AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782258206441
480 pages
Presses de la Cité (12/10/2023)
4.32/5   14 notes
Résumé :
En 1914 commence une aventure hors du commun
pour Vitaline et d’autres Savoyardes, recrutées par les
élites slaves pour leur maîtrise du ançais. Vitaline
découvre les splendeurs du palais impérial de Saint-
Pétersbourg, connaît ses premiers émois avec le
grand-duc Vadim, puis les prisons de Lénine.
De retour en France, devenue une brodeuse
prisée par la maison Chanel, elle ne peut oublier
son amitié avec Flore... >Voir plus
Que lire après L'Amour aux troussesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,32

sur 14 notes
5
8 avis
4
1 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je me suis laissé emporter par le nouveau roman de cette auteure dont j'avais beaucoup aimé les deux précédents Un voyage nommé désir et Les liaisons périlleuses
Cette fois, elle nous embarque dans la Russie des Tsars, tout en gardant un pied en terre savoyarde pour aborder un sujet méconnu qui ferait scandale aujourdh'ui : ces femmes belles et instruites étaient offertes en cadeau diplomatique. Je n'en dis pas plus.
Rencontres sentimentales, trahison, rivalités familiales, traditions, décor historique et touche de sensualité... on retrouve les thèmes chers à Frédérique-Sophie Braize dans cette histoire poignante où l'humour a également sa place.
L'auteure donne ici toute la mesure de son talent de romancière.
Une réussite.
1914 - Vitaline quitte les Alpes pour Saint-Pétersbourg sans soupçonner que ses entrées au palais impérial vont la conduire dans les prisons de Lénine. Dans le wagon à bestiaux qui la ramène en France cinq ans plus tard, elle réalise que son coeur a pris le chemin de l'exil avec le grand-duc Vadim. Et que son âme est restée en Russie avec Flore, une Savoyarde captive des bolcheviks.
De retour au pays, Vitaline apporte des photos de Flore à Hugo, un chasseur alpin qui a survécu à l'enfer de la Grande Guerre. Aura-t-elle le courage de lui dire la vérité sur sa soeur adorée ? Cela l'obligerait à dévoiler le relâchement des moeurs dans l'Empire des tsars, alors que le beau montagnard fuit le tumulte des années folles. La mode aussi fait sa révolution. le folklore slave inspire les grands couturiers comme Chanel qui s'éprend du charmant Vadim que Vitaline retrouve ruiné à Paris.


Commenter  J’apprécie          70
Le 15 juillet 1914, Raymond Poincaré, Président de la République française, effectue une visite d'Etat en Russie. L'objectif est d'entretenir les liens entre les deux pays et de « fonder des alliances visant le maintien de la paix en Europe. » (p. 116) Il est accompagné d'une quarantaine de Savoyardes, qui constituent un cadeau diplomatique. Elles sont infirmières, gouvernantes, préceptrices, cuisinières, couturières, institutrices ou religieuses. La plupart de ces femmes ont choisi de partir, attirées par les perspectives d'avenir. L'une d'elles, Flore, a été forcée par sa congrégation. Vitaline doit dix ans de service à l'Etat en paiement de sa formation à l'école normale. Elle préfère les effectuer en Russie plutôt que dans son village natal.

Après un voyage en train et une traversée en bateau mouvementée, les femmes sont accueillies par un dîner de gala. Ce soir-là, Vitaline rencontre le Grand-Duc Vadim de Russie, cousin du tsar. Par la suite, elle est employée par la soeur de celui-ci, Isadora de Russie, alors que la guerre rugit en Europe et que la Révolution bolchévique menace sa liberté. Prise au piège du chaos de l'Histoire, c'est dans les geôles de Lénine que s'achève son séjour russe.

Dans ce roman, Frédérique-Sophie Braize rend hommage aux trois cent quinze Savoyardes, exilées en Russie, entre 1875 et 1914. Devenues sujettes du tsar, elles ont été torturées et sacrifiées sous l'autel de la révolution de 1917. Elles sont passées du faste des palais à la misère des prisons de Lénine : interrogatoires musclés, famines, froid, etc. Déchue de leur nationalité, personne ne pouvait les aider et leurs actes passés auprès des blessés ou des enfants ont été effacés.

Le récit de Vitaline débute en 1919, lors de son arrivée en France. Il alterne entre sa difficile réadaptation et les épreuves endurées pendant la guerre. Elle relate le voyage jusqu'à Saint-Pétersbourg, ses actions en terre russe, ses amours et ses amitiés, le renversement du pouvoir et les conséquences pour les Françaises. A son retour, submergée par un fort sentiment de culpabilité, elle décide de tenir sa promesse à Flore, qu'elle a été forcée d'abandonner en prison : rencontrer Hugo, le frère de son amie. Peut-elle tout dire à celui-ci ? Est-elle prête à écrire un nouveau pan de son histoire, alors que les pages du passé l'ont précédée en France ?

Vitaline m'a touchée par sa sincérité et son authenticité. J'ai aimé son portrait nuancé. Les évènements la forcent à faire preuve de courage, à lutter pour sa survie, mais elle assume sa fragilité. Elle est une amie fidèle, mais fait, parfois, preuve d'exaspération. Elle a un esprit vif, mais est naïve dans certaines situations. Elle est généreuse, mais reconnaît qu'elle ressent de la jalousie. Malgré son destin extraordinaire, je me suis sentie proche d'elle. Aussi, j'ai tremblé pour elle, j'ai partagé ses peines et espéré que le bonheur l'emporte.

J'ai adoré L'Amour aux trousses.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
Commenter  J’apprécie          70
Un sublime livre fondé sur des faits réels qui met à jour un pan fort méconnu de l'Histoire. Dans cet énorme pavé de plus de 500 pages, où jamais l'on ne s'ennuie, l'auteure met un point d'honneur à rendre hommage à des jeunes Savoyardes, toutes célibataires, volontaires, recrutées par l'élite russe pour leur maîtrise du français, qui à partir de 1875, laïques ou religieuses, ont accepté de s'exiler en Russie comme institutrices, préceptrices, gouvernantes, couturières, cuisinières, infirmières...autre critère, être jolies.

C'est à travers des faits réels que Frédérique-Sophie Braize s'est attachée, en y mêlant ses personnages de fiction, à reconstituer ce que fut leur parcours héroïque, des femmes qui se sont éteintes une à une sans que jamais personne n'en fasse état ou à peine. Des centaines de Savoyardes, qui entre 1875 et 1918, ont été prises à mal entre 1ère guerre mondiale et Révolution russe.

Le 16 juillet 1914, le Président Raymond Poincaré décide de se rendre en Russie, visite destinée à entretenir les liens entre Paris et St Pétersbourg et à fonder des alliances visant le maintien de la paix en Europe. Il va embarquer à bord du cuirassé Le France, emmenant dans son sillage une partie de ces jeunes Savoyardes "offertes en cadeau diplomatique" au Tsar Nicolas II.


Des jeunes montagnardes instruites et robustes qui vont de Haute-Savoie arriver à Paris, prendre le train présidentiel qui les mènera à Dunkerque, où elles embarqueront sur « Le France » direction la Russie. C'est sur le cuirassier que des liens d'amitié vont se nouer entre Vitaline, Flore, Paule, Chantal, Christiane, Therèse-Anne et les autres. de cet état de fait, elles deviennent sujettes du Tsar, leur vie va prendre des proportions inattendues ; après avoir vécu auprès de l'élite russe, côtoyer les plus beaux salons des palais impériaux, approché la Tsarine et rencontré Raspoutine, pour certaines, la 1ère guerre mondiale éclate, prises dans cette tourmente, elles seront envoyées sur le front pour soigner les blessés, puis assisteront à la Révolution russe, à la chute du dernier Tsar, subiront les interrogatoires de la Tcheka, connaîtront les privations, la famine et les prisons de Lénine ; pendant que certaines y croupiront et y mourront, d'autres plus "chanceuses" pourront enfin revenir en France après avoir récupérer un passeport français.

Dans un second temps, après 5 ans d'exil, à la fin de la guerre nous retrouverons certaines de ces héroïnes dans le Paris des années folles, dans un monde de haute couture, où l'on côtoie Coco Chanel et le tout Paris. Vitaline, notamment, fait partie de celles-ci, elle a dû laisser Flore avec qui elle partageait plus qu'une amitié et doit à tout prix retrouver Hugo le frère de cette dernière, un Chasseur Alpin qui est revenu entier des chants de bataille. Elle part à sa rencontre en se rendant en Haute-Savoie émue de retrouver ses racines, mais un certain Grand-Duc russe pour qui elle a le béguin est lui aussi à Paris.

Son attachement pour Flore, sa passion pour le Grand Duc et son attirance pour le beau charpentier la perturbent.

Amour, sensualité, passion, relâchement des moeurs, injustice, privations, humiliations, trahisons, remords, tout un panel de sentiments qui vont nous faire vibrer.

C'est le 3eme ouvrage que je lis de cette auteure et chaque fois elle sait m'embarquer, à travers ses récits emplis d'aventures, de suspense, de fougue et d'amour, dans lesquels elle met un point d'honneur à rendre hommage à des montagnardes courageuses qui ont marqué L Histoire.

Merci Fred pour ce magnifique et passionnant roman, chapeau pour ce fastidieux travail de recherches en amont. Merci aux Editions Presses de la Cité Terres de France pour leur envoi en SP.
Lien : http://jose-lire-et-le-dire...
Commenter  J’apprécie          40
Mon avis

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse non rémunéré, « L'Amour aux trousses », roman de Frédérique-Sophie BRAIZE. Etant une fan inconditionnelle de cette auteure dont j'ai lu pratiquement les ouvrages j'avais hâte de découvrir ce petit dernier et je n'ai pas été déçue.
La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'avaient de suite interpellée et la férue d'Histoire et de la Russie du temps des Tsar n'a pu qu'être séduite par cette magnifique histoire.
L'auteure nous emporte en 1914 et nous conte le destin de Vitaline, jeune Savoyarde qui, comme d'autres jeunes femmes de la région, est recrutée par les élites Slaves pour enseigner le français en Russie. Nous voyageons donc avec notre héroïne, courageuse et fort attachante de la Savoie à Saint-Pétersbourg, à Paris. Nous assistons à ses rencontres amoureuses, nous tremblons, espérons pour sa survie lorsqu'elle se retrouve emprisonnée en Russie et dans l'impossibilité de retour en France....
Comme à son habitude, Frédérique-Sophie BRAIZE nous offre un très beau récit tiré d'une histoire vraie et mettant en scène des personnages ayant existé et d'autres sortis de son imagination qui paraissent authentiques.
Dans cet ouvrage très bien écrit et documenté, empli de sensualité, l'auteure aborde divers thèmes tels que l'amour, l'amitié, les trahisons, la Première Guerre Mondiale, la révolution Bolchévique, la haute couture.... ainsi qu'un pan de l'Histoire du Chablais peu ou pas connu que j'ai découvert avec grand intérêt.
J'ai ADORE ce roman aux multiples rebondissements qui m'ont tenue en haleine jusqu'au dénouement et que j'ai quitté à regret.

Ce livre est assurément une vraie pépite littéraire qui mérite un grand succès.
MERCI Frédérique-Sophie d'emporter les lecteurs dans un autre monde grâce à tes si jolis mots et ton imagination débordante. UN COUP de COEUR pour moi que je recommande vivement aux amateurs du genre.

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/
Instagram : https://www.instagram.com/leslecturesdecerise_74/

Lien : https://www.facebook.com/joe..
Commenter  J’apprécie          70
Un juillet 1914, le président de la République française embarque sur un cuirassé à Dunkerque direction Saint Pétersbourg par les mers. Il embarque avec lui des femmes choisies pour leur intelligence, leur instruction et leur beauté, destinées à enseigner la langue française aux jeunes filles de l'aristocratie russe dont les quatre filles de Nicolas II. Il veut s'assurer du soutien de l'empire si jamais l'Allemagne déclarait la guerre à la France (on connaît la suite tragique de 14-18). Ces femmes ont en commun de toutes être savoyardes. Ensemble elles vont connaître le luxe du palais impérial, le front prussien, la révolution bolchevique et les prisons de Lénine jusqu'à leur retour en France sept ans plus tard dans la France des années folles, sept ans se sont passés et toute la société est bouleversée,
Avec ce roman, j'ai découvert un fait historique que je ne connaissais pas du tout : le destin de ces Savoyardes offertes en cadeau diplomatique au dernier tsar de Russie et à la tsarine Alexandra, petite-fille de la reine d'Angleterre. Je l'ai fermé à regret et je le recommande sans hésitation.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Sur le parvis, je regarde ma montre : 10h30. Je sens en moi le malaise du rendez-vous à venir. J’éprouve tour à tour la crainte, l’affolement et l’espérance. Dans cette ville, je suis seule. Une femme seule qui doit mener à bien une affaire délicate.
Commenter  J’apprécie          10
Il y a longtemps de cela, je quittai les Alpes pour Saint-Pétersbourg, sans soupçonner que mes entrées au palais impérial allaient me conduire dans les prisons de Lénine. Cinq ans après, je revis la France et mes montagnes. Mais les péripéties de ce voyage avaient fait de moi une autre femme.
J’ai essayé de raconter avec franchise cette période agitée. En raison du relâchement des mœurs dans l’Empire des tsars, il est possible que mon récit comporte une atmosphère de provocation. J’ai néanmoins voulu faire revivre ce qui fut la réalité.
Vitaline Vittoz
Commenter  J’apprécie          70
Il était trop tard pour intervenir : Alexandra Feodorovna Romanova demanda à voir ces Françaises que Raymond s’était vanté d’avoir amené dans ses bagages. L’impératrice fut rejointe par ses deux filles aînées : les grandes-duchesses Olga et Tatiana. Elles étaient aussi gracieuses et souriantes que leur mère, célébrée pour sa beauté. La tsarine Alexandra était en fait Alix de Hesse-Darmstadt, une princesse née dans l’Empire allemand, mais élevée en Grande-Bretagne par la reine Victoria dont elle était la petite-fille préférée. Cela expliquait pourquoi elle parlait couramment l’allemand et l’anglais, mais s’exprimait de façon hésitante en russe qu’elle apprenait. Quant au français, elle le maîtrisait mal, à son grand regret.
Commenter  J’apprécie          40
Le lundi me met au supplice car le train stationne toute la journée dans la gare de Petrograd. C’est dans le port de cette ville que j’ai débarqué en 1914, au moment où l’endroit perdait son nom de Saint-Pétersbourg. C’est ici que Flore Brasier est devenue mon amie. Ici que je suis entrée au service de la grande-duchesse Isadora, inséparable d’avec son frère adoré, Vadim de Russie. Ici que j’ai été arrêtée, puis emprisonnée.
Commenter  J’apprécie          40
- Tu peux rentrer chez toi, m’annonce-t-il.
Ses mots, prononcés dans un français dont les hésitations trahissent tantôt le russe tantôt l’allemand, me surprennent. Mes démarches pour récupérer ma nationalité ont abouti. Je n’en reviens pas.
Je ne suis plus sujette du tsar !
J’ai enfin le droit de quitter la Russie.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Frédérique-Sophie Braize (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédérique-Sophie Braize
"Sur les terres des écrivains" : une série de portraits vidéos à la découverte des auteurs de la collection Terres de France aux Presses de la Cité. Dans ce premier épisode, nous allons à la rencontre de Frédérique-Sophie Braize qui vit proche du Lac Léman. De la librairie Climat aux hauteurs du panorama de Champeillant, Frédérique-Sophie nous embarque dans une promenade douce dans les Alpes et au coeur de son chalet, lieu propice à l'écriture. Celle-ci est l'auteure de L'amour aux trousses, un roman qui revient sur un fait méconnu de l'histoire française : en 1917 de nombreuses savoyardes sont ballotées dans les fracas de la Révolution Russe. Plus d'infos sur l'auteure : Frédérique-Sophie Braize : sa biographie, son actualité, ses livres | Lisez! Sur sa dernière nouveauté : L'Amour aux trousses | Frédérique-Sophie Braize | Presses de la cité (lisez.com) Captation et interview de Julien Alcacer pour les éditions Presses de la Cité.
+ Lire la suite
autres livres classés : haute coutureVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (24) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5255 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}