AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Marie Saint-Lu (Traducteur)
EAN : 9782742765355
246 pages
Éditeur : Actes Sud (30/01/2007)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Paisible fonctionnaire et terne époux, M. Wakefield décide un jour de s'absenter : il jette quelques affaires dans une valise, prétexte la nécessité d'un court voyage et disparaît. Les jours passent, M. Wakefield ne revient pas et Mme Wakefield découvre bientôt qu'il s'est installé... de l'autre côté de la rue ! Pensant qu'il ne tardera pas à revenir à la raison, elle attend. Et les anné... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Woland
  21 décembre 2007
Madame Wakefield
Traduction : Jean-Marie Saint-Lu
En 1835, dans la lignée du "Rip van Winkle" de Washington Irving, père de la littérature américaine, Nathaniel Hawthorne, dont l'un des aïeux avait été parmi les juges des fameuses "sorcières" de Salem, imagina un conte mi-fantastique, mi-absurde, où un homme, Charles Wakefield, quitte un jour le domicile conjugal sans rien dire, sans même aucun motif avoué, pour s'en aller vivre dans la rue voisine.
Dans "Madame Wakefield", Eduardo Berti reprend le conte mais le restitue du point de vue de l'épouse délaissée qui, on s'en doute, dès lors qu'elle réalise que l'homme à perruque roussâtre qui déambule dans Grub Street et qui ressemble tellement à son mari disparu sans tambour ni trompettes est réellement son époux, n'arrête pas de se poser des questions.
Elle va s'en poser pendant très précisément vingt longues années, feignant d'être veuve et refusant dans la foulée la demande en mariage d'un ecclésiastique séduit par sa réserve et son deuil, le révérend Webster. Et, au-delà des vingt années, son mari sonnera à la porte, elle lui ouvrira, tout rentrera dans l'ordre pour le souper et, le lendemain matin, il sera mort dans son sommeil.
Sans que ni Mrs Wakefield, ni Amelia, sa servante, ni bien sûr le lecteur n'aient compris les raisons qui avaient poussé notre étrange héros à quitter son foyer.
Seul indice - enfin, si l'on peut dire : l'exemplaire de "Don Quichotte" qui, avec quelques vêtements, était la seule chose que Wakefield eût emporté pour tout viatique lors de sa si longue fugue.
Divisé en chapitres très courts, prenant parfois avec humour l'"estimé lecteur" à témoin, ce livre d'un peu moins de 250 pages nous pose donc une énigme qui ne sera jamais résolue à moins que nous ne trouvions tout au fond de nous-mêmes les raisons (la soif d'une "autre chose", la soif de liberté, la maladie mentale, qui sait ? ...) qui guident son protagoniste. On suspecte même parfois Wakefield d'être le fameux "Ned Ludd", leader invisible d'un mouvement populaire dirigé contre l'implantation des machines à tisser dans cette Angleterre qui, lorsque l'action débute, en 1809, est encore en guerre avec Napoléon Ier.
Kafka aurait fait certainement plus noir, plus étouffant. N'empêche : c'est vrai qu'il y a, dans "Madame Wakefield", quelque chose d'absurde qui le rappelle - à moins qu'il n'évoque Ionesco ou Beckett. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
valreine
  19 décembre 2017
j'ai emprunté ce que je pensais être un roman anglais au départ.
Sauf que l'auteur est argentin, et qu'il vit aujourd'hui à Paris.
MAIS l'histoire se passe en Angleterre, à Londres plus précisément, au début du XIXème siècle.
Si j'ai parfois été un tout petit peu agacée par le style "observation - description neutre", ça n'a jamais duré parce que j'étais vraiment intriguée : comment l'histoire allait-elle se dérouler? se terminer? et je rends grâce à l'auteur d'avoir su me captiver de telle sorte que je n'ai pas cherché à regarder les dernières pages comme il m'arrive souvent de le faire : captivée, l' "estimée lectrice"! Non, rassurez-vous, je n'ai pas pris la grosse tête, mais régulièrement, l'auteur fait part d'un commentaire à l'intention de l'estimé lecteur.
Le départ de l'intrigue : un mari qui annonce son départ pour un court voyage, mais qui ne revient pas, et cette vérité qui s'impose : il est allé vivre quelques maisons plus loin!
Le roman se déroule en 94 séquences, c'est agréable de ne jamais être obligée de lâcher le livre en cours de chapitre.
Plusieurs fois j'ai eu l'idée que cet auteur aurait pu ici se dire conteur
Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VivianeB
  05 décembre 2010
Agréable à lire. Un bon roman.
Commenter  J’apprécie          10
alexischiffon
  31 mai 2010
Mais cette femme doit réagir !!!
Lien : http://alexischiffon.canalbl..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
valreinevalreine   19 décembre 2017
Quelqu'un écrira de nouveau cette histoire, d'une façon différente. Quelqu'un (et le lecteur, qui connaît l'avenir, sait peut-être qui) réécrira tout cela comme un conte, regrettera de ne pas avoir davantage de place [...]. Quelqu'un dira qu'il a trouvé le germe de cette histoire dans un journal quelconque [..]. Quelqu'un dira qu'elle n'a jamais rien su,  [...]. Quelqu'un [...].
Quelqu'un dira autant de choses, presque les mêmes, mais différentes, parce que si toute histoire - y compris celle qui est écrite - reste encore à écrire, celle qui vient d'occuper ce lire deviendra très vite - si ce n'est déjà fait - une histoire deux fois racontée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Eduardo Berti (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Berti
Soirée Boris Vian avec l'Oulipo - Clémentine Mélais et Eduardo Berti
autres livres classés : littérature argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16369 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre