AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020246385
224 pages
Éditeur : Seuil (01/01/1997)
3.23/5   20 notes
Résumé :
Ces " récits de la mafia ", écrits après un long voyage en Italie du sud et en Sicile, restituent la réalité dans son épaisseur, sa complexité, son ambiguïté, bien mieux que n'aurait pu le faire une enquête journalistique.
L'écrivain, venu d'un autre monde, voit et sent des choses que les habitants eux-mêmes, saturés d'horreurs, bâillonnés par la loi du silence, pétrifiés par la peur, ne distinguent plus. Chacune de ces nouvelles, souvent fondées sur des fait... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
zabeth55
  04 avril 2017
Tahar Ben Jelloun a parcouru en long en large et à travers le sud de l'Italie pour recueillir des témoignages sur la maffia.
Il en résulte ce recueil de quatorze nouvelles romancées.
Brrrr, ça fait froid dans le dos.
Pas facile de lutter. La mafia semble plus forte que l'Etat et sévit sur la population.
Les nouvelles sont agréables à lire mais assez inégales.
Commenter  J’apprécie          70
identifiantidentifiant
  29 mai 2013
C'est un recueil de nouvelles sur la Sicile et le sud de l'Italie où Tahar Ben Jelloun a effectué un long voyage et beaucoup de recherche sur le sujet pour écrire son livre. L'idée de ce livre était d'apporter un regard extérieur et non journalistique à ces histoires souvent tristes. Dans la préface l'auteur nous prévient que les personnages et histoires sont réels mais romancés. Il nous donne sa perception de l'Italie corrompue. Cela donne des nouvelles tristes et assez poétiques. On sent dans toute l'oeuvre que la lutte anti-mafia est quasiment impossible et que chaque habitant s'est résigné au silence, à la vengeance, la justice par soi-même… On sent que l'état n'existe pas et est bien loin de ces tueries de petits villages qui dévastent pourtant leurs habitants
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar
  04 décembre 2019
Avec ce titre l'auteur change la place de son champ d'investigations romanesque. En effet nous sommes là en Italie du Sud et non pas en Afrique du Nord
Pour ce titre il semblerait que Tahar et beaucoup enquêté sur le terrain. Une enquête minutieuse sur agissements de la mafia. Et au bout de ces deux mois d'enquête il nous offre un récit autour manigances de la pieuvre. Un roman composé de 14 récits époustouflants, terrifiants parfois même.
14 récits comme 14 brulots tous plus touchants les uns que les autres décrivant le malheur et la résignation des populations locales.
Des hommes et des femmes vivant dans l'angoisse et l'incompréhension, n'ayant pour seul refuge que le silence et la fatalité comme avenir
Un magnifique roman sur les oubliés et les humbles qui subissent, témoins muets, les méfaits de cette organisation criminelle
"Il s'agissait, écrit l'auteur, de faire de la fiction avec les matériaux de la réalité et de reconnaître à la littérature une fonction primordiale : celle de "cambrioler" le réel apparent."
Au terme de cette longue enquête, après des milliers de kilomètres parcourus, l'écrivain marocain propose ici le roman de la mafia, dans cette Italie du Sud, là où l'Etat de droit n'est plus respecté.

Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
troumoulou
  14 décembre 2018
C'est un livre qui dormait depuis quelque temsp dans ma PAL. Livre parut en 1992.
C'est un recueil de 14 nouvelles  écrites après un voyage en italie du Sud et en sicile. Ces récits retracent la réalité de vie dans cette italie gangrénée par la présence de cette "pieuvre".
Chacune de ces nouvelles basées sur des faits réels traduit la détresse et l'inertie de la population prise en otage par la mafia et abandonée par un gouvernement impuissant.
Un témoignage puissant de la révolte et du courage d'individus que la violence transforme en victimes désignées mais pas résignées.
Commenter  J’apprécie          00
venividiosculavi
  23 août 2017
Un recueil de nouvelles qui tient plus du reportage que de la fiction. Difficile de reconnaitre ici le talent de conteur de TBJ que j'apprécie tant dans ses romans. Il est d'ailleurs curieux de le retrouver sur ce sujet autour de la mafia italienne, tant il est éloigné de ses thèmes habituels.
La nouvelle « veuve courage » mérite pourtant d'être sortie du lot : émouvante, didactique, remarquablement écrite, elle montre l'implication de la mafia dans le quotidien le plus banal du Sud Italien.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   25 avril 2010
La sentence tomba comme un couperet, brutale, inattendue et définitive : "Vous vivrez le restant de vos jours des le Grand Palace de Palerme. Seul. Vous n'aurez le droit ni de sortir ni de recevoir. Vous subirez jusqu'à la mort les morsures du confort, du luxe et de la solitude. C'est le prix que la commission vous fait payer pour votre trahison. Évidemment on aurait pu vous liquider tout de suite, mais vu votre âge, votre prestance et votre notoriété, nous avons pensé vous offrir un enfer dont vous n'avez pas idée. La mort n'est rien. L'idée de la mort c'est déjà quelque chose. Le travail rampant de cette idée de la mort enrobée de sucre et d'autres douceurs est ce que nous avons trouvé de mieux pour vous..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ArnaudDArnaudD   19 octobre 2012
Tu sais ce que tu as fais. Tu veux venger notre père ? Eh bien , tu as choisi la voie qui n'aboutit à rien. Tu verras. Les juges vont faire des dizaines d'interrogatoires. Ils vont chercher des preuves. Ils n'auront rien. Ni preuves, ni coupables. Toi tu as parlé. Tu as rompu le contrat. Tu as plus fait confiance au bruit qu'au silence. Or ici, tout se règle en silence. Tu le sais. Ce n'est pas à moi de te l'apprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   25 avril 2010
Maria Rosa ne dit rien. Elle pense à autre chose. Elle pense au soir où Giacomo lui avait menti. Il lui avait raconté des histoires à propos d'une absence de trois jours. Il devait être dans une de ces réunions secrètes dont il n'osait pas parler à sa femme.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   04 décembre 2019
« A l’heure où l’Europe se construit, peut-on continuer d’admettre la loi de la mafia ? Je vous dis cela parce que la mafia s’intéresse aussi à la construction européenne. Si demain un intérêt criminel italien coïncide avec un intérêt criminel français ou espagnol, l’Italie couvrira le crime ou le délit français ou espagnol. C’est sans doute en Suisse que l’on trouve le plus de mafiosi au kilomètre carré, mais ils se gardent bien de violer les lois du pays. Chez nous, par contre, il existe un rapport direct entre la mafia et la nature même du régime. En outre, la structure judiciaire est laissée sans moyens ; son implantation territoriale n’a pas changé depuis un siècle. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ArnaudDArnaudD   19 octobre 2012
J'ai honte. Je suis plein de honte. Je ne pourrai plus jamais me montrer dans cette ville. Trahi. Je suis trahi. Tu nous a trahi. Quelle misère ! Jamais dans aucune famille qu se respecte, on a vu une mère se conduire de la sorte. Tu as sali notre nom. Notre honneur est bafoué. Nous n’avons plus d'honneur. Parler avec ces salauds, se confier à un juge ! Mais tu te rends compte de ce que tu viens de faire ? Tu nous as ruinés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Tahar Ben Jelloun (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tahar Ben Jelloun
Avec Arthur H, Rim Battal, Seyhmus Dagtekin, Maud Joiret, Sophie Loizeau, Guillaume Marie, Emmanuel Moses, Anne Mulpas, Suzanne Rault-Balet, Milène Tournier, Pierre Vinclair & les musiciens Mathias Bourre (piano) et Gaël Ascal (contrebasse) Soirée présentée par Jean-Yves Reuzeau & Alexandre Bord
Cette anthologie reflète la vitalité impressionnante de la poésie francophone contemporaine. Quatre générations partagent des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 17 ans, les plus âgés sont nonagénaires. Ils sont ainsi 94 à croiser leurs poèmes sur la thématique du désir, un mot aussi simple que subversif.

ADONIS – ARTHURH – Olivier Barbarant – Linda MARIA BAROS Joël BASTARD – Rim BATTAL – Claude BEAUSOLEIL – Tahar BEN JELLOUN – Zoé BESMOND DESENNEVILLE – Zéno BIANU – Carole BIJOU – Alexandre BONNET-TERRILE – Alain BORER – Katia BOUCHOUEVA – Julien BOUTREUX – Nicole BROSSARD – Tom BURON – Tristan Cabral – CALI – Rémi Checchetto – William CLIFF – François de CORNIÈRE – Cécile COULON – Charlélie COUTURE – Laetitia CUVELIER – Seyhmus DAGTEKIN – Jacques DARRAS – Michel DEGUY – Chloé DELAUME – René Depestre – Thomas DESLOGIS – Ariane DREYFUS – Renaud EGO – Michèle FINCK – Brigitte FONTAINE – Albane GELLÉ – Guy GOFFETTE – Cécile GUIVARCH – Cécile A. HOLDBAN – Philippe JAFFEUX – Maud JOIRET – Charles JULIET – Vénus KHOURY-GHATA – Anise KOLTZ – Petr KrÁL – Abdellatif LAÂBI – Hélène LANSCOTTE – Jean LEBOËL – Yvon LE MEN – Perrine LEQUERREC – Jérôme LEROY – Hervé LETELLIER – Sophie LOIZEAU – Lisette LOMBé – Mathias MALZIEU – Guillaume MARIE – Sophie MARTIN – Jean-Yves MASSON – Edouard J.MAUNICK –
+ Lire la suite
autres livres classés : mafiaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tahar Ben Jelloun

De quelle nationalité est Tahar Ben Jelloun?

Tunisienne
Marocaine
Algérienne
Egyptienne

10 questions
115 lecteurs ont répondu
Thème : Tahar Ben JellounCréer un quiz sur ce livre