AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782707302533
306 pages
Editions de Minuit (01/04/1957)
4.08/5   55 notes
Résumé :
Les êtres qui se reproduisent, les êtres reproduits, sont des êtres distincts entre eux, séparés par un abîme, une fascinante discontinuité. Mais, individus mourant isolément dans une aventure intelligible, nous gardons la nostalgie de la continuité perdue. L'activité sexuelle de reproduction, dont l'érotisme est une des formes humaines, nous la fit retrouver ; au moment où les cellules reproductrices s'unissent, une continuité s'établit entre elles pour former un n... >Voir plus
Que lire après L'érotismeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bataille commence par une définition de l'érotisme qu'il positionne comme une recherche psychologique indépendante e l'activité sexuelle et sa fin naturelle de reproduction.
La première partie ( la plus structurée: la seconde est une série d'études indépendantes par exemple sur Sade, l'inceste vu par Lévy Strauss..) est l'occasion pour Bataille d'exposer plusieurs de ses idées.

Il insiste particulièrement sur l'importance de la recherche de continuité (fusion dans l'univers, immortalité) de tout organisme, par opposition à la discontinuité (la mort). Ainsi la continuité est présentée comme la "substitution d'une continuité merveilleuse, entre deux êtres, à leur discontinuité persistante". L'érotisme est en cela proche du mysticisme, par d'autres moyens bien sûr.

Une autre idée a trait à la violence de l'érotisme: violation de l'être des partenaires, violation qui confine à la mort, au meurtre, afin d'atteindre l'être au plus intime. Avec un rôle particulier de la mise à nu, "équivalence sans gravité de la mise à mort".

Mais sûrement son point principal est il le rôle majeur l'interdit dans l'érotisme, ....via sa transgression. En cela il y a une proximité entre érotisme, mal et meurtre.

Quelques passages portent sur le rôle des femmes dans l'érotisme: je vous laisserais les découvrir, car je les pense critiquables, pour le moins!

Finissons avec la beauté (définie comme aversion à tout ce qui rappelle la forme animale) qui tient une place importante dans l'érotisme.... mais afin de pouvoir la profaner et finalement "exaspérer le désir à l'exaltation des parties animales".
Commenter  J’apprécie          70
Dans L'Érotisme, George Bataille fait la part belle à Satan contre la tentative de récupération des écrits de Sade par le nazisme. En effet, pour l'auteur, la littérature de Sade est essentiellement celle d'une victime. Il n'y a que les victimes pour décrire les tortures quand les bourreaux emploient nécessairement le langage hypocrite de l'ordre et du pouvoir établi. Chez Sade ( dans Les 120 journées de Sodome), le pouvoir des mots culmine quand il commande la répétition des corps, la faculté démonstrative, la fonction supérieure du langage, le raisonnement est lui-même une violence (Justine, La Philosophie dans le Boudoir), l'intention de convaincre se veut ici pédagogique : elle se confond avec la solitude et la toute-puissance, l'unicité et l'identité du démonstrateur. Il y a du Spinozisme chez Sade, pénétré d'esprit mathématique – infinie répétition, processus quantitatif qui additionne les victimes du raisonnement toujours solitaire de « l'instituteur » sadique.

Ce qui est en jeu dans l'oeuvre de Sade, c'est la négation dans toute son étendue et sa profondeur. Une esthétique de la décomposition se fait jour. D'où la déception du héros sadique puisqu'il sait que le crime absolue est impossible : il ne se console jamais en pensant que la douleur des autres lui fait plaisir. C'est l'Idée du Mal qui l'excite, pas les multiples tentatives de lui donner raison (idem en mathématiques) - c'est un délire de la monotonie – rechercher le sublime dans l'infâme (Les Infortunes de la Vertu), surtout lorsque l'on sait que cette invention nait de la solitude d'un cachot (26 ans…). Selon Hawthorne « Il y a dans ces latrines quelque chose de Dieu » - Rapport Politique : Lien avec Saint-Just – Institutions républicaines L'institution contre la loi et le contrat, une conception autoritaire de la république face à une fondation plus libérale pour imposer l'athéisme, la prostitution, le vol, le meurtre, en mouvement révolutionnaire perpétuel (Français, encore un effort…)…
Commenter  J’apprécie          10
une énigme, toujours actuelle.
A voir: le film d'André Labarthe, "Bataille, à perte de vue". Collection "un siècle d'écrivains" France 3
Commenter  J’apprécie          80
Dans cet ouvrage composite (Un essai intitulé "l'érotisme et la transgression" et 7 études sur des auteurs divers mais en rapport avec le principal) Bataille met constamment en relation Eros et Thanatos . Soit l''érotisme comme antidote à la mort (fusion vs séparation) soit l'érotisme comme transgression et violence . C'est intéressant mais tout de même considéré à peu près exclusivement du point de vue du mâle . Et j'ajouterai , parfois un peu nébuleux.
Commenter  J’apprécie          40
excellent essai de sociologie
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
La beauté importe au premier chef en ce que la laideur ne peut être souillée, et que l'essence de l'érotisme est la souillure. L'humanité, significative de l'interdit, est transgressée dans l'érotisme. Elle est transgressée, profanée, souillée. Plus grande est la beauté, plus profonde est la souillure.
Commenter  J’apprécie          60
L'homme nie essentiellement ses besoins animaux, c'est le point sur lequel portèrent la plupart de ses interdits, dont l'universalité est si frappante et qui vont en apparence si bien de soi qu'il n'en est jamais question.
Commenter  J’apprécie          60
Il n’est pas de sentiment qui jette dans l’exubérance avec plus de force que celui du néant.
Commenter  J’apprécie          130
In n'y a pas en chaque femme une prostituée en puissance,mais la prostitution est la conséquence de l'attitude féminine .
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Georges Bataille (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bataille
Yannick Haenel et son invitée, Linda Tuloup, lecture par Emmanuel Noblet.
Depuis plus de deux décennies, Yannick Haenel éclaire le paysage littéraire français de ses romans singuliers, où se concentrent les désirs multiples et où nous côtoyons, souvent avec jubilation, l'univers de personnages en quête d'absolu. Au cours de ce grand entretien, un format qui lui sied particulièrement, l'écrivain reviendra sur ses passions. La peinture d'abord (il a écrit sur le Caravage un essai inoubliable), mais aussi le théâtre (son Jan Karski a été adapté sur scène par Arthur Nauzyciel), la photographie (Linda Tuloup sera à ses côtés), l'histoire… On parlera aussi de littérature, de celle qui l'aide à vivre depuis toujours, d'écriture et de ce qu'en disait Marguerite Duras dont l'oeuvre l'intéresse de plus en plus, et de cinéma, vaste territoire fictionnel dont il s'est emparé dans Tiens ferme ta couronne, où son narrateur se met en tête d'adapter pour l'écran la vie de Hermann Melville, croisant tout à la fois Isabelle Huppert et Michaël Cimino…
Écrivain engagé, il a couvert pour Charlie Hebdo le procès des attentats de janvier 2015, en a fait un album avec les dessins de François Boucq, et continue de tenir des chroniques dans l'hebdomadaire. Son dernier roman, le Trésorier-payeur, nous entraîne à Béthune dans une succursale de la Banque de France, sur les traces d'un certain Georges Bataille, philosophe de formation et désormais banquier de son état, à la fois sage et complètement fou, qui revisite la notion de dépense et veut effacer la dette des plus démunis. Mais comment être anarchiste et travailler dans une banque ? Seuls l'amour et ses pulsions, le débordement et le transport des sens peuvent encore échapper à l'économie capitaliste et productiviste…
Une heure et demie en compagnie d'un écrivain passionnant, érudit et curieux de tout, pour voyager dans son oeuvre et découvrir les mondes invisibles qui la façonnent.
À lire (bibliographie sélective) — « le Trésorier-payeur », Gallimard, 2022. — Yannick Haenel, avec des illustrations de François Boucq, « Janvier 2015. le Procès », Les Échappés, 2021. — « Tiens ferme ta couronne, Gallimard, 2017 (prix Médicis 2017). — « Les Renards pâles, Gallimard, 2013. — « Jan Karski, Gallimard, 2009 (prix du roman Fnac 2009 et prix Interallié 2009) — « Cercle, Gallimard, 2007 (prix Décembre 2007 et prix Roger-Nimier 2008). — Linda Tuloup, avec un texte de Yannick Haenel, « Vénus. Où nous mènent les étreintes », Bergger, 2019.
Un grand entretien animé par Olivia Gesbert, avec des lectures par Emmanuel Noblet, et enregistré en public le 28 mai 2023 au conservatoire Pierre Barbizet, à Marseille, lors de la 7e édition du festival Oh les beaux jours !
Podcasts & replay sur http://ohlesbeauxjours.fr #OhLesBeauxJours #OLBJ2023
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Pratiques sexuellesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Culture et normes de comportement>Pratiques sexuelles (242)
autres livres classés : érotismeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (212) Voir plus



Quiz Voir plus

C'est mon quiz, mon Bataille, fallait pas qu'il s'en aille !

Ce qui est écrit est écrit, mais je ne comprendrai jamais pourquoi Georges en a fait toute une histoire :

L'oeil
Le sang

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BatailleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..