AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782207246030
272 pages
Denoël (14/05/1997)
3.66/5   34 notes
Résumé :
Au royaume de Gandahar, sur la planète Tridan jadis colonisée par des êtres humains, une vie sereine et pacifique s'est établie, loin de la technologie et de ses instruments de mort.
Mais voici que les oiseaux-miroirs, qui veillent aux limites de Gandahar, annoncent qu'une armée de robots destructeurs est en marche, menaçant l'existence même du royaume. Ces hommes-machines invincibles viennent-ils de Tridan, de l'espace, ou bien d'une autre époque ?>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
finitysend
  16 juillet 2013
Quand on lit le résumé de Gandahar ( contre les hommes machines ) on peut être légitimement emballé ... , ?
Cette accroche du quatrième de couverture annonce apparemment un texte épique assez dépaysant , un univers prometteur ....
Et en effet c'est un texte épique , un univers prometteur mais le style ne tient pas la route et le texte déçoit ..
Il y a malheureusement et à mon humble avis subjectif et apparemment iconoclaste , une mièvrerie qui qui frise le ridicule pour tout dire et selon mon impression gênée , par tant de ridicule ouvertement déployé dans la trame narrative , sans gêne aucune ! ...
C'est ainsi que , des chevaliers ... des oiseaux espions qui ne sortent pas de saint Cyr agissent .. Il y a aussi un zeste d'utopie stéréotypée et de sombres secrets , bien enfouis qui guettent et qui menacent de contaminer le présent ..
Par contre ce texte possède quelque chose d'assez fabuleux , c'est l'univers qui possède une présence absolument fascinante si on s'en tient à un certain coté descriptif ..
Les amateurs du genre doivent peut-être découvrir ce roman pour deux raisons ... :
- Un univers de science-fantaisie et de science-fiction qui est une réussite assez éloquente du point de vue de la structure ..
- C'est aussi le roman éponyme d'un film d'animation français de science-fiction qui est assez réussi lui aussi ....
Sinon , c'est assez lourd , malheureusement comme aventure , cependant incontournable à titre documentaire ..
Un classique ? , pas vraiment à mon humble avis malgré d'incontestables qualité visuelles et figuratives qui sont et qui demeurent assez impressionnantes au jour d'aujourd'hui même
( sourires ) ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
UnKaPart
  15 juin 2021
La première fois que j'ai mis les pieds au royaume de Gandahar remonte à la fin des années 80. le voyage se fit par le biais non pas du papier mais de l'écran, à travers le long-métrage d'animation réalisé par René Laloux. Depuis sa sortie en 1987, j'ai bien dû le voir une demi-douzaine de fois avant de mettre le nez dans le bouquin et autant après.
Cette chronique vaut autant pour le roman que pour le film, le second étant une adaptation fidèle du premier.
Gandahar le film est à voir. Pas exempt de défauts, à commencer par son animation rigide et ses visages peu expressifs, il n'en reste pas moins très bien fichu, avec une âme bien à lui, une ambiance, une patte graphique inoubliable que l'on doit à Caza. le scénar est à quelques détails près celui du roman, donc parler de l'un revient à parler de l'autre.
Or donc, Gandahar, le roman…
Il est paru en 1969, une année phare pour toutes les personnes de goût. le contexte de la société gandaharienne s'en ressent, très baba cool. Ce royaume a tourné le dos aux machines et à l'industrialisation pour vivre en harmonie avec son environnement. La technologie existe mais sous une forme fonctionnant en symbiose avec la nature. Un monde utopique, d'où sont bannis exploitation, destruction, prédation. Idyllique mais pas parfait, on le sent dans la description initiale de cette société ensuquée dans les plaisirs, avec pour conséquences le désintérêt envers à peu près tout et tout le monde, l'absence de curiosité, l'oubli, l'inertie pour ne pas dire l'immobilisme.
Les Gandahariens se la coulent douce sous la houlette de la reine Ambisextra, patronyme qui donne à l'imagination du grain à moudre quant aux moeurs libérées de son peuple – ce bouquin n'est pas sorti en 69 pour rien…
Pacifiques et pacifistes, les Gandahariens se retrouvent de fait très vulnérables. le jour où l'envahisseur frappe à leur porte sous la forme d'une armée de robots humanoïdes, les voilà bien démunis pour ne pas dire grave dans la panade. Va-t-en déglinguer Terminator avec un pauvre lance-pierres… le royaume se retrouve sens dessus-dessous, aussi la reine fait-elle appel à Lanvère pour remettre la situation à l'endroit. le chevalier Sylvin Lanvère, genre de Perceval new age, part enquêter sur cette mystérieuse et invincible armada de ferraille.
Gandahar est un roman tout public, plein d'aventures, au rythme enlevé, parfois linéaire dans son intrigue mais toujours dynamique dans ses péripéties. On y trouve des éléments hyper classiques mais offrant des sujets de réflexion toujours d'actualité, plus que jamais même (les traditionnelles oppositions homme/robot et nature chaleureuse/froideur des machines ; l'éternelle quête du pouvoir absolu via la science, dévoyée du progrès pour être mise au service de la guerre…). S'ajoutent des trouvailles inattendues et bien vues comme l'emploi du passé-futur au lieu du présent (“j'étais-serai” pour “je suis”). Ce jeu de conjugaison renvoie à la dimension polychronologique de l'intrigue, qui contient un paradoxe temporel. Sans trop spoiler, l'intervention de Sylvin, présentée comme conséquence de l'invasion (dans le présent) en est aussi le déclencheur (dans le futur, où le présent est donc devenu le passé).
Riche, onirique, empreint d'un fort symbolisme, parfois un peu vieilli, mièvre ou kitschouille avec le demi-siècle de recul depuis la rédaction, oscillant entre simplicité des oppositions binaires et complexité des paradoxes temporels, Gandahar, c'est beaucoup de choses à se mettre sous la dent et plusieurs grilles de lecture selon l'âge auquel on met le nez dedans.
Un chef-d'oeuvre ? Un classique ? Bonne question. Je dirais que, comme tout ce qui touche à l'étiquetage, on s'en fout. Gandahar est une oeuvre qui en a marqué plus d'un – surtout le film, pour le coup – et qui a encore des choses à dire. Donc à lire, à voir, tant la version papier que pellicule (et plutôt dans l'ordre roman=>film que l'inverse).
Lien : https://unkapart.fr/les-homm..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          36

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FifrildiFifrildi   28 mars 2018
Doués pour l'exploit, les hommes ont rapidement transformé leur très jolie planète bleue en trou du cul du diable (grâce notamment à l'invention de la guerre, de la religion et de l'argent). (René Laloux, extrait de la préface)
Commenter  J’apprécie          150
finitysendfinitysend   08 juillet 2016
Sur le fond de brume bleutée qui , à l'horizon , noyait la teinte émeraude du ciel et le roux des prés .
Commenter  J’apprécie          210
finitysendfinitysend   08 juillet 2016
Les ailes étendues , la cordule avait amorcée en plané un long piqué en spirale .
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Jean-Pierre Andrevon (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Andrevon
Présentation du livre Anthologie des dystopies. Les mondes indésirables de la littérature et du cinéma de Jean-Pierre Andrevon
Dictatures totalitaires, règne des écrans, apocalypses nucléaires, rébellion des machines, catastrophes climatiques, famines poussant à l'anthropophagie, abrutissement des masses par le consumérisme ou par le jeu, eugénisme, clonage… Depuis plus de cent ans, la dystopie s'est montrée d'une inventivité fascinante dans l'imagination de futurs malheureux. Grimaçante antinomie de l'utopie, le genre a obtenu ses lettres de noblesse avec des classiques reconnus comme le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley ou Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, avant de conquérir l'espace littéraire, cinématographique et télévisuel. Car nul mieux que lui n'a su dévoiler et exacerber les angoisses de notre présent face aux bouleversements de la modernité. Tous les dilemmes que pose l'intelligence artificielle n'ont-ils pas déjà été anticipés par Philip K. Dick et Blade Runner (Ridley Scott) ? Ceux soulevés par la vidéosurveillance et le fichage des citoyens par 1984 de George Orwell et Black Mirror ? Quant à la série des Mad Max de George Miller, n'annonce-t-elle pas les risques que fait courir à notre société une pénurie des énergies fossiles ? Cette anthologie sans équivalent s'attache à couvrir toutes les facettes de ce genre protéiforme et omniprésent. Sous la plume alerte de l'écrivain de science-fiction qu'est Jean-Pierre Andrevon, ce sont des centaines de futurs potentiels qui se révèlent, au travers d'oeuvres incontournables ou méconnues. Autant de récits qui interrogent les frontières morales et politiques de l'humanité et son rapport aux limites environnementales de notre planète.
https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/a-paraitre/anthologie-des-dystopies-jean-pierre-andrevon/?preview=true&preview_id=3468&preview_nonce=a626edbd73
26 €, 348 pages
En librairie le 20 février
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le passager de la maison du temps

Comment s'appelle le héro ?

Luc de Melun
Jean-Pierre Andrevon
Mathis Haug
Julie Fuchs

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le passager de la maison du temps de Jean-Pierre AndrevonCréer un quiz sur ce livre