AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021101737
96 pages
Éditeur : Seuil Jeunesse (14/03/2013)
3.93/5   14 notes
Résumé :
Premier livre défouloir pour enfants rêvant d'un dialogue possible avec les grandes personnes.

Pas râleurs, s'abstenir !
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
murielan
  02 avril 2013
Un album petit format vraiment très drôle et finalement très réaliste : on y découvre une collection de situations propices à râler avec des illustrations vraiment humoristiques.
Qui, enfant, n'en a jamais eu marre des petits surnoms donnés par ses parents ? Qui décide vraiment de l'emploi du temps des enfants, eux ou les parents ?
Cet inventaire "défouloir" est l'occasion pour nos chères têtes blondes de discuter de ce qu'ils veulent vraiment, de ce qu'on leur impose sans leur demander leur avis, de parler de leurs préférences.
J'avais déjà beaucoup aimé la série des Moi j'adore, maman déteste... Elisabeth Brami renoue avec le genre et c'est une réussite.
Alors moi qui suis championne du monde des râleuses toutes catégories, je ne peux qu'adorer, et je pense que je ne vais pas être la seule...
Commenter  J’apprécie          150
muse2805
  30 avril 2013
C'est mon premier livre reçu dans le cadre de mass-critique , je l'ai choisi parce qu'il me paraissait drôle et décalé.La quatrième de couverture annonce " Premier livre défouloir pour enfants rêvant d'un dialogue possible avec les grandes personnes. Pas râleurs, s'abstenir"
Si j'ai vraiment apprécié les illustrations de ce petit livre rouge , je n'ai en revanche pas accroché sur les textes; ni mes enfants ,ni les enfants extérieurs avec qui j'ai partagé cette lecture ne se sont reconnus dans cette série de "y'en a marre" .
Je ne m'y suis pas plus reconnue, dans les griefs rapportés envers le monde d'adulte à quelques exceptions près; je ne demande pas à mes enfants de mentir par politesse, de faire la bise à des gens qu'ils ne connaissent pas , d'arrêter une lecture en milieu de page pour venir à table ; je réponds aux questions des enfants de la même façon que je réponds aux adultes, et je ne les embobine pas.
J'ai par conséquent eu l'impression que ce livre s'adresse à d'autres familles que la mienne. Mes enfants étaient même surpris de lire "marre qu'on me fasse des menaces méchantes: le monsieur va t'emmener, tu seras balayeur , tu vas voir quand ton père va rentrer, tu le regretteras plus tard " ou bien "marre que maman s'énerve quand elle me voit sans rien faire".
En lisant, cette petite réflexion dans ma cervelle , comme une ritournelle : "qui raconte autant de bobards à ses enfants? et si c'est le cas , ces parents-ci achèteraient-ils ce livre à leurs enfants?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
letilleul
  06 avril 2013
Je ne me lasse pas des albums pour tout petits qui permettent d'exprimer l'ambiguïté des sentiments qu'ils éprouvent. Je trouve que dans ce cas-la, l'album jeunesse joue pleinement son rôle de médiateur dans la relation parent-enfant.
Ce qui est particulièrement drôle dans cette album, outre le trait d'Elisabeth Brami, c'est la réalité des petites choses du quotidien qui nous permettent de râler !
Commenter  J’apprécie          70
lejardindestephanie
  14 mai 2013
Parmi les dernières propositions de Masse-Critique de Babelio, je n'avais coché qu'un seul livre exceptionnellement, parce que c'était celui que je voulais absolument recevoir.
Tout rouge, le titre accrocheur, je ne pouvais qu'être attirée par le gros RALbum de tous les y'en a marre!

J'avais imaginé des y'en a marre de ne pas avoir le droit de gratter dans son nez, y en a marre de ne pas pouvoir mettre mon short préféré en hiver, y en a marre de ne pas pouvoir manger du ketchup à tous les repas... un truc un peu drôle avec un vrai regard d'enfant.
Et j'ai tourné les pages d'un album dans lequel les parents n'écoutent pas leurs enfants, ne les laissent pas terminer une page d'un livre au moment de passer à table quand ils ne les menacent pas de devenir balayeur...
Tu comprendras que je n'ai pas adhéré aux "marre que Maman préfère s'occuper du ménage plutôt que de moi" et autres "marre d'être traité devant tout le monde à la maison ou en classe: bon à rien, nul, tête de mule, tête de lard."
Il ressort bien évidemment des vérités de ce petit livre rouge, je ne suis pas naïve au point de croire que tous les parents ont toujours de la patience et pèsent leurs mots avant de répondre à leur progéniture, je sais bien qu'il n'est pas possible d'avoir un éléphant ou un crocodile à la maison même si c'est le rêve absolu de petit dernier et je sais aussi que malheureusement peu de parents ont véritablement le temps et la disponibilité d'esprit pour se mettre au niveau de leurs enfants et leur expliquer posément le pourquoi et le comment de leur quotidien.
Il n'en reste pas moins que ce livre manque de fraîcheur et de cette naïveté si belle à l'enfance...
Lien : http://ausautdulivre.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Vivrelivre
  29 janvier 2014
Difficile de ne pas se remémorer la porte des toilettes de l'école qui ne ferme pas (j'en ai pleuré de rire en lisant la page), le fait de ne pas pouvoir se salir à l'envi en sautant dans une flaque d'eau ou de boue. de devoir terminer ou ranger « parce que c'est l'heure », d'être obligé de dire bonjour, d'habiter dans deux maisons car les parents ont décidé de divorcer, qu'on raconte des petites histoires en lieu et place de vérité… et tant de choses encore…
C'est vraiment très drôle, réaliste et vrai ! Car si l'on y songe bien, on nous a fait cela ou nous le faisons (évidemment pas tout) à nos enfants !
Ces 44 vérités qui nous sont criées par le biais de cet album nous incitent à nous remettre en question, et à accorder plus de confiance et/ou de lâcher-prise à l'égard de nos bambins. Quant à eux, ils se reconnaissent facilement et s'en amusent ! J'ai indiqué dès 6 ans, car auparavant, hormis la réflexion sur le doudou, et une ou deux autres, ses situations ne se rencontrent qu'à partir de l'école primaire et lorsque l'enfant commence à avoir sa réflexion propre et qu'il peut la formuler en mots.
Il s'agit, avant tout, d'un album qui se veut drôle, il n'est pas question de faire la morale ! Ce serait-rabat-joie sinon et un tel album ne servirait à rien ! Voilà pourquoi le texte joue sur les mots et avec les illustrations. Ces deux ensembles se complètent parfaitement.
Génialissime, tant pour les parents qui se souviennent, que pour les enfants qui se défoulent, et pour la discussion/débat qui s'instaure!
Lien : http://vivrelivre19.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
HistoiresSansFin   04 septembre 2013
Les dessins au trait de Gilles Rapaport – égayées d'à-plat de couleur – illustrent de façon toujours drôle et malicieuse des situations qui rappelleront aux adultes de bien mauvais souvenirs.

Alors, parents, prenez-en de la graine et cessez de faire subir tout ça à vos petits chérubins !
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Ricochet   29 mai 2013
Et parce qu'il est très important de crier haut et fort ses ras-le-bol, on vous encourage vivement la lecture de cet album, source de remise en question et catalyseur de liberté d'expression !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
murielanmurielan   02 avril 2013
Marre qu'on ferme la porte de ma chambre la nuit quand j'ai peur, alors qu'on m'interdit de la fermer le jour, quand je veux être tranquille.
Commenter  J’apprécie          180
AliceWAliceW   15 mars 2015
« Marre d’être écrasé et étouffé dans le bus et le métro, le nez juste à la hauteur des ventres et des fesses des gens » « Marre d’avoir à me dépêcher tout le temps, les jours d’école et les jours sans école » « Marre de me retenir de jeter le bébé à la poubelle et de ne pas avoir le droit de hurler que je suis jaloux(se) » « Marre qu’on me demande mon avis, mais qu’ensuite il compte pour du beurre »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
letilleulletilleul   06 avril 2013
Marre que maman me rajoute des pulls quand c'est elle qui a froid.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Elisabeth Brami (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisabeth Brami
« N’attendez pas qu’il soit trop tard, vous m’entendez ? Il vous reste beaucoup à vivre. On ne sait quoi ni comment, mais beaucoup. J’en suis sûre. » En ce mois de juillet parisien, Pierre, veuf et ancien libraire du quartier Mouffetard, doute de sa capacité à redonner du sens à sa vie. Mais, c’est compter sans les irrépressibles dérives de la mémoire, les élans du cœur, le hasard des rencontres et surtout sans Léa, sa fantasque belle-mère. C’est compter sans l’amour. Il lui faudra remonter aux sources obscures de son enfance, exhumer des blessures inavouées pour se libérer de ses entraves. Pour vivre, enfin. Élisabeth Brami a publié chez divers éditeurs une centaine d’ouvrages en littérature jeunesse, primés et traduits dans différents pays. Après Je vous écris comme je vous aime ( Calmann-Lévy, 2006), lauréat du Festival du premier roman de Chambéry, et Mon cher amour ( Éditions du Rocher, 2009), Les Heures secrètes est son troisième roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : inventaireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Chère Madame ma grand -mère

QUI SONT LES 2 PRINCIPALES HEROÏNES DE L' HISTOIRE ???

Antoine Barrois et Olivia
Eléonore Barrois et Olivia
Cordelia Grey et Letty Laskpur
Olivia et sa mère

4 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Chère Madame ma grand-mère de Elisabeth BramiCréer un quiz sur ce livre