AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Hamish Macbeth tome 1 sur 34

Karine Guerre (Traducteur)
EAN : 9782226475374
252 pages
Albin Michel (27/04/2022)
3.5/5   428 notes
Résumé :
Policier du petit village de Lochdubh situé au beau milieu des Highlands en Écosse, Hamish Macbeth manque totalement d'ambition professionnelle mais il peut cependant compter sur son intuition naturelle pour mener à bien ses enquêtes. Ses qualités lui seront bien utiles quand le corps sans vie de Lady Jane Winters, langue de vipère notoire et participante au stage de pêche à la mouche du village, est retrouvé dans la rivière. Secondé par la délicieuse Priscilla Halb... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (129) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 428 notes
lyoko
  26 juillet 2020
Je ne suis pas toujours au fait des actualités en littérature et je découvre seulement cet autre héros créé pat MC Beaton. La fameuse Agatha ayant un côté parfois agaçant j'ai eu envie d'essayer cet autre univers de l'auteure.
Et franchement c'est pas mal. Mais on reste quand même dans la même catégorie que les Agatha Raisin. Hamish Macbeth a lui aussi un certain côté agaçant , par sa désinvolture ( quoique j'ai quand même fini par apprécié cette façon d'être au final). Et puis je l'ai trouvé très juste.
L'intrigue quand a elle se tient bien, et est même assez prenante.
Une belle découverte, sans regret une fois encore ... j'avais besoin de légèreté et il faut dire que MC Beaton a l'art pour cela.
Commenter  J’apprécie          714
Musa_aka_Cthulie
  08 juin 2022
Ah la la la la la la la  ! J'ai lu ce roman pour de mauvaises raisons et dans une mauvaise période. Rien n'allait, ni les essais de Peter Handke, ni la poésie de Louise Glück, ni rien du tout, en fait. Si j'ai lu Qui prend la mouche, c'est uniquement par paresse - j'ai bien essayé de me rattraper ensuite avec les deux auteurs précités, mais vu le résultat, il est évident que ma paresse n'est pas à mettre en cause (ce qui m'arrange bien).
Et puis j'avais choisi ce roman parce que, ma foi, les premiers tomes de la série Agatha Raisin, de la même auteure, étaient eux plutôt bien passés (je n'en demandais pas grand-chose, et peut-être est-ce là la clef d'une lecture satisfaisante, mais dans ce cas autant que j'arrête tout de suite de lire pour la fin des temps).
L'intrigue se déroule en Écosse, ce qui n'a aucune espèce d'importance. Il est question d'un stage de pêche à la mouche et du meurtre d'une femme odieuse. J'en ai retenu trois choses :
1) les scènes sur la pêche à la mouche sont d'un ennui mortel
2) l'intrigue est piquée sur celle d'un roman d'Agatha Christie (il me semble que c'est Rendez-vous avec la mort)
3) il n'y a aucune référence subtile ou non au Macbeth de Shakespeare (ou alors j'étais vraiment dans les choux), donc pourquoi appeler le personnage-titre ainsi ? Voici qui m'empêche en sus de faire la maligne en émaillant ma critique d'allusions à mon érudition légendaire.
Je me suis emmerdée comme pas possible, plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6417
jeunejane
  20 juin 2019
Après Agatha Raisin, M.C. Beaton commence une nouvelle série d'enquêtes policières qui se passent dans les Highlands.
Cette fois, le policier s'appelle Hamish Macbeth.
Il évolue dans son patelin pataud, l'air de rien, affichant une allure décontractée et un manque d'ambition.
Mais il est plus finaud qu'on ne le croit.
Il se montre plein de franchise et de bon sens.
Il est craquant.
Un stage de pêche s'organise dans le village.
Les clients sont tous aisés ou ambitieux.
Dans le groupe s'installe une horrible mégère, lady Jane qui lance des piques à tout le monde et semble vouloir révéler une face sombre de chacun des invités.
Tout le monde la déteste.
Bien mal lui en prendra, on retrouvera son corps dans la rivière.
Pas de doute, c'est un meurtre.
Qui a eu le culot de la tuer ?
Une équipe de policiers débarque mais Hamish, le détective local se montrera très fin limier et découvrira le ou la coupable.
Un humour un peu gros mais une belle construction de l'intrigue avec toutefois le meurtre qui se fait un peu attendre.
J'ai bien apprécié les descriptions de l'Ecosse qu'on reconnaît sans peine quand on y a séjourné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
sandrine57
  15 mai 2022
Quoi de plus indiqué qu'un stage de pêche à la mouche dans les Highlands pour passer des vacances originales et dépaysantes ? C'est à Lochdubh que les époux Cartwright ont posé leurs valises pour faire le bonheur des amateurs de plaisirs halieutiques. Tous les lundis, ils reçoivent un groupe hétéroclite de stagiaires auxquels ils transmettent leur passion des bas de ligne, lancers et mouches.
Mais en ce lundi d'été, l'harmonie des élèves est perturbée par les propos acides de Lady Jane, une des participantes. Moqueuse et perfide, la vieille dame semble connaître tous les secrets de ses compagnons de pêche et n'hésite pas à les mettre dans l'embarras. L'inquiétude et la haine qu'elle suscite sont si grandes que lorsqu'on la retrouve noyée dans un loch, un fil de pêche autour du cou, nul n'est surpris, mais tous sont de potentiels coupables.
Le policier du village, le grand, roux, stupide, pique-assiette et tire-au-flanc, Hamish Macbeth, est bien sûr tenu à l'écart de l'enquête par les policiers venus de la ville. Mais, sous ses airs flegmatiques, il pourrait bien cacher un détective hors pair…
Pas de doute, M.C. Beaton possède l'art de situer ses romans dans les plus charmants et bucoliques endroits du Royaume-Uni. Agatha Raison batifole dans les pittoresques Costwolds et Hamish Macbeth traîne sa grande carcasse dans un village écossais entouré de collines et de lochs. A chaque fois, on a envie de boucler sa valise pour un périple sur les terres qu'elle décrit si bien. Lochdubh ne fait pas exception et on se verrait bien lancer une ligne dans les rivières poissonneuses des Highlands.
Une fois le décor planté et les personnages présentés, l'enquête devient secondaire. M.C. Beaton n'est pas Agatha Christie, même si, à l'instar d'Hercule Poirot, le gardien de la paix roux réunit les suspects et dévoile le coupable à la toute fin du livre.
On ne lit donc pas cette autrice pour frémir mais pour se dépayser. Et souvent aussi pour s'agacer. Son Agatha est crispante et cette fois c'est la jeune Alice qui fait le job. En moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire, elle s'éprend d'un bel avocat londonien qu'elle compte épouser, soyons clairs, pour son argent. Et que dire de cette phrase d'anthologie : ‘'Si je couche avec lui, il devra m'épouser'' ?! Non Alice, non, sinon nous serions toutes mariées à 17,6 ans avec des garçons de 17,1 ans !
Chez cette brave M.C., les femmes ne sont épanouies qu'avec un homme à leur bras et la bague au doigt. Et ça, c'est bien dommage.
A lire pour se détendre et profiter des paysages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
LePamplemousse
  30 juin 2019
Mais pourquoi les femmes sont-elles toujours aussi cruches dans les romans de cet auteur ?
Ce roman n'a pourtant pas été écrit dans les années 50, mais les jeunes femmes qu'on trouve dans cette série rêvent toutes de se faire épouser, même celles qui sont indépendantes, qui ont leur propre appartement et un emploi.
Et leurs réactions sont toujours celles d'adolescentes de quinze ans qui minaudent, qui gloussent, qui se font des films dès qu'un homme leur sourit ou leur offre un verre. Entre celles qui sont vierges et veulent le rester jusqu'au mariage et celles qui croient que coucher avec un homme va leur garantir la bague au doigt dès le lendemain matin, on se demande un peu si l'auteur est réellement une femme vivant à notre époque.
L'intrigue policière n'est qu'un prétexte pour nous faire découvrir un personnage atypique, un jeune policier qui ne court pas après le travail, qui essaie de grappiller une tasse de thé ou un sandwich partout où il passe, en un sens il ressemble un peu à l'inspecteur Columbo, on ne sait pas s'il est réellement simplet ou s'il fait semblant.
Les enquêtes sont ceci de particulier qu'elles se déroulent dans le nord de l'Ecosse et que l'ambiance du lieu est bien décrite. On y pêche le saumon, on y chasse la grouse, on y mange du haggis, on y boit du thé et du whisky, le tout sous une pluie quasi constante !
Cette première enquête est agréable à lire, bien qu'un peu longue à démarrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
jeunejane
jeunejane  
- Puisqu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat, commenta Hamish en se resservant du thé, je crois que vous ne devriez en parler à personne, au contraire. Et surtout pas à Mr Blythe. J'ai l'impression qu'il est assez snob, voyez-vous, et je ne suis pas certain qu'il se serait intéressé à vous s'il n'était pas en vacances...
Alice se leva d'un bond. C'est vous qui êtes snob ! et grossier avec ça.
Commenter  J’apprécie          180
iris29
iris29  
Le snobisme était une maladie grave. En ville comme à la campagne, il faisait des ravages.
Commenter  J’apprécie          230
sld09
sld09  
Démasquer l’assassin ne lui faisait pas peur. Qu’il s’agisse d’épingler un chapardeur, un braconnier ou un meurtrier, la tactique était la même : il fallait poser des questions, écouter, observer et attendre.
Commenter  J’apprécie          60
Enya75
Enya75  
- ça mord, murmura-t-elle, c'est un saumon, c'est sûr, il pèse une tonne !
Jeremy posa sa canne et donna quelques coups de rame pour déplacer doucement la barque. La soie d'Alice commença à se tendre.
- Ne rembobinez pas tout de suite, dit-il. Remontez la canne à la verticale... Parfait, maintenant, effectuez quelques tours de moulinets.
- Oh Jeremy ! chuchota-t-elle, les rouges rouges d'excitation. Vous croyez que je l'ai ferré ?
- Du calme. Surtout ne le brusquez pas.
Pourquoi attendre ? La patience lui manquait. Elle rembobina frénétiquement la soie. Soudain le bas de ligne jaillit hors de l'eau... Alice poussa un cri triomphal... qui s'étrangla dans sa gorge.
Un amas d'algues vertes pendait à l'hameçon.
Commenter  J’apprécie          10
jeunejane
jeunejane  
Alice en avait conclu que pour être quelqu'un de bien, il fallait passer le mois d'août en Écosse, à la chasse ou à la pêche : qui à fusiller des coqs de bruyère, qui à harponner des saumons.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de M.C. Beaton (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de M.C. Beaton
"Les chroniques de Bond Street" la nouvelle série de M.C. Beaton
autres livres classés : ecosseVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Agatha Raisin et la quiche fatale (niveau facile)

Où vivait Agatha Raisin avant de déménager dans les Costwolds ?

Manchester
Londres
Cambridge

10 questions
202 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha Raisin enquête, tome 1 : La quiche fatale de M.C. BeatonCréer un quiz sur ce livre