AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782869597327
162 pages
Éditeur : Arléa (20/04/2006)

Note moyenne : 2.91/5 (sur 32 notes)
Résumé :
162 p. ; 21 x 13 cm
Résumé
Marianne Chevigny commence une nouvelle vie en devenant bibliothécaire. Cette vie où elle maîtrise tout cache un combat contre une fragilité constante. Il suffit d'un banal incident avec David Martial, un professeur habitué de la bibliothèque, pour que se profile un dérèglement qui va entraîner le couple dans une lutte sans merci et une haine inexorable.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  11 décembre 2015
Marianne Chevigny, démarre une nouvelle carrière: bibliothécaire dans une université.Si l'accueil de Sarah, sa jeune collègue,est chaleureux celui de Frank Alba le doyen est plus réservé.Quand elle croise le regard de David Martial,jeune et brillant professeur de l'université, un rapport de force s'instaure immédiatement entre eux.
Qui de Martial ou de Chevigny arrivera à "mater" l'autre? Une relation de force et de dominant s'instaure entre ces deux individus . Fascination mutuelle ,qui arrivera à être le plus fort, une relation dominant/ dominé passion/haine et cette fin surprenante ......
Je ne connaissais pas Sophie Avon, son écriture est très contemporaine, phrases courtes, sèches un roman très visuel,beaucoup de sensualité ,mais au final un roman (lu dans le cadre du défi Dévoile ta consigne) à oublier très vite mais bien sûr ce n'est qu'un modeste avis
Commenter  J’apprécie          190
brigittelascombe
  20 avril 2012
"Mater ce type arrogant.Lui clouer le bec."
L' entêtement de Marianne Chevigny, la nouvelle bibliothécaire de l'Université, "femme mûre", veuve discrète, plaisante et solitaire à "clouer le bec" à David Martial, jeune et brillant professeur "au sourire carnassier" va enclencher un amour obsessionnel où le rapport de forces est roi.
Ce qui commence par un jeu, un renversement de rôles, puisque David, provocateur, enfreignant les règles, utilise à outrance son portable et qu'elle l'en prive pour le week-end (comme un petit garçon puni) tourne vite à la violence. Ce "prédateur", dont "torturer est la spécialité", se faufile dans ses phobies (la terreur des bergers allemands), humilie cette ex-critique en "épinglant ses métaphores et tics de langage" et....s'attache.
"Domine le" conseille à Marianne Sarah, sa collègue de travail.
A l'image d'un thriller haletant, La bibliothécaire, finement construit par Sophie Avon (romancière) nous plonge dans la spirale angoissante des rapports de forces sado-masochistes où seule la bestialité peut triompher. Ca commence mezza-voce et monte crescendo. du grand art!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
gaspardB
  08 mars 2012
Longtemps intrigué par le résumé de ce livre, j'étais impatient de le lire.

Quelle déception...
Il faut dire que j'ai eu beaucoup de mal à me laisser embarquer dans ce récit où les dialogues sont parfois mêlés à l'intérieur de la narration.
Ce livre aurait pu tout aussi bien s'appeler La Fleuriste, car le monde des bibliothèques y est curieusement représenté, entre cette mystérieuse mezzanine évoquée on ne sait pour quelle raison, et ce téléphone que la bibliothécaire se permet de confisquer (chose que je demande à voir)...
Les chapitres assez courts et la taille des caractères m'ont encouragé à terminer cette lecture, mais non sans difficultés.
Commenter  J’apprécie          60
juline
  27 octobre 2013
Dommage que je n'ai pas écrit ma critique aussitôt après la fin de ma lecture.
Pour résumer un peu ce que j'ai ressenti, c'est la déception. En lisant le résumé de cette histoire, je m'attendais à une histoire tenant un peu plus debout, un peu plus romantique. Je ne sais pas vraiment je m'attendais à autre chose.
Je n'ai pas très bien réussi à entrer dans l'histoire. Les personnages ne m'ont pas tant attendri que ça.
C'était à mon avis une histoire banale.
Commenter  J’apprécie          40
Belair55
  08 août 2019
Je suis tombée sur ce livre par hasard...enfin, pas tout à fait, le titre était tentant ! Impossible de le lâcher, je l'ai lu d'une traite...
Marianne, ancienne journaliste est embauchée comme bibliothécaire dans une université. Sarah est sa seule amie et un jeune prof brillant devient son ennemi...et à partir de là, la tension monte jusqu'au final ! Je ne m'y attendais pas mais il se lit comme un thriller...
Je vais m'empresser de découvrir d'autres titres de Sophie Avon que je ne connaissais pas !
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
grandcaffegrandcaffe   23 janvier 2015
Son mari était un homme prévisible et, pourtant, elle avait toujours su qu'il était capable de l'étonner. Avec les années, son intuition s'était renforcée et, tandis que la plupart des couples se répètent et se lassent mutuellement, elle continuait de croire qu'il pouvait la surprendre. Entre eux, l'amour avait grandi grâce à ce genre de présomption bienveillante.
Commenter  J’apprécie          10
mumubocmumuboc   07 décembre 2014
Il lui avait fallu des années pour comprendre l'intérêt qu'il y a à connaître le nom des espèces (arbres). Pour s'apercevoir qu'il est bon de désigner chaque chose, sauf à vouloir tracer sa route en aveugle et finir idiot au pied du tombeau
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   20 avril 2012
Il sentait qu'elle le redoutait tout en l'espérant, il savait qu'elle ne craignait pas ses assauts répétés,que ses peurs étaient plus animales et plus anciennes,que son sentiment d'insécurité l'altérait sans la dominer,même si d'une certaine manière elle acceptait d'en être la proie.Il le savait et en jouissait.
Commenter  J’apprécie          10
grandcaffegrandcaffe   23 janvier 2015
Elle n'avait pas compris que, sur le point de mourir, son mari ait eu besoin d'anéantir les derniers jours qu'il avait à vivre. Pas plus qu'elle ne comprenait qu'il ait toujours eu, même en bonne santé, cette sorte de détachement vis-à-vis de l'existence. C'était du même ordre, une question d'appétit.
Commenter  J’apprécie          10
grandcaffegrandcaffe   23 janvier 2015
Elle se demandait ce qu'elle avait bien pu faire de si noble dans une existence antérieure, pour mériter cet homme-là.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sophie Avon (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Avon
Sophie Avon - La petite famille .Sophie Avon vous présente son ouvrage "La petite famille" aux éditions Mercvre de France. Rentrée littéraire 2018.Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2153519/sophie-avon-la-petite-familleNotes de Musique : Free Music ArchiveVisitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : prédateursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2423 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre