AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702143229
Éditeur : Calmann-Lévy (09/05/2012)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 20 notes)
Résumé :
En ce matin de la Toussaint 1943, la communauté des lavandières de Concoret, petit village en lisière de la forêt de Brocéliande, est saisie d’effroi quand Gwenn, une jeune orpheline, découvre l’une de ses consoeurs noyée dans le lavoir.

Dahud, la doyenne et mère de la victime, incrimine les lavandières de la nuit, ces créatures surnaturelles qui, dans les légendes bretonnes, lavent les linges ensanglantés de leurs enfants mort-nés.

M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Fantine
07 juin 2015
N'ayant eu entre les mains que des romans policiers écrit par Edouard Brasey, j'avoue avoir été agréablement surprise par ma lecture de ce titre où se mêle à la fois, suspense, terroir ainsi que le merveilleux avec en toile de fonds la forêt de Brocéliande, fief de toutes les légendes celtiques, bretonnes, et, surtout de l'épopée arthurienne.
Pour ma part, j'ai passé un excellent moment de détente en compagnie des lavandières, et, des autres habitants d'un petit village breton.
Et on découvre, que même si le christianisme est bien implanté un peu partout, les vieilles légendes ainsi que les rites dit "païens" sont encore bien présent dans les faits et gestes de la vie quotidienne de certains, et, cela pour le plus grand bonheur des lecteurs car cela donne une belle histoire pleine de rebondissements, et, de péripéties.
Commenter  J’apprécie          100
emi13
03 juillet 2013
Très bon livre avec une écriture fluide et chaleureuse. Magnifique voyage sur la terre d'une forêt Brocéliande, au coeur d'une Bretagne mystérieuse. le village sera rattrapé par une terrifiante légende
Commenter  J’apprécie          130
tessgeffroy
12 novembre 2015
J'ai beaucoup aimé ce livre ayant pour paysage la Bretagne. Grâce au personnages nous visitons cette belle forêt qu'est Brocéliande et ses nombreuses légendes Arthurienne. ( j'ai moi-même visité ce lieu plusieurs fois il est tout simplement grandiose et magique, derrière chaque buissons ou arbres on s'attend a voir un lutin, une fée...juste laissé son imagination vogué...). il y a du suspense, de l'amour, un crime et pleins d'autres ingrédients pour confectionné un bon roman.
Petit bémol quand même j'ai trouvé qu'il y avait un peu trop de répétition, mais très agréable lecture.
Commenter  J’apprécie          70
Cornwall
25 février 2013
J'ai vraiment été frappée et surtout happée par la fluidité de l'écriture de l'auteur. Les Lieux, que j'ai la chance de connaître, sont d'une incroyable fidélité. Ce livre nous offre un véritable voyage sur les terres de Brocéliande. Alors certes, les habitués de cette forêt luxuriante pourraient se dire que finalement, il n'a choisi que les lieux les plus touristiques, les plus visités. Oui mais non car c'est là tout le génie de son texte, c'est qu'il a su capter au mieux la magie de ces lieux singuliers en les agrémentant de la culture populaire qui donne à ces contrées d'autant plus de charme, ce qui donne envie de les connaître voir de les redécouvrir sous un oeil nouveau, et pour cela je le remercie. Les personnages sont eux aussi tout aussi bien décrits, on les sent vivre dans les pages, on ressent comme jamais leurs émotions L'intrigue est bercée par le folklore breton sur les lavandières de sang (ou de la nuit), des mères infanticides qui expient leur fautes, jusqu'à leur jugement dernier, les nuits de pleine lune. L'intrigue se passe, pour une partie pendant la première Guerre mondiale, pour l'autre partie durant la seconde. A cette époque, les croyances populaires tiennent plus du folklore. Pour les jeunes lavandières de Concoret, ce folklore sert de badinage même si elles gardent les précautions d'usage à savoir ne pas approcher le lavoir les nuits de pleine lune de peur qu'une lavandière de sang ne les noie. Hormis ces croyances populaires, nous y retrouvons également en demi-teinte les légendes des Chevaliers de la Table Ronde. Tout ceci vient enrichir l'intrigue, où tout y est très justement dosé.

Lien : http://laprophetiedesanes.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sld09
28 février 2015
J'ai passé un très bon moment avec ce roman très réaliste qui entremêle habilement grande et petite histoire, légendes arthuriennes et croyances populaires en nous plongeant dans le quotidien d'un village reculé de la forêt de Brocéliande pendant la Seconde Guerre Mondiale.
En plus, c'est très bien écrit et sans temps mort. On se laisse entraîner à la suite des personnages, "gentils" et "méchants", en quête de réponses...
Les lavandières de Brocéliande m'a un peu rappelé La maison des frères Conan que j'ai lu l'année dernière : les deux intrigues se déroulent pendant la Seconde Guerre Mondiale, on retrouve des charbonniers parmi les personnages principaux et surtout, la forêt et la Bretagne sont omniprésentes...
Lien : http://lecturesdestephanie.b..
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld0925 septembre 2016
Gwenn arriva au lavoir à la belle heure, cet instant hors du temps où la nuit
s’effiloche dans un petit jour qui n’ose pas encore paraître. On l’appelait aussi « l’heure bleue », bien qu’elle fût souvent grise, et plus souvent encore sans couleurs. Elle se reconnaissait à son parfait silence, précédant de peu l’envol des chants d’oiseaux, et à son extrême froidure. C’était l’instant où les enfants se mussaient sous les couvertures, où les vaches mettaient bas, où les agonisants rendaient l’âme. La belle heure favorisait le passage d’un monde à l'autre, de la nuit au jour, de la vie à la mort et du non-être à l'existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
emi13emi1303 juillet 2013
Ils se donnérent la main,s'approchèrent du bord de la fontaine de Barenton et, après avoir échangé un regard, jetèrent les épilles dans l'onde claire.Les aiguilles demeurèrent à la surface et l'eau de Barenton se mit à chanter.
Commenter  J’apprécie          170
emi13emi1303 juillet 2013
Yann savait que l'église et surtout le lavoir étaient par excellence les lieux où s'échangeait vraie et fausses nouvelles, médisances et ragots.Il ne leur accordait aucune importance, mais cela le distrayait de constater à quel point l'esprit humain peut se perde en futilités.
Commenter  J’apprécie          62
rkhettaouirkhettaoui01 mars 2013
Cette forêt était si ancienne qu’une vie humaine n’aurait pu en épuiser l’histoire. Pourtant, cela valait la peine de prendre son temps pour en découvrir les mystères et les secrets. La patience était nécessaire ; la forêt ne se livrait pas au premier coup d’œil. Elle avait ses pudeurs de dame. Elle aimait se laisser deviner, convoiter. Les visiteurs trop pressés passaient à côté de l’essentiel, quelque chose de très précieux qui se cachait à leur regard, se dérobait sans cesse. La forêt était un être vivant. Elle vibrait au rythme des saisons et des éléments. Pour la ressentir, il suffisait d’écouter le murmure du vent, le froissement des feuilles mortes à l’automne, le cri du merle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
emi13emi1303 juillet 2013
si j'étais un homme , avec trente ans de moins, je te les foutrai dehors, tous autant qu'ils sont ! Heureusement ,y a des p'tits gars qui font ce que les grandes goules ont pas le couraige de faire ......(Écrit comme ça dans le livre)
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : malédictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
245 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre