AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782377630172
168 pages
Éditeur : YakaBooks Editions (28/07/2017)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Pierre-Octave, dit Pierrot-la-lune, « rêveur dé nitif » et nègre littéraire pour célébrités, voit sa vie basculer le jour où, lors d’un banal contrôle de routine dentaire, il rencontre l’intrigante Claire. Dentiste au cœur meurtri, la jeune femme au regard noir ébène écrème à toute allure ses rendez-vous pour cause de panique incontrôlée. Rapidement elle lui demande d’écrire le livre qui la guérira. De quoi ? Pierrot, le découvrira bien assez vite. Sous de faux airs... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
manU17
  01 juin 2018
"Être biographe pour le compte d'autrui était pour moi comme une longue punition d'écolier. Des lignes et des lignes d'écriture pour des gens qui aiment parler d'eux, qui ont souvent trop d'argent et pas assez de temps pour le faire eux-mêmes. Je leur inventais un style, étouffant à contrecoeur le mien sous un gros coussin de dépit."
Bonne surprise que ce roman qui se lit quasiment d'une traite tant on est pris par l'intrigue.
L'histoire nous est racontée du point de vue du héros, Pierre-Octave dit Pierrot. Un type qui pourrait être brillant, il est tout de même "ghostwriter". Il écrit pour les autres, politiciens, starlettes et même « stars » du porno. Bien sûr, il aspire à autre chose. Mais Pierrot est un type banal, un peu fade, un peu lunaire. Ce n'est pas pour rien qu'à l'école les autres le surnommaient Face-de-lune…
Un jour qu'il attend son tour dans la salle d'attente de sa dentiste, il assiste dépité à la fuite de cette dernière, n'en pouvant plus de toutes ces bouches bavantes, malodorantes et infectées. Premier moment de sidération. Quand il aperçoit la jeune femme au zinc d'un café, il ne peut s'empêcher d'aller vers elle. Maladroitement, le contact se fait et se conclut carrément par un rendez-vous. Deuxième moment de sidération. Plus fébrile que jamais, il se rend à ce premier rencard, le début de nombreux problèmes à venir, prémices à un traitement bien peu banal…
Peu banal comme cette histoire qui fait se croiser des personnalités à la psychologie tourmentées et des cerveaux malades, pour le plus grand plaisir, entremêlé de frissons, du lecteur.
Ce qui au départ peut laisser augurer d'une bluette gentillette se transforme rapidement en un thriller à vous faire passer l'envie de donner suite à toute rencontre inopinée. Et je ne vous parle même pas des rendez-vous chez le dentiste ! D'ailleurs, je vais peut-être attendre un peu avant d'aller régler ce problème de carie…
La lecture terminée, le titre prend tout son sens pour ne pas dire son double et même triple sens. Quant au visage maquillé en couverture, à la fois intriguant et inquiétant, il est un peu comme un masque qu'on va voir tomber au fil de la lecture.
J'en termine avec la maison d'éditions Yakabooks, une petite maison située à Lectoure charmant village du Gers qui a fait le pari de publier des titres pour petits et grands au tarif unique de 2€. L'initiative mérite vraiment d'être saluée, allez donc faire un petit tour sur leur site et parlez-en autour de vous !

Merci à Babelio et aux Éditions Yakabooks !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          345
Acoun
  30 juin 2018
Lune ou l'autre... Un titre énigmatique... Une couverture alléchante... Une maison d'édition Yakabooks dont je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais... Ça s'annonçait bien...
On va rapidement passer sur le premier chapitre dont je me suis demandé à posteriori s'il avait bien été écrit par la même personne... Ou alors peut être a-t-il été écrit à un autre moment que le reste... Un style ampoulé, raccoleur, lourd et démonstratif. C'est d'autant plus étonnant que le reste du roman est écrit dans un style fin et efficace. Frédérique Roy sait nous tenir en haleine avec un scénario habile et un ton qui allie humour noir à une certaine poésie... Heureusement que je ne me suis pas laissé décourager par le début...
Pierrot la lune rencontre la mystérieuse Claire... C'est le début d'une histoire d'amour comme beaucoup d'autres. Mais bientôt, la romance aux tons bleus flous se teinte de noir... d'un noir léger qui s'assombrit au fil des pages pour finir dans une noir profond, angoissant et terrifiant...
Je ne peux pas parler de l'intrigue sans prendre le risque d'en dire trop, ce qui serait carrément dommage. Sachez juste que ça refroidit les adeptes des coups de foudre et que ça ne donne pas envie de prendre rendez-vous chez le dentiste... C'est court, efficace, le genre de truc qu'on ne lache pas avant de savoir ce qui va se passer...
Alors voilà, vous allez à la librairie, vous vous séparez de à somme exorbitante de 2€ ( si si, pour un vrai bouquin neuf^^) et vous laissez Frédérique Hoy vous embarquer dans un roman noir maîtrisé qui, s'il ne joue pas dans la cour des grands, n'a pas à rougir et laisse esperer d'autres récits de l'autrice...
Je finis en remerciant Babelio et Yakabooks pour l'envoi et en les priant d'excuser le retard de ce petit billet...
PS: Pour rassurer les copains qui s'inquiètent de mon absence, je vais bien mais des problèmes de santé familiaux accaparent mon temps depuis quelques temps... Tout va aller bien, je reviens bientôt... Bise à tous.;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          255
PartageTesPages
  05 juin 2019
"Histoire macabrement inattendue"
Première page, j'ai aimé, j'ai rit. L'histoire suit son cours, elle commençait à perdre son rythme mais très intéressée par le métier de Pierre je poursuis avec intérêt la lecture. Certes c'est un roman mais son métier d'écrivain biographe pour des personnes m'interpelle. Puis, il y a les révélations de Claire, des révélations surprenantes, toute la force du caractère de ce personnage fait que je suis prise dans le récit avec une impossibilité de lâcher le livre. Je n'oublie pas Pierre, personnage central du roman qui s'affirme doucement, j'en suis même à m'inquiéter pour lui.
Il m'a manqué un élément ou deux dans l'histoire. Je n'avais pas du tout imaginé la fin comme cela. Les fins qui laissent libre cours à notre imagination ne me dérangent pas et certaines biens tournées me plaisent mais là il manque cet élément qui le permettrait. Pour autant, je recommande sa lecture.
Ce n'est pas un roman policier pourtant il y a des meurtres, ce n'est pas un thriller pourtant il y a une psychopathe voire plusieurs car à certains passages je me demandais si ce n'était pas tous des psychopathes. C'est un roman qui se lit rapidement tellement nous sommes enlisés dans l'histoire. Bravo à l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
mfrance
  26 octobre 2018
Mais que se cache-t-il donc derrière ce titre quelque peu mystérieux, assorti d'une couverture intrigante ?
Lune, c'est tout simplement notre héros, ou plutôt Pierrot la Lune ou même Face de Lune. Pas très sympa cela, allez-vous dire. Certes, mais quand on s'appelle Pierre-Octave, finalement c'est aussi bien.
Nous allons donc suivre les tribulations de Pierrot la Lune qui nous sont contées de façon enlevée, plutôt guillerette et surtout pleine d'humour. La rencontre avec Claire, sa dentiste, va totalement bouleverser sa vie, mais pas du tout comme vous pouvez l'imaginer. Si vous suspectez une banale histoire d'amour, vous vous plantez complètement. Non, non, Frédérique Hoy va vous entraîner dans une aventure totalement décoiffante où vous irez de surprise en surprise !
Car notre ami Pierrot se nomme aussi lui-même "Pierrot la plume, écrivain privé depuis près de quinze ans, ghostwriter comme on dit maintenant, spectre d'écrivain, nègre d'autrefois, si vous préférez" et Claire va lui demander tout bonnement d'écrire son autobiographie, afin dit-elle de dresser un bilan de son existence et de tenter un examen de conscience.
Et là, le lecteur d'abord réjoui, ensuite effaré, puis horrifié, est embarqué dans un bijou d'humour noir, conté avec une verve éblouissante par un auteur à l'imagination délirante. de confidences surprenantes en aveux terrifiants, de mensonges ahurissants à une apocalypse finale violemment déstabilisante, Pierrot la Lune sera soumis à une sévère douche froide dont il aura du mal à se remettre !
Et le lecteur avec !
Alors lecteur, un bon conseil n'accepte pas d'invitation au poker et surtout ne va plus jamais chez le dentiste ! mais dévore avec avidité le présent ouvrage.
Quant à Frédérique Hoy, elle nous enchante par sa manière légère et décalée de raconter de façon bien troussée des histoires très sinistres et d'une noirceur absolue, qu'elle prend visiblement un fameux plaisir à écrire et à nous transmettre.
Et moi, je remercie Babelio de m'avoir fait découvrir cette perle noire, grâce à Masse Critique, ainsi que les éditions Yakabooks, dont il convient de saluer avec enthousiasme l'heureuse initiative de proposer des livres au prix de vente de 2 Euros ! Merci vraiment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Lucie_Ash
  09 janvier 2018
Voici un roman qui me laisse perplexe. Je suis très partagée à la fin de cette histoire écrite par Frédérique Hoy ; je l'ai lu très vite, mais je reste sur une certaine frustration… Je m'explique.
Les deux protagonistes, Pierre Octave (surnommé Pierrot la Lune) et Claire sont dévoilés petit-à-petit, sous l'oeil affûté du premier, qui raconte son histoire à la première personne et au passé. Dès les premières pages, on découvre un personnage complexe, auquel on s'identifie rapidement : timide, seul, qui a vécu des expériences comme on en vit tous. Et Claire, elle, est un mystère, tant pour Pierrot que pour nous, lecteurs. D'où, pour moi, une première incohérence dans l'écriture : au début du roman, Pierrot prend un point de vue omniscient et raconte ce que fait Claire alors qu'il n'est que patient dans la salle d'attente de son cabinet. Je considère que si l'on veut faire parler son personnage avec un « je », dans ce cas il ne peut raconter que ce qu'il vit, et pas ce que vivent les autres s'il n'en est pas témoin… Même si c'était Claire qui lui avait raconté toute cette partie, j'ai trouvé la manière dont elle était amenée un peu maladroite. Surtout que c'est la seule et unique fois de tout le roman, puisque les autres fois, Pierrot imagine, seulement, les scènes dont il n'est pas spectateur. Mais peut-être que je chipote un peu trop sur ce détail.
L'histoire est très bien racontée, on progresse petit-à-petit dans l'univers De Claire via des rendez-vous quotidiens entre les deux figures de proue du roman. Comme je l'ai dit précédemment, j'ai lu ce roman très vite : à l'image de son prix, le style d'écriture de ce livre est très abordable, et comme il est court (168 pages), il se dévore. Surtout, l'histoire est surprenante, et je ne m'attendais pas aux rebondissements que l'on découvre au fur et à mesure. Mais, parce que pour moi il y a un mais, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire.
Pour commencer, le chapitre 1, c'est-à-dire l'ouverture, c'est-à-dire l'accroche, ce qui est censé me donner envie de plonger corps et âme dans le livre, a fait tout l'inverse sur moi, et j'ai du me contraindre à lire la suite (et j'ai bien fait, puisque ce chapitre n'est pas du tout à l'image du reste). Dans ce chapitre il y a trop, trop de tout : qualificatifs, comparaisons, métaphores… Ça m'a terriblement plombée pour les chapitres suivants, qui pourtant ne sont pas du tout dans le même esprit, plus subtils, plus légers. En bref, si vous voulez lire ce livre (et je vous le conseille !), il vous faudra peut-être, comme moi, passer outre ce premier chapitre un peu trop lourd.
Ensuite, Lune ou l'autre est un roman noir, il en reprend donc les codes : atmosphère oppressante, scènes d'action impromptues, assombrissement des personnages. le problème, c'est que sur moi, ça n'a pas fonctionné. Peut-être est-ce à cause de ma lecture précédente, qui foisonnait de détails ; mais pour moi, l'autrice ne creuse pas assez… J'aurais aimé trouver des descriptions un peu plus approfondies, sur l'appartement De Claire par exemple : le narrateur nous précise que sa décoration est changeante, mais ne s'attarde pas forcément beaucoup sur sa contemplation. Bien sûr, tout cela est très subjectif ; mais quand je lis un roman noir, j'ai besoin d'images mentales précises pour laisser le temps au malaise de s'installer, et là eh bien… le malaise est arrivé un peu tard à mon goût !
Toutefois je ne cracherai pas non plus trop dans la soupe, même si ce roman ne m'a pas, pour ainsi dire, transcendée, j'ai pris plaisir à le lire et à découvrir une histoire originale et bien ficelée.
Lien : https://folitteraires.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   27 mai 2018
Trente-cinq ans qu'on cultivait ses différences, Pascal et moi, trente-cinq ans qu'on se disait amis. Nous n'avions pas mêlé nos sangs ni craché sur nos vies, mais nous étions des amis d'enfance. De ceux qui, sans s'être choisis, s'habituent graduellement à l'autre parce qu'ils n'ont qu'un mur pour faire rebondir la balle et que leurs parents bavardent le soir en sortant les poubelles. Des amis de circonstances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
manU17manU17   30 mai 2018
Être l'amant de ma femme semblait autrement plus jouissif que ghostwriter. Être biographe pour le compte d'autrui était pour moi comme une longue punition d'écolier. Des lignes et des lignes d'écriture pour des gens qui aiment parler d'eux, qui ont souvent trop d'argent et pas assez de temps pour le faire eux-mêmes. Je leur inventais un style, étouffant à contrecœur le mien sous un gros coussin de dépit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mfrancemfrance   25 octobre 2018
Elle me donna rendez-vous à 16 heures le lendemain à la table d'un salon de thé de son quartier. Si certaines relations se construisent dans un lit, la nôtre semblait s'épanouir à table. Je n'avais rien contre. Table de billard, table de jardin, table de massage, table de nuit, qui sait, nous avions peut-être encore toute une série de tables à partager.
Page 53
Commenter  J’apprécie          60
PartageTesPagesPartageTesPages   04 juin 2019
"Vieillir ne m'effrayait pas ; c'était plutôt devenir vieux qui m'angoissait. Quant à savoir s'il fallait pleurer ou au contraire se réjouir d'avancer dans l'âge ..." (p.121)
Commenter  J’apprécie          120
PartageTesPagesPartageTesPages   04 juin 2019
"j'avais une tête perdue quelque part au milieu des étoiles, une tête qui tourne sur elle-même et autour des autres sans jamais établir le moindre contact. [...] j'avais appris qu'un avatar n'était pas une insulte ni un mea culpa une grosse glace à la pêche." (p.11)
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1825 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..