AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782815934466
176 pages
Éditeur : L'Aube (05/09/2019)
4.08/5   43 notes
Résumé :
Elle doit monter une pièce de théâtre. Finir sa thèse. Lancer une machine. Régler des comptes ancestraux avec les pères et les patrons. Faire la révolution – tout en changeant la couche de Petit Chose. Au passage, casser la figure à Maman Ourse et tordre le cou à la famille idéale. Réussir les gâteaux d'anniversaire. Retrouver la Dame de secours. Croire à nouveau en l'Autre.
Comme toutes les femmes, la narratrice de ce roman est très occupée. Découvrant sur l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 43 notes
5
13 avis
4
14 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Cannetille
  06 janvier 2020
Depuis que son mari a demandé le divorce et est parti sans plus s'occuper de leur fils en bas âge, la narratrice se retrouve en situation de « famille monoparentale » : entre son travail, l'enfant, l'absence de solution de garde et les tâches domestiques, sa vie explose en un chaos bien vite inextricable, où tout la contraint à faire des choix inacceptables.

Cri de rage et coup de gueule, ce livre est un uppercut plein de colère envoyé à la face du monde, façonné par les hommes et pour les hommes. Définitivement féministe, mais aussi proche de tous les mouvements de contestation récents, l'auteur exprime sa révolte avec virulence, sans mâcher ses mots, plaçant le lecteur dans les chaussures de cette mère-célibataire en galère en rédigeant le récit à la seconde personne du singulier.

Son constat est amer : en matière parentale et familiale, les femmes n'ont dans les faits quasiment que des devoirs et les hommes que des droits. Le partage n'est pas équitable : si certains pères doivent s'enchaîner à des grues pour pouvoir jouer leur rôle, il est facile pour d'autres de s'en tirer avec le minimum de présence requise, voire d'échapper à toute pension alimentaire. A la mère d'assumer ce qu'il est convenu de considérer comme sa fonction naturelle, et tant pis si elle doit en plus subvenir aux besoins du foyer. De toute façon, même en couple, n'a-t-elle pas pris l'habitude de tout assumer de front, offrant à son mari « le pack femme à tout faire + enfants en forfait illimité » ?

Rédigé en une succession de saynètes croquées sur le vif, ce récit militant est écrit avec autant d'humour que de passion, insistant justement sur les combats qu'il reste à mener pour l'émancipation féminine, mais réduisant un peu trop à mon goût le rôle de l'enfant à celui d'un boulet.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
lectuur
  11 février 2020
Touchée.......Samira El Ayachi, vous m'avez secoué avec la façon de vous exprimer à la seconde personne, le pronom personnel "tu" peut très bien sous-entendre "nous".
Concernée, oui, je l'ai été, mais pas par une séparation ou un divorce: une simple mutation de mon mari bassement exécutée par son supérieur hiérarchique. Un supplice pour notre famille. Départ le lundi matin, retour le vendredi soir, distance 250 km, mais le week-end Papa a assuré.
Dès les premières pages l'histoire de cette mère solo qui assume tout avec la permission du tribunal, la démission du père autorisée par Madame le juge, elle ne craque pas, plie souvent comme un roseau sans se briser tel un chêne malmené par la tempête.
Mieux, elle tire une force incroyable pour faire face à ses peurs. Les changements, quand ils ne sont pas discernés ou du moins refusés d'être vus, difficiles à vivre, l'héroïne en fait son cheval de bataille et développe son potentiel quitte à se prendre des murs.
Quelle est la femme qui un jour n'a pas été impliquée de la sorte ?
Dans ce monde où il lui est exigé d'être compétente dans tous les domaines, profession, vie privée, familiale et sociale, il n'y a pas de place pour la gentillesse --- gentillesse rime avec faiblesse--- !
Mais il ne faut pas oublier les pères qui se battent désespérément pour élever leurs enfants et sont rarement entendus.
C'est l'engagement de tous les parents d'aimer, d'accompagner nos chers bambins.
"Parce que je.....mon enfant, je t'aime".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
celine85
  07 septembre 2019
Comme l'avait fait il y a un an Carole Fives dans Tenir jusqu'à l'aube, Samira El Ayachi décide de traiter du sujet des mères célibataires, des mamans solos. Cette histoire raconte le combat qu'elles mènent et traite des conditions des femmes et de leur émancipation. Elles sont de plus en plus nombreuses et souffrent de solitude sociale. Elles n'ont pas le droit de se construite en tant qu'individu. Je crois que beaucoup de mamans solos se reconnaitront dans ce roman. Les choses ont évolué mais on voit bien qu'il y a encore beaucoup à faire. de nombreux exemples cités le démontrent bien. Roman émouvant avec des touches d'humour qui n'enlèvent rien au message que veut délivrer l'auteur, bien au contraire.
Commenter  J’apprécie          340
Bazart
  05 novembre 2019
Allo Maman solo : la romancière et femme de théâtre Samira El Ayachi choisit en cette rentrée d'aborder le sujet ô combien d'actualité des mères célibataires qui doivent assumer toutes les charges de la parentalité sur elles, sans être bien aidées par la société dans son ensemble qui ne cesse de leur mettre des batons dans les roues.
L'héroïne des "femmes sont occupées "doit ainsi tenter d'éléver son enfant ( dénommé Petite chose) et cela est particulièrement difficile dans un monde forcément dominé par un patriarcat établi et quasiment institutionnalisé .
Dans cette société qui fait bien trop reposer le poids de l'enfant sur la seule mère, ce récit de vie touche et évite la charge d'humour grâce à quelques notes d'humour bien senties.
En plusieurs chapitres courts et bien sentis Samira El Ayachi parvient à raconter la complexité du rôle de la femme d'aujourd'hui, cette femme qui vacille parfois mais ne rompt pas..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          352
sandra_etcaetera
  08 janvier 2021
Alors que je choisis presque toujours à l'instinct mes lectures dans ma PAL, il n'est pas anodin d'être passée sans vraiment le chercher, d'un inédit de Simone de Beauvoir à la lecture de ce roman de Samira el Ayachi. Pas seulement parce qu'il est fait référence à elle dans le texte mais parce que ce roman fait résonner avec force les combats féministes portés quelques décennies auparavant par la philosophe.
Le roman de Samira en Ayachi c'est le livre des femmes, des mères, de ces mères seules qui se battent, ne lâchent rien, aiment, travaillent, donnent le bain, consolent, font les courses, payent les factures, écoutent les copines au téléphone, passent au garage et chaque soir lisent une histoire avant que Petit Chose ne s'endorme tout contre elles.
C'est le livre de la solitude, du désarroi, de la colère, du manque d'un homme, de l'épuisement mais aussi celui de l'amour maternel, du courage et de la liberté à rester femme.
Ca griffe, ça pique, ça érafle les hommes démissionnaires, la société tendance patriarcale, mais souvent aussi le ton est drôle et l'on rit avec la narratrice qui dans une deuxième personne constante se parle en parlant de nous. Un « tu » intime et sensible, pour libérer une parole féminine universelle, entre amertume et humour.
Un roman moderne, vif et militant sur les femmes d'aujourd'hui, ces femmes occupées, guerrières solo à la conquête de leur indépendance.
A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Actualitte   17 décembre 2019
On rit des petites saynètes bien campées qui entrecoupent un récit anonyme à la 2e personne, suggérant une lecture jouée qui pourrait incarner ce récit militant s’achevant par une lueur d’espoir.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   06 janvier 2020
Si seulement j’avais les moyens, la première chose que je ferais, c’est de le quitter. La hantise de la précarité, c’est bien connu, fait que chacun reste sage. Le système est en place. Tout baigne. Voilà pourquoi les mères célibataires ne sont pas aidées comme elles le devraient. Sinon, tout le pays divorcerait. Et puis il y a toutes les autres. Des millions que tu rencontres chaque jour au coin de ta rue, sous l’abribus, à la boulangerie, derrière le bureau, à saisir du texte, à répondre au téléphone, à servir le café dans l’ombre. La France entière, en somme. Elles t’impressionnent. Celles qui, bien qu’en couple, se retrouvent à tout porter sur leurs épaules. Assurent les repas, les courses, le ménage, les anniversaires, les vacances, les aspects administratifs, les pansements affectifs, font tourner la boutique – en plus de travailler et de continuer à faire rire les enfants. Tu ne savais pas que ça pouvait exister : des mères célibataires en couple. Et tu ne vois plus que ça autour de toi. Des mères célibataires en couple. Une pandémie qui touche tous les âges, toutes les nationalités, toutes les classes sociales. Le mari est là, comme un fantôme, qui fait l’homme en représentation. Assurant dehors. Les pieds à la traîne dedans. La femme reste car elle est conditionnée à rester. Le mari reste pour le pack femme à tout faire + enfants en forfait illimité. Tout le monde se prend en otage. Tout le monde joue à cache-cache.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
lectuurlectuur   11 février 2020
Le jour où deux amoureux se pointeront devant le notaire pour rédiger un accord contractuel sur la répartition des charges ménagères comme un apport en industrie à la SARL couple (on proposera plusieurs régimes de participation : 50/50 étant le régime classique ), réglant la question des torchons de la même manière que se règle la question de la propriété des murs, des voitures et du vase de grand-mère, alors l'assermenté fera la gueule mais l'humanité, elle, un pas de géante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
CoeurdeQuebecoiseCoeurdeQuebecoise   02 septembre 2020
Ma main c'est pour écrire, c'est pour essuyer la bouche de mon enfant, ma main c'est pour dessiner dans le vent, ma main c'est pour toucher les grans de café et les porter à mes narines, je reprends ma main, et ma peau, et mon dos, et ma vie, et mon sexe, mes soupirs, mes mots qui servaient aux engueulades. Je reprends tout ça qui ne servait à rien, qui pourrissait lentement dans le placard du bas à côté des packs d'eau. Je reprends mon corps, que tout le monde touchait - sauf moi. Je reprends ma vie et je ne la soumettrai plus jamais. Ni au père, ni au mari, ni à l'amant. Même pas à l'enfant. Qui osera le dire ?
P.158
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
celine85celine85   06 septembre 2019
Le monde est fait pour deux catégories de personnes. Les hommes. Les femmes riches. Les autres se retirent sur la pointe des pieds en riant doucement et en s'excusant.
Commenter  J’apprécie          130
BazartBazart   05 novembre 2019
« La question qui tournait dans tes nuits comme une furie, à savoir qu’est-ce qui autorise un homme à penser que c’est légitime de s’en remettre aux femmes ? Tu viens d’avoir la réponse. La justice est un homme. »
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Samira El Ayachi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samira El Ayachi
Les Matinales présentées par Sandrine Sebbane. Thème : Les femmes avec Samira Al Ayachi, auteure de « Les femmes occupées », La bajon, humoriste, Louise Ebel, auteure de « Excessives ! », Fernanda Barth et Régis de Martrin-Donos, comédienne et auteur de la pièce « Des femmes ».
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1214 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre