AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748520599
Éditeur : Syros (25/08/2016)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 107 notes)
Résumé :
Tout le monde change durant l'adolescence. Maëlle n'est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s'habiller, quitte son petit ami... Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. S'il y a une chose qui ne change pas chez Maëlle, c'est son caractère déterminé. C'est pour sauver le monde que, victime d'un rapt mental, elle rejoint les comb... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
gambadou
  02 octobre 2016
Je suis assez dubitative sur ce livre qui parle de la radicalisation d'une adolescente qui va partir faire le djihad en Syrie mais qui va revenir.
Dans mon esprit, il s'agissait d'un roman pour ados qui montrait clairement les dérives de l'embrigadement. Or je trouve que la façon dont il est écrit (roman chorale) laisse peu de places à l'explication de la manipulation et fait la part belle à la conspiration elle-même. du coup j'ai peur que les ados se précipitent sur l'idée que "l'Occident détruit le monde", que "les laboratoires pharmaceutiques font tester leurs médicaments sur les enfants des rues en Afrique", et que "l'Occident dissimule des messages à caractère sexuel dans les dessins animés" ...
De plus, si Maëlle/Ayat revient en France, ce n'est pas parce qu'elle s'est rendu compte de son erreur, mais parce que, enceinte, elle a eu peur des bombardements de la coalition... et même si elle est parfois déçue par ses conditions de vie en Syrie, elle veut partir pour élever son enfant "dans l'amour, le respect et la crainte du Très-Haut, loué soit son nom".
C'est donc un roman chorale où chacun revient sur la radicalisation de Maëlle. Chaque chapitre est écrit par une personne différente : Maëlle bien sûr mais aussi sa soeur Jeanne, sa mère, un professeur, son amoureux, une élève musulmane (la seule à avoir vu l'embrigadement), une fille avec qui elle est partie en Syrie ...
Cette suite de témoignages ne nous aide pas à avoir de l'empathie pour Maëlle. J'ai été dérangée par le fait que l'auteur explique très peu, juste à travers la soeur Jeanne, comment se protéger de la manipulation. J'ai été gênée par le témoignage de son amie partie avec elle en Syrie, qui habite dans une maison tout en marbre et qui traite Maëlle de traître. J'ai été choquée par le passage où Jeanne enfile le niqab de sa soeur et y trouve un certain réconfort ... Bref, par tous les aspects "positifs" de l'islam radical.
Un livre certainement intéressant mais à ne pas mettre entre toutes les mains, ou alors avec une belle discussion à la clef et des éléments concrets comme le site du gouvernement ou un site sur les hoax. Il peut vraiment prêter à confusion chez des ados en manque de repère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MMChretien
  20 septembre 2017
Ce sont les yeux de Maëlle qui se sont fermés peu à peu, au cours de sa seizième année, lorsqu'elle a été happée par l'insidieuse stratégie de Daesh pour embrigader de jeunes recrues occidentales : un regard qui se ferme à la réalité du monde, au raisonnement objectif, à l'esprit critique, à l'insouciante adolescence pour basculer de la lumière vers l'obscurantisme. le roman de Patrick Bard se présente à la manière de témoignages croisés de Maëlle, qui ouvre et ferme le récit, et des membres de son entourage, évoquant ce basculement progressif. Au moment où s'expriment sa mère, sa soeur, son professeur, son ex petit ami, une « soeur » du djihad et bien d'autres, l'adolescente est revenue de Syrie, portant un enfant en son sein. Elle a fui craignant pour la vie de son bébé, laissant là-bas un mari imposé, ses idéaux de justice et ce mirage d'une vie meilleure.
Tour à tour les personnages s'expriment et reviennent sur les mois qui ont précédé le départ de la jeune fille pour la Syrie, les changements qui ont affecté son comportement, ses goûts, ses idées, ses relations avec les autres. Ce roman glaçant, dérangeant, évoque le processus de radicalisation qui touche certains adolescents que les sbires experts en communication de Daesh ont pris dans leurs filets, et rappelle que bien souvent les victimes sont des enfants qui n'ont pas reçu d'éducation religieuse ni n'ont grandi au sein d'une culture musulmane. Il met en évidence le rôle de la communauté, les « soeurs », les « frères », et des réseaux sociaux dans la stratégie de lavage de cerveau qui est alors opérée, qui isole progressivement le jeune de son entourage familiale et social. le groupe va chercher les adolescents sur leur terrain de jeu-même : les technologies de la communication, Facebook, SMS, selfies... La diffusion de théories du complot et d'antiaméricanisme est également soulignée, qui constitue un levier pour dérouter et persuader des adolescents épris de justice et d'égalité comme l'est le personnage de Maëlle. L'organisation terroriste s'appuie sur leurs goûts ou leurs traits de caractère pour les révolter et les embrigader : une fragilité, un coté rebelle, le refus des injustices, l'amour des enfants ou de la nature... le choix de témoignages multiples montre aussi l'impuissance de l'entourage et le sentiment de culpabilité qui s'empare de lui une fois qu'il est trop tard : le regret d'avoir vu les nombreux indices du changement, les signes avant-coureurs de la radicalisation, et de n'avoir pas su réagir à temps, minimisant la situation, l'attribuant à la simple crise d'adolescence.
Toutefois l'ouvrage manque parfois de condamnation, de pédagogie, d'explications sur ce qui est arrivé à Maëlle, et les moyens de s'en préserver. Il se contente de livrer les témoignages des uns et des autres, des plus naïfs aux plus radicaux, et si le lecteur adulte saura faire la part des choses, le public adolescent visé aurait peut-être besoin de davantage d'analyse critique de la situation et des discours véhiculés par les différents personnages, notamment ceux des jeunes filles radicalisées, qui font presque l'éloge de la vie qu'elles ont mené en Syrie. le personnage de Maëlle demeure ambigu, évoquant avec une quasi nostalgie certains moments passés là-bas, et avec bien trop de légèreté la barbarie à laquelle elle a assisté, ce qui montre soit son immaturité, soit la profondeur à laquelle se sont enracinées dans son esprit les idées qui lui ont été mises en tête. Seule le personnage d'Aïcha de la cellule de désembrigadement apporte quelques éléments de compréhension de ce qui se joue chez ces jeunes. Si l'écriture est simple et accessible, dès le collège, l'arrière plan contextuel l'est beaucoup moins : lorsqu'il évoque pêle-mêle Mohamed Merah, Israël et la Palestine, le Mossad, Bachar Al-Assad, le 11 septembre... l'ouvrage fait appel à une bonne connaissance de l'actualité et un recul critique assez poussé chez le lecteur, que bon nombre d'adultes ne possèdent déjà pas sur des sujets aussi délicats. Sans oublier que nos ados avaient à peine dix ans lors des tueries de Merah, et n'étaient même pas nés au moment des attentas du 11 septembre 2001, ils n'en conservent pas le même traumatisme que leurs aînés. Un livre intéressant donc sur la manipulation mentale et la radicalisation des adolescents, mais à ne pas mettre entre toutes les mains sans accompagnement. Plutôt niveau lycée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PlumeVive
  31 octobre 2016
C'est la thématique de "Et mes yeux se sont fermés" qui m'a intriguée: la radicalisation. Comment peut on embrigader une personne tout à fait ordinaire et la pousser à se battre pour n'importe quelle cause ? Si ce sujet m'a intéressé, c'est qu'il est assez peu courant. En effet je ne me souviens pas d'avoir déjà lu un roman sur ce thème, et je n'avais qu'un léger début de réponse à cette question que tout le monde se pose en ce moment, trouvée avec le roman Kinshasa Dreams.
Cette fois, l'histoire est celle de Maëlle qui du haut de ses 16 ans, décide de partir en Syrie, afin de sauver le monde pense t-elle. Cette jeune fille somme toute assez banale, choisit alors de tout quitter, et de changer de vie.
Racontés à travers de nombreux points de vues différents (Maëlle, sa mère, sa soeur, sa conseillère lors de son retour de Syrie, son ex petit ami, une camarade de classe...) nous découvrons peu à peu le parcours de Maëlle, comment elle en est arrivée là...
Si on considère seulement ce roman, à la façon dont il a répondu à ma question " comment certaines personnes tout à fait ordinaires se font embrigader ?". Je n'ai pas eu de réponse (ce que je n'attendais pas réellement) mais pas non plus de début de réponse (sauf à un léger moment avec la conseillère) et ça c'est un peu plus problématique, car c'était mon horizon d'attente pour ce livre.
Le problème vient essentiellement du fait que nous ne sommes pas souvent dans les pensées de Maëlle et si cela a un avantage, car c'est un autre côté, les réactions de son entourage qui sont mis en avant, cela ne nous permet pas de comprendre psychologiquement son changement !!! Et c'est un peu dommage. le but de cet auteur n'est donc pas de nous faire comprendre le changement en elle, mais autour d'elle dans son comportement, dans ses relations avec les autres. L'avantage d'un panel aussi large de personnages, et de nous permettre à la fois d'avoir l'avis de sa soeur comme de son prof. Des avis très différents qui nous laisse entrevoir une réalité complexe.
Le cas du personnage de Maëlle est assez intéressent dans le sens où c'est une jeune fille intelligente, curieuse, révoltée, qu'on n'imaginerait pas tomber dans ce piège insidieux.
Et pourtant... J'avoue que j'avais un peu du mal à retrouver dans ce personnage dont on découvre les pensées quelques fois, l'individu décrit par les autres narrateurs de cette histoire. Je n'éprouvais que peu d'empathie pour elle, elle n'avait rien de cette description de jeune fille intelligente, curieuse, révoltée. Sans doute, un choix de l'auteur pour nous montrer à quel point les gens changent?
La partie qui se déroule en Syrie, est assez courte, et peu explicite, tout est vite racontée en quelques pages. Et même si je le comprend car ce n'est pas le sujet du roman, cela m'a un peu dérangé. Cette section manque de description tant dans leurs conditions de vie, que dans leurs motivations et leurs actions.
Pour ce qui est de la fin ( fin où l'auteur a décidé de faire quelque chose que je déteste: réssusciter un personnage) cela ne m'a pas plus dérange que ça. En effet, ce n'est pas la partie la plus intéressante selon moi du roman, et comme je le disais précédemment je m'étais peu attachée à Maëlle. Cette nouvelle ne m'a donc pas ému outre mesure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
letilleul
  13 juin 2016
Nul doute que ce roman marquera les esprits. Patrick Bard se lance dans une collection pour adolescent mais ce romain est pour tous. Il décrit la psychologie, les motivations de Maelle, 16 ans au coeur de la recherche identitaire de l'adolescence. Ici la jeune fille devient Ayat et rejoint les combattants de Daech.
Un roman d'actualité, un roman de societe, peut être un peu trop même !
Commenter  J’apprécie          150
nightsreadings
  23 octobre 2016
Avec ces récits de plus en plus nombreux, il était temps que je me lance dans la lecture d'un de ces livres. Oui, le sujet n'est pas joyeux ; oui, c'est totalement fou ; oui, ça nous choque. Mais vous savez quoi ? On a besoin de ce coup de pied aux fesses. Et Bard a bien compris comment s'y prendre.
Maëlle a 16 ans et mène une vie ordinaire : mecs, soirées, disputes avec sa mère. Tout ça, elle gère. Et puis, un jour, elle aime une page facebook. Ce que Maëlle ne sait pas, c'est qu'elle met le doigt sur une pieuvre qui la happe. La propagande DAESH est si forte qu'elle part en Syrie. On lui a promis le Paradis et elle découvre l'Enfer sur terre.
Comment est-elle devenue Ayat ? Pourquoi a-t-elle adhéré à une organisation terroriste qui lui est totalement étrangère ? Comment se passe le retour de ces jeunes embrigadés ? Autant de questions que le livre aborde. Patrick Bard donne à son récit des allures de témoignages avec la polyphonie sur le départ en Syrie puis son retour. Chaque chapitre donne la parole à un personnage : Maëlle, sa famille, son prof, son petit-ami, son futur mari de DAESH, son amie radicalisée et restée en Syrie… Tour à tour, P. Bard nous dresse le portrait d'une ado ordinaire, passée de l'athéisme au radicalisme par le biais de facebook, une jeune-fille que l'on a convaincu qu'elle allait sauvait le monde. N'attendait pas de réel récit avec une histoire chronologique : les personnages ne sont pas décrits et certains évènements restent flous. Cela aurait pu me déranger, mais l'auteur fait en sorte que l'on soit véritablement happé par le récit, si bien que l'on s'en fiche. Les thèmes que l'on connaît bien sont abordés mais sous un nouvel angle et d'autres plus inconnus sont développés pour changer notre regard tout en nous prévenant. Radicalisation par Facebook, conditions de vie des femmes sous DAESH, le problème des retours des embrigadés… L'auteur supprime aussi tout pathos pour ne pas tomber dans le mauvais mélodrame et préfère nous laisser nous forger notre avis. La folie DAESH est si bien retranscrite que l'on est gagné par l'horreur devant tant de paranoïa et de lavage de cerveau. On est pétrifiés car nous sommes aussi impuissants que les parents de Maëlle en se disant qu'on aurait pu dire les mêmes choses qu'eux. On ne lit pas ce livre pour se détendre mais pour s'informer. le livre nous prévient des moyens de propagande de DAESH tout en nous montrant parfaitement où cela mène, nous laissant glacés par l'effroi.
Un extrait ici : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2016/10/et-mes-yeux-se-sont-fermes.html
Lien : http://lecturesdunenuit.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
42seligmann42seligmann   20 octobre 2017
Parfois je me demande si je ne suis pas morte.
Commenter  J’apprécie          20
MagalireMagalire   29 juillet 2017
Un roman à l'approche journalistique qui couvre un événement a priori intime mais dont les conséquences dépassent très largement la sphère familiale. L'adhésion progressive mais absolue d'une adolescente de 16 ans à la cause de l'État islamique. Plus qu'un seul témoignage, le processus est montré a posteriori au travers des points de vue de celles et ceux qui ont aidé, suivi ou subi son embrigadement. La manipulation orchestrée via les réseaux sociaux, les contre-arguments avancés, le repli identitaire et religieux, toutes les expressions de la théorie du complot nous sont ainsi dévoilées -sans mauvais jeu de mots...- Revenue miraculeusement de Syrie, veuve et enceinte, la jeune femme doit réapprendre à vivre dans son pays natal mais un retour en arrière est-il seulement possible ? Peut-on faire le deuil d'un idéal auquel on a voulu croire ? Un livre captivant, loin d'être manichéen, qui donne à réfléchir. Ce roman destiné aux adolescents gagnera à être accompagné auprès des publics fragilisés ou en voie de radicalisation. En effet, la description du processus et les arguments énoncés promeuvent
la cause... pour mieux la dénoncer. Un lecteur averti s'en apercevra au terme de l'ouvrage, pas forcément un lecteur moins expérimenté ou abandonnant la lecture en cours d'exposé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   13 janvier 2017
L'idée que j'ai été manipulée, c'est ça le plus dur à avaler. Des fois, j'ai envie d'aller sur Facebook, de parler avec mes soeurs pour me rassurer. On faisait ça tout le temps, elles m'entouraient vraiment beaucoup. Mais Maman a coupé ma connexion Internet et je n'ai même plus droit au portable. Confisqué. Je ne me suis jamais sentie aussi seule. Elle ne comprend pas que Maëlle ne reviendra jamais, que je demeurerai Ayat, que c'est pour toujours, à présent. Elle ne comprend pas que, même après tout ça, je porte encore un foulard - à peine un hijab ! - et que je ne mange plus de porc. L'autre jour, elle m'a surprise à genoux, en prière sur le tapis. Elle s'est mise à hurler que j'étais de nouveau avec eux. Elle a appelé les gens de la cellule de désembrigadement, mais même eux n'ont pas réussi à la rassurer. Pour finir, sur les conseils de Papa, Maman a démonté la porte de ma chambre pour pouvoir me surveiller nuit et jour. Il faut bien qu'elle dorme, pourtant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KawaneKawane   30 juin 2017
Elle a remis ça avec ses histoires de Syrie. Elle prétendait qu'il ne suffisait pas d'envoyer de l'argent, qu'il fallait que je parte là-bas. Que c’était ce qu'elle allait faire.
Je lui ai répondu que ce n'était pas mon combat. Que si je devais m'engager dans quelque chose, ce serait ici, en France, pour lutter contre le racisme dont nous étions doublement victime en tant qu’immigrés de la troisième génération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nightsreadingsnightsreadings   23 octobre 2016
« Je suis veuve, deux fois veuve, et je n’ai que seize ans. Mon premier mari a été pulvérisé par une roquette avant que j’aie eu le temps de le rencontrer. Ils ont tué le second quand nous avons fui la Syrie ensemble. »
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Patrick Bard (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Bard
ET MES YEUX SE SONT FERMÉS - Auteur : Patrick Bard - Éd. SYROS. L?histoire d?une adolescente française revenue de Syrie. Date de parution : 25/08/2016 - Dès 14 ans À priori, Maëlle n?est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s?habiller, quitte son petit ami? Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. C?est pour, croit-elle, sauver le monde, qu?elle rejoint l?organisation Daech. Un an plus tard, Maëlle revient pourtant de Syrie.
autres livres classés : embrigadementVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Et Mes Yeux se Sont Fermées

Quel est le prénom de Maëlle ?

Perle De Cristal
ayat
Annima

15 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Et mes yeux se sont fermés de Patrick BardCréer un quiz sur ce livre
. .