AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alex Lhermillier (Traducteur)Nelly Lhermillier (Traducteur)
ISBN : 2246773210
Éditeur : Grasset (11/05/2011)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 165 notes)
Résumé :
1770, Saint-Domingue.
Zarité Sedella, dite Tété, a neuf ans lorsqu'elle est vendue comme esclave à Toulouse Valmorain, jeune français tout juste débarqué pour prendre la succession de son père, propriétaire terrien mort de syphilis. Zarité va découvrir la plantation, avec ses champs de canne à sucre et les esclaves courbés sous le soleil de plomb, la violence des maîtres, le refuge du vaudou. Et le désir de liberté. Car entre soldats, courtisanes mulâtres, pi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
latina
  01 octobre 2015
« Les Nègres ont une moindre capacité de souffrance : la preuve, c'est qu'aucun Blanc n'accepterait ce qu'ils supportaient et, de même qu'on retirait leurs chiots aux chiennes et leurs veaux aux vaches, on pouvait séparer les esclaves de leurs enfants ; en peu de temps elles se remettaient de cette perte et ne s'en souvenaient même plus par la suite ».
Voilà la base sur laquelle les Blancs de la fin du 18e siècle vivent et sont heureux. Voilà la base de cette histoire qui retrace de manière romancée la vie abominable des esclaves noirs, principalement à Haïti – appelée Saint-Domingue - .
C'est vous dire ma révolte tout au long de ma lecture. Oui, je savais que l'esclavage avait existé, oui, j'avais appris à l'école que l'esclave était la propriété totale du maître qui pouvait en disposer à sa guise, le fouetter, le mutiler, le violer, le tuer, l'affamer, le séparer de ses enfants. Mais ici, ce n'est plus une « simple » connaissance culturelle, mais une immersion dans la boue de cette civilisation qui se voulait toute-puissante et se disait supérieure.
J'ai suivi pas à pas la famille Valmorain, propriétaire d'une plantation de cannes à sucre, ainsi que Tété, l'esclave « privilégiée » du maître parce qu'il disposait à toute heure de son corps. Tété et sa famille, d'ailleurs, car elle a eu des enfants de ce maître. Et leur « petite » histoire est reliée à la grande, car la révolte menée par Toussaint Louverture est en marche ; Napoléon s'en mêlera, et puis Jefferson, président américain qui rachète la Louisiane.
La Louisiane, me dites-vous ? N'étions-nous pas à Saint-Domingue ? Non, je ne perds pas le nord ! Valmorain et sa famille doivent fuir cette île où la révolution des esclaves éclate dans des bains de sang, et se réfugie à Cuba puis en Louisiane. Tous les protagonistes de cette histoire, maitres et esclaves, Blancs et Noirs, s'y retrouveront d'une manière ou d'une autre.
Petite histoire et Grande Histoire, violence, haine, mais aussi amour. Car s'il n'y avait l'amour, à quoi bon lutter pour vivre ? Tété aime, envers et contre tout. Ses enfants aussi vont connaitre l'amour, mais non sans heurts. Cette société de castes, où les mulâtres libres font peur, où les cocottes quarteronnes font la loi chez les hommes blancs grâce à leur corps de miel, où les Noirs sont traités comme du bétail, où les Blancs se pavanent, Isabel Allende nous la raconte avec naturel, franchise, vérité.
Je suis arrivée au bout de ce pavé complètement sonnée, abasourdie, mais aussi pleine du parfum de ces îles, de la musique de ces créoles, des rites vaudous magiques, de leurs danses en transe.
Bref, pleine de la vie de tous ces gens qui, lorsque celle-ci parviendra à son terme, rejoindront le paradis promis, l'île sous la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6613
kuroineko
  11 août 2017
Avec L'île sous la mer, j'ai pu apprécier les qualités de conteuse d'Isabel Allende. Dès les premières pages, le récit de l'esclave Zarité m'a emportée des plantations françaises de Saint-Domingue - la future Haïti indépendante - à La Nouvelle Orléans. Voyage dans l'espace et remontée dans le temps puisque le premier chapitre débute en l'an 1770.
L'histoire en minuscule se mêle à celle en majuscule, ses personnages assistant ou participant aux bouleversements de l'époque. Isabel Allende reconstitue parfaitement le contexte historique, sans pour autant transformer son roman en un essai magistral sur la période. Elle parvient à mêler les deux avec une grande fluidité. Elle permet ainsi au lecteur d'apprendre une foule de choses tout en suivant Zarité, Valmorain, Gambo et tous les autres. J'ai de cette façon découvert les grandes révoltes qui soulèvement pendant des années Saint-Domingue jusqu'à ce que la partie française devienne indépendante et prenne le nom de Haïti, nom originel de l'île avant que les Espagnols n'arrivent et déciment totalement les Arawaks, tribu indienne autochtone.
Toutes les parties concernant le vaudou et ses rites m'ont également passionnée. On est loin ici de l'utilisation horrifique qu'on fait trop souvent de cette religion. Si je me réfère à un site que j'ai consulté en parallèle, le roman d'Isabel Allende est l'un de ceux qui expliquent et mettent en scène ce culte avec le plus de précision et de sérieux. Je ne dirais pas que loas et rites n'ont plus de secrets après cette lecture - ce n'est pas plus un essai ethnologique qu'historique - mais ça donne un aperçu général.
Autre point sur lequel on apprend beaucoup, il s'agit de l'esclavage. le récit se déroule principalement dans des plantations de canne à sucre. le travail est si dur et le traitement des esclaves si déplorable que les maîtres sont au regret de devoir renouveler leur "cheptel" régulièrement. Des bateaux spécialisés dans la traite négrière accordent sans cesse pour apporter de nouvelles forces de travail. L'auteur dresse un portrait très complet de ce système aberrant. On voit les souffrances endurées, l'humiliation d'être considéré comme une marchandise, de se retrouver sous la férule d'un maître qui peut disposer comme il l'entend de sa propriété. Nombre se scènes sont atroces et m'ont fait bondir de colère face aux théories mises en avant pour justifier l'asservissement des peuples africains, les arguments passant du naturalisme à la Bible.
En ce sens, ce livre m'a fait penser aux divers ouvrages d'Alex Haley, notamment Racines ou Queen. Et bien d'autres. A chaque fois je me sens consternée et affligée devant l'horreur de ce système.
Isabel Allende signe avec L'île sous la mer un roman marquant et fort, à la fois dramatique et plein de vie. Les personnages sont nombreux et tous travaillés en profondeur. On est loin d'un manichéisme primaire "méchants Blancs / gentils Noirs". Les individus mis en scène reflètent, je pense, le panel de nuances de toute société. L'auteur réussit à nous attacher à eux et j'ai refermé les pages sur Zarité, Violette, Tante Rose, le docteur Parmentier et bien d'autres, avec regret. Ses personnages sont majoritairement féminins et font pour la plupart preuve d'une force extraordinaire dans une société où le sang et la couleur de la peau suivent une hiérarchie stricte entre Grands Blancs, Petits Blancs, quarterons, Noirs, affranchis, etc.
En conclusion, ce livre m'a émue, m'a révoltée, m'a instruite et m'a apporté un formidable moment de lecture. J'en ressors sonnée mais aussi ravie. J'ai hâte de lire d'autres textes de cette conteuse hors pair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
TheWind
  30 juillet 2015
Il y a quelques années, on avait droit chaque été à une grande saga télévisée romanesque. Certaines étaient de qualité, d'autres moins. J'avais bien aimé "Terre Indigo" avec Francis Huster qui se passait à Cuba.
"L'île sous la mer", c'est un peu ma saga de cet été. Même si j'ai avalé ce pavé en quelques jours !

Cette fresque historique nous emmène à Saint-Domingue à la fin du 18ème siècle, au cœur des plantations de canne à sucre. On y découvre la belle Zarité, dite Tété, vendue comme esclave à Toulouse Valmorain, un jeune propriétaire français.
Au-delà d'un magnifique portrait de femme, Isabel Allende nous entraîne dans une bouleversante histoire où s'entremêlent domination et violence des Blancs esclavagistes, exotisme et charme des mulâtresses, tendresse et amitié des enfants élevés ensemble qu'ils soient fils de maître ou fils d'esclave, recours au vaudou, passion amoureuse...autant d'éléments exaltants et passionnants qui auront pour décor l'ïle de Saint Domingue, Cuba et enfin la Louisiane.

Mais, ce roman, c'est avant tout un hymne à la liberté.
Liberté dont le souffle imprègne chaque page et guide pas à pas l'héroïne et tous ceux qui avec elle n'ont qu'un désir : s'affranchir du joug des Blancs au péril même de leur vie.
Il n'y avait que deux solutions qui s'offraient pour ces hommes privés de liberté : mourir et rejoindre leurs ancêtres à l'"Île sous la mer" ou s'enfuir.

C'est un roman qui prend aux tripes. Parce qu'on vit avec une émotion intense chaque moment dramatique ou heureux de la vie de Tété mais aussi parce qu' Isabel Allende s'est attachée à retracer, avec documentation sérieuse à l'appui, une réalité historique qui ne peut laisser indifférent : le fonctionnement des plantations, la traite des Noirs, leur exploitation qui menait le plus souvent à leur mort, les croyances spirituelles, notamment le vaudou, qui les aidaient à tenir.
L'Histoire de Saint-Domingue qui deviendra la première république noire indépendante; appelée désormais Haïti y est relatée avec brio. Sans en faire un personnage de premier plan, Isabel Allende immisce dans cette fresque bouleversante l'histoire de cet homme incroyable que fut Toussaint Louverture. Cela me donne envie d'en savoir plus et de me plonger dans une biographie plus approfondie de ce Spartacus noir.
On suit également de loin l'évolution des événements politiques et mouvementés qui eurent lieu en France en cette période fort bouleversée ainsi que l'avenir de la Louisiane.

Voilà, vous l'avez compris. Cette lecture riche en rebondissements et en détails historiques m'a vraiment ravie !
Je n'avais jamais lu de roman d'Isabel Allende jusqu'à présent. Il est fort possible que je m'attache à lire d'autres ouvrages de cette auteur chilienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          427
Myriam3
  06 juillet 2017
Isabel Allende a réussi dans ce roman à effacer sa voix si particulière au profit de celle de Tété, en partie narratrice et esclave noire de Saint-Domingue, en 1790.
La France est en pleine révolution mais on est loin de ces tumultes qui vont, malgré tout, finir par faire des vagues à l'autre bout de l'Atlantique.
Tété, orpheline, est placée auprès de la jeune femme de Valmorain, cultivateur français de canne à sucre. Très vite, son destin se liera à celui de son maître dont elle aura deux enfants, aux destins très différents.
Tété est surtout la représentante de tout un peuple d'opprimés qui va se battre pour s'en sortir et gagner un peu de dignité, s'ouvrir une voie vers la liberté par le sang s'il le faut.
Historiquement, ce roman est merveilleux car une y lit la naissance d'Haïti, premier pays au monde formé d'anciens esclaves, mais on découvre aussi sous un autre regard la Nouvelle-Orléans juste avant qu'elle ne soit vendue aux Américains. C'et une belle fresque historique dépeignant une période de profonds changements.
J'ai un peu moins aimé la psychologie un peu sommaire de certains personnages, en particulier d'Hortense et de tout ce milieu français catholique de la Nouvelle-Orléans, mais il est difficile de ne pas s'attacher à Tété et à ceux qui la soutiennent dans ses épreuves.
C'est en tout cas une très belle lecture, tragique et remplie d'espoir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
MissG
  04 décembre 2016
Isabel Allende l'a prouvé à plusieurs reprises, c'est une conteuse hors pair et ses romans sont la garantie d'histoires passionnantes avec des héroïnes attachantes et de nombreux rebondissements.
Qui plus est, elle ancre toujours ses récits dans un contexte historique.
Ici, il est question de l'esclave, tout d'abord à Saint-Domingue puis à la Nouvelle-Orléans, car les personnages vont devoir fuir cette colonie Française lors de la guerre civile.
Zarité - dite Tété - est fille d'esclave, à neuf ans elle est achetée par Violette, une "cocotte" mûlatresse la plus appréciée de toute l'île, qui la forme et la vend à Toulouse Valmorain, Français tout juste débarqué pour prendre la succession de son père à la tête de leur plantation de cannes à sucre.
Dans cette plantation, Tété apprendra à tenir une maison, s'occupera du fils de la femme devenue folle de Toulouse Valmorain, découvrira le vaudou, le droit de viol de son maître sur elle et sur d'autres, mais aussi l'amour dans les bras d'un jeune esclave qui ne tardera pas à s'enfuir et à rejoindre les esclaves révoltés qui finiront par se battre pour leur liberté.
Quand les "Grands Blancs", menacés par la guerre civile, seront forcés de fuir, Tété sauvera Valmorain et fuira avec lui et son fils, ainsi que sa fille.
Leur nouvelle vie commencera d'abord à Cuba puis à la Nouvelle-Orléans en Louisiane, un territoire que les Français ne manqueront pas de vendre aux Américains.
Là-bas les misères et la vie de dure labeur de Tété continueront, mais elle y retrouvera également l'amour et surtout acquerra à prix fort sa liberté.
La quatrième de couverture laissait penser que Tété serait le personnage central de ce roman, or il n'en est rien car elle n'est que l'une des héroïnes de ce roman.
Certes, elle a un rôle majeur mais le lecteur découvre également le destin de Violette, une jeune mûlatresse touchante qui de cocotte finira en femme d'affaires avisée.
Elle jouera par deux fois un rôle important dans la vie de Zarité et j'ai aimé que l'auteur mette dans son histoire autant de personnages féminins différents pour laisser voir toutes les facettes de la société de cette époque : il y a Zarité l'esclave qui veut son indépendance, Violette dont le côté mûlatresse ne se voit pas et qui si elle est déjà libre cherche à occuper une place d'importance dans la société, Tante Rose l'esclave adepte du vaudou qui conseillera Tété, Eugenia la femme blanche de Valmorain qui deviendra folle et ne s'adaptera jamais à Saint-Domingue, Rosette la fille de Zarité qui connaîtra un destin fort, tout comme sa mère.
A travers toutes ces épreuves, Zarité comprendra bien vite pourquoi sa mère avait cherché à la tuer, c'est en devenant mère qu'elle prendra conscience que sa condition d'esclave s'applique tout autant à sa fille, et c'est pourquoi elle ne cherchera plus qu'à obtenir leur liberté : "Nous ne pouvons protéger nos enfants ni leur promettre que nous serons près d'eux aussi longtemps qu'ils auront besoin de nous. Nous les perdons trop tôt, c'est pourquoi il vaut mieux ne pas leur donner le jour.".
Dans ce roman, il y a plusieurs sens au mot "liberté" : pour Zarité, c'est d'obtenir un papier la libérant de sa condition d'esclave, pour son amant Gambo c'est l'abolition pure et simple de l'esclave.
Ce dernier aura d'ailleurs du mal à comprendre qu'elle choisisse de partir avec Valmorain plutôt que de rester avec lui et participer à la rébellion : "Et la liberté ? C'est sans importance pour toi ?".
Cette histoire a le mérite de montrer qu'il n'y a pas qu'une forme de liberté et que quelle que ce soit la perception que l'on en a, le chemin pour l'obtenir est long et semé d'embûches.
J'ai été très vite prise par l'histoire et malgré un nombre de pages important ce roman se lit très rapidement, et très facilement.
Le style d'Isabel Allende emporte le lecteur qui non seulement change de pays mais également d'époque.
Elle utilise l'ellipse à bon escient, ce qui fait que son récit ne souffre d'aucune longueur et garde sa cohésion du début à la fin.
J'ai beaucoup apprécié le contexte historique de ce roman, sans donner l'impression de se transformer en livre d'histoire Isabel Allende a su insérer les moments clés et les personnages historiques importants dans son récit.
Ainsi, le lecteur croisera notamment Toussaint Louverture ou le général Dessalines, mais découvrira ou redécouvrira des pans plutôt méconnus de l'histoire de l'indépendance de Saint-Domingue, ancienne colonie Française qui prendra le nom de Haïti à son indépendance en 1804, ou encore de la vente de la Louisiane aux Américains.
Pendant qu'en France la Révolution faisait rage et que les têtes tombaient sous la guillotine, ailleurs les esclaves se révoltaient et cherchaient à s'émanciper dans les colonies, ainsi la Révolution Française ne s'est pas limitée qu'au territoire de la métropole mais a également eu lieu dans certaines de ses colonies, et c'est un aspect historique peu souvent abordé.
Etant amatrice d'histoire, ce récit ne pouvait que me plaire car il donne envie de creuser et d'en apprendre plus sur cette période.
J'avais déjà pu l'apprécier dans de précédentes lectures, mais Isabel Allende aime décidément tourmenter ses héroïnes et si tout finit plus ou moins bien pour certaines pour d'autres c'est un drame.
Isabel Allende aime les histoires d'amours contrariées, je me souviens d'une dans "La maison aux esprits", ici celle de Rosette m'y a fait penser, sans doute parce que là aussi c'est la fille du personnage principal qui va souffrir le plus alors que le lecteur pensait qu'elle pourrait au moins s'en sortir.
Mais comme à chaque lecture d'Isabel Allende la même impression revient, si j'ai aimé ma lecture et si celle-ci m'a transportée, il y manque la petite touche de magie extraordinaire que je n'ai trouvé à ce jour que dans "La maison aux esprits".
Par contre, il va s'en dire que cette historie ferait une formidable adaptation télévisuelle en série historique.
"L'île sous la mer" est une très belle fresque historique et romanesque signée de la talentueuse Isabel Allende qui sait si bien transporter le lecteur, alors n'hésitez pas et vous aussi succombez au destin de Zarité et de tous les autres personnages de ce roman dépaysant.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (4)
LePoint   03 août 2011
L'écrivain chilienne ensorcelle avec "L'île sous la mer", qui raconte l'horreur de la servilité, les viols, les humiliations à Haïti, sur fond de croyances vaudoues. [..] Une plongée dans les origines d'Haïti, première république noire indépendante. Un roman fort, dense et envoûtant.
Lire la critique sur le site : LePoint
LesEchos   01 août 2011
Le beau récit de l'émancipation d'une esclave noir. Le dernier opus d'Isabel Allende est autant un roman d'aventures qu'une ode militante à la liberté. La grande saga de l'été.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LeMonde   09 juillet 2011
C'est un beau livre. Touffu, passionnant, sensible. Un lourd pavé qu'on traînera sûrement à la plage, avide de savoir ce qui va se passer, quelles horreurs - effrayantes - et quelles tendresses - délicieuses - on va découvrir au fil de ces pages serrées.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaPresse   14 juin 2011
L'enfer, sous les eaux. Le paradis, sous les eaux aussi. Isabel Allende a conjugué les deux, par amour de l'histoire et des histoires.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
ClairocheClairoche   23 avril 2014
"Ces superstitions ne méritent pas l'attention d'un scientifique comme vous, docteur, ironisa Valmorain.
_ J'ai vu des guérisons prodigieuses, mon ami, tout comme j'ai vu des gens mourir sans aucune cause, pour la seule raison qu'ils se croyaient victimes de magie noire.
_ Les Africains sont très influençables.
_ Tout comme les Blancs. Votre épouse, sans aller plus loin...
_ Docteur, il y a une différence fondamentale entre un Africain et mon épouse, aussi dérangée soit-elle ! Vous ne croyez tout de même pas que les nègres sont comme nous, n'est-ce pas ? l'interrompit Valmorain.
_ Du point de vue biologique, il est évident qu'ils le sont.
_ On voit bien que vous n'avez pas souvent affaire à eux. Les nègres ont une constitution qui les destine aux travaux pénibles, ils ressentent moins la douleur et la fatigue, leur cerveau est limité, ils n'ont aucun discernement, ils sont violents, désordonnés, paresseux, ils manquent d'ambition et de sentiments nobles.
_ On pourrait dire la même chose d'un Blanc abruti par l'esclavage, monsieur.
_ Quel argument absurde ! dit l'autre avec un sourire dédaigneux. Les nègres ont besoin d'une main ferme. Et notez que je parle de fermeté, pas de brutalité.
_ Sur ce point, il n'y a pas de moyen terme. Dès lors qu'on accepte la notion d'esclavage, le traitement revient au même, lui rétorqua le médecin.
_ Je ne suis pas d'accord. L'esclavage est un mal nécessaire, c'est la seule manière de mener une plantation, mais on peut le faire de façon humanitaire.
_ Il ne peut être humanitaire de posséder et d'exploiter une autre personne, répliqua Parmentier.
_ Vous n'avez jamais eu d'esclave, docteur ?
_ Non, et je n'en aurai jamais.
_ Je vous en félicite. Vous avez la chance de ne pas être un planteur, dit Valmorain. Je n'aime pas l'esclavage, je vous l'assure, et j'aime encore moins vivre ici, mais il faut bien que quelqu'un dirige les colonies pour que vous puissiez sucrer votre café et fumer un cigare. En France, on profite de nos produits, mais personne ne veut savoir comment on les obtient. Je préfère l'honnêteté des Anglais et des Américains, qui acceptent l'esclavage avec pragmatisme, conclut Valmorain.
_ En Angleterre et aussi aux Etats-Unis, certains remettent sérieusement en question l'esclavage et refusent de consommer les produits des îles, en particulier le sucre, lui rappela Parmentier.
_ Ils sont en nombre insignifiant, docteur. Je viens de lire dans une revue scientifique que les nègres appartiennent à une autre espèce que la nôtre.
_ Comment l'auteur explique-t-il que deux espèces différentes aient des enfants ? lui demanda le médecin.
_ En croisant un poulain et une ânesse on obtient un mule, qui n'est ni l'un ni l'autre. Du mélange des Blancs et des Noirs naissent les mulâtres, dit Valmorain.
_ Les mules ne peuvent se reproduire, monsieur, les mulâtres oui. Dites-moi, si vous aviez un enfant avec une esclave, serait-il humain ? Aurait-il une âme immortelle ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kuroinekokuroineko   09 août 2017
Parmentier n'essaya pas de le distraire, il se contenta de lui offrir de l'opium, le seul calmant disponible, ou une potion foudroyante pour mettre fin à ce supplice en quelques minutes; c'était une option qu'il ne devait pas proposer en tant que médecin, mais il avait été témoin de tant de souffrances dans cette île que le serment de préserver la vie à tout prix avait perdu son sens; dans certains cas, il était plus éthique d'aider à mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
kuroinekokuroineko   10 août 2017
Il pénétrait dans le quartier du Marais, le pire des antres de dépravation du Mississippi, protégé par son inaltérable innocence et son auréole incertaine. C'est là que s'entassaient, dans les tripots et les lupanars, les rameurs des canots, les pirates, les souteneurs, les déserteurs de l'armée, les marins en goguette, les voleurs et les assassins. Tété, effrayée, avançait au milieu de la boue, des vomissures, de la merde et des rats, se tenant à l'habit du capucin, invoquant Erzulie à haute voix, tandis que lui savourait le plaisir du danger.《Jésus veille sur nous, Tété》, l'assurait-il, heureux. 《Et s'il a un moment d'inattention, mon père?》
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Myriam3Myriam3   05 juillet 2017
Ils voyaient les Américains comme des barbares couverts de peaux de buffle qui prenaient leur repas les bottes posées sur la table, totalement dépourvus de décence, de mesure et d'honneur. Et ne parlons même pas d'élégance! Les seules choses qui les intéressaient: parier, boire, se tirer dessus ou se frapper à coups de poing; ils étaient d'un désordre diabolique et, par-dessus le marché, protestants. En plus, ils ne parlaient pas le français. Eh bien ils allaient devoir l'apprendre, sinon, comment pensaient(ils vivre à la Nouvelles-Orléans? Toute la ville fut d'accord pour dire qu'appartenir aux Etats-Unis équivalait à la fin de la famille, de la culture et de la seule vraie religion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
kuroinekokuroineko   09 août 2017
Dans le vaudou, tous les participants étaient des officiants et pouvaient connaître la divinité lorsque les loas s'emparaient d'eux, le rôle du houngan ou de la mambo consistant uniquement à préparer le hounfort pour la cérémonie.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Isabel Allende (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabel Allende
La Maison aux esprits (The House of the Spirits), un film dramatique de Bille August réalisé en 1993, adapté du roman homonyme d'Isabel Allende, publié en 1982. Avec Meryl Streep, Glenn Close, Jeremy Irons. Bande-annonce.
autres livres classés : saint-domingueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3139 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre