AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1542045312
Éditeur : Amazon Publishing (14/11/2017)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Lorsque le Professeur Lazreg, éminent cancérologue, annonce à Régis Gaudin que la tumeur qui le ronge ne lui laisse plus que six mois à vivre, ce dernier reçoit la nouvelle avec une indifférence qui frise la bravade. Pourtant, le détachement dont il fait preuve est bien réel. Enfant surdoué, thésard à 19 ans et brillant astrophysicien, Régis Gaudin est un véritable asocial qui vit reclus dans son bel appartement parisien, avec pour seule distraction les jeux télévis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  28 octobre 2017
J'ai eu la chance de dévorer en avant première Six mois à tuer, de Enzo Bartoli, grâce au site Net Galley et aux éditions Amazon Publishing France.
Court roman, qui m'a vraiment scotché, surtout la fin !
Régis Gaudin est un homme asocial, renfermé sur lui-même et qui n'a plus que six mois à vivre, car atteint d'un cancer très agressif. Pourtant cet homme est brillant, il a soutenu une thème a l'age de 19 ans, et est un brillant astrophysicien. Mais il n'a plus que six mois à vivre, reclus chez lui car il n'aime pas sortir... Et son plus grand plaisir actuellement est de regarder les jeux de TF1 à 19 heures !
Mais Régis n'avait pas prévu rencontrer Chloé, une jeune femme qui lui fait une proposition... déconcertante, et c'est peu dire !
Il y a énormément d'humour noir dans ce court roman, très bien ficelé et vraiment captivant.
Régis n'est pas un personnage exceptionnel, au départ je me suis dit que lui et moi ça n'allait pas trop accrocher.. mais en fait si :) Il est attachant le bougre, et je l'ai apprécié.
J'ai aimé l'histoire, l'ambiance de ce roman et le fait qu'il y ai énormément de rebondissements.
Je m'attendait à un roman classique mais pas du tout, je ne pouvais vraiment pas deviner cette fin. J'avais des doutes concernant un ou deux trucs, mais je ne pensais pas du tout que les choses tourneraient ainsi :)
Excellente surprise donc que ce Six mois à tuer, que je vous recommande chaudement et à qui je mets quatre étoiles et demie :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mjaubrycoin
  10 novembre 2017

Quelle agréable surprise qu'un livre drôle, bien écrit qui manie l'humour noir et l'ironie à la perfection et nous entraine hors des sentiers battus de la fiction de loisir .
Regis Gaudin est un scientifique talentueux que son intelligence exceptionnelle handicape profondément à tel point qu'il fuit les rapports sociaux pour se gaver de chips devant des jeux télévisés insipides. Malheureusement pour lui, il est atteint d'un cancer et son diagnostic vital est engagé puisque son médecin ne lui donne plus que six mois à vivre...
C'est au moment où il apprend cette terrible nouvelle qu'une jeune femme entre dans sa vie, l'intrépide Chloé qui va lui proposer de pimenter ses derniers moments sur terre en contribuant à la débarrasser des nuisibles qui l'encombrent, à savoir ceux que l'on préfèrerait voir morts que vivants . Puisqu'il n'a plus rien à perdre, à quoi bon s'encombrer de scrupules tant les crapules méritant la mort prolifèrent au détriment de tous.
Choqué au départ par cette proposition pour le moins inhabituelle, notre héros va pourtant céder aux charmes de la tentatrice qui fera équipe avec lui pour l'aider dans son passage à l'acte.
Et ce récit est d'une drôlerie irrésistible tant on imagine mal cet astrophysicien perturbé et malade, dans la peau d'un tueur chargé de remplir un contrat ! Je n'ai pu m'empêcher au long de ma lecture, d'évoquer le personnage principal de la série à succès "Big Bang Theory", Sheldon Cooper scientifique de haut niveau, au comportement irrésistible provoqué par un syndrome d'Asperger qui réjouit son public fidèle avec ses foucades depuis tant d'années.
Enzo Bartoli rend son histoire crédible par une foule de petits détails précis et on ne peut s'empêcher de tourner les pages pour voir ce qui va arriver par la suite, signe qu'il s'agit là d'un très bon roman dans sa catégorie et que l'irrévérence dont l'auteur fait preuve, eu égard au discours bien pensant qui conduit certains à l'auto-censure pour ne pas choquer , est signe d'une vitalité de la littérature de distraction qu'il faut encourager et diffuser.
Bien sûr je vais largement recommander ce livre que j'ai lu d'une traite avec délectation et j'espère que l'auteur reprendra prochainement la plume dans le même registre de l'humour noir que j'apprécie particulièrement et qui ne ma parait pas suffisamment représenté sur la scène littéraire contemporaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
cristal20
  26 juin 2018
J'ai découvert Enzo Bartoli grâce à Agnès du blog Destinations Passions et depuis, j'ai avalé ses romans les uns à la suite des autres. Je suis une grande fan des enquêteurs du 36 Quai Des Orfèvres, Pascal Guilbert et le capitaine Guilhem Lanternier, surnommés respectivement Tonton et Beau Gosse, qui forment une équipe de choc. Je me réjouis déjà du prochain livre « Sous le pavé des morts » sorti en mars et qui m'attend sagement dans ma liseuse.
Mais revenons à Six mois à tuer. le titre est on ne peut plus clair, même si cela peut porter à confusion. Il suffit de lire la quatrième de couverture pour comprendre que ce n'est pas un roman ordinaire. Non ! Pas avec Enzo Bartoli. Cette histoire sort des sentiers battus et j'ai apprécié le personnage principal, avec tous ses défauts et les qualités qu'il renferme au fond de lui.
Astrophysicien au QI de 162, Régis Gaudin apprend par son cancérologue que sa tumeur est incurable. Il ne lui reste que l'équivalent de six mois à vivre. Comme c'est expliqué dans le résumé, Régis encaisse la nouvelle sans la moindre réaction. Il résumera cet état de fait comme une fin salvatrice, puisque Régis est un asocial. Il n'aime pas la compagnie des autres et pourtant…
Il compte finir ses jours dans son canapé à regarder les jeux télévisés. Mais une rencontre va changer la donne : Chloé Schneider. Cette jeune femme pétillante et peine d'entrain va lui faire une proposition qui d'abord le choquera quelque peu. Au final, il acceptera ce contrat tacite et deviendra la main vengeresse des petites gens.
Un roman noir qui ne manque d'humour, malgré le sujet délicat du cancer et des dernières réflexions d'un homme condamné. Régis Gaudin est le monsieur tout le monde qui passe inaperçu, la dernière personne qu'on penserait être un tueur en série.
Le final m'a vraiment scotchée. J'avais une petite idée de ce que réservait l'auteur à son personnage mais là… Une fois de plus, j'ai été surprise.
Bref, une très belle lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Root
  04 décembre 2017
Cloisonné dans son 100m2 du 6ème arrondissement, Régis vit très bien sa marginalité. Quand son médecin lui annonce qu'il lui reste six mois à vivre, il se rend tranquillement aux pompes funèbres pour préparer ses obsèques. S'il n'a rien fait d'extraordinaire jusque là, ce n'est pas sa mort prochaine qui va le mettre en ébullition. C'était sans compter sur sa rencontre avec la mystérieuse Chloé, qui lui propose de mettre à contribution le temps qu'il lui reste en supprimant quelques-uns de ses concitoyens…
« Récit glaçant d'un tueur en série »… Polar, thriller ? Six mois à tuer, à prendre au sens littéral, est noir et très drôle. Décalé et inclassable.
Archétype de l'anti-héros, Régis est irrésistible. On s'attendrait à une once de contrition de sa part, mais une fois lancé, il prend son rôle de « nettoyeur » très au sérieux et déploie des trésors d'inventivité, ravi de se révéler à lui-même. Il n'avait rien fait de si excitant depuis les championnats du monde de Rubik's cube. Et puis qui irait soupçonner la vocation d'assassin de monsieur tout-le-monde? Régis balaie aisément les doutes semés par ses maladresses. Chloé est plus difficile à cerner. Ne veut-elle qu'offrir six mois d'adrénaline à un condamné ? Sûrement pas. de Paris à Ibiza en passant par la mafia albanaise, il faudra suivre ce drôle de duo jusqu'au bout pour découvrir le fin mot de l'histoire.
Un roman vif et gonflé qui se lit d'une traite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Valettesangpages
  09 janvier 2018
Un livre que j'avais vu passer et qui, je le reconnais, ne m'avait pas vraiment interpellée...Sans doute la couverture qui n'avait pas fait son effet boeuf - j'achète ! Allez savoir !
Mais comme il ne faut pas se fier aux apparences et qu'en plus j'ai été contactée par Amazon Publishing pour organiser un événement autour de ce livre ( Stay tuned, ça va venir !!! 🙂), je me suis laissée tentée et j'ai bien fait. Quel gâchis si je n'avais pas accepté !
"Six mois à tuer" n'est pas un polar ni un thriller. N'attendez donc rien dans ce genre, je vous le dis de suite. "Six mois à tuer" est un fabuleux roman noir comme je les aime, avec cette touche d'humour littéralement jubilatoire !
Régis Gaudin, asocial, décalé, hors du temps méprise l'humanité tout entière et le fait qu'il lui reste 6 mois à vivre ne va pas l'améliorer...bien au contraire...
Un personnage terne qui s'avère en fait haut en couleur. Un vrai anti-héros. On y retrouve d'ailleurs, ce petit air de "Breaking Bad" avec ce truc qui fait qu'on ne sait plus très bien si le héros est un pourri fini ou un vrai Robin des Bois et ça c'est diablement bon.
Un récit à la première personne bourré d'humour et de sarcasme. Un de ces trucs tout simple en apparence qui lorsqu'on creuse, lorsqu'on s'interroge, lorsqu'on lit entre les lignes, nous donne cette substance forte et perturbante. Un de ces livres que tu termines, que tu poses et qui te fait réfléchir...
Peut-être que la raison qui fait que l'on devient un tueur a une réelle incidence sur nous ?
Tuer c'est tuer...et pourtant ?
Ce genre d'histoire nous donne la vague sensation que cela fait une différence...
Crochée dès la première page, je n'ai pu le lâcher et l'ai clairement dévoré. Emportée dans la tumulte de cet homme hors du commun.
J'ai adoré cet humour noir, ce côté décalé, sarcastique et je vous le dis mais ne le répétez à personne 😜 C'est tellement bien fait je n'ai pu m'empêcher de me mettre à sa place et de me demander ce que j'aurais fait moi ? Où se situe le bien et le mal quand on y met des contextes ?
Le final est excellent. Un de ceux qui suscite bien des interrogations. Bref, y a rien à jeter. C'est du très bon et y a pas de raison que vous vous en priviez ! Alors Hop !
Lien : https://sangpages.com/2018/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
puce6386puce6386   05 décembre 2017
Vautré sur un transat, il fixe d’un œil vitreux une nymphette métisse en monokini qui se dandine devant lui en prenant des poses lascives. Il tient un verre coloré à la main, probablement un cocktail explosif, et la cigarette mal roulée qu’il tient dans l’autre dégage de forts effluves de cannabis. Il oscille vaguement la tête au rythme de la musique. Je repense aux propos du barman du Bronco, cette boîte de nuit sordide où nous avions appris le départ de Nkomo : « Il est parti se mettre au vert »… C’est vraiment une façon à part de voir les choses quand on a l’occasion de contempler l’individu. Il est complètement défoncé et ne voit rien de ce qui se passe autour de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2017
Je repense au roman écrit par mon voisin. Je n’ai pas retenu le titre et n’ai pas dû atteindre le premier tiers, mais il me semble que cette fontaine était un élément important du décor. Le héros venait y lire avec sa copine, où quelque chose comme ça.
« Polyphème surprenant Galatée dans les bras d’Acis »
Je n’ai peut-être rien compris à son roman, mais je souviens parfaitement de l’histoire de cette fontaine. Comme je le faisais systématiquement gamin, j’avais appris par cœur la plaque explicative posée devant, lors de la même sortie scolaire. On avait sans doute fait le tour dans l’autre sens puisque c’était avant de finir dans le bassin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2017
C’est une femme qui m’accueille. Mauvaise nouvelle. Mes relations avec mes congénères étant déjà compliquées, c’est évidemment pire avec le sexe opposé. Mais bon, elle a plus de cinquante ans et n’est pas très séduisante dans sa robe de laine grise et sa veste de tailleur noire. Je devrais réussir à conserver mes moyens. En revanche, elle était déjà derrière son bureau qui m’était masqué par un reflet sur la vitrine. Il est fort possible qu’elle m’ait déjà vu passer et repasser et me prenne pour un demeuré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2017
Ce soir, je ne change rien à mes habitudes. D’aucuns pourraient y voir une forme de défi. Le sursaut de l’homme qui, se sachant condamné, va affronter la réalité avec le courage du désespoir, va faire face à la mort prochaine sans lui offrir le plaisir de le voir se liquéfier…
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14201 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre