AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Richard Crevier (Traducteur)Marie-Anne Lenoir (Éditeur scientifique)
ISBN : 9782351785072
Éditeur : Gallmeister (01/02/2011)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 217 notes)
Résumé :
À Lonesome Dove, Texas, les héros sont fatigués. Augustus McCrae et Woodrow Call ont remisé leurs armes après de longues années passées à combattre les Comanches. En cette année 1880, pourtant, l'aventure va les rattraper lorsqu'ils décident de voler du bétail au Mexique et de le convoyer jusque dans le Montana pour y établir un ranch. Commence alors un immense périple à travers l'Ouest, au cours duquel le convoi affrontera de violentes tempêtes, des bandes de tueur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  18 juin 2018
Prix Pulitzer amplement mérité pour "Lonesome Dove" qui nous immerge dans un western plus vrai que nature et bien plus crédible que tout ce que j'ai pu voir à l'écran jusqu'à présent.
Les capitaines McCrae et Call, Texas rangers au CV long comme le bras, incarnent à la perfection la vie du pionnier de l'Ouest américain : rude, violente, poussiéreuse, alcoolisée et ségrégationniste.
Larry McMurtry nous invite bien à jouer aux cow-boys et aux Indiens, et vous en apprendrez plus sur l'art de conduire le bétail que dans n'importe quel manuel du parfait bouvier.
Je ne m'étendrais pas sur le récit en lui-même, je vous invite simplement à tenter à votre tour cette expérience littéraire du Far West. Par contre, je souhaite mettre à l'honneur les deux points qui me semblent vraiment différencier ce roman, deux spécificités qui contribuent sans nul doute à en faire un grand roman d'aventures.
Premièrement, l'humour. Même s'il s'agit davantage de causticité, il y a bien une dimension comique voire burlesque dans "Lonesome Dove", ce qui rend le roman vraiment très attachant dès les premières pages qui ouvrent le récit sur le spectacle de deux cochons se disputant la consommation gourmande d'un serpent à sonnette. Bien que le sujet soit vraiment rude, j'ai ri à de très nombreuses occasions, attendant même, au fil de ma lecture, les réparties bien senties de McCrae ou les considérations de l'auteur sur l'intelligence - ou le manque d'intelligence - de tel ou tel de ses personnages.
Et voilà qui me permet d'aborder mon deuxième point : les personnages. J'ai rarement vu dans un roman une telle profusion de personnages avec un tel équilibre dans leur traitement. Principaux ou secondaires, chaque personnage reçoit les hommages de l'auteur, aucun n'est laissé en bord de route. Par conséquent, et alors qu'on pourrait craindre de se perdre dans cette foule de cow-boys et de shérifs, on identifie parfaitement chacun d'eux, on garde en mémoire ses talents et ses travers, et on s'attache vraiment à tous.
Cet attachement que le lecteur ressent dès le début du roman et qui s'amplifie au fil des pages est comme un écho à la camaraderie et à l'esprit de corps qui les soudent les uns aux autres. Immanquablement, et malgré la violence de leur existence, on finit par ressentir une envie, un besoin, de faire partie de leur équipée.
Et immanquablement aussi, on termine ce premier tome avec l'envie, le besoin, d'enquiller le second.

Challenge MULTI-DÉFIS 2018
Challenge USA
Challenge 50 OBJETS 2018 - 2019
Challenge PAVES 2018
Challenge ATOUT PRIX 2018
Challenge 1914 / 1989 : Edition 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3913
Crazynath
  24 juin 2018
MA-GNI-FI-QUE !!
C'est le premier mot qui me vient à l'esprit une fois la dernière page tournée !
Je viens de terminer les presque 600 pages du premier tome de Lonesome Dove et je n'ai pas du tout l'impression d'avoir lu un pavé ! C'est bien simple, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde !
Ce livre est une merveilleuse plongée dans l'ouest américain !
On suit avec intérêt l'histoire de deux anciens ranger, Augustus McCrae et Woodrow Call qui ont décidé d'emmener un troupeau de bétail du Texas au Montana.
Les personnages secondaires qui se greffent autours de ces deux personnages hauts en couleurs sont tous attachants et tellement bien décrits qu'on a l'impression de les connaitre depuis toujours. Jack Spoon, un de leur ancien collègue qui va les rejoindre dans leur périple , je l'imaginerais assez bien sous les traits de Clint Eastwood par exemple...
Un authentique western, qui se lit en fredonnant des musiques d'Ennio Morriconne...
Commenter  J’apprécie          290
kathel
  08 janvier 2019
Je sens déjà les réfractaires au genre passer leur chemin en soupirant : « un western, ce n'est pas pour moi ! » Et pourtant, passer à côté de ce roman serait tout d'abord dommage pour qui a une once d'humour et aime en trouver dans ses lectures.
Au début du roman, force est de constater que pour un western, ça manque singulièrement d'action, avec un petit côté Désert des Tartares… Mais l'humour, lui, est déjà bien présent, c'est même un régal (les pages sur le panneau à l'entrée du ranch sont à mourir de rire) et si les moindres faits et gestes de nos cowboys sont décrits, du cuisinier mal réveillé qui fait tomber des grains de café dans la graisse destinée aux oeufs frits, au patron français de l'auberge qui essuie avec constance les tables de sa gargote malpropre, sans oublier le cow-boy qui n'a jamais appris qu'on n'urine pas sur le pas de la porte, cela ne fait que renforcer l'aspect humoristique.
La propreté n'est pas le point fort de ces hommes, ni l'art de la conversation, sauf pour Augustus, dit Gus, qui, s'il casse les oreilles de ses commensaux, réjouit grandement les lecteurs. Entre les dialogues et les détails triviaux, on découvre les histoires personnelles de chacun, amenant à les connaître intimement avant le passage à l'action.
Ignorer Lonesome Dove serait ensuite passer à côté de personnages hauts en couleurs, et pour tout dire, inoubliables, en premier lieu Gus et Call, les deux patrons, aux caractères aussi opposés que possible. Viennent ensuite Newt, un tout jeune et tendre cow-boy, qui se demande qui est son père, Jack Spoon, un joueur invétéré, puis deux Irlandais pas précisément bons cavaliers, et d'autres gardiens de bétail que leurs traits de caractère rendent bien vivants. Sans compter les femmes, avec entre autres Lorena, la fille de joie dont le comportement ne manque pas de surprendre. Et finalement, il faut compter avec un couple « shérif et son adjoint », lancés (mollement) sur les trace de l'un de nos cow-boys.
Et enfin, se priver de de roman serait faire fi de toute une époque, la toute fin du XIXème siècle, un tournant dans l'histoire des cow-boys, où ils commencent à prendre de l'âge. Ceux du roman étaient shérifs ou combattaient les Indiens, ils trouvent un nouveau souffle pour rompre la monotonie de leur vie en volant un troupeau à des mexicains, et en partant s'installer plus à l'Ouest, dans des régions qui gardent encore leur attractivité à cette période. Lonesome Dove retrace leur périple du Texas au Montana, le premier tome constitue surtout la mise en place et également le début du voyage. L'aspect « découverte de la nature sauvage » n'est pas négligé non plus, ce qui fait de Lonesome Dove un roman particulièrement dense et riche.
Dans l'ambiance plutôt tranquille du début de voyage, le premier mort, inattendu, prend le lecteur par surprise, et ses camarades cow-boys aussi, certains ont bien du mal à encaisser la perte d'un des leurs. Ils ont des coeurs, contrairement à l'image qu'on en a ! A partir de ce moment, on passe dans une narration plus riche en actions, mais ce qui faisait le sel du début reste bien présent, et l'accent est toujours mis sur l'humour, les personnages et l'aspect historique et géographique, et le plaisir de lecture n'en est que décuplé.
Inutile de vous dire que le deuxième tome m'attend déjà !
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
keisha
  30 avril 2011
Si vous ne devez lire qu'un seul western dans votre vie, lisez celui-ci.
James Crumley


Après une vingtaine d'années passées dans les rangers du Texas à combattre les Comanches et les bandits mexicains, Augustus McCrae et Woodrow Call se sont installés à Lonesome Dove, non loin du Rio Grande. Chaleur, sécheresse. Pas grand chose d'autre à faire que boire du whisky, s'occuper des chevaux, jouer aux cartes au saloon où officie un pianiste et une prostituée, la belle Lorena. Augustus est joueur et bavard, Woodrow plus renfermé.

Jusqu'au jour où Jake Spoon, un autre ancien ranger, plus ou moins poursuivi par un shérif dont il a descendu le beau-frère en Arkansas, déboule chez eux et les convainc de conduire du bétail au Montana, où les pâturages sont fantastiques. Après quelque hésitation, l'idée fait son chemin, le bétail est volé de l'autre côté de la frontière, et c'est le départ pour l'équipe de cow boys, deux mille six cents bovins, deux cochons, sans oublier le cuisinier ... et Lorena!

Mais le Montana, c'est loin, et bien des aventures attendent nos héros, qui devront affronter tempête de sable, orage, sauterelles, indiens, serpents, grizzlis, bandits.Tous n'y parviendront pas vivants, d'autres personnages feront aussi leur apparition, plus ou moins longuement, mais toujours bien dessinés.

Même si l'on est loin de l'image du beau jeune cow boy viril et séduisant (je ne vise personne, voir les dicussions sur facebook...), que ça sent plutôt la poussière, la sueur, le whisky et la bouse de bison, que certains passages sont violents, ce roman est absolument passionnant, non, ce n'est pas uniquement une histoire de cow boys, et en le terminant je me suis dit "grandiose!".

Tout en usant dans ses dialogues de formules chocs et/ou amusantes, McMurtry sait rendre attachants ses personnages. Woodrow Call se refuse à éclaircir ses motivations, et surtout à accepter que le jeune Newt soit son fils. Augustus n' jamais oublié l'amour qu'il porte à Clara, mariée dans un coin au bord de la Platte, et qu'il espère revoir en remontant vers le Montana. Oui, ces gros durs virils sont capables d'émotion, sous la chemise pas repassée bat un coeur...

Newt est un gamin de dix-sept ans, plein d'admiration pour les cow-boys chevronnés, et c'est souvent sa vision rafraîchissante qui est offerte. Pour lui, ce sera un apprentissage de la vie et j'avoue l'avoir laissé avec regret à la fin du roman.
Quant à Clara, elle n'apparaît réellement qu'assez tardivement, mais quelle maîtresse femme! La longue pause à sa ferme est un des plus beaux passages du roman. Lorena complète excellemment la galerie de personnages féminins, et j'oubliais aussi Elmira et son destin tragique...

Sans s'appesantir, McMurtry nous offre aussi une fresque de la vie des pionniers, de la conquête de nouveaux territoires, dans cette bande verticale du Texas au Montana.

Après l'extermination massive des bisons:
" Aussi la vue de cette route pavée d'ossements de bisons avait-elle été un choc pour lui. (...) Cette idée conférait à l'étendue désertique des plaies une autre dimension. Avec la disparition de ces millions d'animaux, suivie par celle de la quasi-totalité des Indiens, désormais, les grandes plaines étaient vraiment vides, dépeuplées, rien n'y vivait plus.
Mais bientôt les blancs arriveraient. Ainsi, le spectacle qu'il avait sous les yeux était une sorte d'intermède. Ce n'étaient plus les plaines telles qu'elles avaient été, ni ce qu'elles allaient devenir, c'était un moment de vide véritable constitué de milliers de kilomètres d'herbe sauvage et peuplé seulement de quelques survivants - spectres de bisons, d'indiens et de chasseurs. "

Dans le Montana:
"Évidemment, ces terres appartiennent aux Indiens depuis toujours. Pour eux, elles sont précieuses parce qu'elles sont leur passé. Nous, elles nous attirent parce qu'elles sont notre avenir."

Ne craignez pas les 1200 pages de ce pavé, lisez-les, vous n'êtes pas prêt d'oublier tout cette épopée, quant à moi je me demande si je ne vais pas tenter d'en lire plus... (Gallmeister semble avoir prévu les parutions)

Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lagagne
  03 octobre 2018
J'aime les western. C'est une découverte relativement récente. J'adore l'ambiance, les personnalités. Je ne pouvais donc pas indéfiniment passer à côté de Lonesome Dove.
Cette bande de cowboys est attachante. Augustus est mon petit chouchou, comme pour beaucoup de lecteurs certainement. Son caractère entier, son flegme, sa sensibilité cachée, son esprit cartésien font mouche. La naïveté de Deets apporte de la fraîcheur, la désinvolture de Jake le rend spécial, la froideur de Call cadre le tout. Et il faut ajouter Dish, Pea Eye, Newt, Bolivar... Une joyeuse bande !
Les personnages féminins ne sont pas en reste. La plupart sont des putains, certes, mais elles ne manquent pas de personnalités. Les fortes femmes sont de rigueur ici! Lorena, Peach, Elmira, Janey...
Alors, il y a pas mal de pages avant le départ pour le Montana. Mais cela pose le décor, les personnalités, les bases pour la suite de l'aventure.
Les intrigues annexes sont intéressantes elles aussi. J'ai hâte de voir tout cela se recouper !
Je n'ai pas vu passer les centaines de pages. J'avais même du mal à me dire que le tome arrivait à sa fin... Heureusement qu'il y a un deux ! Et même le préquel !
En négatif, je dirais qu'il doit y avoir quelques embrouilles sur l'attribution de certaines paroles, ou sur les noms des personnages car à certains moments cela n'était pas clair, et j'ai même cru que Gus et Augustus était deux personnages différents pendant quelques pages. Mais bon, emportée par le souffle de l'écriture, j'ai vite repris pied.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101

critiques presse (1)
LeFigaro   18 juin 2011
Un roman débordant de vitalité, mais ne pas s'y tromper : National Book award 1986, les deux tomes de Lonesome Dove forment le mausolée d'un genre - le roman de western - qui connut son heure de gloire dans les années 50.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
KyokotofKyokotof   12 janvier 2019
- T'as l'air de croire que toutes les femmes demandent pas mieux que de te tomber dans les bras, de t'épouser et d'élever cinq ou six mioches, reprit Augustus. Mais, si tu veux mon avis, les femmes sont pas si stupides et seule une parfaite cinglée serait prête à supporter de vivre ça avec toi, Jake.
T'es peut-être à la hauteur pour un bal du samedi soir, une ballade au clair de lune ou un pique-nique, mais fonder un foyer et élever des gosses, c'est pas tout à fait ton rayon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
OlivOliv   14 juillet 2018
Quand ils quittèrent la ville, les rues de San Antonio étaient silencieuses et vides, la lune était haute et deux ou trois chèvres perdues erraient le long du mur du vieux fort Alamo dans l'espoir de trouver quelques brins d'herbe. Lorsqu'ils étaient venus pour la première fois au Texas, dans les années 1840, les gens ne parlaient que de Travis et de sa courageuse défaite, mais la bataille était maintenant pratiquement oubliée et le fort à l'abandon.
— Eh bien, Call, je crois qu'ils nous ont oubliés comme ils ont oublié la bataille d'Alamo, dit Augustus.
— Pourquoi est-ce qu'on se souviendrait de nous ? demanda Call. On n'a pas été dans le coin ces dernières années.
— C'est pas pour cette raison-là, c'est juste parce qu'on s'est pas fait tuer, dit Augustus. Travis, lui, il a perdu sa bataille et il entrera dans les livres d'Histoire quand quelqu'un écrira sur Alamo. Si un millier de Comanches nous avaient coincés dans un ravin et nous avaient éliminés comme les Sioux ont fait avec Custer, on écrirait des chansons sur nous pendant cent ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OlivOliv   12 juillet 2018
Il avait démarré à l'économie, se contentant au début d'inscrire le nom de l'entreprise : HAT CREEK CATTLE COMPANY AND LIVERY EMPORIUM. Call avait objecté que personne ne savait ce que signifiait le mot emporium, lui le premier, et qu'il continuait de l'ignorer malgré les interminables explications alambiquées d'Augustus. Tout ce que Call savait, c'était que leur entreprise n'avait rien d'un emporium, qu'il ne voulait pas en entendre parler, quoi que ce mot désignât, et qu'il ne voyait pas ce qu'un emporium avait à voir avec une entreprise de bétail.
Augustus avait pourtant suivi son idée et emporium figurait sur l'écriteau. Il y tenait avant tout pour faire savoir au quidam qu'il se trouvait à Lonesome Dove au moins une personne capable d'orthographier les mots rares.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
OlivOliv   12 juillet 2018
— T'as une idée de la distance d'ici au Montana, Call ? demanda Augustus.
Call laissa errer son regard vers le nord, au-delà des terres poussiéreuses qui se déployaient devant eux, comme s'il essayait d'évaluer mentalement l'étendue des plaines qui allaient encore plus loin qu'on ne le prétendait, bien plus loin. Le matin même Jake avait évoqué la Milk River, un cours d'eau dont il n'avait jamais entendu parler. Il connaissait le pays comme sa poche, il ne s'y était jamais égaré, mais le pays en question s'arrêtait à la rivière Arkansas. Il avait rencontré des hommes qui parlaient du Yellowstone comme des limites de l'univers. Même Kit Carson, qu'il avait rencontré à deux reprises, n'avait jamais dit un mot de ce qui s'étendait plus au nord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Gwen21Gwen21   21 mai 2018
Si tout était silence, il pouvait toujours essayer de deviner le temps qu'il ferait le lendemain, quoique la région de Lonesome Dove réservât peu de surprise à ce sujet. Quand on levait les yeux vers la voûte étoilée, on était étourdi tant la nuit était claire. Les nuages étaient aussi rares que des billets de banque, et Dieu sait si ces derniers étaient rares.
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Larry McMurtry (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Larry McMurtry
La Dernière Séance (The Last Picture Show), un film américain en noir et blanc de Peter Bogdanovich sorti en 1971. Trailer.
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
113 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..