AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246852447
Éditeur : Grasset (30/09/2015)

Note moyenne : 2.9/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Julie et Emilienne partagent le même palier. Julie est cadre supérieur, altruiste, perfectionniste, amoureuse de son mari et toujours de bonne humeur. Émilienne est photographe, dilettante, fille facile, adepte de l'humour noir et légèrement alcoolique.

Une nuit, Julie, la femme modèle, l'être idéal, sombre dans une crise de folie. Emilienne découvre que sa voisine souffre d'une dépression, cachée à son entourage. Elle décide alors de comprendre d'où... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  01 novembre 2015
Emilienne, trentenaire, divorcée,"mère approximative " d'un ado de 14 ans,est photographe dans la vie.Frustrée par les photos commerciales ,mariages,entreprises...,son gagne-pain, elle décide de participer à un concours de photos d'Art, en vue d'une expo à Arles.C'est ainsi qu'elle initie une quête de "femmes parfaites", sujet de ses photos pour le concours.
Elle débute avec Julie sa voisine, femme d'affaire, mariée, dernièrement un bébé,qui voulant trop adhérer à l'image de "femme parfaite", gise dans un lit d'hôpital.....
De fil en aiguille ,l'auteur nous brosse des portraits de femmes qui croiseront le chemin d'Emilienne, la femme contemporaine,occidentale, déclinée dans toutes ses nuances.De la femme parfaite à la femme delurée,il semble qu'il y a un pas,tout semble tellement aléatoire...
Avec humour et brio,elle nous fait réfléchir sur cette image de la perfection qui nous colle, dans tout les sens du terme, sous la pression d'un jugement imaginaire (??)de la société en général, ou de tel ou telle personne en particulier.Aussi des reflexions justes sur la complexité d'être femme,tout en devant endosser des rôles d'homme et d'avoir un physique implacable sans limite d'âge dans notre monde d'aujourd'hui.
Bref,un bon livre qui se lit facilement, juste un petit bémol,son obsession "en générale " à connotations sexuelles avec la dite Georgia,une des femmes de la galerie,m'a un peu lassée .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
traversay
  31 octobre 2015
Pour qui a découvert l'écriture alerte d'Anne Berest dans Sagan 1954, restait à voir comment elle se débrouillait dans un roman, disons plus personnel. Eh bien, Recherche femme parfait apporte une réponse sans détours : c'est bien à une romancière de talent que nous avons affaire, dont le style affiné et malicieux est des plus réjouissant. Recherche femme parfaite : le titre est évidemment ironique tant les portraits que nous propose la romancière au gré de ses rencontres présente la femme contemporaine dans tous ses états, qu'elle soit jeune, âgée, sérieuse, loufoque, égocentrique, altruiste, etc. Bref, irréductible à tout archétype comme voudraient nous le faire accroire la publicité ou certains magazines. Jolie randonnée que celle du livre, suite de rendez-vous plus ou moins marquants de la photographe, son personnage principal, avec différentes représentantes de son sexe. le roman est léger, grâce à une écriture pleine de fantaisie et de notations farfelues, mais moins futile qu'il n'y parait. Féministe, alors ? Sur le fond, sans doute, mais pas de façon revendicative ou militante, avec une grâce élégante et de l'esprit en toutes circonstances y compris celui de l'autodérision.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
claraetlesmots
  23 octobre 2015
Photographe, Emilienne est admiratrice de Julie « qui, à quarante ans dirige une entreprise spécialisée dans la fidélisation à long terme des clients(…), une femme assez habile pour confectionner des gâteaux en forme de hamburgers, une femme capable, après voir présidé une réunion, d’enfiler une jupe crayon pour rejoindre son mari à l’opéra et pleurer en écoutant Madame Butterfly » sa voisine de palier devenue au fil du temps son amie. Emilienne décide de participer à un concours de photos sur le thème « portraits(s) de femme(s) » à Arles et elle a déjà son modèle : Julie. Sauf que cette dernière après son accouchement s’écroule et se retrouve hospitalisée à Sainte Anne pour cause d’épuisement.
Mais Emilienne a son idée « je prendrais en photographie des femmes admirables, des héroïnes du quotidien, des modèles pour leur entourage. Et à travers ces différents portraits, se dessinerait l’idée que la femme d’aujourd’hui veut donner d’elle-même –une femme parfaite ». Le tout est de commencer et que la première lui donne le nom d’une autre femme qu’elle admire et ainsi de suite pour refléter « un certain idéal contemporain ».
Dans ce roman sans temps mort et au ton relevé, on rencontre en compagnie d’Emilienne des femmes bien différentes qui racontent ou non leur parcours personnel et donnent leur vision de la femme parfaite. Et ça passe par des griefs contre la société (qui aurait engendré ce mythe en enfermant la femme dans un corps aux mensurations définies en lui refusant de vieillir) jusqu’à des rancœurs envers leurs aînées.
C’est enjoué, drôlement bien mené, on tourne les pages avec un sourire aux lèvres car Emilienne assume pleinement sa vie, sa personnalité, sa fantaisie et parce que derrière l’humour, il y a de vraies réflexions sur la condition de la femme. Un roman dévoré qui déborde d’une belle énergie contagieuse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
Eimelle
  15 novembre 2015
Quelle belle galerie de personnages que ce roman!
Et quelle belle réflexion sur la place de la femme dans notre société, le rapport des femmes à leur corps aux apparences, les pressions sociales et familiales... et les combats qui restent à mener...
c'est aussi l'occasion de remettre en lumière quelques femmes injustement oubliées telles Catharina van Hemessen
A la recherche de la femme parfaite... de Paris à Venise, des rencontres, des générations qui se croisent, des milieux sociaux, des personnages qui resteront en mémoire... autour d'une belle amitié , bien plus forte qu'un simple voisinage.
Un premier abord tout léger, un rayon de sourire dans cette rentrée littéraire aux thèmes souvent sombres , et un vrai fond qui fait réfléchir!
Commenter  J’apprécie          40
liberliber
  22 mai 2016
Ouf, même si on s'en doutait, la femme parfaite n'existe pas. Pourtant, on veut nous le faire croire. Épouse comblée, amante attentive, mère de famille admirable, cuisinière accomplie, femme d'affaires avisée à qui personne ne résiste..., le portrait idéal va vite se fissurer.
Émilienne, la trentaine, est photographe de profession. Mais elle aspire à autre chose qu'à immortaliser des jeunes mariés toujours déçus du résultat. Elle ambitionne de devenir artiste. Un désir qui passe par une exposition de ses oeuvres aux Rencontres d'Arles, la Mecque du 8ème art. Elle choisit comme fil conducteur de son travail le thème de la femme parfaite et part à la quête de cet absolu. Elle n'a pas loin à aller car Julie, sa voisine et meilleure amie, incarne l'archétype de ce qu'elle cherche à figer sur la pellicule. Mais l'humain est faillible. La preuve : la wonder woman se retrouve à l'hôpital victime d'un excès de perfection.
Qu'importe ! Émilienne va se lancer à la poursuite d'autres modèles : un canon de beauté malheureux, un clone touchant de Zahia, une ado inculte, une veuve de pasteur... Elle va vite déchanter : la femme parfaite n'existe pas. Elle est une construction sociale, un parangon que les autres nous imposent.
Sous des dehors de farce, le dernier roman d'Anne Berest s'interroge sur la féminité dont la définition a évolué au fil du temps. En à peine cinquante ans, nous sommes passés du culte des formes plantureuses à la Marilyn à celui de la maigreur extrême. Plus largement, il sonde la place de la femme dans l'histoire, une histoire écrite par les hommes qui se donnent toujours le beau rôle !
EXTRAITS
- C'est décourageant pour nous, les artistes du XXIème siècle, nous sommes condamnés au recyclage, obligés de vivre dans la citation permanente, de produire des oeuvres plastiques sur le mode de la dérision, et de façon générale, contraints de cultiver l'ironie dans tous les domaines artistiques.
- (…) une petite fille de cinq ans à qui l'on raconte l'Odyssée ne s'identifie pas à Pénélope, elle n'a aucune envie de s'ennuyer à mourir en détricotant la nuit ce qu'elle a tricoté le jour. Non, les petites filles rêvent d'être Ulysse.
- Je me contentais d'imiter la vie d'artiste, sans en avoir le talent.

Lien : http://papivore.net/litterat..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
Bibliobs   17 décembre 2015
Féminisme chic et bisexualité insolente chez l'auteur de “Sagan 1954”.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress   19 octobre 2015
Une comédie haute en couleur, féministe et pleine de fantaisie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   31 octobre 2015
je peux jurer que j’ai fait de nombreux efforts pour tenter d’élever mon fils Sylvain le mieux possible, c’est-à-dire faisant en sorte que, très vite, il n’ait plus besoin de moi. Et je considère lui avoir rendu service en acceptant que la société pose sur moi le regard indigné d’une mère approximative .........Mon fils est devenu un être plutôt heureux et équilibré, grâce à la distance que j’ai réussi à mettre entre nous. Je n’ai fait de lui, ni un être pour me distraire, ni pour me rassurer, ni pour me survivre. D’ailleurs je n’ai rien fait de lui. Il existe. Tout seul. Et ce n’est pas donné à tout le monde une chose pareille. Je le regarde mener sa vie sans avoir de compte à me rendre. Il ne sait pas et ne saura jamais quel sacrifice j’ai fait toutes ces années, en cachant au plus profond de moi-même l’immense besoin que j’avais de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
BookycookyBookycooky   01 novembre 2015
Peut-être que le remède à l’existence, au fond, c’était de ne s’attendre à rien.
Commenter  J’apprécie          250
WolfZartWolfZart   21 novembre 2017
"Mais personne ne te juge car personne ne te regarde vivre. Combien de fois s'empêche-t-on de faire certaines choses, disait Nana, à cause du jugement imaginaire de telle ou telle personne." "C'est idiot, enchérissait Jacky, le plus important dans le ridicule c'est d'aller au bout. Pour qu'à son comble, il se transforme en audace. Et tous ces affreux qui nous empêchent de vivre, parce que nous anticipons leurs railleries, ils ne prendront pas notre place dans la tombe – ils ne seront même pas là à notre enterrement."
- Chérie, me disait Belinda, il est grotesque ton amour.
- Et ton obstination est déraisonnable, ajouta Jacky.
- Mais il faut croire à la beauté, à la vertu du ridicule, m'encourageait Nana.
- Car, conclut Cobra, les gens de bon goût sont d'un ennui mortel et contagieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
claraetlesmotsclaraetlesmots   23 octobre 2015
Les gens de bon goût sont d'un ennui mortel et contagieux.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Anne Berest (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Berest
http://www.librairiedialogues.fr/ Numéro 86 de l'émission Dialogues littéraires de janvier 2018, produite par la librairie Dialogues et réalisée par Ronan Loup. Invités : Anne Berest pour "Gabriële" (Stock) co-écrit avec sa s?ur Claire Berest, Timothée de Fombelle pour "Neverland" (L'Iconoclaste) puis la chronique de Delphine sur ses coups de c?ur de la rentrée littéraire de janvier. Présentation : Élise le Fourn. Interviews par Laurence Bellon.
Retrouvez-nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
+ Lire la suite
autres livres classés : portraitsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14596 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre