 pages
Albin Michel (01/02/2011)
3.63/5   31 notes
Résumé :
Des nouvelles dans lesquelles il apparaît que les relations humaines ne sont qu’une succession de petites guerres. Les personnages sont des hommes ordinaires sur le point de connaître un grand changement : des artistes, des ouvriers, des pères, des amants, des maris, des fils… Ils changent radicalement leurs univers personnels grâce à des choix simples.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 31 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

brigittelascombe
  09 mars 2013
"Il savait que j'avais été témoin/ de sa tentative de meurtre,/ mais il s'en foutait..."
écrit Sherman Alexie dans l'une des poésies virulentes qui ponctuent son recueil de nouvelles Danses de guerre.
Coup de volant meurtrier évité de justesse par un chien errant (comme ci-dessus), homicide involontaire d'un cambrioleur par un monteur de films, parcage d'Indiens en réserves, homophobie, sénateur menteur,relations père-fils ou relations de couple déséquilibrées, pendaison de Sioux par Abraham Lincoln en 1862,films culte empreints de violence (genre Les Dents de la mer), moralité discutable d'un milliardaire triste et excentrique amoureux de "chaussures Puma",banquière cinglante,solitude,capitalisme,racisme, publicité mensongère de "chien invisible" crue par un enfant naïf,violences familiales psychologiques,contraintes imposées (ex: changement de siège dans un avion)"art dénaturé transformé en marchandise", tricherie......j'agresse, tu agresses, il agresse, nous nous agressons, vous vous agressez, ils s'agressent au quotidien.
Et en réponse à cette violence il y a réaction souvent violente en retour (diffamation, hypocondrie, rupture amoureuse, tricherie,mensonges...) ou soumission mais la soumission violente aussi en mettant l'autre au pied du mur de sa honte (à moins qu'il ne s'en "foute").
Voilà le message diffusé par Danses de guerre (titre tiré d'une nouvelle éponyme un brin fantastique avec cafards bouchons d'oreilles métamorphosés).
Un message ironique qui remue car ces situations sont souvent banalisées.
Sherman Alexie, d'origine Indienne, en profite pour dénoncer la culture indienne bafouée dont les chants (d'honneur ou de mort) rituels ne sont pas tolérés tant ils paraissent ridicules.Mais ne pas admettre l'identité de l'autre n'est-ce pas le nier dans ses valeurs les plus chères?
Danses de guerre a obtenu le prix Pen-Faulkner en 2010 et Sherman Alexie, dont la plume est trempée dans du vitriol, est lauréat du National Book Award.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Melopee
  11 juin 2011
De Sherman Alexie j'avais lu Dix petits indiens, qui m'avait charmé de par ses petites nouvelles incisives et cinglantes. Alors quand j'ai eu vent de ce nouveau recueil de nouvelles (couronné par le prix Pen Faulkner 2010), je n'ai pas hésité un instant avant de me plonger dedans. Et retrouver la plume de cet excellent novelliste amérindien a été un vrai bonheur !
Sherman Alexie nous parle d'Indiens, de ceux qui tentent de trouver leur place dans la société américaine. Et ce n'est pas sans mal qu'ils se fraient un chemin et entrent dans le moule. Pour preuve, cet assassin à la peau ni blanche, ni vraiment brune. C'est un Indien de la tribu Spokane, qu'on ne parvient pas à catégoriser. C'est pourtant l'identité de ce meurtrier qui fait débat. Qui est-il? Pourquoi a-t-il tué un Noir? N'est-ce pas toujours les Blancs qui se confrontent aux Noirs?
Il y a aussi cet autre Indien, parcourant les couloirs d'un hôpital à la recherche d'une bonne couverture épaisse (comme celles que font les Indiens) pour couvrir son père opéré. Et la rencontre d'un Indien d'une tribu différente va montrer la solidarité entre ces petites ethnies vivant selon leurs rites.
Mais Alexie ne se borgne pas à décrire des Indiens et uniquement des Indiens. Tous les hommes sont par essence reconnaissables dans ces portraits d'hommes ordinaires tiraillés par les tracas de la vie quotidienne. Tout est sujet à la discussion : la guerre des races, l'alcool et la drogue mais aussi aussi la guerre ou bien la société de consommation. Et les hommes qui prennent place dans ces histoires sont tour à tour des pères, des maris ou des fils. Ils ont cela de commun qu'ils s'interrogent sur l'existence ou sur un élément déclencheur qui bouleverse leur vie. Avec Sherman Alexie on est dans l'instantanéité, dans la description concise de rapports humains. le fait est qu'il esquisse des histoires (sur)prenantes sur le ton de la blague voire de l'information purement factuelle.
Une fois de plus été happée, embarquée par ces petits récits qu'on se verrait se faire raconter au coin du feu. Car la confrontation de deux êtres engendre tout un lot d'inconnus. S'agirait-il en fait de petites guerres arbitrées par les conventions modernes?
Les récits se succèdent avec un même plaisir, celui de la découverte perpétuelle de ces gens qui ont tant à nous apprendre. Certaines nouvelles se placent sur une ou deux pages, découpées de telle manière qu'on les engloutit comme un encas. D'autres sont plus longues et s'étalent sur des dizaine de pages. Ce style propre à Sherman Alexie, j'y adhère les yeux fermés. Il ne transforme certes pas la réalité mais nous en donne une vision éclairée du point de vue d'un Amérindien lucide et toujours extrêmement droit dans ses positions.
Un petit bonheur de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LivresdAvril
  23 mai 2022
Alternance de prose libre et de nouvelles, "Danses de guerre" met en scène des hommes embourbés. Que ce soit dans leurs traditions, leur religion, leurs habitudes, leur mariage... Ils se sont laissés coincer dans une situation qui leur pèse et dans laquelle il se débattent.
Cela pourrait être morne ou triste. Mais c'est écrit par Sherman Alexis. Son recul et son humour font mouche, d'autant que ses personnages sont suffisamment attachants et lucides pour échapper (parfois d'un cheveu) au pathétique. L'auteur a l'intelligence de ne pas prendre ses personnages de haut et d'éviter de les juger ; et invite au passage à une petite introspection.
Si habituellement je ne suis pas très adepte des nouvelles, le ton de celles-ci m'a bien plu.
Commenter  J’apprécie          90
valdemosa38
  04 décembre 2011
Sherman Alexie est entré sur ma liste des chouchous....
Dabord parce qu'il fait bcp de nouvelles et que c'est une forme que j'aime bien. Ensuite parce que c'est un homme qui s'interroge et qui nous fait partager avec bcp de sensibilité ses contradictions. A la fois caustique voir cynique sur l' autre, ses resistances tombent d'un coup et il reconnait chez l'autre ce qui le rend touchant, proche de lui et surtout dans la même merde.
Toujours en toile de fond un questionnement sur son identité Spokane mais pas que. Je trouve qu'il a un petit qq chose à la Woody Allen ds son écriture., un léger désespoir qu'il tourne à la rigolade tel un enfant dansant d'un pied sur l'autre afin de cacher son malaise...
A travers ses nouvelles, nous rencontrons des personnages incroyables. Il y a une scène formidable qd un homme se retrouve à l'hopital pour son père, celui ci a froid et cet homme part ds l'hopîtal à la recherche d'une couverture pour son père, je ne raconte pas la suite mais pffffffffff c'était vraiment beau ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Folfaerie
  06 mars 2011
J'ai retrouvé avec plaisir cet écrivain que le suis depuis la découverte d'Indian Killer.
Je suis un peu moins enthousiaste avec ses nouvelles en général, cependant ce recueil m'a plu au-delà de ce que j'en espérais.
Sherman Alexie poursuit son exploration de la société américaine, à travers le regard d'un Amérindien (il est Spokane) 100% citadin. On y retrouve des thèmes récurrents, comme le racisme ou la guerre des sexes, et cette observation à la loupe de l'intégration des Amérindiens à la société américaine.
Plus mature, moins revanchard, Sherman Alexie continue de régler ses comptes, et d'ailleurs le choix du titre du recueil de nouvelles éclaire assez l'état d'esprit de l'auteur, mais avec moins d'amertume et plus de tendresse que de coutume.
Pour être honnête, je dirai que ce recueil ne se démarque pas vraiment de la production américaine habituelle : oui, la vie est une jungle, vivre avec les autres, c'est difficile, etc. Mais, parce qu'il y a un mais, Alexie a un atout majeur à mes yeux : il est Spokane. Et c'est précisément en raison de son appartenance à un groupe ethnique, que sa vision de la société devient intéressante. Même s'il traite des travers des hommes d'aujourd'hui, de nos choix et de leurs conséquences (le fils du sénateur, effraction) de nos petites vies étriquées et dépourvues de sens (la ballade de Paul Néanmoins, effrayante symétrie) mais traversées par des moments de grâce (sel), il introduit également des éléments propres à l'histoire du peuple amérindien (bien qu'Alexie essaie de tordre le cou aux stéréotypes), notamment dans les poèmes en prose qui parsèment le recueil : va, esprit, va, Chef Joseph ou le poème sur Abraham Lincoln. On trouve aussi de petits textes inclassables comme Catéchisme.

A propos de Lincoln d'ailleurs, c'est un fait historique dont on parle peu, et pourtant...
The Dakota War of 1862, also known as the Sioux Uprising, (and the Dakota Uprising, the Sioux Outbreak of 1862, the Dakota Conflict, the U.S.–Dakota War of 1862 or Little Crow's War) was an armed conflict between the United States and several bands of the eastern Dakota people (Sioux). It began on August 17, 1862, along the Minnesota River in southwest Minnesota. It ended with a mass execution of 38 Dakota men on December 26, 1862, in Mankato, Minnesota.
Pour finir, Sherman Alexie a remporté le prix Pen-Faulkner 2010. Une bonne chose.
Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
FransoazFransoaz   13 septembre 2019
- Pourquoi moi ? demandai-je au rédacteur en chef. C’était un ventre à pizzas et à bière monté sur un manche à balai.
- Je ne sais pas, répondit-il. C’est ce qu’elle voulait.
- Mais je ne la connaissais même pas.
- C’était un drôle d’oiseau.
J’aurais aimé qu’il m’explique la différence entre un drôle d’oiseau et un oiseau normal ? Mais c’était un blanc dépourvu d’humour qui détenait le pouvoir, tandis que je n’étais qu’un jeune indien des réserves et un stagiaire. On m’admirait peut-être pour ma ténacité liée à mon ethnie, mais on me tolérait à peine pour mon arrogance liée à ma jeunesse. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
FolfaerieFolfaerie   06 mars 2011
Mon père, ouvrier du bâtiment à mi-temps, est mort en mars 2003 d’alcoolisme à plein temps. Sur son lit de mort, il m’a demandé : “Eteins la lumière, s’il te plaît.
– Quelle lumière ?
– Celle du plafond.
– Il n’y a pas de lumière, papa.
– Elle me brûle la peau, fils. Elle est trop vive. Elle me fait mal aux yeux.
– Papa, je t’assure qu’il n’y a pas de lumière.
– Ne me mens pas, fils, c’est Dieu qui prononce son jugement sur la Terre.
– Papa, tu es athée depuis 1979. Tu te souviens simplement de ta naissance. A ton dernier jour, tu reviens à ton premier.
– Non, non, fils, c’est Dieu qui me dit que je suis condamné. Il se sert des lumières les plus brillantes de l’Univers pour me montrer le chemin de ma tombe envahie de flammes.
– Pas du tout, papa, ces lumières-là se trouvaient dans la chambre où tu es né.
– Si c’est vrai, fils, alors éteins le ventre de ma mère.”
Nous avons enterré mon père dans le petit cimetière catholique de notre réserve. Et comme je porte son nom, il m’a fallu contempler une pierre tombale sur laquelle figure mon nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LNLN   24 février 2011
« Je n’avais pas chanté depuis des années, rien de tel en tout cas, mais je joignis ma voix à la sienne. Je savais que ce chant ne ramènerait pas les pieds de mon père. Ni ne réparerait sa vessie, ses reins, ses poumons et son cœur. Il ne l’empêcherait pas de vider une bouteille de vodka dès qu’il serait capable de s’asseoir dans son lit. Il ne vaincrait pas la mort. Non, songeais-je, ce chant est temporaire, mais en de pareilles circonstances, le temporaire suffit. Et c’était un bon chant. Nos voix résonnaient dans le couloir. Les malades et les bien- portants s’arrêtèrent pour écouter. Les infirmières, y compris la Noire à l’air distant, firent inconsciemment quelques pas vers nous. La Noire soupira et sourit. Je lui rendis son sourire. Je savais ce qu’elle pensait. Parfois, même après toutes ces années, il lui arrivait encore d’être surprise par son travail. Elle s’émerveillait encore devant la foi infinie et ridicule des gens. » (p. 44)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LivresdAvrilLivresdAvril   15 mai 2022
"Elle est partie, partie." Paul fredonna le refrain de la chanson de Hall & Oates. Il le faisait sans ironie, car il était un Américain du XXIe siècle à qui l'on avait appris à pleurer ses petites et grandes pertes en chantant des tubes du Top 50.
Il y avait des codes à respecter : un homme repoussé par une belle inconnue doit chanter de la blue-eyed soul ; un homme grisé par la solitude des incessants voyages en avion doit chanter du Mississippi Delta blues ; un homme qui cherche à se venger doit siffler la bande-son du "Bon, la brute et le truand" ; un homme dont le père et la mère sont morts à trois mois d'intervalle doit chanter "Oklahoma ! Oklahoma Okay !" de Rodgers et Hammerstein.
Malgré tous les discours sur la diversité et la division - États républicains et démocrates, Blancs, Noirs et Latinos, riches et pauvres, homos et hétéros -, Paul trouvait les Américains terriblement semblables. Comment pourrions-nous être différents, songeait-il, alors que nous connaissons tous les paroles du même millier de chansons ? (p.114)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LivresdAvrilLivresdAvril   16 mai 2022
Chaîne alimentaire

Ceci est mon testament :

Enterrez-moi
Dans une fourmilière.

Après une semaine
De ce festin,

Brûlez les fourmis.
Faites de moi un bûcher funéraire.

Que ma fumée monte
Dans les yeux

De ces corbeaux
Sur le fil du téléphone.

Qu'effarouchés ils
S'envolent

Emportant mes dernières paroles :
J'aimais ma vie. (p.197)
Commenter  J’apprécie          50

Video de Sherman Alexie (1) Voir plusAjouter une vidéo

Sherman Alexie : Dix petits indiens
D'une forêt de conifères de la presqu'île de Cape Cod (le cap aux morues), Massachusetts, Olivier BARROT présente l'écrivain indienSherman ALEXIE, ainsi que son dernier recueil de nouvelles qui vient d'être traduit en français, "Dix petits indiens". Il résume l'une d'entre elle "Moteur de recherche" dont il lit un extrait.
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1603 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre