AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266203814
640 pages
Éditeur : Pocket (12/05/2010)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Un vieil homme parcourt à cheval la France, vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d'une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt. Sur son chemin, il traverse des villes envahies par la végétation et peuplées par des animaux sauvages, ainsi que quelques communautés de survivants octogénaires. Au crépuscule de sa vie, égrenant ses souvenirs, il veut une dernière fois voir la mer. Dans ce monde désert, quelques destins se croisent : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
greg320i
  05 septembre 2018
La fin, c'est la fin enfin !
Mais en fait de faim, il m'en reste un brin , ,
Comme celle qui vous tenaille après trop de victuailles;
Le sentiment de la nostalgie de ce rêve fiévreux -ou moelleux- si bien englouti , délicieusement digéré , que vous en voudriez encore . .

Vous qui ne vouliez 'juste' que vous contenter, vous sustenter, en ne voulant qu'amoindrir un creux, mais...
hééé; voilà tout y est passé : trop vite, trop bon, trop alléchant, le gourmand qui est vous n'en a fait qu'une bouchée !
Alors oui , moi aussi, tel le corbeau de la fable, j'ai chanté, loué et prié les délices d'Andrevon : mùm si bon, si tentant..
Et de content, j'en reste désormais mécontent.
-HA?
- Car hélas, c'est là la Fin !
La fin de l'histoire, de la belle aventure vécue au sein de ce pavé enivrant , férocement grisant.
Fini la poursuite des survivants, l'émouvant tracé de nos compagnons rescapés;
Snif,, ils s'en sont allés..
Et donc terminé ,fini, refermé les pérégrinations de nos amis .
Oublié ? Hola , certes non, au coeur de la mémoire, il me reste de droit le droit de m'en souvenir. de revivre en mémoire ces passages magiques, féeriques, tellement imagé et bien décrit ,quasiment léché par notre charmant Jipé Andrévon.
Et s'en vont, vont, les 633pages qui s'en volent, vole ..
Telle une plume gracieuse, subtile, tactile, le voyage à bord de ce 'monde' fût pour moi une bien belle ronde.
Où tout n'été que bonheur: chaque phrase, chaque chapitre, comme autant de sucre arrosant les friandises.
Un festival littéraire rare où le mélange détonnant de Terre désertique et animaux sympathiques ( et oui , Eux ont sût nous survivre pour une fois ..) font que cette fin de monde serait presque réjouissante !
C'est fou, non ?
Fini la pollution, adios les nuisances sonores, tchao la démocratie du plus fort .
Dans la vision de notre bon Andrévon -Jean-Pierre par son prénom - le monde est ENFIN devenu beau, bon, en redonnant à la nature de ce que la nature fait de mieux : le cycle naturel de sélection .
Que dire de plus pour le décrire ?
Ne point l'éloger serait un sacrilège ,mais d'allonger mon privilège de l'avoir lu en reviendrais à trop vous tenter..
Pour un instant vivant, vibrant;
le temps d'un monde, l'espace d'une ère ,
Ouvrez vous à ce fascinant mystère : le Monde, le vrai, enfin ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
gill
  10 août 2013
Dans ce véritable roman apocalyptique plusieurs récits s'entremêlent pour former la trame d'une fin du monde annoncée et sceller le destin de quelques personnages.
Un professeur s'enfuit, sans un adieu pour sa famille, au petit matin pour rejoindre une arche composée de dix-huit femmes et six hommes sélectionnés pour sauver une humanité menacée par le PISCRA, processus intercellulaire de séparation, mortel pour l'homme et indétectable durant sa période d'incubation.
Un vieux cavalier parcourt une France transformée en jardin d'éden par la disparition des humains.
Dans ce monde devenu stérile pour la femme, Anne, dans son obsession de procréer, poursuit un homme mystérieux qui a croisé son chemin.
L'équipage d'une mission interplanétaire manquée atterrit en catastrophe.....Tout ceci fournit matière à un bon roman de science-fiction.
Pourtant, à mon sens, la première partie est d'une bien meilleure facture que la seconde. Certains passages, qui m'ont fortement déplus, affaiblissent la deuxième et dernière partie de l'ouvrage. Petit à petit, on y croit moins. Quelques passages flirtent même avec le "Gore". Notamment le moment tragique où la mère se réfugie dans une réserve d'un supermarché dont, on ne sait pourquoi, le nom même est donné !
Je suis sorti de ce roman, mal à l'aise et avec un sentiment mitigé.
Jean pierre Andrevon dédie son livre comme un " vieux fantasme de la terre libéré de l'homme pour être rendue au reste de la création" à quelques unes de ses rencontres dont il précise qu'elles ne partagent certainement pas toutes ses "rêveries éradicatrices" !
Ce récit apocalyptique, écrit à l'automne de la vie de son écrivain, fleure un peu l'écologisme intégriste et égoïste et de ce fait s'avère utile à lire et dérangeant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Tombetoile
  17 avril 2020
Un livre étrange où les chapitres ne sont pas déplaisants sans que j'en voie la finalité ni la réelle interaction les uns avec les autres. L'histoire de Bastien qui prend une bonne partie du livre, n'a pas vraiment grand intérêt mis à par le descriptif de la nature qui est certes très réussi.
Laurence que l'on s'attendait à suivre tout au long du roman, est laissée rapidement de côté pendant 300 pages. le tout donne un ensemble assez décousu, même si cela fonctionne quand même malgré quelques longueurs.
Mais finalement, je n'ai pas trop adhéré à ce roman, quand bien même j'ai aimé le côté apocalyptique. La fin est terriblement convenue, les femmes sont toutes hyper canons, style James bond girl, beaucoup d'incohérences sur leur passé, des personnages pas vraiment aboutis. Comme si on les avait pris, posé et mis en scène avec pour seul intérêt la nature environnante et les animaux enfin libérés de l'homme.
Commenter  J’apprécie          110
Billygirl
  21 janvier 2017
"Le monde enfin"... libéré de l'humanité, faut-il en rire ou en pleurer ?
Pleurer sur tout le savoir perdu et la créativité de l'intelligence humaine et rire de sa cruauté et insouciance destructrice disparue !?
Jean-Pierre Andrevon nous offre un petit bijou de science-fiction fantastique, pas si éloigné d'un futur possible.
La fin du monde familier après une grande extinction, une pandémie... la survie ?
Quels destins pour les rescapés aux histoires les plus différentes qui soient ?
Sommes-nous si seuls et "maîtres du monde" ?
Une petite merveille, parsemée de succulentes descriptions...
Commenter  J’apprécie          122
DamienR
  28 février 2012
Attention, un vrai pavé ! On a une grande histoire entre les mains : le choix scénaristique est sous la forme d'un puzzle d'histoires individuelles, organisées chronologiquement et qui ont des recoupements très subtils. A travers chaque histoire, beaucoup de thèmes sont abordés par l'auteur : l'amour, la folie, le temps, la technologie, l'orgueil de l'humanité... Chaque texte indépendamment se veut porteur d'un sens, ou simplement d'une poésie. Par exemple, on reconnaît rapidement l'orientation écologiste militante de Jean-Pierre Andrevon. A prendre avec des pincettes toutefois, parce que c'est un peu romantique à certains passages.
Au niveau du contenu de l'histoire, on peut aisément faire une comparaison avec le "Ravage" de Barjavel. le propos est aussi politique, Barjavel dans la tendance "Patrie, tradition...", et Jean-Pierre Andrevon vers le nihilisme écologiste.
Enfin, un petit reproche : si l'histoire et l'approche peuvent avoir une portée universelle (est-ce que c'est voulu ?) les personnages, les lieux, les références sont trop "frenchies" pour avoir une diffusion éditoriale elle aussi universelle. Dommage de ce point de vue, car ce roman le mériterait, je pense.
Pour terminer, je signale que l'écriture est très poétique, mais parfois emphatique. Disons qu'on peut passer certains textes trop longs. Ceci dit, je pense que des lecteurs y trouveraient leur compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   13 janvier 2017
Le cheval et son cavalier, par leur apparence, se lisaient comme un récit ambulant où leur destinée, sinon leur histoire personnelle, pouvait être déchiffrée à livre ouvert, à plaies ouvertes et refermées. Mais ce destin, ni cette histoire, n’aurait rien pu apprendre à personne. Le cavalier ressemblait au monde dans lequel il évoluait, un monde qui avait modelé selon un stéréotype unique la famille de ses ressortissants humains en voie de disparition accélérée, en voie de dissolution dans le décor : vieux, maigres, sales, solitaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
finitysendfinitysend   03 mai 2014
Il savait bien que lire , il n'y fallait plus compter .
Commenter  J’apprécie          301
aturninsaturnins   01 juillet 2011
Certains animaux supérieurs,extrêmement menacés,ont échappé in extremis à la disparition. A insi le rorqual bleu l'éléphant d'Afrique,le tigre indien,et de nombreux autres. Au milieu du xxi eme siècle;une seule espèce supérieure a atteint son seuil d'extinction : l'Homme
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   13 janvier 2017
Vous vous trouvez à l’abri dans ce qu’on appelle dans notre jargon une Unité Autonome de survie prolongée. Il en existe un certain nombre disséminées dans le pays. Une cinquantaine, à ce que je crois savoir. Et même quelques autres ailleurs. Top secret ! Les bunkers de ce genre ont été conçus au milieu du siècle dernier, en prévision d’un conflit nucléaire avec les Russes. Le projet a par la suite été mis en sommeil, puis réactivé et amélioré à la fin des années 90. Ne me demandez pas pourquoi. Peut-être parce que Clinton avait vu Indépendance Day. Aujourd’hui, il semble bien qu’il va être utile à quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
finitysendfinitysend   21 juin 2014
Peut-on lutter contre le temps ?
Commenter  J’apprécie          183
Videos de Jean-Pierre Andrevon (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Andrevon
Présentation du livre Anthologie des dystopies. Les mondes indésirables de la littérature et du cinéma de Jean-Pierre Andrevon
Dictatures totalitaires, règne des écrans, apocalypses nucléaires, rébellion des machines, catastrophes climatiques, famines poussant à l'anthropophagie, abrutissement des masses par le consumérisme ou par le jeu, eugénisme, clonage… Depuis plus de cent ans, la dystopie s'est montrée d'une inventivité fascinante dans l'imagination de futurs malheureux. Grimaçante antinomie de l'utopie, le genre a obtenu ses lettres de noblesse avec des classiques reconnus comme le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley ou Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, avant de conquérir l'espace littéraire, cinématographique et télévisuel. Car nul mieux que lui n'a su dévoiler et exacerber les angoisses de notre présent face aux bouleversements de la modernité. Tous les dilemmes que pose l'intelligence artificielle n'ont-ils pas déjà été anticipés par Philip K. Dick et Blade Runner (Ridley Scott) ? Ceux soulevés par la vidéosurveillance et le fichage des citoyens par 1984 de George Orwell et Black Mirror ? Quant à la série des Mad Max de George Miller, n'annonce-t-elle pas les risques que fait courir à notre société une pénurie des énergies fossiles ? Cette anthologie sans équivalent s'attache à couvrir toutes les facettes de ce genre protéiforme et omniprésent. Sous la plume alerte de l'écrivain de science-fiction qu'est Jean-Pierre Andrevon, ce sont des centaines de futurs potentiels qui se révèlent, au travers d'oeuvres incontournables ou méconnues. Autant de récits qui interrogent les frontières morales et politiques de l'humanité et son rapport aux limites environnementales de notre planète.
https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/a-paraitre/anthologie-des-dystopies-jean-pierre-andrevon/?preview=true&preview_id=3468&preview_nonce=a626edbd73
26 €, 348 pages
En librairie le 20 février
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le passager de la maison du temps

Comment s'appelle le héro ?

Luc de Melun
Jean-Pierre Andrevon
Mathis Haug
Julie Fuchs

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Le passager de la maison du temps de Jean-Pierre AndrevonCréer un quiz sur ce livre
.. ..