AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072764974
144 pages
Gallimard (07/06/2018)
4.1/5   34 notes
Résumé :
"C’est si beau ta façon de revenir du passé, d’enlever une brique au mur du temps et de montrer par l’ouverture un sourire léger. Le sourire est la seule preuve de notre passage sur terre."
Que lire après Noireclaire précédé de Carnet du soleilVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Du Bobin, tendre poétique, comme un souffle d'air pur qui porte nos prières ou nos âmes vers un ailleurs sans contraintes.
Eloge pour sa femme, tout est dans ce livre un chant d'amour pour celle qui n'est plus, sa lumière est partout, sa présence aussi, la force de son amour pour elle est surprenante, envoutante...A travers la nostalgie de sa perte, la douleur de son effacement ressemble à de l'espérance. La mémoire permet aux morts de continuer à vivre en nous, à travers nous, et si nous n'étions justement que mémoire enfermée dans un corps, qu'un peu de lumière viendrait libérer quand on ne s'y attend plus....
Commenter  J’apprécie          300
Une fois n'est pas coutume je suis incapable de donner une note comme de rédiger une critique structurée de ce petit livre qui, comme d'autres de cet auteur, se construit sur le deuil de sa compagne et réunit des fragments de la pensée de Bobin, de sa sensibilité, de son émotion... L'idée est belle, forte, émouvante aussi tant la sincérité de cet homme est évidente, tant sa démarche de souvenir est profonde. C'est vraiment le témoignage du coeur d'une existence, d'une acceptation et d'un refus mêlés.

Beaucoup de phrases m'ont laissé froid voire insensible, d'autres me touchent, parfois profondément, sans que je puisse vraiment l'expliquer. Je vous en propose certaines, afin que vous puissiez déterminer si découvrir cet ouvrage (environ une demi-heure de lecture) pourrait vous tenter ou pas.

"Je me souviens de tes crimes. Je les voyais alors comme innocents. Je ne me trompais pas. Tu émergeais en riant des douleurs que tu infligeais , comme on ressort de l'eau, baptisée de soleil, les yeux fous de renaître. Même nos erreurs il faut les faire d'une main ferme.Il est impossible de vivre sans cruauté. Respirer, exercer sa joie, c'est déjà blesser quelqu'un alentour. Les femmes sont brutales, n'est ce pas. Les madones sont sanglantes. Elles piétinent dans l'enclos d'une liberté- sautent par dessus la barrière et vont se perdre dans la nuit. Sans elles pas de vie risquée, pas d'amour, rien. "

"J'ai été une tache de soleil dans un sous-bois, jamais si proche de tout connaître. J'ai été toi et c'était la même révélation."

"Je t'aimais comme on aime un enfant unique, génial."

"Ton sourire était une signature divine sur le papier monnaie du temps- une caution un garant, l'indicible fleurissement de cette vie."

Bonne lecture ?
Commenter  J’apprécie          180
Les deux recueils rassemblés dans cette édition forment une sorte de "Tombeau pour Ghislaine", dans le sens où ce mot est employé à la Renaissance pour honorer un proche disparu. Ils sont remplis de souvenirs de cette personne aimée, comme l'est toute la vie de Christian Bobin. Dans Carnet du Soleil, tous les textes tournent autour de Ghislaine ; Noireclaire est un peu différent puisqu'il y a aussi des souvenirs de ses parents.
Christian Bobin est attentif à tous les signes de la présence de Ghislaine malgré son absence. Il les scrute dans les fleurs dont il nous offre un immense bouquet de digitales, lilas, hortensias, iris, perce-neige, lilas et d'autres encore. le sourire de Ghislaine l'accompagne toujours et il évoque par plusieurs touches avec émotion les derniers instants de sa vie. Dans les lieux où ils sont passés, il "cherche son visage comme on cherche un interrupteur dans le noir."
Certains passages, comme la phrase autour du verre de cristal rempli d'eau, m'ont fait penser à Monsieur de Sainte-Colombe et à sa défunte épouse qui continuent à se parler dans "Tous les Matins du Monde". Belle référence et joli rapprochement !
Commenter  J’apprécie          50
Cet ouvrage (et « Carnet du soleil » qui l'accompagne)composé d'aphorismes ou de textes très courts continue le dialogue de Bobin avec « les voix chères qui se sont tues » , avec le monde ,avec la création poétique . C'est toujours paradoxal, stimulant et apaisant à la fois.
Commenter  J’apprécie          30
Bobin se démarque encore avec ce bel ouvrage tendrement poétique, avec des phrases magnifiques et pleines de sens
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
J’aime tant les livres que je ne peux pas passer un jour sans poser ma main sur le front d’une page imprimée pour sentir si elle a ou non de la fièvre.
Commenter  J’apprécie          140
Ce qui s'enfuit du monde c'est la poésie. la poésie n'est pas un genre littéraire, elle est l'expérience spirituelle de la vie, la plus haute densité de précision, l'intuition aveuglante que la vie la plus frêle est une vie sans fin.
Commenter  J’apprécie          60
Ce verre de cristal je l'ai rempli d'eau fraîche, je l'ai posé sur la table et il est aussitôt devenu le signe de l'impossible entre toi et moi : je peux le boire d'un trait, toi pas.

(...)

L'eau dans le verre de cristal danse imperceptiblement.
Commenter  J’apprécie          50
Les conversations ont dans leur insouciance quelque chose de célèste et j'y surprends le même bruit de fond de l'éternel que dans les cris des poètes.
Commenter  J’apprécie          70
Il n'y a dans une vie que quatre ou cinq événements fondateurs, quatre ou cinq jaillissements de l'absolu. Ton sourire est un de ces événements qui enflamment la nuit où je m'en vais confiant.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Christian Bobin (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Bobin
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Quel poète a chanté l'émerveillement dans des textes à la beauté âpre et sublime ?
« Les ruines du ciel » de Christian Bobin, c'est à lire en poche chez Folio.
autres livres classés : défuntsVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (66) Voir plus



Quiz Voir plus

Complétez les titres des oeuvres de Christian Bobin

Ce que disait l'homme qui n'aimait pas...

Les femmes
Les oiseaux
Les souvenirs
Ses semblables

20 questions
75 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BobinCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..