AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Furlan (Traducteur)
ISBN : 2253135194
Éditeur : Le Livre de Poche (01/05/1994)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 236 notes)
Résumé :
Pour ce deuxième livre de sa Trilogie new-yorkaise, Paul Auster met en scène d'autres personnages que ceux de Cité de verre. Les protagonistes ici se nomment Blanc, Bleu et Noir. Mais deux d'entre eux sont à nouveau des détectives privés et leurs tribulations à New York mettent une fois encore en évidence la précarité de l'identité en même temps que les très pervers effets de miroir du destin. De telle sorte que l'impitoyable filature, à laquelle on demeure suspendu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
tiptop92
  23 février 2016
Paul Auster continuait de malmener le cerveau de ses lecteurs avec le deuxième volet de sa trilogie New-Yorkaise. C'était à nouveau une histoire de filature a priori dans les années 40 mais rien n'est moins sur, aucune indication ne corroborant précisément que l'histoire se déroulait à cette époque. Les cinéphiles frémiront de plaisir en remarquant que les personnages sont désignés par une couleur et pas par leur nom comme dans le « Réservoir Dogs » de Tarantino. Malheureusement pour eux et pour les autres, ce ne sera pas un signe, le roman étant aussi éloigné du film qu'un avion et une coccinelle. Bleu est chargé par blanc de surveiller noir, un écrivain et de rendre son rapport chaque jour. Mais celui-ci ne fait rien d'autre que d'écrire, penché sur une table à longueur de journées et de nuits. Certains y verront une parabole sur la solitude de l'écrivain qui tel un moine copiste s'isole du monde réel pour ne se consacrer qu'à son œuvre. Si c'est le cas, cette affirmation est bien fausse, de tout temps l'écrivain a été sommé d'expliquer son œuvre et de s'imprégner des autres pour faire vivre son inspiration. Toujours est il que le détective ne comprendra pas la raison et le but de sa présence, nous non plus d'ailleurs, mais il rentrera dans une spirale de dépendance vis à vis de celui dont il partage l'existence au travers de ses jumelles. Même quand le commanditaire arrêtera de lui verser de l'argent, il continuera ce travail jusqu'à la misère et la folie... une fois de plus, peu de monde comprendra la finalité de ce texte, ni même ou se trouve le début et la fin. L'absence de repères rend la lecture très difficile et pour beaucoup la déception sera encore de mise en comprenant à la dernière page qu'aucune explication ou chute ne viendra les éclairer... ce livre est donc pour les fans endurcis de Paul Auster uniquement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Louis_LUCAS
  27 mai 2017
En relisant dix ans plus tard "Revenants", deuxième tome de la "Trilogie new-yorkaise", je me suis souvenu de la raison pour laquelle j'avais fait l'impasse sur "La chambre dérobée" : un trop-plein de vacuité.
Attention, je n'entends pas par là que "Revenants" souffre d'un quelconque manque de profondeur mais plutôt que la vacuité, qui est au coeur de la vie de celui que l'on appelle Bleu, devient, au fil des pages, écrasante de pesanteur.
Imaginez un détective privé que l'on charge d'espionner un homme qui ne fait quasiment rien à part écrire à sa table de travail, installez-le dans l'appartement situé en face de sa cible et demandez lui de consigner chaque fait, chaque geste en vue d'un rapport hebdomadaire. de se schéma kafkaïen découlent inévitablement une immobilité de tous les instants, une absence d'action qui anesthésie les muscles au profit d'un esprit prompt au vagabondage.
La sensation d'un enfermement mental, la paranoïa, le besoin de donner du sens à chaque détail finissent par s'inviter dans la partie comme ils l'avaient fait d'ailleurs dans "Cité de verre" mais à un niveau toutefois moins exacerbé. Pour que l'expérience littéraire soit plus pure que jamais, Paul Auster mâtine son récit de questionnements philosophiques, de références culturelles dont ont ne sait jamais si elles sont pour là pour nous aider ou nous méprendre.
Dans "Revenants", chaque détail semble avoir son importance, ce qui oblige le lecteur à prendre son temps, à relire parfois certains passages pour être sûr de comprendre.
Tandis que Bleu perd peu à peu pied, les spectateurs que nous sommes suivent un cheminement sensiblement identique, ballottés entre la lumière et l'obscurité, un sentiment d'inconfort qui fait la naître la même envie que celle du personnage : que cette situation se termine au plus vite.
Une fois ce court roman achevé, un besoin irrépressible de sortir à l'air libre se fait sortir. Une chose est sûre, l'empathie a fonctionné mais au prix d'un effort non négligeable pour appréhender cette ambiance oppressante.
Comme indiqué dans le billet consacré à "Cité de verre", je reviendrais sur les liens entre les deux romans roman dans celui consacré à la trilogie dans son intégralité dans lequel j'évoquerai notamment cette impression de "variations sur le même thème".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
EosMayonnaise
  26 janvier 2013
Tome 2: déception numéro 2. Soit je suis vraiment trop idiote pour comprendre, soit je suis hermétique à Auster.
Même topo que le premier tome: un suspense monstre, on attend de savoir, on tourne les pages, encore et encore, et à la fin, pas de solution.
J'entame le troisième volet: s'il se termine comme les autres, j'abandonne à jamais l'idée de rajouter un autre Auster dans ma bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          81
Vermeer
  09 juin 2017
Deuxième volume de la trilogie new yorkaise avec des pérégrinations à travers la ville ( peu nombreuses car l'action se situe surtout dans un appartement). "Revenants" est encore plus abstrait ( mais plus court) que les autres, un peu trop. Les personnages n'ont même plus de nom, ils sont désignés par des couleurs, ils n'ont pas d'identité et peu d'épaisseur psychologique. Bleu est appelé par Blanc pour filer Noir qui passe sa vie à lire et à écrire et qui a besoin de Bleu pour exister. Roman policier et métaphysique.
Thèmes du langage, de la littérature, de la solitude, de la quête, de l'identité.
Commenter  J’apprécie          50
annec44
  11 mars 2014
Un dénommé Blanc engage le jeune détective privé Bleu afin de surveiller Noir. Pour se faire, il l'installe dans un studio face au logement de Noir afin qu'il puisse avoir un oeil sur lui à tout instant.
Au début, Bleu croit seulement à une affaire conjugale. Il s'apercevra vite que l'"affaire" est bien plus obscure. Jusqu'à la fin, il cherchera à comprendre ce qu'il cherche, qui est ce Noir.
Le thème est identique à celui abordé dans le 1er tome de la trilogie. On y retrouve le détective privé, légitime celui-ci, et une filature qui traîne en longueur.
Auster joue beaucoup sur l'effet miroir. A quoi renvoie notre âme, nos pensées ? Comment sommes-nous perçus ?
Il y a également toute la symbolique du langage : pourquoi utilisons-nous ces mots et pas d'autres, que désignent les couleurs ? etc...
Comme pour le 1er tome, l'auteur ne m'a pas embarquée. L'histoire se lit un peu plus facilement mais pour moi, ne représente aucun intérêt. J'ai là encore l'impression que Auster fait surtout un travail d'introspection qu'il nous livre à l'état brut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
EosMayonnaiseEosMayonnaise   25 janvier 2013
Il se sent comme un homme condamné à rester assis dans une pièce et à lire le même livre pour le restant de ses jours.
Commenter  J’apprécie          30
kathelkathel   14 novembre 2010
Les chances perdues font autant partie de la vie que les chances saisies, et une histoire ne peut s’attarder sur ce qui aurait pu avoir lieu.
Commenter  J’apprécie          20
kathelkathel   14 novembre 2010
L’écriture est une occupation solitaire qui accapare votre vie. Dans un certain sens, un écrivain n’a pas de vie propre. Même lorsqu’il est là il n’est pas vraiment là.
Commenter  J’apprécie          10
VermeerVermeer   09 juin 2017
Pour la première fois de sa vie, il se trouvait ramené à lui-même, sans quoi il puisse se raccrocher [...] il n'a jamais beaucoup réfléchi à son monde intérieur.
Commenter  J’apprécie          10
VermeerVermeer   09 juin 2017
Il découvre que les mots ne fonctionnent pas forcément, qu'il leur est possible d'obscurcir les choses qu'ils essayent de rendre.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Paul Auster (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Auster
Coffret Noël littérature étrangère https://www.lagriffenoire.com/100784--coffret-litterature-poche.html - Les inséparables de J. Cohen éd. Mercure de France - Miss Jane de Brad Watson éd. Grasset - Les fureurs invisibles du c?ur de J. Boyne éd JC Lattès - L'Arabe du futur - volume 4 (4) de R. Sattouf éd Allary https://www.lagriffenoire.com/125718-achat-bd-l-arabe-du-futur---volume-4.html - Indélébiles de Luz éd. Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/131207-achat-bd-indelebiles.html - Je vais m'y mettre de F. Oiseau éd Pocket https://www.lagriffenoire.com/90782-divers-litterature-je-vais-m-y-mettre.html - Je suis Jeanne Hébuterne de O. Elkaim éd. Points https://www.lagriffenoire.com/109376-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html - Mille jours à Venise Mille jours à Venise de M. de Blasi éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/123385-poche-mille-jours-a-venise.html - Les Cygnes de la Cinquième Avenue de M. Benjamin éd. Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Hollywood Boulevard de M. Benjamin éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Valentine ou la belle saison de A-L. Bondoux éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/127219-divers-litterature-valentine-ou-la-belle-saison.html - le roi chocolat de T. Montoriol éd. Gaïa https://www.lagriffenoire.com/121462-divers-litterature-le-roi-chocolat.html - Habemus piratam de P. Raufast éd. Alma https://www.lagriffenoire.com/127247-divers-litterature-habemus-piratam.html - Vidocq, du bagne à la préfecture de B. Roy-Henry éd. Archipel https://www.lagriffenoire.com/133369-encyclopedie-vidocq--du-bagne-a-la-prefecture.html - Alain Decaux raconte l'histoire de France de A. Decaux éd. Perrin https://www.lagriffenoire.com/134981-article_recherche-alain-decaux-raconte-l-histoire-de-france.html - L'Affaire Rose Keller de L. Miserole éd. French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-divers-litterature-l-affaire-rose-keller.html - Ça raconte Sarah de P. Delabroy-Allard éd. de Minuit https://www.lagriffenoire.com/123573-divers-litterature-ca-raconte-sarah.html - 4 3 2 1 de P. Auster éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/102638-divers-litterature-4-3-2-1.html - J'ai couru vers le Nil de A. El Aswany éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/123188-divers-litterature-jai-couru-vers-le-nil.html - L'immeuble Yacoubian de A. El Aswany éd. Babel https://www.lagriffenoire.com/23382-poche-l-immeuble-yacoubian-babel-843.html - Femme à la mobylette de J-L. Seigle éd. J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/126808-romans--femme-a-la-mobylette.html - Chien-Loup de S. Joncour éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121299-divers-litterature-litterature-francaise---chien-loup.html - Tu t'appelais Maria Schneider de V. Schneider éd. Grasset https://www.lagriffenoire.com/120585-divers-litterature-tu-t-appelais-maria-schneider.html - Un fils obéissant de L. Seksik éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121295-divers-litterature-litterature-francaise---un-fils-obeissant.html - La Croisière Charnwood de R. Goddard éd. Sonatine https://www.lagriffenoire.com/131891-nouveautes-polar-la-croisiere-charnwood.html - Tout cela je te le donnerai de D. Redondo éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109560&id_rubrique=338 - Concours pour le Paradis de C. Renucci éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/121084-divers-litterature-concours-pour-le-paradis.html - La vérité sort de la bouche du cheval de M. Alaoui éd. Gallimard https://www.lagriffenoire.com/121725-romans--blanche---la-verite-sort-de-la-bouche-du-cheval.html - le douzième chapitre de J. Loubry éd. Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/124878-nouveautes-polar-le-douzieme-chapitre.html - Les fantômes du vieux pays de N. Hill éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/122638-essai-les-fantomes-du-vieux-pays.html - Présumée disparue de S. Steiner éd. Les Ar
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Paul Auster

Sous quel pseudonyme a-t-il publié un roman ? (indice : ce pseudonyme est également le nom de certains de ses personnages)

Paul Dupin
Paul Retsua
Paul Benjamin
Paul Palace

10 questions
226 lecteurs ont répondu
Thème : Paul AusterCréer un quiz sur ce livre
.. ..