AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081624801
150 pages
Éditeur : Flammarion (01/10/2004)
4.05/5   396 notes
Résumé :
" Un coup frappé à la porte. Un surveillant entra. Je vous amène la nouvelle élève, elle s'était égarée dans les couloirs... La fille pénétra dans la classe. C'était elle, bien sûr, pensa Tristan. Comme si tout était écrit à l'avance. Je le crois pas! tonitrua Said. Tristan a flashé sur cette meuf! Un silence total s'abattit sur la classe. Tristan avait une drôle de boule nouée à l'intérieur du ventre. Une boule faite d'un sentiment étrange qu'il n'avait pas envie, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
4,05

sur 396 notes
5
30 avis
4
27 avis
3
10 avis
2
3 avis
1
0 avis

Bruidelo
  21 avril 2021
Un bon petit roman ados. Un côté fleur bleue qui pousse dans les tours grises, j'aime bien.
Ils sont sympas, Tristan et Clélia, attachants, on s'y projette avec plaisir, dans leurs émois amoureux.
Tristan semble coincé dans une sale ornière, son meilleur copain tourne mal et notre héros pourrait bien se laisser entraîner dans de sales trafics. Déjà que la situation n'était pas brillante...
Mais voilà que déboule dans sa classe une fille stupidement souriante, ridiculement attifée d'un zomblou jaune trop grand, avec une façon de parler qui détonne dans la Cité. Une fille qui adore lire.
Et voilà Tristan tout chamboulé, paumé, déchiré entre des inclinaisons contradictoires, son attirance pour Clélia, le regard de ses potes...
Même si ce n'est pas forcément très juste, très réaliste, si les problèmes se résolvent trop vite, trop facilement, au fond tout ça, on s'en fiche, on marche, on rêve, et c'est une lecture qui fait du bien. Je pourrais dire que Pierre Bottero est plus à l'aise dans les mondes imaginaires, mais je n'en ai même pas envie, ce serait un peu trahir mon bonheur de lecture. le défaut de ce livre, c'est aussi sa qualité: introduire trop de tendresse dans la dureté du monde pour qu'on puisse vraiment y croire, faire triompher trop aisément les bons sentiments, être à rebours du cynisme ambiant, c'est aussi ce qui rend Tour B2 mon amour si doux à lire, si touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
nateag-oilebab
  28 mars 2010
Une histoire d'amour finalement peu originale, mais tellement poétique, et si bien écrite...
Ça ce lit rapidement et facilement, avec plaisir et délectation...
Commenter  J’apprécie          480
Melisende
  01 janvier 2012
Troisième roman lu lors du Read-A-Thon du 10 décembre dernier (non, je n'ai pas du tout trois semaines de retard dans mes chroniques !) et troisième très bonne surprise. de Monsieur Pierre Bottero, je n'avais lu jusque là, que la première trilogie d'Ewilan - La Quête d'Ewilan - mais à force d'entendre Matilda vanter les mérites des autres livres de l'auteur, je me suis laissée tenter.
J'avais un peu peur de lire un e=mc², mon amour - de Patrick Cauvin, lu il y a quelques mois et qui m'avait laissée plutôt mitigée - bis (et vu la similitude du titre, je pense que le rapprochement est voulu par Pierre Bottero), mais en fait non. Si le thème général (une histoire d'amour entre deux adolescents que tout oppose) peut se rapprocher de cet ancien titre, j'ai trouvé Tour B2, mon amour, beaucoup plus abordable, plus agréable à lire. J'ai même envie de le proposer à quelques jeunes élèves du lycée dans lequel je travaille, élèves qui ont horreur de lire. Je pense que ça peut être une bonne approche du monde tant redouté des livres tout en abordant des sujets qui les toucheront car proches de leur quotidien.
Alors, Tour B2, mon amour, c'est l'histoire d'une rencontre qui va chambouler la vie de deux jeunes adolescents et de leur entourage.
Tristan vit dans la Tour B2 de la cité depuis qu'il est enfant, seul avec sa mère. Loin d'être un mauvais bougre, l'âge et ses fréquentations ne lui font pas toujours faire les bons choix. Lorsque Clélia arrive dans sa classe, avec son manteau jaune trop grand et ses grandes références littéraires, il est intrigué. Mais hors de question de montrer à ses amis que la nouvelle un peu godiche l'intéresse ! Décidant de mettre de côté les remarques de ses camarades, Tristan se rapproche petit à petit de Clélia qui l'initie à l'amour des livres et des mots… le comportement du garçon s'améliore - notamment en classe et avec sa mère - jusqu'à ce que ses copains lui mettent la pression au sujet de la jeune rêveuse et là… tout dérape.
L'histoire n'a rien de particulièrement original, mais je l'ai trouvée très juste, authentique. Tristan et Clélia ont su me toucher et toucheront sans doute les jeunes lecteurs qui pourront se retrouver en eux ou pourront identifier des amis/connaissances à eux à ces deux jeunes héros. le thème de l'amour malgré les différences et malgré l'entourage (ici les amis) est universel et, ici replacer dans un contexte contemporain, il ne fait aucun doute qu'il saura intéresser les lecteurs adolescents (et les plus vieux).
Si je regrette une petite chose, outre le côté un peu cliché et facile de l'histoire (mais c'est plein de bons sentiments alors…), c'est la façon qu'a le jeune Tristan de s'exprimer dans l'avant-dernier chapitre. A-t-on déjà vu un adolescent qui, un mois plus tôt n'avait jamais entendu parler de Tristan et Iseut ou Clélia et Fabrice (dans La Chartreuse de Parme de Stendhal), faire une aussi belle déclaration d'amour ? A-t-on déjà vu un adolescent tout court faire une belle déclaration d'amour ? Déjà que les hommes adultes peinent… Non, trêve de plaisanteries. C'est un peu « gros », pas très réaliste. Mais bon, une nouvelle fois, c'est plein de bons sentiments, c'est mignon et ça met du baume au coeur, alors on ferme les yeux.
Un peu à l'instar de e=mc², mon amour, Pierre Bottero alterne les points de vue à chaque nouveau chapitre, en privilégiant tout de même le point de vue externe dédié au jeune Tristan. Clélia gagne des chapitres beaucoup plus court (une page) mais l'auteur l'a fait intervenir à la première personne. Ce sont plus des successions de phrases installées parfois à la façon d'un poème, toujours datées, comme si les chapitres de Clélia correspondaient à chaque fois à une page du journal intime de la jeune fille, ou à un de ces petits papiers qu'elle confiait à Tom Bombadil, son ami, l'arbre dans le jardin de son ancienne maison.
Tour B2, mon amour dépasse à peine les 150 pages. C'est court (quoique parfaitement dans les « normes » pour les romans « jeunesse ») mais c'est juste ce qu'il faut. Les mots glissent tout seuls, les pages défilent et l'on referme ce petit livre, un sourire aux lèvres, les yeux brillants et du baume au coeur. Pour les fans de Pierre Bottero, les jeunes lecteurs et les moins jeunes !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
linabdl
  02 septembre 2012
Une histoire d'amour poétique, émouvante, surprenante. Impossible de lâcher ce roman une fois qu'on l'a commencé.
Le « couple » de Tristan et Clélia m'a touché. Certes, c'est une histoire d'amour, on sait comment ça va finir, mais c'est tellement beau, tellement poétique et plein de sensibilité. Ça change des histoires pour ados, des clichés et des stéréotypes qu'on nous rabâche, notamment dans les romans anglais ou américains.
C'est une histoire très jolie, très émouvante et très agréable. C'est un coup de coeur pour moi et je le recommande aux adolescents comme aux adultes !
Commenter  J’apprécie          350
rabanne
  14 février 2021
En ce jour des amoureux, voici dans le thème une lecture jeunesse rafraîchissante effectuée tout récemment.
Une rencontre foudroyante au pied de la Tour B2 ? Ça n'avait pourtant pas l'air d'avoir bien commencé entre Clélia et Tristan, n'ayant pas grand chose en commun, à commencer par leur langage, leurs loisirs, leurs fréquentations. Mais petit à petit, au contact l'un de l'autre et malgré les embûches, ils vont apprendre à se reconnaître mutuellement, bénéfiquement, et s'épanouir totalement ensemble...
Même si le récit n'évite pas quelques clichés, sur la cité, la misère sociale, il reste crédible quant à la véracité des sentiments adolescents : quête d'identité, difficulté à se démarquer du groupe, besoin du regard et de l'assentiment des autres. le sexisme est également présent, et il est appréciable de lire le ressenti des deux protagonistes (roman choral), de la fille comme celui du garçon.
En bref, la plume de l'auteur a eu la faveur de me toucher, par son authenticité et sa sensualité... Nous avons tous été amoureux un jour, avec des étoiles plein les yeux et des papillons dans le ventre ! ;-)
(À partir de 13 ans : 4 e, "Dire l'amour" au programme de français)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3015

Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
YuckyYucky   18 juin 2011
"-Je suis sincère. Je comprends volontiers que tu aies d'autres occupations et je suis capable de me débrouiller seule.
-Capable de te faire insulter et d'être ridicule, j'ai remarqué!
Clélia s'arrêta net et se planta devant lui. Elle ne lui arrivait guère plus hut que l'épaule mais la colère la faisait frémir gommait leur différence de taille.
-Tu es injuste, mesquin et blessant, lança-t-elle.Je ne vois pas en quoi je serais responsable des insultes que l'on m'adresse gratuitement! Et pour ce qui est du rdicule, cela fait longtemps qu'il ne tue plus; Regarde-toi, tu es en parfaite santé!
[...]
-je vais alimenter le moulin de bassesses que tu fais tourner avec tes amis. la phrase sur le ridicul n'est pas de moi, je l'ai volée à Raymond Devos. Tu ignore sans doute de qui il s'agit, puisque ce n'est pas un joueur de foot, alors je vais te traduire sa pensée avec un mot que tu pourras comprendre: merde!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
AupieddlalettreAupieddlalettre   25 septembre 2010
-J'écris
-Tu écris quoi?
-Des phrases, les miennes ou celle des autres.
Des pensées un peu bizarres, des souhaits, des remarques, des poèmes, des promesses que je me fais... Tout ce qui me passe par la tête et que j'ai envie de coucher sur le papier.
Commenter  J’apprécie          1190
AupieddlalettreAupieddlalettre   25 septembre 2010
Cité de bétons. Facades anonymes.
Combat.
Injustice.
Solitude.
Les rêves se noient sous les larmes de la réalité, la pauvreté règne sur les coeurs et pourtant...
... Je suis heureuse
Si heureuse.
Commenter  J’apprécie          840
LilinoueLilinoue   12 octobre 2011
-Si tu regardes exactement entre les deux grandes tours qui se dressent là-bas, tu découvres un morceau entier de colline entre des arbres et des rochers. Tu les vois?
-Oui. Pas terrible comme forêt...
-Ca dépend. Pour moi, c'est une bouée, je m'y accroche et j'attend d'aller mieux...Tu comprends?
Non, Tristan ne comprenait pas. Il fut donc stupéfait de s'entendre répondre sur un ton calme des mots qu'il n'avait jamais dits à personne. Des mots qu'il ignorait penser.
-Moi, je n'ai pas de bouée, mais j'ai toujours vécu ici, je sais nager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
AupieddlalettreAupieddlalettre   25 septembre 2010
Pourquoi tu me l'as pas dit ?
Pas que tu était con, ça je le savais, mais que tu étais amoureux ?
Que Clélia était la bonne, celle qui t'avait chouré le coeur et qui le gardait?
Commenter  J’apprécie          970

Videos de Pierre Bottero (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero
Les auteurs de nos séries consacrées à l'univers de Pierre Bottero se retrouvent pour répondre à vos questions et vous proposent de jouer à "dessiner c'est gagné" en direct. En présence de Montse Martin, Laurence Baldetti et Lylian. Rencontre animée par Tiboudouboudou.
autres livres classés : citéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Ellana, le livre que vous devriez connaître par coeur.

Où Ellana fut élevée durant ces jeunes années ?

Chez son père et sa mère.
Dans la Forêt-Maison des Petits.
Dans la maison de son oncle.
Chez Jilano.

7 questions
313 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre BotteroCréer un quiz sur ce livre

.. ..