AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714476422
Éditeur : Belfond (16/05/2018)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Mélange de frissons et d'émotion brute, un premier roman phénomène, vendu à plus d'un million d'exemplaires. 2004. Par une nuit glaciale, cinq personnes scellent un pacte au-dessus d'une tombe fraîchement creusée. Mais les secrets finissent toujours par remonter à la surface... De nos jours, Teresa Wyatt, ancienne directrice du foyer pour filles de Crestwood, est retrouvée noyée dans sa baignoire.
Au même moment, Crestwood fait la une des médias : des fouill... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  04 décembre 2018
J'avoue que cet ouvrage n'est pas trop mon type de lecture en général. Les deux premières lignes de la quatrième de couverture m'avaient plutôt fait pensé à un roman qui aurait un quelconque rapport avec la magie (noire il va sans dire dans ce genre de "pacte") ou quelque chose dans ce genre-là et avec le mot de fouilles archéologiques, il n'en avait pas fallu plus pour me convaincre...sauf que j'était non seulement bien loin de ce qui m'attendait et au final, j'ai été très agréablement surprise par cette découverte, bien que un peu trop macabre à mon goût.
Kim Stone, inspectrice de police est loin d'avoir eu une enfance facile : trimbalée de famille d'accueil en famille d'accueil, elle ne s'est jamais vraiment attachée à qui que ce soit si ce n'est à ses quatrièmes parents adoptifs, un couple d'un certain âge dont le "père" aura eu le mérite de lui transmettre sa passion pour les motos et de faire qu'elle retrouve un peu de stabilité. Mais l'on ne vit pas dans un conte de fées et si Kim n'a pas d'attache dans sa vie d'adulte, pas de famille et s'implique autant dans son boulot, en n'employant généralement pas de gants avec ses collègues (bien qu'elle les apprécie et que ce oit réciproque car il faut l'avouer) avec son tempérament et sa manière de vouloir toujours avoir le dernier mot, c'est une putain de bonne flic, pardonnez-moi l'expression mais je pense que c'est ce qu'elle aurait dit, j'essaie de me mettre dans la peau du personnage).
Lorsqu'une première affaire de meurtre lui est confiée, celui d'une ancienne directrice d'école passionné d'archéologie, Kim était loin de s'imaginer que cela allait entraîner une série de meurtres en chaîne et qu'il allait lui falloir non seulement accuser ce qui se passe maintenant mais ce qui s'est passé une dizaine d'années plus tôt...
Pourquoi de nombreuses personnes se sont-elles mises sur la route des archéologues qui voulaient effectuer des fouilles devant l'ancien foyer d'accueil de jeunes filles de Crestwood ? Pourquoi les anciens employés sont-ils sauvagement assassinés les uns après les autres ? Que s'est-il passé exactement ? Ce qui est sûr, c'est que quelqu'un sait et qu'il ne veut absolument pas que ces vieux dossiers refassent surface....Le pire est à redouter mais quoi exactement ?
Attention, âmes sensibles s'abstenir mais un très bon thriller dans lequel le suspense est vraiment maintenu jusqu'à la dernière page. Une écriture fluide avec des chapitres courts, ce qui permet au lecteur, bien accroché, de sans cesse vouloir lire le suivant pour enfin essayer de percer le mystère... A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
jeunejane
  30 décembre 2018
Le livre s'ouvre sur une scène macabre. Cinq individus perchés au-dessus d'une tombe sont les seuls à connaître la vérité. Ils jurent de ne jamais avouer.
Des années plus tard, Teresa Wyatt, directrice d'école, est retrouvée noyée dans sa baignoire.
Elle était très intéressée par les fouilles archéologiques qui allaient commencer du côté de l'ancien pensionnat de Crestwood.
Kim Stone, inspectrice de police, est chargée de l'enquête et très impliquée dans le passé de l'école car elle a dû subir la folie de sa mère et des placements en famille d'accueil.
La liste des victimes s'allonge mais l'enquête piétine et les personnages entrant en scène s'accumulent.
L'ambiance est pesante, morose.
Le dénouement est surprenant mais n'amène réellement rien de nouveau à la fin de l'histoire.
Une lecture que je regrette d'avoir lue jusqu'au bout car je m'enfonçais avec l'histoire. Brrr!
Je crois que si le rythme avait été plus soutenu, j'aurais mieux apprécié.
Commenter  J’apprécie          472
DoVerdorie
  10 janvier 2019
Un premier roman -policier- de facture plutôt « classique » mais bien maîtrisé qui se déroule dans le « Pays noir », région désolée d'Angleterre et dont A. Marsons aborde ici également la problématique sociale.
L'inspectrice motarde, Kim Stone, au caractère fort et impétueux (et parfois franchement désagréable), n'hésitant pas à suivre son instinct en bafouant les règles et désobéissant souvent aux ordres de sa hiérarchie, a connu une enfance difficile... à l'instar de ces victimes déterrées dans un terrain vague à côté d'un foyer d'accueil pour jeunes filles abandonnées par leurs familles.
Les anciens responsables et quelques ex-membres du personnel de ce « pensionnat des innocentes » ont un secret à cacher... secret qui va leur coûter la vie.
Cette première brochette de cadavres est un vrai casse-tête pour Kim et son équipe, mais c'est la deuxième « fournée » qui ramènera l'inspectrice à son consternant passé et révélera la vraie nature de cette femme renfermée et asociale.
Un autre personnage marquant est Bryant, l'assistant plus âgé de Kim, qui -mine de rien- veille sur elle et à qui on s'attache sans réserve (surtout après l'anecdote avec les chiots).
L'intrigue aux nombreux rebondissements devient de plus en plus complexe au fil des pages et les cliffhanger à la fin des chapitres (qui défilent tout seuls), font qu'on n'a qu'une seule (irrépressible) envie : vouloir connaître au plus vite le véritable responsable de ces assassinats.
S'il y a -bien évidemment- un très vil dans cette histoire noire, il reste aussi des « innocentes »...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
-Olivier-
  18 mai 2018
En pleine nuit, cinq personnes se rassemblent dans un champ. Ils se sont tous relayés pour creuser une fosse peu profonde. Ils pensaient leur plus terrible secret enterré à jamais …
Dix ans plus tard, une directrice d'école est retrouvée noyée dans sa baignoire. Peu de temps avant sa mort, elle s'était intéressée à une fouille archéologique dans un champ à côté d'une ancienne maison d'enfants, où elle avait travaillé avant qu'elle ne soit entièrement détruite par les flammes. Un second ex-employé de ce foyer est à son tour assassiné, tandis que les fouilles mettent à jour des restes humains. L'inspectrice Kim Stone et son équipe sont chargés de l'enquête. Kim, qui a connu enfant l'assistance publique, est profondément impliquée dans celle-ci. Elle commence une course contre la montre pour découvrir le lien entre les victimes actuelles et les ossements déterrés, et savoir qui connaît les secrets d'il y a dix ans, avant qu'ils ne soient tous morts.
Le marché du polar/thriller a le vent en poupe et il devient bien difficile de faire un choix parmi les nouveaux auteurs qui font leur apparition.
Le pensionnat des innocentes est le premier livre d'Angela Marsons traduit en France.
Il suit le schéma classique d'un bon roman policier : un crime est commis, une équipe d'inspecteurs est chargée de l'affaire, le lecteur se laisse surprendre par un ou deux twists, le crime est résolu, et tout le monde est heureux. Mais une différence subtile fait que ce livre se démarque des autres : l'émotion. Des tonnes et des tonnes d'émotion du fait qu'on a affaire ici à des enfants abandonnés par leurs proches, ayant survécus aux pires cas de négligence, recueillis par l'assistance publique, privés de la moindre chance de pouvoir rebondir dans la vie, et en plus trahis par des gens en qui ils accordaient leur confiance mais qui n'en avaient rien à faire.
Ces établissements s'apparentaient à des rebuts, des décharges où échouaient des gamins brisés dont personne ne voulait. Dans le meilleur des cas, ils y perdaient toute humanité et toute identité. Dans le pire des cas, ils y étaient victimes de nouveaux abus. Les mauvais traitements devenaient quelque chose de normal et, lentement, à force d'être sans cesse poussés vers le fond, ces enfants ne parvenaient plus à garder la tête hors de l'eau.
L'inspectrice Kim Stone est en quelque sorte une miraculée. Elle-même enfant de l'assistance publique, elle s'est forgée un caractère qui lui a permis de s'en sortir. Elle est une femme déterminée, qui sait exactement ce qu'elle veut et ne laisse rien lui barrer la route. Elle est froide, asociale et insensible, manquant de compétences relationnelles, mais possède une motivation à élucider ces meurtres qui s'explique par le besoin de rendre justice à ces enfants oubliés.
Ses coéquipiers sont décrits comme des professionnels. Ils sont entièrement dévoués à leur chef, même si celle-ci est dure et exigeante, et ils savent qu'ils peuvent compter sur elle en cas de besoin. Son partenaire Bryant est plus décontracté. Ils forment à eux deux une équipe qui se complète bien. Ils savent exactement ce que l'autre pense et a besoin. Les caractères individuels des membres de l'équipe sont intéressants et progressent au fil de l'histoire. Quant à l'inspecteur en chef, c'est le boss stéréotypé qui veut que tout soit fait dans les règles, mais finit par accepter l'une ou l'autre entorse surtout venant de Kim car il sait qu'elle n'a pas son pareil pour résoudre les affaires criminelles.
Quant aux personnages secondaires, ils s'intègrent parfaitement dans l'histoire à leur manière. Certains sont charmants, d'autres sont détestables. Mais tous ont leur propre rôle à jouer dans une histoire bien noire, pas facile à digérer tant le sujet – la maltraitance d'enfants abandonnés – est insupportable.
Tous tirent le lecteur à travers cette noirceur, le laissant absorbé dans la traque du meurtrier. La tension est parfaite jusqu'au dernier quart du livre où la course effrénée à la finale commence, avec bien sûr l'un ou l'autre twist qui sait nous surprendre.
Le pensionnat des innocentes est le premier tome d'une série d'enquêtes reprenant les mêmes personnages récurrents. Kim Stone a ce côté sympathique et crédible que l'on a envie de retrouver dans d'autres romans afin de découvrir d'autres facettes de son personnage.
Mon blog : Bibli-oli.blogspot.be
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Duzbo
  26 mai 2018
J'ai beaucoup aimé ce polar et ses personnages forts auxquels on s'attache très vite. Il semblerait d'ailleurs que ce roman soit le premier d'une série et c'est tant mieux car je serai ravie de tous les retrouver !
L'enquête s'installe rapidement avec son lot de questions et nous sommes donc vite happés par l'histoire qui se déroule sous nos yeux. Par ailleurs, en plus de l'enquête, et c'est un point que j'ai vraiment apprécie, nous en découvrons plus sur la vie de l'enquêtrice, Kim Stone, qui mène ses recherches d'une main de fer et de maître entourée de son équipe. Dans un parfait équilibre entre enquête et vie privée, nous la découvrons petit à petit et cela nous éclaire sur sa personnalité et ses comportements.
Angela Marsons nous offre donc un récit très rythmé, qui nous incite à recueillir les indices et réfléchir à l'unisson avec Kim pour découvrir la vérité, si bien qu'on approche du dénouement avec une petite idée du coupable. Mais l'auteur maîtrise son roman jusqu'au bout et je dois bien avouer que je me suis laissée surprendre par le fin mot de l'histoire !
Ce polar et son auteur ont été une belle découverte et je lirai avec grand plaisir ses prochains livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   04 décembre 2018
"Bryant croyait qu'un code moral était ancré en chaque personne dès la naissance, que cela relevait de la génétique, au même titre que la couleur des yeux ou la taille. Kim était convaincue du contraire. La conscience et l'usage qu'on en faisait découlaient d'un apprentissage, des bons exemples qu'on vous donnait à suivre et des modèles qui s'offraient à vous. La perception de la différence inhérente entre le bien et le mal s'affinait au cours de la vie, elle n'était pas préimprimée dans le cerveau."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jeunejanejeunejane   30 décembre 2018
- OK, dit-elle après un dernier coup de pinceau. Que tous ceux qui n'ont pas suivi de formation médico-légale sortent de la fosse. Tout de suite.
Restée seule dans le trou, elle se tourna vers Kim.
- Nous avons des ossements et, à moins qu'il ne s'agisse d'une espèce canine inconnue à cinq doigts, ce ne sont pas ceux d'un chien.
Commenter  J’apprécie          150
missmolko1missmolko1   31 juillet 2018
( Prologue)
Ils étaient cinq, postés en étoile autour d’un petit monticule de terre. Eux seuls savaient qu’il s’agissait d’une tombe. Creuser le sol gelé sous les couches de glace et de neige avait été aussi dur qu’essayer d’entailler de la roche, alors ils s’étaient relayés. Chacun à son tour.
Un trou de la taille d’un adulte leur aurait pris plus de temps. La pelle était passée de main en main. Certains s’étaient montrés hésitants, incertains. D’autres, plus assurés. Personne en revanche n’avait résisté et personne non plus n’avait soufflé mot. Une vie innocente avait été emportée. Ça, aucun ne l’ignorait. Mais ils avaient conclu un pacte. Leurs secrets seraient enterrés. Les cinq silhouettes inclinèrent la tête et se représentèrent le corps sous le sol qui luisait déjà d’une nouvelle couche de givre. Tandis que les premiers flocons saupoudraient la tombe, un frisson traversa le groupe. Puis tous se dispersèrent, leurs pas dessinant la queue d’une comète dans la neige fraîche et craquante.
C’était fini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cicou45cicou45   02 décembre 2018
"Évoquer une personne récemment disparue était un moyen de la garder vivante en soi, de maintenir un lien avec elle par-delà la mort."
Commenter  J’apprécie          250
cicou45cicou45   03 décembre 2018
"_Je crois qu'Einstein a déclaré un jour : si les faits ne collent pas avec la théorie, changez les faits."
Commenter  J’apprécie          240
autres livres classés : pensionnatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1560 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..