AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782330049614
213 pages
Actes Sud (04/03/2015)
3.77/5   26 notes
Résumé :
Le sergent Desportes, vieux briscard aussi courageux que respecté, défend la loi dans le sud-ouest américain. Il rencontre et sauve dans le désert un étrange gamin à la jambe fracturée, Bud, dont le cheval a été blessé. Entre ces deux hommes si dissemblables naît une étrange amitié, à la fois ambiguë et teintée, chez le sergent, de sentiments paternels. W. R. Burnett s'est inspiré de Billy the Kid pour créer le personnage si moderne de Bud, ce gamin aux multiples fa... >Voir plus
Que lire après Mi amigoVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Première incursion chez W.R. Burnett et il y en aura d'autres !

Celui que Bertrand Tavernier qualifie de « meilleur écrivain américain » dans sa postface de Mi Amigo – traduit par Fabienne Duvigneau – a un sacré talent de conteur et de portraitiste, dans une épure d'emphase et de mots qui font tout le charme de ce roman western qu'on aurait bien vu augmenté de 200 pages.

Comme le laisse entendre son titre évocateur, Mi Amigo est une histoire d'amitié, une histoire d'hommes. Celle qui lie John Desportes, le Sergent, sous-officier auréolé de gloire désormais affecté à la garnison de Mesa Encantada, à Jamie Wiggan dit Bud, un gamin sorti de nulle part qui débarque dans sa vie. Et celle qui lie John à Natty, vieux compagnon d'armes qui regarde avec méfiance cette nouvelle relation.

Car si dans ce territoire du Nouveau Mexique qui fut autrefois le coeur des grandes guerres indiennes, l'heure est à la pacification, à la colonisation et à la conquête des richesses, c'est aussi celle de la chasse aux bandes locales qui volent le bétail des barons locaux pour faire porter le chapeau aux indiens et raviver la guerre. Et Jamie/Bud ne semble pas complètement étranger à ces exactions meurtrières…

Dans une intrigue simple mais parfaitement tenue, Mi Amigo explore les contours de ce qui fait l'amitié, la vraie : le temps, la séparation et les retrouvailles, la confiance, la trahison, la compréhension mutuelle, et cette forme d'amour entre hommes qui ne dit pas son nom.

L'ambiance western est d'un classicisme qui te replonge direct dans les westerns de la Dernière séance et la galerie de personnages, avec mention spéciale pour le Commandant et sa femme, est tout simplement fabuleuse. Un grand et simple plaisir de lecture donc, qui va me conduire sans attendre vers d'autres Burnett.
Commenter  J’apprécie          253
W. R. Burnett, à qui l'on doit notamment, dans le registre « noir », Little Caesar et Asphalt Jungle, déploie ici son talent dans un décor western. On est bluffé par la richesse des personnages, un sergent viscéralement honnête, un jeune homme à qui il sauve la vie, charmeur et ambigu (inspiré de Billy the Kid), un aventurier brut de décoffrage ami du premier, un commandant, son épouse, la belle Lolita, l'intrigant Apache Cheval Noir…, et la complexité des situations. L'auteur surprend en changeant parfois de personnage pour nous plonger dans un autre point de vue : un style précis et du grand art qui transcendent le genre comme va nous l'expliquer avec talent Bertrand Tavernier dans sa postface (à ne pas lire en préface pour ne rien gâcher !). Comme lui, on se demande comment un récit aussi complexe et captivant n'a jamais été porté à l'écran. Il donne à cela quelques explications mais ce livre est une oeuvre on ne peut plus accomplie qui se suffit largement à elle-même, pour notre plus grand plaisir.
Commenter  J’apprécie          51
Découverte de l'auteur pour moi.
J'y ai trouvé un western à l'écriture et au scénario calibrés à la perfection. Cowboys, apaches, gachettes faciles, milieu un peu hostile de l'ouest des Etats-Unis à cette époque.
Le style est épuré ("dépouillé", comme la 4e de couverture l'indique), ce qui n'empêche ni la profondeur des personnages, ni l'aspect très visuel et cinématographique de l'histoire. Il offre même au récit une certaine tension.
J'ai beaucoup apprécié et je viens donc d'ajouter "Terreur Apache" à ma PAL.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Les Apaches pouvaient vous tenir ce genre de conversation pendant des heures d'affilée. Contrairement à l'idée répandue, ils étaient très bavards. Le problème, c'est qu'ils ne disaient jamais les choses clairement ; mais ils parlaient en rond, de manière allusive, jusqu'à ce que la tête vous tourne. Geronimo avait été un orateur de génie. Durant les pourparlers, il ennuyait et irritait les officiers de la cavalerie américaine à un point tel qu'ils lui accordaient souvent ce qu'il réclamait, uniquement pour qu'il se taise.
Commenter  J’apprécie          90
Il y eut un long silence. Un chien hurla. Jamie ne sembla pas remarquer. Mais Juana leva les yeux, intriguée, et tendit l'oreille. Puis son visage s'éclaira. "C'est le chiot de Gomez. Il a du sang coyote. La lune est pleine ce soir... J'imagine qu'il a envie d'être avec les autres.
-Sans doute, dit Jamie d'un d'un air songeur. Et j'avoue que je le comprends. Moi aussi, j'ai été domestiqué pendant un moment. Un petit bout de temps, oui... Mais ça n'a pas duré. Je me suis vite mis à hurler et je suis reparti avec la meute."
Commenter  J’apprécie          70
Juana le dévisagea. "Le sergent? Oh, lui! Pourquoi tu n'arrêtes pas de parler de lui? Il te pendrait s'il t'attrapait.
-Oui, répondit Jamie. C'est vrai. Et je lui en voudrais pas." Soudain, il éclata de rire. "Elle est bonne, celle-là. Ça me rappelle la blague irlandaise.
-Une blague? À propos d'être pendu?" Juana eut l'air perplexe. "Tu es bizarre ce soir, Jamie.
-Oui, répliqua Jamie. C'est l'histoire d'un irlandais qu'on va pendre, et il dit: "Par ma foi, ça me servira de leçon. " Jamie se tordit de rire sur le lit.
Commenter  J’apprécie          30
En fin de compte, le sergent était une sorte de héros, un vrai héros. Et le médecin haïssait ce mot, ce concept depuis la guerre de Sécession. Un héros, selon lui, était un imbécile.
Commenter  J’apprécie          90
À des moments pareils, on comprenait que les Apaches soient terrorisés par la nuit. Courageux comme des lions pendant le jour, formidables guerriers, mais pareils à un gamin qui a peur du noir.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : westernVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (79) Voir plus



Quiz Voir plus

W.R. Burnett : Les titres de ses romans

Terreur ...

apache
sioux
cheyenne
comanche

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : William Riley BurnettCréer un quiz sur ce livre

{* *}