AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714478859
Éditeur : Belfond (25/01/2018)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 105 notes)
Résumé :
La glace a immortalisé sa jeunesse, sa beauté… et son mystère : qui était vraiment Andrea ? Victime ou manipulatrice ?



Encore marquée par la mort en service de son mari, l’inspectrice en chef Erika Foster découvre son nouveau poste dans un commissariat de Londres. Premier jour, première affaire et non des moindres : le corps d’Andrea Douglas-Brown, fille d’un riche industriel, a été retrouvé dans le lac gelé du Horniman Museum de For... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
Jooh
  07 février 2018
Un grand merci à Babelio et aux éditions Belfond pour m'avoir permis de découvrir "La fille sous la glace" dans le cadre de Masse critique... et quelle découverte !
Nous sommes à Londres, en cette nuit glaciale du 8 janvier, où Andréa, une jeune fille de 23 ans, sort furieuse d'un pub ; elle erre dans les rues de la ville, tentant en vain de calmer sa colère avant de rentrer chez elle, quand elle est soudain abordée en voiture par l'individu avec lequel elle s'est manifestement disputée lors de cette soirée... et c'est le corps sans vie de la jeune fille qui est retrouvé sous la glace d'un lac de canotage, situé dans un quartier de South London. L'autopsie révèle qu'elle a été ligotée, frappée, étranglée et traînée par les cheveux : il s'agit d'un meurtre sans l'ombre d'un doute.
C'est Erika Foster, officier de Police de Manchester, réputée pour ses compétences en affaires de meurtre sensible qui est mise sur l'affaire.
Et justement, cette affaire est particulièrement épineuse : Andréa est la benjamine d'une famille londonienne, riche, respectable, puissante et très influente, les Douglas Brown, dont le père est un homme d'affaires étroitement lié au gouvernement conservateur britannique.
Or, quand on sait qu'en Grande-Bretagne, la classe sociale influe beaucoup sur le traitement des affaires, on imagine bien que l'enquête d'Erika sera semé d'embûches ; d'autant plus que les premières interrogations sont déjà source de gêne pour la famille : que faisait cette jeune fille mondaine dans un pub malfamé et dangereux ?

Malgré sa solide expérience, Erika est malmenée, confrontée à une multitude d'obstacles de taille : surmédiatisation de l'affaire, pression constante de la famille d'Andréa prête à tout pour imposer ses diktats afin de sauver les apparences, corruption du système policier britannique, rivalités professionnelles au sein du Poste de Police, injustice et maltraitance de la part de la hiérarchie, misogynie ambiante, filature et menaces d'un meurtrier prêt à tout pour ne pas être démasqué...
L'enquête se révèle donc être une véritable course d'obstacles haletante, au cours de laquelle Erika devra déployer tout son potentiel pour franchir un à un chaque barrage d'une affaire vraiment très compliquée et assurement très dangereuse. Et on peut dire qu'elle s'en sort avec brio !
On prend effectivement un réel plaisir à suivre Erika tout au long de l'enquête, véritable Miss Marple des temps modernes, et le fait de la découvrir sous tous ses aspects, même les plus intimes, est fort plaisant !
J'ai été très admirative de cette femme hors du commun dotée de nombreuses qualités humaines – courage, intégrité, détermination, instinct très développé, persévérance, générosité, caractère bien trempé, audace, professionnalisme.
On ne peut que ressentir de la compassion dans ses moments de fragilité, de solitude et de doute. La perte récente de son mari, officier de police également, tué lors d'une précédente affaire qui a mal tourné et à laquelle participait également Erika, m'a également beaucoup touchée.
J'ai également été charmée par certains autres personnages du roman : les détectives Moss et Peterson, alliés inconditionnels d'Erika, mais aussi le séduisant médecin légiste Isaac Strong qui, de par leurs valeurs d'intégrité, de confiance, d'affection et de solidarité contrastent avec le monde de brutes dans lequel ils évoluent.
L'écriture fluide et cinématographique de Robert Bryndza rend la lecture passionnante, et le rythme effréné de l'enquête ainsi que le suspens insoutenable m'ont maintenue en haleine jusqu'à la dernière page.

En somme, un très bon thriller au féminin, surprenant du début à la fin et qui, pour moi, réunit tous les ingrédients pour un moment de lecture réussi ! Vivement la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
viou1108
  31 janvier 2018
Voici un polar venu du froid mais pas scandinave pour autant, puisqu'il s'agit en l'occurrence de la neige et de la pluie britanniques. Ce qui n'empêche pas qu'on se les pèle, à Londres, puisque même les étangs ont gelé. Mais bref, fi de ces considérations météorologiques, place au suspense. Ingrédients :
- la victime : Andrea, alias « la fille sous la glace », jeune femme d'une vingtaine d'années, belle, pleine de vie, pleine aux as (merci papa, voir ci-après), est retrouvée morte étranglée sous la surface d'un lac gelé. Appartenant à la fine fleur de la haute société british (son père est Lord et accessoirement riche homme d'affaires) et passant son temps à fréquenter boutiques et bars correspondant à son standing, on découvre qu'elle a cependant passé les dernières heures de sa vie dans l'un des quartiers les plus mal famés de la ville. Que faisait-elle là ? Piégée, enlevée, ou petite fille riche qui cherche à s'encanailler dans les bas-fonds interlopes ?
- l'enquêteur : en fait une enquêtrice, Erika Foster, tout juste arrivée de Manchester après une suspension de plusieurs mois suite à la mort de cinq de ses hommes (dont son mari) au cours d'une opération qu'elle dirigeait. Brillant élément de la police mais fragilisée par ce drame personnel et professionnel, est-elle capable de mener l'enquête ? Parce que, inévitablement, il y a :
- les bâtons dans les roues : vu l'identité de la victime, Erika est soumise à de grosses pressions hiérarchiques, politiques, médiatiques. Sans compter la rivalité avec un de ses collègues masculins, et son manque de confiance en elle après l'épisode tragique de Manchester.
Mélangez tout ça, ajoutez-y fausses pistes, témoins introuvables, caméras de surveillance en panne, vrai-faux suspect, cold cases ressemblant furieusement au meurtre d'Andrea, et pour pimenter le tout, assaisonnez avec l'impulsivité d'Erika qui lui joue quelques méchants tours.
Résultat : je ne suis pas spécialiste du polar, mais j'ai beau chercher, je ne vois pas grand-chose de très original dans cette enquête. L'ambiance est glauque sans être sanglante ou ultra-violente, l'héroïne est sympathique et un peu agaçante à force de jouer cavalier seul, et même si l'identité du coupable n'est pas une grosse surprise, l'ensemble tient bien la route. Rien d'exceptionnel dans la construction ni dans l'écriture, mais le rythme assez soutenu permet de passer quelques heures plaisantes sans prise de tête. Efficace, fluide, prenant, mais pas inoubliable.
Merci aux éditions Belfond et à Babelio pour cette opération Masse Critique privilégiée.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
thedoc
  28 janvier 2018
La DCI Erika Foster débarque à Londres pour enquêter sur la mort d'Andrea Douglas-Brown, une « fille à papa » qui avait semble-t-il décidé de se dévergonder dans les quartiers chauds de Londres. L'enquête s'annonce difficile du fait de la position haut placée du père de la victime, Lord Simon Douglas-Brown. Avec cette famille en vue, aux nombreuses relations politiques et qui peut faire et défaire des carrières, il faut faire preuve de discrétion et surtout ne pas faire de vagues. Erika n'a donc pas vraiment les coudées franches pour enquêter sur la vie d'Andrea, sans compter qu'elle arrive dans un nouveau commissariat, avec une nouvelle équipe plus ou moins heureuse de l'accueillir. Car si Erika est reconnue comme une enquêtrice brillante, sa dernière enquête à Manchester l'a mise à bas : elle se sent responsable de la mort de cinq de ses équipiers dont son mari Mark. Fragilisée, Erika saura-t-elle dénouer les fils de cette enquête à haut risque ?
Je l'avoue d'entrée, les premières pages du thriller de Robert Bryndza m'ont laissée quelque peu de marbre. Voici un auteur, me suis-je dit, qui se lance dans son premier polar en usant des bonnes vieilles recettes : une enquêtrice compétente mais à la vie personnelle compliquée, un chef sympa mais qui souhaite rester dans les clous, des collègues plus ou moins accueillants avec l'arrogant de service qui finit par se mordre la queue. Mais ça, c'était la première impression, très vite envolée… Car notre Erika Foster n'a rien à voir avec une autre Erica qui joue les Desperate Housewives dans une station balnéaire suédoise…
Erika Foster est impulsive et tête brulée. Elle est plus du style à agir avant de réfléchir, à suivre son instinct même si tout semble le contredire. Elle n'a plus rien à perdre, son mari est mort, et il ne lui reste que cette obsession : faire éclater la vérité et trouver le meurtrier d'Andrea. Alors que tout se dresse contre elle, elle continue à suivre son idée, déterminée jusqu'au bout. Son combat face aux puissants de ce monde est courageux. Droite dans ses bottes mais totalement brisée, Erika n'est pas du genre à se soumettre à l'establishment, ce qui l'a rend particulièrement touchante. Ses collègues ensuite sont également réussis. Avec Peterson, le beau gosse efficace et discret et Moss, l'équipière au grand coeur et à la grande gueule, le trio fonctionne.
Enfin, le réalisme de l'intrigue nous attire d'un côté dans les quartiers nantis et d'un autre dans les bas-fonds londoniens, autour du trafic des filles de l'est. On sent que ce sujet tient à coeur l'auteur, lui qui vit en Slovaquie et qui a choisi une héroïne d'origine slovaque. Entre triste réalité et polar, Robert Bryndza a trouvé le bon équilibre, servi par une écriture soignée : des chapitres courts et un rythme de plus en plus nerveux à mesure que l'on s'approche du dénouement que je n'ai pas vu venir pour ma part.
« La Fille sous la glace » est apparemment le premier volet de la série. Et ça, c'est une bonne nouvelle !
Merci à Babelio et aux éditions Belfond pour l'envoi de ce livre et cette très bonne découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Jeanfrancoislemoine
  20 avril 2018
Sur la place du bourg,il y a une jolie boite magique.Vous savez,une de ces boites qui regorgent de trésors littéraires déposés là par des amis lecteurs "partageux".
Curieux dès qu'il s'agit de lecture,j'ouvre les portes et...je récupère au vol un ouvrage qui me semble avoir été éjecté par ses compagnons d'infortune.
Comme je suis encore jeune(!),mon bras se détend comme un ressort et évite au dit volume de se retouver à terre.
Maintenant qu'il est entre de bonnes mains,je l'observe.Il est en très bon état,sa couverture bleue est énigmatique et la quatrième m'apprend quelques bribes de l'intrigue qui,ma foi,ne me laissent pas insensible.Je vous rappelle aussi qu'il m'est tombé dans les bras,c'est donc lui qui m'aurait choisi!C'est bon,je l'adopte.
Le soir même, je lui fais griller la politesse à tous ses copains qui s'impatientent dans ma....haute pile à lire.
Son titre,"La fille sous la glace"
Et ça démarre fort:une poursuite,un cadavre dans les premières pages,le cadavre d'une belle,riche et jeune femme retrouvé sous la glace de l'étang d'un grand parc.Et c'est là que nous faisons la connaissance du DCI Erika Foster chargée de l'enquête .Oui,mais voilà, elle sort d'une lourde épreuve,suscite des jalousies au sein de sa propre équipe, est poussée à vite trouver le,la ou les coupables.Elle pourra compter sur l'aide de la fidèle Moss et du beau Peterson....et d'autres encore...
Par contre,il lui faudra des nerfs solides,vous le verrez,et sa pugnacité irritante lui jouera bien des tours.
Ce polar se lit très facilement,les évènements s'enchainent parfaitement,il y a de l'action,du suspense,des personnages typés, bien intégrés dans l'histoire.
On vit jusqu'au dénouement dans les pas d'Erika.
Ce livre m'a bien diverti,je ne le prends pas pour un vrai coup de coeur mais j'ai aimé et je le remercie de m'avoir choisi,je l'aurais peut être ignoré si je l'avais vu parmi ses collègues sur l'étalage du libraire.
Maintenant,dilemme:cet orphelin qui m'a choisi et ne m'a pas trahi:je lui rends sa liberté ou je le garde auprès de moi..????.Allez,je le garde un peu et je permets à quelqu'un d'autre d'en profiter.....bien vite,il le mérite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
beatriceferon
  26 janvier 2018
Malgré l'épaisse couche de neige qui recouvre Londres, Lee se dirige vers les jardins du musée où il travaille. Alors qu'il longe le lac gelé, il entend sonner un téléphone sous le hangar à bateaux. C'est un objet de luxe qui allume sa convoitise. Il s'engage sur la glace pour s'en emparer lorsque la couche craque sous son poids, le précipitant dans les bras du cadavre qui flotte entre deux eaux.
Le superintendant Marsh confie cette affaire qui s'annonce épineuse à la brillante Erika Foster.
Une opération Masse critique privilégiée me propose ce thriller écrit par un nouveau venu sur la scène du genre. Je sors de quelques lectures difficiles, une petite récréation ne me fera pas de mal. Par chance, je reçois ce roman dans lequel je me plonge illico.
Dès les premières pages, je suis embarquée dans des aventures palpitantes. Je suis d'abord cette belle jeune femme aux vêtements luxueux, perdue dans un quartier mal famé de la ville, talonnée par une inquiétante voiture qui roule au pas et dont le téléphone portable n'émet pas le moindre signal.
Au deuxième chapitre, je fais la connaissance d'un chômeur paumé qui, pour son malheur, va vouloir s'emparer d'un coûteux i Phone abandonné sous un hangar.
Ensuite, je me retrouve dans un commissariat de police survolté par la disparition d'une personnalité appartenant à une famille huppée et influente. Erika Foster, qui vient de débarquer, est plongée dans cette affaire dont on lui confie la direction, alors qu'on ne lui a encore rien expliqué de ce qui se passe.
Le roman compte plus de quatre cents pages. Impossible donc de le lire d'une traite. Il faut, dès lors, une grande force de caractère pour s'obliger à le fermer en pensant qu'on ne pourra s'y replonger que le lendemain.
Les événements s'enchaînent à un rythme soutenu et nous entraînent dans de nombreuses directions.
Non seulement Erika doit affronter des hordes de journalistes avides de scandales bien croustillants, mais, tandis qu'elle se familiarise avec l'enquête qu'on lui a confiée et fait la connaissance des membres de son équipe, elle doit se battre contre l'hostilité de son alter ego, un type qui méprise les femmes et se juge bien plus apte qu'elle à mener les investigations. Donc, il s'ingénie à lui mettre des bâtons dans les roues. Il y a une famille de la haute société qui, puisqu'elle a le bras long et roule sur l'or, se croit tout permis et met tout en oeuvre pour empêcher Erika d'avoir les coudées franches et de fourrer son nez dans leurs petites affaires. La jeune femme doit, en même temps, lutter contre le racisme et les préjugés : elle est d'origine slovaque, donc suspecte. Elle n'est pas au mieux de sa forme : veuve depuis peu, elle se sent responsable de la mort de Mark, son époux et coéquipier. Enfin, elle est épiée par un individu qui semble dangereux et résolu à la faire disparaître.
Au fil des pages, le lecteur découvre le passé d'Erika, il s'attache à elle, comme le font ses assistants fidèles Moss et Peterson. Alors qu'Erika n'a rien d'une superwoman, elle touche par sa droiture et son courage et n'hésite pas à mettre sa carrière en péril pour faire éclater justice et vérité. « Cinq femmes sont mortes et leurs assassins s'en tireraient pour la seule raison qu'ils appartiennent à l'Establishment ? (...)Mon boulot m'a déjà tout enlevé ou presque. Mark. Une vie que j'aimais dans le Nord, entourée d'amis. Ma maison. le sens moral est la seule planche de salut qu'il me reste. »
Elle accorde autant de soin et d'énergie à élucider la disparition de pauvres prostituées qu'à rechercher l'assassin d'Andrea Douglas-Brown, fille d'un Lord, fiancée à un homme d'affaires richissime, membre de la jet-set.
Cette enquêtrice m'a beaucoup plu et je me réjouis de la retrouver dans un nouvel épisode.
Bien que j'aie soupçonné l'identité du coupable, j'étais curieuse de voir s'il allait être démasqué et de connaître ses mobiles.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman et j'en attends la suite avec impatience.
Je suis donc très reconnaissante à Babelio et sa Masse critique, ainsi, bien sûr, qu'aux éditions Belfond qui m'ont permis de vivre ces moments intenses et passionnants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   10 août 2017
Erika s'éveilla, étranglée par l'angoisse. Elle chercha l'air. Une luminosité surnaturelle et oppressante l'enveloppait. Elle vida ses poumons longuement. Puis elle prit conscience de son environnement en voyant le volant. Elle était assise dans sa voiture. De retour dans le présent. Derrière son pare brise couvert d'une couche de neige fraîche.

Le rêve revenait souvent hanter son sommeil et elle se réveillait toujours au même moment. Quelque fois, la scène se déroulait en noir et blanc et, alors, le sang de Mark ressemblait à du chocolat fondu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ManouBManouB   01 février 2018
Erika n'en crut pas ses oreilles.
- Me protéger ?
- Comme si vous ne saviez pas comment ça marche !
L'Establishment gagne toujours. Nous l'avons vu tous les deux. Vous manquez de preuves irréfutables. Alors s'il vous plaît, quittez la partie, sauvez votre carrière. Parfois, il faut accepter de lâcher prise.
- Navrée, monsieur, c'est non. Trop facile. Cinq femmes sont mortes et leurs assassins s'en tireraient pour la seule raison qu'ils appartiennent à l'Establishment ? Et pour quoi ? Pour qu'ils puissent se faire encore plus de fric ?
...
- Mon boulot m'a déjà tout enlevé ou presque. Mark. Une vie que j'aimais, dans le Nord, entourée d'amis. Ma maison...Le sens moral est la seule planche de salut qui me reste...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BlackKatBlackKat   09 février 2018
Pas de badge, pas de pouvoir. Elle n’était personne. Juste une femme ordinaire qui espérait que quelque chose sorte enfin de ce trou.
Commenter  J’apprécie          80
brinvilliersbrinvilliers   16 mars 2018
- Ça n'a pas commencé, au moins ?
Lady Diana secoua la tête. Elle sanglotait.
- Tout de suite, DCI Foster ! siffla Colleen.
Alors, Erika prit sa décision. Une décision dont elle savait déjà qu'elle aurait de lourdes conséquences. Elle respira une bonne fois, mit un peu d'ordre dans ses cheveux, et entra dans la salle...
Commenter  J’apprécie          20
Milka2bMilka2b   19 décembre 2017
Elle pouvait regarder sans flancher des cadavres, affronter en interrogatoire des délinquants sexuels violents, garder son sang-froid face à la menace d'un couteau, mais vivre dans le monde ordinaire comme un être ordinaire, être membre de la société...ça, ça lui foutait une trouille bleue.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Robert Bryndza (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Bryndza
"La Fille sous la glace", un roman noir de Robert Bryndza. Compulsive, intense, la première enquête de la super-flic londonienne Erika Foster à Londres. En savoir plus sur le livre : http://bit.ly/2mLBJzY
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1389 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .