AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070669967
272 pages
Gallimard Jeunesse (09/06/2016)
4.19/5   238 notes
Résumé :
Il y a près de dix ans, John Boyne écrivait son premier et inoubliable récit pour la jeunesse : l'histoire d'un enfant vivant à l'ombre du régime nazi, Le garçon en pyjama rayé.
Cette année, rencontrez un autre garçon au destin bien différent, mais tout aussi troublant : Le garçon au sommet de la montagne.

À l'aube de la Seconde Guerre mondiale, Pierrot vit à Paris avec ses parents, ignorant tout des nazis. Devenu orphelin, il est envoyé chez ... >Voir plus
Que lire après Le garçon au sommet de la montagneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (84) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 238 notes
5
43 avis
4
29 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Avant de débuter cette critique, je voudrais remercier les éditions gallimard - on lit plus fort pour l'envoi de ce livre. John Boyne est un auteur que j'apprécie alors forcement j'étais ravie de découvrir ce nouveau roman à paraitre le 9 juin 2016.

On fait ici la connaissance de Pierrot, un jeune franco-allemand dans les années 30 a Paris. Son père est revenu ravager de la Grande guerre : "Même si le père de Pierrot Fisher n'était pas mort à la Grande Guerre, sa mère, Émilie, n'en démordait pas, c'était la guerre qui l'avait tué." Il finit d'ailleurs par se suicider tant la vie lui est devenu impossible. Quelques temps plus tard, c'est au tour de la mère de Pierrot de mourir. le jeune garçon se retrouve donc rapidement orphelin. Il est d'abord placé dans un orphelinat puis la soeur de son père décide de l'accueillir dans la maison ou elle est gouvernante. Cette maison n'est autre que la résidence secondaire d'Hitler.

On assiste a la transformation du petit garçon innocent à l'adolescent monstrueux. L'influence du dictateur est affreuse sur Pierrot qui subit un véritable lavage de cerveau. Il fera des choix qui le hanteront toute sa vie.

C'est un roman passionnant, sur une triste période de l'histoire. Il plaira sans aucun doute au plus jeune comme aux adultes. Quand a moi, vous l'aurez compris, je suis a nouveau conquise.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          470
"Le garçon au sommet de la montagne" s'adresse à un public adolescent, mon adolescence est terminée depuis bien longtemps mais cela ne m'a pas empêchée de ressentir de l'effroi devant la transformation de ce petit Pierrot en Pieter.

Pierrot devenu orphelin à l'âge de 7 ans quitte Paris pour rejoindre un orphelinat en attendant d'être adopté. Il partira finalement très vite en Autriche rejoindre sa tante Béatriz. Il va vivre auprès d'elle au Berghof dans une des résidences de Monsieur et Madame qui ne sont autres que Hitler et Eva Braun.
Ce petit Pierrot tendre, sensible, timoré va se laisser endoctriner et endosser avec joie et fierté le costume de l'horreur.
John Boyne décrit avec beaucoup d'adresse la façon dont ce petit bout d'homme de 7 ans va se faire manipuler et basculer dans l'indicible.
Le personnel qui gravite dans cette demeure a un regard beaucoup plus distancié, lucide et voit avec tristesse et horreur la metamorphose de Pierrot qui n'hésite pas à trahir les siens.
Embrigadé, rien ne semble l'arrêter. La dernière partie du roman montre l'après. Pieter va-t-il pouvoir reprendre son costume de Pierrot et se sentir à l'aise ?
«Ne fais jamais semblant de ne pas savoir ce qui se passait. Ce serait le pire de tous les crimes. »
Commenter  J’apprécie          400
Pierrot Fischer est un jeune garçon insouciant, même si, à la maison, la vie n'est pas rose : papa, allemand d'origine, a fait la Grande Guerre et souffre de ce que l'on appelle maintenant le stress post-traumatique.

Mais en ce temps-là, il n'y avait pas de mots, juste des cauchemars, des coups, de la boisson. Pas drôle tous les jours, et pendant ce temps-là, un moustachu montait, lançait ses théories fumeuses et la haine raciale montait plus vite que le thermomètre un jour de canicule.

En quelques années, la vie de Pierrot va être bouleversée et notre jeune garçon va se retrouver sous la tutelle de sa tante, la soeur de son père, qui est gouvernante dans la maison au sommet de la montagne, le fameux Berghof du moustachu bien connu. Moustachu qui n'aime pas les enfants, le bruit, qui ne mange pas de viande et aime son chien.

Ce roman jeunesse va nous montrer la transformation du jeune Pierrot, garçon sympathique, timide, gentil, en un Pieter (ça faisait plus allemand) passé du côté obscur de la Force, avec une facilité qui fait froid dans le dos.

Le trouduc' moustachu a inculqué à Pieter ses grandes idées de merde, lui a filé un uniforme, lui a donné un peu de pouvoir et ça a corrompu le gamin qui est devenu un être immonde, méchant, fier de son pouvoir, en usant et en abusant sur le personnel, allant même jusqu'à… Terrible !

Il était naïf, il était doux, le voici devenu un petit merdeux brutal que l'on a envie de balancer par la fenêtre, surtout après ce qu'il a fait et dont il n'a pas l'air d'avoir conscience, puisque pour lui, il a défendu sa patrie, son guide suprême…

C'est une grande question qui me hante : qu'est-ce que j'aurais fait à cette époque-là, dans ce régime-là ? Résistante ? Collabo ? Planquée à la cave ? La dernière solution me correspond le plus… Je ne suis pas une héroïne et j'aurais sans doute chi* dans ma culotte...

Alors, tandis que je fustigeais ce gamin de merde, lui souhaitant le pire, je me suis mise à sa place : jeune, perdu, orphelin, balancé dans un autre pays, à l'écart de tout, le crâne bourré de théories horribles dont il n'a pas conscience, puisqu'il ne sait pas ce qu'il se passe dans les camps, à la guerre…

Pour lui, des douches qui ne délivrent pas d'eau, c'est une aberration, mais il ne comprend pas, et entre nous, à son âge et à cette époque, nous n'aurions sans doute pas compris non plus.

Tandis que moi, je sais (pas difficile quand on est née après la Seconde Guerre Mondiale). Pouvais-je le fustiger comme je le faisais ou bien, à sa place, serais-je devenue comme lui, fière de mon petit uniforme, de mon statut, de mon pouvoir ? Non, je ne veux pas avoir la réponse à ma question, parce que je pense qu'elle ne serait pas honorable à entendre.

Me mettre à sa place m'a permis de comprendre le gamin, même si je n'ai pas pardonné certains de ses actes. le cerveau d'un enfant est malléable et facile à retourner, plus facile à farcir d'idées nauséabondes qu'une dinde froide sur l'étal d'un boucher.

L'endoctrinement, c'est une arme de destruction massive, qui fait plus de dégâts qu'une bombe et dont les effets se font ressentir le plus longtemps. La propagande est sa grande complice et à eux deux, ils lavent les cerveaux, les esprits, annihilent la capacité à réfléchir par soi-même, foutent des fausses infos dans les têtes et quand la vérité met enfin ses chaussures, les mensonges ont fait plusieurs fois le tour de la Terre et c'est trop tard.

Un roman jeunesse qui fait froid dans le dos, qui montre comment il est facile de transformer un gentil gamin en un salopard imbu de sa petite personne, qui ne réfléchit plus, qui se sent agressé lorsque des gens ne sont pas d'accord avec le régime et la guerre déclenchée par le trouduc' (là, Pieter me dénoncerait).

Cette lecture permet aussi de comprendre pourquoi certains se sont sentis mis en valeur par ce régime de tortionnaires, rien qu'en ayant un peu de pouvoir, et pourquoi ça marche toujours de nos jours, quel que soit le régime : politique ou religieux. Ils ont un truc auquel s'accrocher, une idéologie qui leur donne une place.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          190
C'est demain, jeudi 9 juin 2016, que le garçon au sommet de la montagne sort dans toutes les librairies de France. Si j'avais juste un conseil à vous donner, ce serait celui de vous précipiter au plus vite l'acheter.

Le plus grand nombre d'entre vous doit connaître John Boyne, l'auteur tant apprécié du roman le garçon en pyjama rayé, qui a connu un énorme succès partout dans le monde, et qui a même eut le privilège d'être adapté au cinéma. Dans la lignée de ce livre-ci, ainsi que de son dernier ouvrage, Mon père est parti à la guerre, le garçon au sommet de la montagne raconte l'histoire d'un jeune garçon, Pierrot Fischer, vivant à Paris, dont l'enfance va être bousculée par la guerre. Son père est d'abord envoyé combattre, puis revient complètement changé de cette boucherie humaine. Ne sachant pas se réadapter à la vie civile, il se suicidera sous les rails d'un train. Sa mère mourra également quelques temps après, d'une maladie. Pierrot va se retrouver seul, ballotté dans un orphelinat, jusqu'à ce que sa tante, Beatrix, gouvernante dans une grande maison, le rapatrie à son côté. Hélas, Pierrot, bien vite renommé Pieter, en raison des connotations trop françaises de son prénom, va atterrir dans une maison secondaire du grand chef Allemand, Hitler.

C'est un récit vraiment bouleversant, du grand John Boyne, avec de la douceur et de la naïveté lancées dans un monde brutal et monstrueux. le petite Pierrot (ou Pieter) se retrouve, malgré son jeune âge, face aux désastres de la guerre. Il a perdu son père, sa mère, son meilleur ami, Anshel, un petit garçon juif, qui était aussi son voisin. Il n'a plus aucun repère.

Pas étonnant que lorsqu'il emménage donc à Berghof, dans la résidence secondaire du Führer, et qu'il fait personnellement sa connaissance, il prenne ce fameux Hitler comme un modèle à suivre. Il faut dire que Pierrot, de part son jeune âge, ne connait rien de la vie, de la guerre ou de la conduite à tenir face à ce genre de personnage. Alors comment en vouloir à ce petit bonhomme, déjà rongé par la vie, de s'attacher à un tel homme ?

L'influence d'Hitler sur les êtres innocents se voit clairement à travers Pierrot. Pierrot est enrôlé, inconsciemment, sans savoir les conséquences que cela va avoir, dans ce que l'on appelle les Jeunesses hitlériennes. En mettant les jeunes en avant, Hitler s'assure d'avoir sous la main une future génération d'armée nazis. Un endoctrinement parfaitement illustré dans ce livre.

Liant histoire et fiction, John Boyne accompli, une nouvelle fois, un tour de force. Je ne m'émerveillerais jamais des histoires qu'il couche sur papier. Tout cela paraît si réel... et en même temps, on a du mal à croire à tant d'horreurs. Les émotions transmis à travers les personnages sont si fortes et poignantes, qu'on ne peut pas ressortir indemne de ce genre de lecture.

Je peux clairement dire que ce roman fût un coup de coeur. La cruauté et l'innocence s'entremêlent pour donner une histoire tragique et bouleversante.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
Commenter  J’apprécie          200
Voici un livre qui peint à merveille l'endoctrinement des jeunes et moins jeunes d'ailleurs. Un jeune cerveau est plus malléable, plus facile à faire croire monts et merveilles, puisqu'il n'a rien connu d'autre ou si peu.
C'est une très belle histoire, de ce jeune Pierrot de parents de nationalité que tout oppose aux deux guerres mondiales, lui, il a si peu connu la France, que facilement avec les souvenirs forts de son père, et son refuge chez sa tante en Autriche, il deviendra un vrai petit allemand, un terrible exemple parfait à la jeunesse hitlérienne comme celui qui l'accueille.
C'est intéressant de voir la transformation du jeune gamin, comment au fil de l'eau, il a pris de l'assurance, se moulant parfaitement dans les pas de son mentor. C'est tout ce côté de la personnalité de Pierter qui donne la richesse à ce roman. Un bel exemple pour une lecture jeunesse avec ce que l'on connait actuellement, ça aide à comprendre pourquoi certains jeunes n'ayant plus rien ou plus d'estime de soi, se raccrochent à d'autres étoiles même si elles brillent pas pour les bonnes causes.
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (2)
LaLibreBelgique
10 mars 2017
Un roman fort, réaliste et jusqu’au-boutiste lui aussi, qui ne laisse pas indifférent.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Ricochet
13 juillet 2016

Un récit passionnant que l'on peine à lâcher.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Elle avait secoué la tête et lui avait pris le visage entre ses mains.
- Regarde-moi bien, Pieter, avait-elle dit. Regarde-moi - il avait levé des yeux remplis de larmes. Ne fais jamais semblant de ne pas savoir ce qui se passait au Berghof. Tu as des yeux et des oreilles. Et, plus d'une fois, tu t'es trouvé dans ce bureau à Prendre des notes. Tu as tout entendu. Tu as tout vu. Tu savais tout. Comme tu sais ce dont tu es responsable. (Elle avait hésité mais il fallait que les choses soient dites.) Les morts que tu as sur la conscience. Tu es encore jeune, tu n'as que seize ans. Tu as la vie devant toi pour assumer ta complicité dans ces affaires. Ne te dis jamais que tu ne savais pas. (Elle retira ses mains.) Ce serait le pire de tous les crimes.
Commenter  J’apprécie          50
Même si le père de Pierrot Fisher n’était pas mort à la Grande Guerre, sa mère, Émilie, n'en démordait pas, c’était la guerre qui l'avait tué.
Commenter  J’apprécie          160
A l'orphelinat, tout n'était pas aussi rose qu'Adèle Durand le prétendait. Les lits étaient durs et les couvertures fines. Quand la nourriture était abondante, elle était insipide, et quand elle était rare, elle était bonne.
Commenter  J’apprécie          90
- Tu sais pourquoi les hommes portent un uniforme Pierrot ?
- Parce que un homme en uniforme est persuadé de pouvoir faire ce qu'il veut. [...] de pouvoir traiter les autres comme jamais il ne le ferait s'il était habillé en civil. Col, pardessus et bottes militaires. L'uniforme autorise l'homme à exercer sa cruauté sans se sentir coupable.
Commenter  J’apprécie          50
Ne fais jamais semblant de ne pas savoir ce qui se passait. Ce serait le pire de tous les crimes.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de John Boyne (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Boyne
Extrait du livre audio « La Vie en fuite » de John Boyne, traduit par Sophie Aslanides, lu par Rafaèle Moutier. Parution numérique le 6 décembre 2023.
En savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre/la-vie-en-fuite-9791035414290/ Commander sa version CD : https://boutique.audiolib.fr/produit/2719/9791035414290/la-vie-en-fuite
autres livres classés : hitlerVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (508) Voir plus



Quiz Voir plus

Le garçon en pyjama rayé

Bruno a quel âge?

13 ans
9 ans
11 ans
8 ans
12 ans

9 questions
299 lecteurs ont répondu
Thème : Le garçon en pyjama rayé de John BoyneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..