AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782915653434
310 pages
Nestiveqnen Editions (15/06/2012)
3.88/5   16 notes
Résumé :
Nouvelle-Courbevoie, XXIe siècle – Orlando a tout quitté : son devoir de super-héros et son XIVe siècle natal. Il vend maintenant des pizzas en banlieue parisienne et se persuade qu'il n'aura jamais à retourner dans ce Moyen-Âge plein de maladies, de guerres et de gueuses...

Mais c'est sans compter sur ses anciens compagnons : les super-héros médiévaux, et sur le retour de la Peste Noire...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Fifrildi
  04 avril 2020
J'ai tellement de livres à lire à la maison que lorsqu'un nouveau arrive j'ai parfois droit à quelques taquineries de la part de mes ados. Quand j'ai reçu celui-ci, le fiston s'est approché pour jeter un oeil sur la couverture, était-ce (encore) un Poul Anderson ? En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il l'avait embarqué pour feuilleter les illustrations d'Alfonso Pardo Martinez. Depuis le canapé, il m'a lancé un « merci maman ! » Voilà comment on se fait piquer son bouquin avant de l'avoir lu o.O
Cela n'a en rien gâché ma lecture, c'est d'ailleurs un gros coup de coeur « feel good ». J'ai adoré lire ce roman qui m'a beaucoup fait rire.
Des super-héros médiévaux (comme le titre l'indique) formés à la RUSH et des super-héros néocourbevoisiens (la SJNC) vont devoir lutter à 7 siècles de distance contre une épidémie de peste lancée par une super-vilaine ! le voyage dans le temps est donc au menu de cette grande aventure déjantée.
L'écriture est réjouissante avec des clins d'oeil à l'histoire, à la culture populaire et des tas d'autres choses... Les personnages sont trop bien campés et mémorables. Je n'ai qu'une envie : relire ce livre tout de suite!
Mention spéciale à la scène des BlapheMen qui combattent un autre fléau tout aussi ravageur que la peste : la religion. Ce n'est pas un thème qui m'attire en SFFF mais ici c'était bien amené et traité.
Une chose est sûre quand j'emmènerai mes ados à Paris on ira manger une pizza à Courbevoie ^_^


Challenge mauvais genre 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
laulautte
  18 novembre 2016
« […] nous ne sommes pas dans un mauvais roman pour adolescents, et il faut croire que Notre Seigneur a bien plus d'inventivité qu'un gratte-papier lambda, lui qui échafauda en moins d'une semaine un univers cohérent qui aurait pris des années de travail opiniâtre à un ersatz de Tolkien » [Le Saint].
Avec Medieval Superheroes on n'est pas un mauvais roman, loin s'en faut (un de mes coups de coeur de l'année et l'une de mes meilleures découvertes sur Babélio). On n'est pas non plus dans un roman pour adolescents, un ado d'aujourd'hui – même un jeune adulte de la génération Pokemon – ne piperait mots ou disons plutôt passerait un peu à côté… Il est indéniable que son auteur, Olivier Boile, a bien plus d'inventivité qu'un gratte-papier lambda, lui qui nous plonge dans un univers cohérent qui a dû lui donner un peu de travail (opiniâtre je ne saurai dire) car Medieval Superheroes c'est un Joyeux Bordel sans nom… qui n'a rien d'un ersatz de Tolkien, ce dernier n'a rien à voir dans l'histoire.
L'an de grâce 1348, la Peste Noire se répand dans le Royaume de France, une situation telle qu'on ne saurait vers quel saint se vouer mais c'est sans compter, ou presque, sur le Saint, chef de file des Superhéros Médiévaux, une joyeuse bande que cette Justice League moyenâgeuse, , capable de bien des prouesses et surtout de voyager dans le temps et atterrir dans le XXIe siècle où la Peste Noire fait également des ravages… mais là c'est sans compter la présence d'Orlando pizzaïolo, pote de Mario et Luigi qui n'ont rien à voir dans l'histoire, ce ne sont pas eux qui vont aider Orlando à enrailler l'épidémie. A autre siècle (an 2000 et quelques, ou des brouettes au choix) autres superhéros, modernes ceux-ci, et qui dit superhéros dit supervilains quel que soit l'époque, une joyeuse bande là encore .
Un Joyeux Bordel donc (qui porte bien des noms en fait)… pourtant l'intrigue se tient et barrée comme elle est ne peut que se solder par un Deus Ex Machina de ouf… et d'un autre temps… un final avec The Superhéros et The Supervilain ; pourtant le récit est ordonné par l'alternance des chapitres entre les deux époques du XIVe et XXIe siècle qui comportent de savoureuses phrases introductives ; pourtant on s'y retrouve dans cette ribambelle de super personnages avec leurs illustrations (pour l'essentiel d'entre eux) d'Alfonso Pardo Martinez dans les premières pages du roman (un bonus tip top ! et que dire de la couverture !)… car Medieval Superheroes c'est un mix de toute la culture geek des années 70/80, bourré de clins d'oeil, de blagues foireuses et vaseuses, de jeux de mots savoureux et douteux… une pure parodie qui, à mon sens, mérite d'être connue par tous les lecteurs de +ou- 30/40ans amateurs de comics, de fantasy, de jeux de rôles, de mangas, de bons films et de bons vieux tubes des années 80, d'humour décalé et de n'importe nawak. Si vous êtes de ceux-là, je vous invite à le lire, moment de franche rigolade assuré. Tout bonnement Génial !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175
Aeyrine
  31 janvier 2013
J'ai découvert ce livre grâce à la chronique de Books in Wonderland qui avait adoré cette lecture. Et bien je n'ai pas regretté de m'être laissée tenter, j'ai adoré ce bouquin.
Tout d'abord, dans ce qui m'a plus, il y a la couverture, même si ce n'est pas le plus important pour moi dans un livre. Elle fait très comics et avant de le recevoir je me demandais vraiment ce que j'allais avoir entre les mains, une BD ? un livre ? Ensuite, j'ai beaucoup aimé les illustrations au début du livre qui représentent certains des personnages les plus importants de l'histoire (bons et méchants). C'est un bonus très appréciable, au fur et à mesure que ces derniers apparaissaient dans l'aventure ça me permettais de les visualiser de suite.
J'ai trouvé que cela se lisait facilement. J'ai aimé l'écriture de l'auteur, c'était fluide et si j'ai mis du temps à le lire c'est seulement par manque de temps à consacrer à la lecture, mais surtout parce que j'avais vraiment envie de le faire durer. L'humour est présent tout le long sans être lourd, au départ j'ai pensé que ce serait à la Donjon de Naheulbeuk mais en fait je dirais que c'est un humour plus proche de la série Kaamelot et Hero Corp et je préfère ça finalement. J'ai ri du début à la fin. le nombre de références à des films, séries et autres est impressionnant (on se demande vraiment comment l'auteur a pu penser à tout ça) et je pense que même un non-geek peut comprendre et apprécier.
Tout le long de l'histoire, Olivier Boile nous fait voyager entre le XXIe siècle et le XIVe siècle en alternant par chapitres et ça ne gêne aucunement dans la compréhension de l'histoire, au contraire. On fait connaissance avec les super-héros du XIVe siècle qui sont super entraînés au combat, mais aussi ceux du XXIe siècle qui sont de "simples" citoyens essayant de faire régner la justice au quotidien. Et ils vont lutter tous ensemble contre le mal qui touche leur siècle respectif.
Côté personnages, je suis fan de la plupart rien que pour leur nom et leur caractère : Bat Moine, Ronan le Destructeur (et son épée politiquement incorrecte), Captain Insensible, le Saint, l'Auriculaire, Palsecam, Princesse Microbe etc... fallait y penser ! J'ai adoré les super-héros du XIVe siècle, tout particulièrement Rainbow (qui porte bien son nom) et La Chouette (les deux personnage sur la couverture du livre). Cette dernière a une façon de parler plus proche de notre époque que de son siècle d'origine avec ses "tu vois", mais ça n'est pas choquant ça m'a même bien amusée. Côté XXIe siècle c'est Sammy que j'ai adoré, il est juste hallucinant !
J'avoue que je n'aurais pas été contre une suite mais la fin est une vrai fin, avec un épilogue qui clôture bien l'histoire et ne laisse a priori pas penser qu'il y aura une suite aux aventures de nos super-héros. Mon seul bémol, c'est qu'il y a un petit manque d'action ou plutôt que le plus gros de l'action n'arrive que vers la fin de l'histoire mais c'est un final explosif !
Bref, je peux dire que ce livre est un coup de coeur. J'y ai trouvé ce que j'attendais : de l'humour, de l'aventure, des héros attachants et l'histoire est truffée de références pas seulement réservées aux geeks, et ce du début à la fin. J'espère qu'Olivier Boile en a prévu d'autres comme ça !
Lien : http://monuniverslivresque.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ollyve
  19 juillet 2012
Saviez-vous qu'il y avait des super héros au Moyen-âge ? Eh bien il y en avait et ils pouvaient se déplacer dans le temps. Il y avait aussi des super méchants. Ce roman nous raconte un chassé-croisé temporel entre des super héros médiévaux, des pseudo super héros modernes et des super méchants qui veulent juste anéantir l'humanité.
Il y a tout pour faire un excellent roman : une histoire prenante, de l'humour (un humour décalé très rafraichissant), des personnages attachants et, pour la plupart, complétement barrés.
Un mélange littéraire entre Kick Ass et Héro Corp.
C'est un très bon premier roman et j'espère qu'il y aura une suite comme peut le laisser penser la fin.
Commenter  J’apprécie          70
Kenehan
  08 avril 2020
Dans une parodie totalement déjantée, Olivier Boile nous balance sa culture geek pour mieux nous remémorer la notre à coup de clins d'oeil et autres références. Tiraillé entre les versions, distantes de sept siècles, d'un Paris fantasmé, un groupe de superhéros met tout en oeuvre pour contrecarrer une épidémie peu naturelle.
Bien plus que l'histoire, somme toute sympathique, c'est la narration qui vaut ici le détour. Drôle, dynamique, joliment tournée, c'est elle qui donne toute sa saveur à ce roman.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
FifrildiFifrildi   31 mars 2020
- (...) Et si je puis me permettre, vous pourrez vous acharner à vous battre tant que vous voudrez, ce n'est pas ce qui mettra un terme rapide à ce conflit. Savez-vous pour combien de temps vous en avez encore?
- Un peu plus de cent ans, oui. Notre professeur d'Histoire Future nous en a touché deux mots, quoique sans entrer dans les détails : pour le bon déroulement de l'avenir, il serait néfaste d'en connaître trop. Il nous a tout de même certifié que les Rosbifs seraient boutés hors du royaume par une future élève de la RUSH. Une fille! Un genre de Magic Geneviève, celle qui avait tenu tête à GodScourge, le Fléau de Dieu, en 451... Vous confirmez?
- Je confirme. Comme le passé, l'avenir est parfois surprenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
laulauttelaulautte   11 novembre 2016
"- Je mettrais bien. Une piécette. Sur la petite, dit Captain Insensible en se tournant vers son voisin de droite.
- Laquelle ? L'armure sur pattes ? cracha celui-ci. Si tu es assez taré pour vouloir perdre tout ton blé, je t'en prie. Trois deniers sur la guerrière barbare.
- Tu ne changeras. Jamais. Mon cher Ronan. Quand tu comprendras. Que les biceps. Sont dépassés ? C'était bon. Pour le XIIe siècle. Aujourd'hui. Avec la technologie moderne. Le fer l'emporte. Toujours.
- Je te prends quand tu veux au corps au corps, sale boîte de ferraille rouillée !
- Ah oui ? Mais il. Se croit où. Le Chippendale ?"
Ces piques finalement assez minables possédaient tout de même un intérêt indéniable : elles indiquaient que leur excursion au troisième millénaire avait laissé des souvenirs marquants, y compris au niveau du vocabulaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
laulauttelaulautte   15 novembre 2016
Attirées comme la phalène l'est par la lampe de chevet ou la vérole par le bas clergé, les religieuses de l'abbaye de la Sainte-Ampoule avaient abandonné leurs activités respectives pour se précipiter vers l'irrésistible aura de sainteté qui émanait d'Eternal Savior. Celui-ci se retrouva bientôt dans la position fort inconvenante de Sir Galahad au château d'Anthrax, entouré de dizaines de jeunes nonnes [...] rendues hystériques par la présence du Messie. Même s'il n'était pas encore question que des filles nues se jettent sur lui, l'admirent, le tuent et s'arrachent sa vertu, il était certain que, dans un futur très proche, on parlerait de lui partout dans la rue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
laulauttelaulautte   14 novembre 2016
- […] Comme si brûler les cadavres de milliers de pestiférés ne suffisait pas, il paraît que l’on est en train de faire de même avec les Juifs, les lépreux, les cagots, les sodomites, et globalement tous les parias que l’on soupçonne de transmettre la maladie.
- Le coup classique du bouc émissaire. Chaque époque y a droit, même si l’identité des réprouvés change avec le temps. Si une telle catastrophe avait dû s’abattre sur le XXIe siècle, la société aurait trouvé le moyen d’accuser les Maghrébins, les chômeurs ou les rôlistes. J’imagine la populace déchaînée clouer au pilori le petit Karim, l’un de mes clients réguliers quand je travaillais à la Nouvelle-Courbevoie…
- Un homme dangereux ?
- Non. Il se contente de noyer son chagrin dans la mozzarella à chaque fois que midi sonne, et passe ses nuits à jouer le rôle d’orcs sanguinaires dotés d’épées vorpales +4 pour oublier qu’aucune entreprise ne veut le recruter avec un Bac +8.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
laulauttelaulautte   10 novembre 2016
« Quelle décision stupide ! s’exclama Tristan après que l’engin de mort eut disparu parmi les éclaboussures d’eau souillée et les gaz d’échappement. Orlando est fou ! Pourquoi s’entêter à rester ici ? Cette époque est cent fois pire que la nôtre, vous ne trouvez pas, les gars ?
- Personnellement je préfère le XXIe siècle au XXIIIe », confessa la forme humaine de Captain Insensible. Leurs armures en titane, leurs armes en je ne sais pas quel métal indestructible, ce n’était pas très fair-play…
- Ce ne sera, rectifia Tristan. Tu as dit « ce n’était » alors que l’on parle du XXIIIe siècle, le futur donc. Ce ne sera pas très fair-play. »
Georges en convint à contrecœur. Ceci étant, si son compagnon avait raison d’un point de vue grammatical, ils avaient effectivement dû remplir une courte mission au XXIIIe siècle avant d’effectuer ce voyage au XXIe et avant, mettons, de connaître l’année 1360. Dans ces conditions, on admettra que les règles de conjugaison puissent subir de légères distorsions temporelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Olivier Boile (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Boile
Le mois d'octobre, pour la troisième année consécutive, est le mois de l'Imaginaire. Pour fêter et agrémenter cet évènement, nous vous proposons de découvrir la rencontre organisée à Decitre Grenoble le 24 octobre 2019 avec :
-Jean-Laurent del Socorro pour son roman Je suis fille de rage aux éditions ActuSF -Thibaud Latil-Nicolas pour son roman Chevauche-Brumes aux éditions Mnémos -Olivier Boile pour son recueil de nouvelles Et tu la nommeras Kiev aux éditions Nestiveqnen
autres livres classés : parodieVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2083 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre