AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020604388
Éditeur : Seuil (27/02/2004)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Bienvenue à Ciudad Juàrez, frontière américano-mexicaine... du mauvais côté du Rio Grande, celui du Mexique. Bienvenue dans "la ville où même le diable a peur de vivre".

Journaliste au grand quotidien espagnol El Diario, Toni Zambudio est envoyé à Juàrez par son rédacteur en chef pour enquêter sur une série de meurtres abominables : en moins de deux ans, les cadavres de cinquante trois jeune filles atrocement mutilées ont été retrouvés aux abords de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  16 octobre 2014
Mais que suis-je donc allé faire en cette galère ?
Cette question, Toni Zambudio va se la poser souvent. Trop souvent. Peut-être même trop tard, allez savoir...
Dépêché par son journal à Ciudad Juarez pour ce qui ne devait être qu'un reportage de routine, Zambudio est encore loin de se douter qu'il a rendez-vous avec le Diable.
L'objet de sa visite, certainement pas le tourisme même si Ciudad Juarez possède d'évidents attraits tels que le soleil, la chaleur, la canicule et la fournaise.
La face cachée beaucoup moins glamour, toutes ces dépouilles d'ouvrières retrouvées torturées, mutilées et éviscérées. de là à évoquer l'hypothèse d'un tueur en série, il n'y a qu'un pas pour des forces de police d'une rare perspicacité. Les pistes sont nombreuses, les témoins inexistants.
Une chape de plomb semble s'être abattue sur cette sympathique petite cité de caractère. L'enfer sur terre comme si vous y étiez...
A Ciudad, on ne regarde pas " Amour, gloire et beauté", non. On s'échine au travail pour y survivre lorsque l'on a beaucoup de chance, l'on y succombe brutalement en cas de double peine.
Bard vous convie aux olympiades de la terreur.
De celles qui vous terrassent moralement à leur simple évocation.
Zambudio, en natif du cru, y tentera d'exorciser ses fantômes tout en persévérant dans une enquête au goût de soufre.
Un premier roman que l'on découvre en apnée, le palpitant au bord des lèvres et le moral au fond des tongs.
D'une noirceur absolue, Bard en journaliste appliqué, fait le boulot en évoquant un sujet et une région qu'il maîtrise parfaitement.
La plongée en apnée est d'une rare violence. Les paliers de décompression quasi inexistants. L'espoir à bannir de son vocabulaire.
Ciudad Suarez, en capitale mondiale du meurtre, assume pleinement son statut.
S'attaquer à La Frontière, c'est encourir le risque de devenir dépendant sévère au lexomil.
Maintenant, c'est vous qui voyez, y en a qu'ont essayé, ils ont eu des problèmes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          568
jeranjou
  23 janvier 2015
♫ C'est l'horreur
Bienvenue à bord c'est l'horreur ♪ (1)
Assurément ! Lorsqu'un roman fait escale au Mexique, le lecteur se retrouve à des années-lumière de la « croisière s'amuse ».
De la phénoménale « Griffe du chien » de Winslow en passant par le prometteur « Triple crossing » de Sebastian Rotella ou bien encore du loufoque « Tape-cul » aérien de Lansdale, les excursions au pays de la tortilla sont synonymes de violence exacerbée virant souvent au bain de sang.
Néanmoins, je pensais avoir tout de même touché l'abime de l'horreur humaine dans « La griffe du chien » (notamment sur un pont pour ceux qui l'ont lu) mais Patrick Bard semble démontrer qu'il n'y a aucune limite physique et psychologique à la violence au Mexique.
A ce stade, on peut plus parler de meurtres mais de violence mortelle quotidienne.
Et dire que nous autres français, fort de trois millions d'individus, sommes descendus dans les rues pour dix-sept victimes assassinées, seulement dix-sept serais-je tenter de dire en comparaison avec les soixante et onze victimes quotidiennes de meurtres au Mexique ?
Ainsi, sitôt la frontière franchie entre les Etats-Unis et le Mexique, Ciudad Juàrez vous ouvre ses portes, les portes de l'horreur.
Toni Zambudio, journaliste espagnol au quotidien El Diario et natif du Mexique, débarque à Ciudad Juarez afin d'enquêter sur une série de plus de cinquante meurtres de jeunes femmes perpétrés depuis deux ans.
Sur place, Toni va tenter de démêler le faux du vrai en sachant pertinemment que l'institution administrative et policière mexicaine est complètement corrompue.
En recoupant différentes sources ainsi que les témoignages de parents proches des victimes, le journaliste va s'approcher d'un peu trop près des secrets de cette tuerie programmée à grande échelle et savamment orchestrée par un ou plusieurs hommes sans scrupule.
Pourra-t-il aller au bout de sa quête de la vérité comme tout bon journaliste qui se respecte ou se brulera-t-il les ailes à vouloir toucher de trop près à un système trop puissant pour un seul homme ?
A vous de découvrir ce roman de Patrick Bard, terriblement noir, oscillant entre fiction et réalité, qui ne pourra pas vous laisser indifférent au final. A éviter absolument pour ceux qui attendent un livre qui leur remonterait le moral.
(1) Les paroles du générique « La croisière s'amuse » sonnent ainsi :
♫ It's love
Welcome aboard
It's love.♪
♫ C'est l'amour
Bienvenue à bord c'est l'amour♪
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          356
Malaura
  26 juillet 2011
A Ciudad Juàrez, ville-frontière mexicaine, les "maquiladoras", ces filiales de multi-nationales, pullulent et emploient de la main d'oeuvre à bon marché, entraînant davantage encore misère, drogue et prostitution.
Depuis quelques années de nombreux cadavres de femmes ont été retrouvés dans le désert, violés et torturés.
Toni Zambudio est envoyé par son journal dans cette ville "où même le diable a peur de vivre".
Une enquête difficile commence pour lui, semée d'embûches et de cadavres.

L'intérêt du livre réside principalement dans le fait qu'il relève largement de la réalité.
Au delà des ressorts romanesques de l'histoire, c'est un constat accablant des conditions de vie et de travail des ouvrières de ces villes-frontière écrasées par les grandes firmes mondiales.
Misère, violence et mort sont hélas le lot journalier de ces malheureuses femmes dans un pays corrompu jusqu'à la moëlle.
Avec ce roman policier, Patrick Bard réussit à allier le rythme et les rebondissements d'un bon suspense à la force et au réalisme un documentaire affolant et révoltant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
bdelhausse
  31 août 2016
Baser un thriller sur des faits réels, c'est toujours tentant. Personnellement, je suis un grand fan, j'adore Ellroy, par exemple. Mais il faut aussi voir jusqu'où on va et sur quelle réalité on construit le thriller.
Patrick Bard reprend les meurtres atroces d'ouvrières mexicaines du côté de Ciudad Juarez. Il saupoudre de rituels religieux dévoyés. Une pincée de mysticisme. Il nous évite trop de gore, mais il en laisse suffisamment quand même. Il verse quelques décilitres d'hémoglobine, rajoute un grand complot économico-politique en introduisant la CIA et les enjeux économiques de l'implantation d'usines de confection ou d'électronique au Mexique (lesquelles usines ne respectent évidemment pas les règles environnementales, ni les loi, et encore moins les ouvrières).
Il nous présente une sorte de héros, un journaliste espagnol, né à Ciudad Juarez alors que ses parents fuyaient la dictature franquiste, et qui a vu sa mère mourir, abattue par un gangster, qui était aussi un flic...
Bref, tout y est.
Patrick Bard en fait peut-être un peu trop, en fait. Et qui trop embrasse mal étreint.
Les complots qui s'emboîtent comme des poupées russes, c'est évidemment très comique. Et cela fonctionne quand même un peu. Je ne voudrais pas me la péter, mais on devine assez vite le pourquoi du comment, vu que Patrick Bard intercale quelques chapitres sur les meurtres dans la succession de chapitres consacrés au journaliste espagnol Toni Zambudio. Mais il réussit quand même à nous tenir en haleine, en dépeignant la folie et la course folle de Zambudio à travers les USA et le Mexique. Une course qui ne peut avoir qu'une seule issue...
Rayon écriture, c'est souvent assez correct. Il n'essaie pas de "gorifier" le récit, qui l'est déjà pas mal. Mais il est assez friand de figures de style éculées et de clichés, comme "vermeil" pour le sang, etc. Cela dit, sa description des faubourgs mexicains est à se glacer les sangs. Parce qu'elle sonne juste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lazarus
  10 février 2013
Il m'aura fallu deux tentatives pour lire "la frontière" et je suis bien incapable d'expliquer la raison. Sans doute que la première fois, je n'étais pas spécialement disposé à ce genre de lecture. Quoi qu'il en soit, ce livre de moins de 400 pages aura été vite lu au gré d'une histoire parfois compliquée par ses innombrables pistes. Zambudio est un envoyé spécial d'un quotidien espagnol chargé d'enquêter sur une série de crimes atroces survenus à Ciudad Juarez, ville frontalière où s'entassent multinationales, bars et discothèques autour d'un désert jonché de cadavres. L'histoire commence de suite et on apprend, comme le héros, ce qui se trame dans cette ville où l'on dit que même le diable a peur d'y venir. le premier tiers du livre est une vraie réussite, on y rencontre beaucoup de personnes, des témoignages, des vérités et des mensonges, on nous présente toutes les facettes d'un pays au bord de l'implosion politique, nourri de corruption. Puis, au milieu, j'ai eu le sentiment de me noyer quelque peu. Non pas par une multitude d'effets mais par l'incapacité de déceler le vrai du faux. C'est typiquement le genre d'histoire où on se demande à qui faire confiance. Et en avançant vers la fin, le tempo du début reprend, ça s'accélère. Avec, pour moi, une fin aussi surprenante que bien foutue. C'est ce que j'aime dans un livre ou dans un film : que la fin nous fasse cogiter et qu'elle reste en mémoire, en se posant des questions. Si on a affaire à un peu de fatalité, Patrick Bard expose une réflexion très intéressante sur le déploiement des forces de la CIA à travers le monde et sur les conséquences qui en découlent.
En résumé, j'ai beaucoup apprécié cette lecture qui m'a permis de sortir de mon cadre Europe/USA en visitant une partie du Mexique, en y découvrant un mode de vie différent, une misère touchante, un peuple meurtri et un personnage principal qui, en venant travailler dans cette ville, plonge droit en enfer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
jeranjoujeranjou   24 janvier 2015
- Alors on va faire un tour. Je peux conduire ?

Zambudio objecta timidement que la VW de location n’était sans doute pas assurée pour elle.

- Guero, ici c’est le tiers-monde, on ne s’assure pas. Si on a un problème avec les flics, on arrangera ça avec une mordida à 100 pesos, ça coûtera moins cher, lança-t-elle d’un ton définitif en s’asseyant à la place du chauffeur.
Vous savez quel est le deuxième pays le plus corrompu au monde ? Le Mexique. Et le premier ?

Comme Toni la regardait d’un air interrogateur, elle éclata de rire en répondant :
- Le Mexique, cabron, mais nous avons payé le jury très cher pour être deuxième.

Elle venait de griller un feu rouge.


Version longue (elle c’est Guadalupe Vidal, Toni c’est un journaliste espagnol)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
jeranjoujeranjou   23 janvier 2015
- Vous savez quel est le deuxième pays le plus corrompu au monde ? Le Mexique. Et le premier ?
Comme Toni la regardait d’un air interrogateur, elle éclata de rire en répondant :
- Le Mexique, cabron, mais nous avons payé le jury très cher pour être deuxième.


Version courte (elle c’est Guadalupe Vidal, Toni c’est un journaliste espagnol)
Commenter  J’apprécie          141
Charybde2Charybde2   06 juin 2017
Frontière américano-mexicaine.
7 septembre 1996. Ciudad Juárez, État de Chihuahua, Mexique.
En comptant aujourd’hui, ça faisait dix jours.
Dolores Guevara s’appuya au lavabo crasseux, le regard perdu dans le labyrinthe des fêlures de la céramique.
Là où aurait dû se trouver un miroir, deux carreaux de faïence manquaient.
Elle s’était abîmée dans la contemplation du plâtre boursouflé que l’humidité décollait du mur. Une quinzaine de femmes vêtues comme elle de blouses roses s’entassait à grand-peine dans le local exigu, devant une porte close. À intervalles réguliers, la porte s’ouvrait, une des femmes sortait, sac à main sous le bras, tandis qu’une autre allait s’enfermer à son tour dans les toilettes séparées par des cloisons à mi-hauteur.
Les visages aux pommettes hautes étaient indéchiffrables.
La lumière verticale, artificielle, accrochait des reflets d’or sur les peaux olivâtres couvertes d’une fine pellicule de sueur.
L’une des femmes se tourna vers Dolores.
– Toujours rien ? elle chuchota.
– Non. Tu me l’as apporté ?
L’autre balaya la pièce d’un bref mouvement circulaire de la tête et glissa discrètement un sachet de plastique dans la poche extérieure de la blouse de Dolores.
Après que chacune d’elles eut séjourné dans le réduit malodorant, elles quittèrent ensemble la pièce pour emprunter un couloir aux murs fraîchement repeints de jaune.
Les semelles de leurs chaussures de sport crissaient sur le revêtement plastifié gris posé sur le sol de béton. Elles débouchèrent dans une salle d’attente meublée d’une vingtaine de chaises pliantes en contreplaqué et prirent place en silence, fixant une porte entrouverte.
Ici, pas de table basse, ni de revues usées à force d’avoir été feuilletées.
Nulle conversation à voix basse. Rien d’autre que le bourdonnement d’un tube de néon défaillant, une rumeur lointaine de machines.
Une voix féminine aboya un nom.
Une des blouses se leva, franchit la porte, la referma derrière elle, puis ressortit presque aussitôt pour quitter la salle d’attente et disparaître par le couloir.
Elles n’étaient plus que trois lorsque la voix l’appela.
Dolores Guevara jeta un regard de noyée à sa voisine de gauche et pénétra dans le bureau.
Une table, un ordinateur, un téléphone, une lampe à abat-jour.
Ni fenêtre, ni siège pour s’asseoir devant la table.
La surveillante, vêtue d’une blouse et d’un bonnet de coton blancs, l’attendait en pianotant sur le clavier. Les informations apparues à l’écran se reflétaient dans les verres épais de ses lunettes. Elle recula le fauteuil à roulettes d’un geste sec du pied.
– Alors, tu les a eues, cette fois ?
– Oui, madame, répondit Dolores en tendant le sachet de plastique transparent qu’elle venait d’extraire de sa poche.
La surveillante ganta ses mains de latex pour examiner la chose à la lueur de la lampe. Dolores remit en place une mèche de courts cheveux noirs qui lui chatouillait la nuque. Les ailes de son nez légèrement épaté frémirent lorsque l’autre releva la tête.
– Tu te fous de moi ?
– Non, madame, je vous jure que…
– Il est sec, ce sang, coagulé depuis trois heures au moins.
Elle brandissait le tampon périodique ensanglanté prisonnier de la poche.
– Baisse ta culotte !
Le visage de Dolores se ferma.
– Si je refuse ?
La surveillante montra la porte du menton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kathelkathel   14 juin 2011
Zambudio avait coupé à droite, par un sentier, une ruelle sans nom, comme le lui avaient indiqué les gosses, puis il était descendu vers un groupe de cabanes en contrebas. Tous le regards convergeaient vers lui. A mi-pente, il s’était arrêté, avait pénétré dans une petite allée entre deux huttes de carton. Un homme assez jeune étai occupé à fracasser à coups de marteau une vieille batterie de voiture, tandis qu’un autre, plus vieux, contemplait le crépuscule naissant dans un fauteuil à bascule qui avait connu des jours meilleurs, quelques années plus tôt. A l’extérieur de la cahute, une vieille femme s’escrimait à allumer, avec des brindilles, un four de fortune en terre séchée pour y cuire des tortillas de maïs. Toni avait lancé un timide « Bonjour ! » à la ronde. Un bébé dormait dans un berceau bricolé à l’aide de bois de caisses d’emballage. Sur le flanc de la couche de fortune, un plaisantin avait écrit : « Ne pas déranger, les mecs. Je bosse. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
StemilouStemilou   07 mai 2011
Les mexicains l’appelaient le « Mur de la honte », demandant avec ironie si le président des USA viendrait un jour de ce côté de la frontière pour déclarer : « Soy mexicano », comme Kennedy naguère à Berlin.
Les sans-papiers traversaient désormais par le désert, risquant la mort par insolation en été, par hypothermie en hiver, pour échapper aux hélicoptères, aux chiens et aux jumelles à vision nocturne de la migra.
En un peu plus de deux ans, près de quatre cents infortunés candidats avaient laissé leur peau à ce jeu sordide du chat et de la souris.
Zambudio descendit vers la berge. Des remugles écœurants montaient de l’eau noire. Une immense fresque représentant Che Guevara était peinte à même le sol en pente, narguant l’Amérique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Patrick Bard (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Bard
Vidéo de Patrick Bard
autres livres classés : multinationalesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Et mes yeux se sont fermés

Quel est le thème évoqué dans l'histoire ?

la déscolarisation
le terrorisme
la radicalisation

11 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Et mes yeux se sont fermés de Patrick BardCréer un quiz sur ce livre
.. ..