AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266300018
336 pages
Pocket (09/01/2020)
4.03/5   227 notes
Résumé :
Niels Hogan, quarantenaire bourru, a rompu les amarres. Profitant d’un plan social, il s’est installé – comme l’auteur – dans une cabane de pêcheurs au sud de Montpellier, où il vit de sa nouvelle activité d’artisan : il fabrique des leurres pour la pêche au bar.
La vie simple, la douceur du temps, l’ermite n’a qu’un ami, son voisin, Vieux Bob, lui aussi en rupture, qui attend la visite de Lizzie, sa fille, journaliste.
A l’occasion d’une partie de pêc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (135) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 227 notes
5
51 avis
4
62 avis
3
13 avis
2
3 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  02 juin 2020
Découvrir un bon livre , ça tient parfois à bien peu de chose , une question anodine de son libraire , par exemple : " vous l'avez bien lu celui - là ? Non?" .
" Ben , non..... ".Et voilà comment on se retrouve avec , entre les mains , un ouvrage qui , au moment de votre entrée dans le magasin paradait encore tranquillement sur le présentoir, au milieu de ses comparses ....
Et quand vous tournez la dernière page , vous mesurez la chance que vous avez de côtoyer un libraire aussi attentif et compétent, un libraire qui " sait " ce qui va vous plaire ...Encore merci à Nicolas .
Niels, c'est un marginal , un gars qui a quitté Paris pour se réfugier dans une cabane auprès d'un étang, dans la région de Sète ...Il vit en vendant des leurres qu'il fabrique lui - même et que de nombreux pêcheurs " s 'arrachent ".Ces revenus lui permettent d'être heureux , en harmonie avec son désir de vivre dans la nature...Pourtant , la découverte d'un corps immergé dans un étang va le méler malgré lui à une aventure dont il pourrait bien ne pas sortir indemne d'autant qu'à vouloir enquêter sans en parler à la police ..Il trouvera dans son environnement des aides et , bien entendu , des opposants , des personnages pas trop nombreux , toutefois , qui vont mêler leur " grain de sel " à une histoire qui n'en manque vraiment pas , vous verrez . On pourrait penser cheminer tranquillement dans un décor naturel grandiose ...Ce sera un peu ça, mais ...avec une rapide accélération, car , malgré la douceur de " la couverture " , ça bouge tout de même pas mal . Un bon bouquin "à la française " , situé dans le quotidien de la vie, dans une belle région française . le récit est alerte , bien écrit, crédible avec une enquête bien menée et reprise dans l'épilogue, épilogue qui laisse la porte ouverte à un nouvel opus ,le second de ce qui sera une trilogie . Et bien , tant mieux . Après avoir utilisé le leurre "bleu calypso " , je me verrais bien essayer le "rouge tango ." C'est la prochaine création de Niels , un leurre pour " pêcher en eaux troubles " ....Sacré programme , non ? il devrait y avoir des amateurs ...Moi , j'en ferai partie et , cette fois , je n'attendrai pas que Nicolas me le mette dans les mains, le bouquin ......Je suis " ferré " et ce d'autant plus que , Niels , ses prises , il les remet à l'eau ... Et ça , ça me plait bien...D'atroces crimes ...dans un décor naturel magnifique , des personnages authentiques et " humains " .
" Vous l'avez pas lu celui - là ?
- Ben, non...
- Ah ben ça, alors...."
C'est ouvert aujourd'hui , courez à votre librairie mais .....en prenant soin de vous , hein ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          877
fertiti65
  08 mars 2021
Premier roman de cet auteur, Charles Aubert. Ayant lu de très bonnes critiques sur Babelio de ce livre, cela m'a donné envie de le lire.
J'ai vraiment adoré ce style de polar, tranquille et intense à la fois. Bien écrit et accessible, l'auteur mêle l'humour et les métaphores comme personne...d'ailleurs j'ai mis un certains nombres de citations pour les partager avec vous.
L'histoire se passe dans le sud de la France près de Sète. Niels a fuit la ville et est venu s'installer près d'un étang dans une cabane dans un coin tranquille. Il a pour voisin "Vieux Bob" qui habite à cent mètres et a sympathisé avec lui. Ils ont une passion commune : la pêche. de leurs passés respectifs, ils ne savent rien l'un de l'autre, c'est un pacte lié entre eux. Niels est passionné également de photos et un soir en regardant attentivement une de ses photos il aperçoit un corps mort dans l'étang parmi les herbes. Il prévient Franck, son ami, capitaine de gendarmerie. Et l'enquête est lancée. Un petit mot sur la fille de Vieux Bob, Lizzie, un personnage omniprésent dans ce récit, par sa vitalité et sa folie furieuse.
Je ne vous en dirait pas plus pour vous laisser tout le suspense de cette histoire.
Une bien jolie découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544
Stelphique
  06 janvier 2019
Ce que j'ai ressenti:
Scintille le Bleu,
Jaillit Calypso,
Et fendre l'étang Polar.
*Stelphique*.

***Une plongée étourdissante…
La rentrée littéraire nous prépare de belles surprises, allez, allez, il faut se jeter à l'eau et découvrir la beauté d'un leurre Bleu Calypso, le temps suspendu, l'esprit décroissant. Vite, vite, une reconnexion avec la nature et une philosophie à pêcher avec habileté, dans l'étang Moures. Sauf, que les cadavres et les suspicions vont vite polluer les lieux…Et Niels, de voir sa tranquillité, si fièrement acquise, se troubler…Pourquoi est-il si difficile de se couper de ce monde avide? N'est-il pas idéal de vivre de solitude et d'eaux fraîches, dans une cabane? Et qui est, ce fameux tueur en série, au pied marin? Niels et Lizzie vont s'improviser enquêteurs des bacs à sable, jouer avec les rayons du désir, dénicher quelques trésors, s'attirer un peu les foudres…
« J'aimais beaucoup les couleurs saturées qui arrivaient avec l'orage. C'était comme si la vie gagnait en intensité. de mémoire, il n'y avait que les orages et l'amour pour donner cette sensation-là. Mais je n'étais plus vraiment sûr en ce qui concerne l'amour. »
***Et le polar- *étang* -sa sérénité…
A tendre ainsi vers le calme des lignes. Attendre dans les eaux salines. Étendre le fil de l'intrigue. Fendre en douceur l'étang Polar. Troubler le temps. Etre et ne plus avoir…
L'auteur m'a fascinée, avec cet univers de la pêche… Subjuguée en contemplation, emmenée à la méditation, déclenché l'admiration…
J'ai passé un doux moment de lecture, très apaisant. C'est tellement rare de voir se mêler le frisson avec le recueillement, c'est une alchimie qui fonctionne parce que Charles Aubert, y met toute une sagesse intelligente et une subtilité rafraîchissante. J'ai été plus que charmée par ce courant de pensée, cette étonnante manière de vivre et clairement, il y a un fil magique qui s'est créé avec Niels. C'est un personnage tout en pudeur, attachant et bienveillant, malgré les tornades qui viennent frapper à sa porte…
« Moi, j'étais le type qui vivait en marge de la société, ivre de liberté et de soleil, celui qui s'était débarrassé de ses chaînes et je voyais bien que ça les faisait disjoncter. Parler cinq minutes avec moi remettait en cause trop de choses, trop de choix contraints, trop de mensonges faits à soi-même. »
***Entre poésie et polar, Bleu Calypso.
Il flotte dans cette lecture, un petit air de zen asiatique accompagné d'un soleil chaleureux du sud de la France. Avec des haiku sublimes qui illuminent les débuts de chapitres, il n'en reste pas moins, que c'est un polar maîtrisé de bout en bout. C'est comme une partie de pêche réussie, car la récompense se mérite, après la patience, l'auteur nous emmène à son rythme, au final pétillant… Nous avons là, une histoire palpitante, toute en finesse, sans aucune éclaboussure ou démesure, et pourtant son pouvoir est incroyable. Une quiétude s'empare de nous et elle nous gagne au fil des pages,
Il m'a tellement plu ce personnage de Niels que j'adopterai bien la technique de « catch and release »…J'ai attrapé un coup de soleil, un coup de coeur, et je relâche, dans les vagues du net, toutes les ondes positives que j'ai ressenti à cette lecture, qui j'espère, arriveront jusqu'à vous…

Sans savoir pourquoi
J'aime ce monde
Où nous venons pour mourir
Natsume Sôseki.

Ma note Plaisir de Lecture 10/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
blandine5674
  06 mai 2022
Niels a eu le courage de quitter la civilisation pour vivre dans une cabane afin de profiter de sa passion : la pêche. Pour vivre, il fabrique des leurres qu'il vend sur internet. Pour promouvoir ses articles, il prend des photos sous l'eau quand le poisson est ferré. Seulement au développement, il y a la tête d'un mort en toile de fond...
Un polar local vraiment sympa qui se passe dans la région de Sète. On a donc droit à l'enquête, mais aussi aux spécialités culinaires et vins du coin. Quand même un style parfois un peu bancal J'ai bien envie de lire la suite de cette trilogie... Mais plus tard...
Commenter  J’apprécie          472
musemania
  03 août 2020
Voilà un livre dont je trouve que sa publication a été passée un peu sous silence, malgré de nombreuses qualités dont il fait preuve. Étant blogueuse mais surtout passionnée, j'essaie de me tenir informée au plus possible des sorties littéraires par de nombreux canaux (réseaux sociaux, revues littéraires, presses,…) et j'ai l'impression que « Bleu Calypso » est resté un peu sous les radars. Grâce au Prix Nouvelles Voix du Polar des éditions Pocket, j'espère qu'il connaîtra une seconde vie car il le mérite vraiment.
J'ai été séduite tant par l'histoire que par la façon dont elle est contée. Même si son personnage principal, Niels Hogan ne présente pas forcément les qualités pour en faire un être charmant pour le lecteur, je m'y suis assez vite et bien attachée. Bourru mais ô combien si vrai, sa façon de mener l'enquête après avoir retrouvé un corps lors d'une partie de pêche est originale et nous change des polars et thrillers habituels.
J'ai donc lu ce polar dans le cadre du Prix Nouvelles Voix du Polar des éditions Pocket durant le mois de juillet, en pleine période estivale. Est-ce que la période était plus propice à savourer ce livre, je ne sais pas. Mais quoi qu'il en soit, je l'ai dévoré et beaucoup aimé.
Du fait que l'enquête est menée par un citoyen lambda, aidé d'une journaliste, offre beaucoup d'originalité à ce récit pour en faire quelque chose de rafraîchissant et d'atypique. J'ai aussi apprécié me retrouver loin des villes et métropoles, dont les environs servent de décors à la littérature noire. Loin des paysages traditionnels, on se retrouve en pleine nature du Sud de la France et l'auteur, Charles Aubert, nous fait découvrir une région encore sauvage où je m'enfuirais bien, loin des tumultes de la ville et des petits bobos du quotidien.
Je me suis vite laissée embarquée dans cette enquête, parfois un peu rocambolesque mais où Charles Aubert arrive à nous faire douter de chacun des personnages et à nous surprendre, nous lecteurs, dignes comme de supers enquêteurs habitués au monde du roman noir.
Donc, vous l'aurez compris, que par ces quelques mots, je vous fais part de mon très grand enthousiasme à la lecture de ce livre. Quelle déception à la fin de l'histoire de devoir quitter Niels et sa bande ainsi que le Sud pour revenir à notre vie journalière, aux tâches courantes et au boulot. Finalement, je m'enfuirais bien, loin de tout, comme Niels l'a fait avant moi 😉
Petite information supplémentaire pour ceux qui découvrirent le personnage de « Niels Hogan ». Si, comme moi, vous l'avez adoré, sachez qu'il est de nouveau à l'affiche dans le second livre de Charles Aubert, « Rouge Tango », paru le 2 janvier 2020, aux éditions Slatkine & Co.
En lice pour le Prix Nouvelles Voix du Polar 2020 des éditions Pocket, dans la sélection «littérature francophone » avec « L'empathie » d'Antoine Renand.

Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420

Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
fertiti65fertiti65   06 mars 2021
Vieux Bob disait parfois que j'étais un décroissant, comme lui, un de ces gars qui ne croient plus au progrès, qui rejettent l'idée même de consommation, et méprisent plus que tout la course à la réussite sociale. J'avais peut-être en apparence quelques points communs avec les décroissants, mais aucune prise de conscience, aucun choix politique, aucune volonté de sauver la planète n'était à l'origine de ma décision de vivre dans une cabane. Simplement une grande fatigue causée par un ras-le-bol de l'humanité qui s'était carambolée avec une cruelle désillusion sentimentale. Je me sentais ainsi plus proche d'un misanthrope ou d'un amoureux déçu que d'un militant altermondialiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
fertiti65fertiti65   06 mars 2021
Le lendemain du jour où elle a pris l'avion, j'ai commencé à ressentir des difficultés à me lever le matin. Ensuite tout s'est enchaîné, avec cette impression de faire de l'apnée dans le tambour d'une machine à laver. Le programme essorage a duré plus d'une année.
Commenter  J’apprécie          230
StelphiqueStelphique   04 janvier 2019
J'aimais beaucoup les couleurs saturées qui arrivaient avec l'orage. C'était comme si la vie gagnait en intensité. De mémoire, il n'y avait que les orages et l'amour pour donner cette sensation-là. Mais je n'étais plus vraiment sûr en ce qui concerne l'amour.
Commenter  J’apprécie          180
mosaique92mosaique92   27 octobre 2020
[Un patron de bar parle d'une série de meurtres]

- Pour moi, c'est un gitan qui a fait le coup, un de ceux qui ont leurs caravanes garées derrière le supermarché. Ils sont toujours en train de braconner ou d'essayer de truander quelqu'un. Moi, je dis qu'on est trop conciliants. On n'est plus chez nous.
Je l'ai écouté. A présent, il n'était plus nécessaire de lui arracher les mots de la bouche. C'était parti et bien parti. Ca coulait tout seul comme un torrent de fiel. On voyait qu'il la connaissait bien, la chanson. Et il les a tous passés en revus, les uns après les autres, bien soigneusement, les Maghrébins, les Blacks, les Roms, les Juifs. Même les Parisiens, il les a invités à la fête. Pour mon come-back, j'étais verni. Il était difficile de tomber du premier coup sur un aussi beau spécimen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
blandine5674blandine5674   03 mai 2022
- On dirait une baleine endormie, a soudain dit Lizzie.
- Vous ne croyez pas si bien dire, Sète tire son nom du latin xérus qui veut dire cétacé. Les marins, arrivant du large, apercevaient au loin la silhouette du mont Saint-Clair se détacher sur l’horizon. Ils pensaient qu’il s’agissait d’une grosse baleine échouée.
Commenter  J’apprécie          142

Videos de Charles Aubert (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Aubert
Charles Aubert.
autres livres classés : pêcheVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2418 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre