AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B01KVHAQFA
Éditeur : YakaBooks (22/08/2016)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Maryline, prostituée la nuit, écrit le jour des contes pour enfants. Un soir, elle est arrêtée par la Police. En garde à vue, une cartomancienne lui prédit « la rencontre qui changera sa vie ». Incarcérée et accusée de meurtres, elle clame son innocence. Entre rêves et stratégie de protection, elle se met à écrire le conte des Poupées Géantes et de la Poussière de Joie. La fiction la sauvera-t-elle de la réalité ? À la fois polar, roman épistolaire et conte pour adu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
ChtiteEmilie
  13 novembre 2018
Je remercie les éditions Yaka books pour l'envoi de ce livre dans le cadre de la masse critique. Il est rare de voir une maison d'édition proposer un livre pour seulement 2€.
Il était une fois la fée Chabada commençait dans l'introduction comme un conte de fées et j'en étais ravie. Maryline, prostituée nous contait son quotidien jusqu'à ce qu'elle se retrouve en prison pour d'obscures raisons. Elle continuait tant bien que mal à tenir à jour son blog en racontant des contes pour enfants avec des fées chabada, ogre malheureux et poupées géantes.
Il était sympathique de voir se mélanger incarcération et conte pour enfants. le mélange à mon sens n'a pas fonctionné déjà parce qu'à la base on ne sait pas pourquoi cette prostituée raconte des contes pour enfants, ensuite le conte est trop loufoque à mon goût pour que je puisse accrocher, on ne connait pas les raisons de son incarcération et pour finir le conte prend bien trop de place dans cette histoire déjà obscure. Sans compter que le roman est en partie épistolaire.
Bref désolée Madame Brasseur mais vous ne m'avez pas embarqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Stoufnie
  16 octobre 2016
Un roman entre polar et conte de fée ! Quand ton âme d'enfant se confronte au côté sombre des adultes ....
Il était une fois le Fée Chabada a un style qui lui est propre. On pourrait même dire un peu particulier. Un sorte de le livre des choses perdues de John Connolly si vous connaissez ( roman qui a reçu le prix de l'imaginaire en 2010 catégorie étonnants voyageurs ).
Lucie Brasseur nous fait effectivement voyager de façon très surprenante ! Maintenant là où Connolly peut être lu en jeunesse, celui-ci contient tout de même des passages un peu difficile pour un jeune lecteur.
Le personnage principal de ce roman est une prostituée. Bien entendu, se n'était pas son rêve de petite fille ! Mais afin de payer les factures et assouvir son rêve, elle loue son corps. Maryline a deux vies car elle est aussi l'auteure de contes pour enfants. Oui vous avez bien lu ! Elle offre aux enfants son imaginaire à travers un blog qui est suivi dans le monde entier.
Malheureusement, à la fin d'une passe, elle se retrouve embarquer par les flics. Commence alors une longue période en prison. le problème si l'on peut dire, elle ne connaît pas la cause de son emprisonnement !

Vous passez alternativement de Maryline à son conte. le personnage de son conte est bien entendu la fameuse Fée Chabada. Il va de soi que comme dans toutes histoires pour enfant, il a un côté moralisateur ! le bien contre le mal !
Maintenant, je dois bien avouer que pour moi ces parties étaient trop longues. Autant le côté dit réel était très sympa (ce qui était du coup frustrant d'être interrompu ) autant le monde imaginaire ne m'a pas embarqué. Je suis donc bien embêtée car la plume de l'auteur est très agréable à lire (j'avais déjà beaucoup aimé son premier roman Les larmes rouge du citron vert ).
Un roman qui mérite que vous vous arrêtiez dessus si vous aimez les contes de fées ! Il est audacieux, original et je tire mon chapeau à Lucie Brasseur qui sort des sentiers battus ! Je reste admirative du travail accompli .

Lien : http://lesciblesdunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
manue14
  26 septembre 2017
J'ai terminé ma lecture avec un avis assez mitigé malheureusement…
J'ai apprécié découvrir l'histoire racontée et écrite par le personnage principal, je trouve que c'est une bonne idée. le problème c'est que le conte prend beaucoup trop d'importance par rapport à l'histoire… On oublie donc facilement la partie plus dramatique…
L'histoire est présentée comme un policier et malheureusement j'ai plus retenu le côté conte que le coté policier. de plus on n'a pas vraiment affaire à une enquête mais plutôt à un drame…
J'aurais vraiment voulu découvrir le côté sombre des prisons. L'auteure nous présente la prison comme un lieu calme, tranquille presque normal alors que dans les prisons il y règne souvent la violence, la peur, la domination, la soumission… Malheureusement je n'ai pas ressenti tout cela et j'ai eu l'impression de ne pas être dans une prison mais plutôt que la protagoniste était dans une chambre banale avec une autre personne…
Ce qui m'a frustrée c'est que l'on découvre ce qui s'est passé dans un tout petit paragraphe, il n'y a pas d'explication, pas de recherche… Au final je me suis retrouvé aussi étonnée et perdue que le personnage principal… Je pense que Lucie Brasseur aurait pu faire plus de recherches et nous donner des explications tout au long de son histoire… Pour moi, un roman policier doit obligatoirement comporter une enquête et malheureusement cette dernière est pratiquement absente du livre…
Le style de l'auteure est léger et agréable à lire. L'auteure ne change malheureusement pas de ton pour les rares parties un peu plus sombres… c'est dommage. Il y a par contre une légère différence de style lorsque le conte apparaît dans l'histoire, c'est intéressant je trouve !

La fin ne m'a malheureusement pas totalement surprise, je m'y attendais, je l'avoue… J'ai par contre trouvé les explications assez chargées avant le chapitre de l'épilogue… personnellement je n'ai malheureusement pas retenu grand-chose et j'ai eu l'impression que c'était des passages d'autres livres sans forcément avoir de réelles explications et liens avec l'histoire en général…
En résumé, un roman qui malheureusement m'a un peu déçue vu que je m'attendais à lire un policier mais que je vous conseille si vous aimez les romans mêlant vie quotidienne dramatique et conte de fée. C'est un roman adapté pour tous les lecteurs, il n'y a ni violence ni scène d'hémoglobine.
Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MarionNostraLectio
  11 janvier 2018
n premier tome qui annonce tout de suite le décore.
Nous voyageons grâce à la plume de l'auteure aux côtés d'Hérodias, en passe de devenir prêtresse d'Avalon, pendant qu'une guerre est sur le point d'éclater à cause du christianisme.
Hérodias, héroïne attachante par sa bonté mais aussi son caractère qui ne laisse pas indifférent, craint pour Avalon qui n'est plus caché du continent par les brumes. C'est comme cela qu'elle fait la rencontre du "guerrier au linceul" qu'elle a vu en vision. Ce guerrier, originaire d'un autre pays, aura un rôle important dans ce premier tome et pour notre héroïne qui quant à elle, voue une haine intense aux chrétiens pour des raisons que l'auteur nous dévoile. Sure de ses convictions et des traditions dans lesquelles elle a grandi, Hérodias défendra telle une lionne Avalon et ses croyances au péril de beaucoup...
J'ai toujours aimé la mythologie, les légendes...et ce livre était pour moi à lire absolument. Retrouver Merlin, Morgane, Viviane...personnages que nous connaissons tous mêmes sans être passionné de légendes étaient vraiment plaisant.
L'auteur, Sara Greem, ces montré maître dans la maîtrise de ce sujet et explique aux lecteurs de façon remarquable. J'avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, mais la légèreté de la plume de l'auteur et sa façon de tourner les évènements, de les décrire ma rapidement mise à l'aise au point que j'avais énormément de mal à arrêter ma lecture.
Une oeuvre rythmée de légendes, de secrets, d'amour, de haine, d'amitié, une palette d'émotions par lesquelles les lecteurs passent également pendant cette histoire remarquable. Sara Greem termine ce premier livre sur une fin prenante, nous laissant dans l'impatience du tome 2 . C'est un livre que je recommande grandement, sortant de l'ordinaire et magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Fattorius
  10 octobre 2017
Prostituée la nuit, écrivaine de contes pour enfants le jour: Maryline Amets, le personnage principal de "Il était une fois la Fée-Chabada", cumule les contrastes. Cela permet à la romancière Lucie Brasseur, qui signe là son troisième roman, de tisser un ouvrage où les intrigues s'entremêlent avec maîtrise: tantôt le lecteur est dans le conte, tantôt dans une ambiance de thriller - sans oublier un brin de romance. Et c'est une excellente chose!
L'écrivaine ne recule pas devant le sordide lorsqu'il faut dépeindre le monde où évolue Maryline, celui de la prostitution, puis de la prison - même si ce dernier lieu paraît, en tout cas dans un premier temps, un peu trop amène, avec sa camaraderie entre détenues qui se rendent service. L'emprisonnement semble d'ailleurs longtemps absurde, distillant quelque chose de kafkaïen dans le roman... L'atmosphère de la chambre d'hôtel miteuse louée à l'heure où exerce Maryline, en revanche, est bien rendue. En une scène d'exposition, elle permet de présenter le personnage d'Oscar, un garçon roux aux lunettes épaisses, qui va jouer un rôle important.
Face à cet univers réaliste, la romancière donne la plume à Maryline pour lui faire citer des passages des contes qu'elle écrit pour les enfants et publie sur un blog, envers et contre tout, y compris depuis la prison. Il y sera question de géants, sortes de divinités qui décident de la destinée de l'univers tous les mille ans lors de joutes qui tiennent à la fois du jeu de l'oie et du quiz télévisé, avec des jeux de clés qui ne sont pas sans rappeler Fort Boyard.
L'écriture est ainsi présentée comme un moyen d'évasion pour Maryline, dans tous les sens du terme. Les textes sortent de la prison pour paraître sur un blog, suggérant que si le corps de Maryline est prisonnier (et il l'est aussi, d'une certaine manière, lorsqu'elle se prostitue), sacrifié, son âme est toujours vivace et préservée, capable de s'extraire de toute contingence humaine pour s'exprimer. Et en amont, source d'inspiration, le rêve est un thème clé de "Il était une fois la Fée-Chabada": c'est un autre facteur d'évasion important. Enfin, impossible de ne pas relever quelques traits ésotériques, tels que le pseudonyme de Maryline (Iémanja, du nom d'une divinité africaine et afro-américaine, volontiers associée à la Sainte Vierge...) ou l'apparition de cartes de tarot, réelles ou réinventées, porteuses de sens.
Tant de mondes en 258 pages, c'est aussi la nécessité de jongler avec les styles, les voix qui rythment le récit. Celles-ci sont finement nuancées: épisodes marqués par l'inventivité, lettres (parfois un peu trop "écrites", trop soignées, pour le coup), rencontres avec un avocat décrit comme gris et falot (il s'appelle Grison, tout un programme!), tout a sa personnalité. Et puisqu'on parle de personnalité, il convient de relever aussi que les personnages sont solidement construits, et savent surprendre au gré de quelques retournements de situation.
"Il était une fois la Fée-Chabada" s'ouvre sur un prélude en contrastes tranchés, qui est un programme: le propos de ce roman va toucher au sordide comme au sublime. Servi par une écriture aisée, portée par une musique de jazz omniprésente (ce que suggère le titre, déjà), ce livre s'avère savoureux: on apprécie la manière dont l'auteure joue avec les codes et fait dialoguer avec succès des genres et formes d'écriture que rien ne prédispose à se rapprocher.
Lien : http://fattorius.blogspot.ch..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
manue14manue14   26 septembre 2017
Guidant l’homme vers la chambre du motel où elle intervenait en professionnelle, elle lui fit déposer le montant de la consultation sur la commode et, dans un geste sensuel, fit tomber son manteau sur le sol. La fête pouvait commencer, les corps se répandre sur le matelas en libre-service.
- C’était quoi ton rêve de petite fille ? demanda Oscar avant même d’avoir ôté ses chaussettes.
- Je voulais être un nuage, répondit Maryline sans y penser, le retournant déjà pour faciliter le glissement de la fermeture éclair et l’éclatement des boutons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ChtiteEmilieChtiteEmilie   22 octobre 2018
Les épouses allaient chez leur psy; les hommes chez leur pute. Dans un cabinet discret des professionnels attentifs, les uns et les autres se confiaient plus facilement qu’ils ne baisaient.
Commenter  J’apprécie          120
ChtiteEmilieChtiteEmilie   22 octobre 2018
Cette histoire ne sera donc pas, à proprement parler, un conte de fées. N’y évolueront ni chevalier valeureux, ni sorcière au nez crochu; pas à même de gros dégueulasse s’effacant sous les traits d’un crapaud coassant au clair des néons blafards d’un hôtel bon marché. Et pourtant...
Commenter  J’apprécie          20
Laurie_lucasLaurie_lucas   11 novembre 2017
L'idée seule d'une issue pour ses mots alluma en Maryline un feu de joie. Qu'on maintienne son corps enfermé sans explication, aussi injuste et incompréhensible fut-ce, elle pouvait le tolérer. Du moins, tant qu'elle écrivait. Mais qu'on emprisonne ses mots, elle n'arrivait pas à l'imaginer.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lucie Brasseur (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucie Brasseur
A l'occasion de la Fête de la librairie indépendante, le 26 avril, Lucie Brasseur présentait son roman 'Les Larmes Rouges du Citron Vert'. L'équipe de France 3 Midi-Pyrénées a couvert l'événement à Rodez au sein de la Maison du Livre, principale librairie indépendante de l'Aveyron où Lucie Brasseur dédicaçait son premier roman, 'Les Larmes Rouges du citron vert' en matinée. L'après-midi, c'est à la librairie Privat à Toulouse qu'elle rencontrait les lecteurs de Midi-Pyrénées. - France 3
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Il était une fois la fée Chabada" de Laura Brasseur.

Comment s'appelle la co-détenue de Maryline ?

Anya
Tania
Soraya

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Il était une fois la Fée Chabada de Lucie BrasseurCréer un quiz sur ce livre