AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330025038
356 pages
Éditeur : Actes Sud (06/11/2013)
3.99/5   64 notes
Résumé :
Dans un coin perdu du Dakota, la jeune Josephine Russel fait la connaissance de l'énigmatique Kern Shafter, aux allures de gentleman, que ronge un lourd secret et un désir de vengeance. Shafter rejoint comme simple soldat le Septième de cavalerie que commande le général Custer. Histoire d'amour et de vengeance sur fond de la plus célèbre bataille des guerres Indiennes, Little Big Horn, que Haycox retrace avec une extraordinaire lucidité. Un magnifique roman épique e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 64 notes
5
5 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

belette2911
  04 octobre 2016
— Holà, Tavernier, à boire ! Servez-moi quelque chose de bon, de fort, de puissant, de goûtu. Pas une infâme piquette !
— Alors, madame, je vous conseille de boire à cette bouteille, de poser vos lèvres sur ces clairons de l'après-midi, vous m'en direz des nouvelles. Et puis, je suis Bertrand Tavernier, le directeur de la collection, pas le serveur.
— Excellent ce breuvage, Tavernier… On sent qu'il a pris son temps de murir en fût de chêne et que l'auteur a bien fait son travail, qu'il a su faire décanter son récit et lui additionner tout ce qui fait un grand cru.
— Vous m'avez demandé de vous servir de la qualité, madame, ce que j'ai fait en vous proposant ce grand-cru Western de chez Ernest Haycox, un maître en la matière. Ceci n'est pas un Western de gare. Vous sentez sa longueur en bouche ? Un roman que vous n'oublierez pas de sitôt, croyez-moi !
— En effet ! Il a une odeur de grandes plaines sauvages, un soupçon de Black Hills, de la Frontière, si proche, une odeur de poudre à fusil, de cheval, de sueur, de cuir des selles, de poker, des bagarres dans le saloon, du sang, de la trahison… Oh, des indiens qui galopent dans la bouteille !
— Bien sûr qu'il y a des indiens, sinon, ça manquerait de corps et vous avez sans doute souffert avec tout les corps, sur la fin… Vous remarquerez que les personnages principaux, qui composent de divin nectar, ont été travaillés, taillés avec amour, blessés, aussi, mais cela forge le caractère.
— Oh, j'ai ressenti un gros faible pour le mystérieux Ken Shafter : ses fêlures, ses zones d'ombre, la violence intérieure qu'il trimballe, son passé dont qu'on ne nous dévoilera qu'à petites doses, ses allures de gentleman, ses envies de vengeance.
J'ajouterai aussi que la jeune Josephine Russell est réussie, elle aussi, et à l'opposée des femmes que l'on a tendance à croiser dans des Westerns de mauvaises factures. Joséphine, c'est une jeune femme complexe, libre et elle n'a rien d'une femme soumise. de plus, ses jugements sur Shafter sont pertinents.
— Les personnages secondaires ne sont pas en reste non plus !
— Que nenni, monsieur Tavernier ! Même les personnages les plus secondaires, que nous ne croiserons qu'une seule fois, sont brillamment mis en place et ils nous dévoilent un véritable pan de la vie à cette époque (les deux tenancières des hôtels en sont des exemples vivants), non loin de cette fameuse Frontière qui recule pendant que les autres avancent.
Même son Méchant de l'histoire est soigné et l'auteur nous brossera un portrait qui n'est ni tout blanc, ni tout noir, mais tout en nuance de gris, comme il le fait pour le général Custer, dont les différents protagonistes nous dresserons un portrait à charge ou à décharge, sans lui trouver des excuses ou tout mettre sur son dos.
Mon dieu, Tavernier, et cette plume ! Elle m'a emportée dans la vie courante de la garnison d'un fort, j'ai vécu avec ses soldats, suivi leurs rituels, eu faim et froid avec eux, ressenti l'épuisement des longues chevauchées et puis, ce climat du Dakota, qu'elle merveilleuse manière qu'a Haycox de le présenter.
Ce temps qui change constamment, qui passe de la chaleur la plus accablante au vent le plus glacial, sans prévenir. La plume de Haycox nous le démontre bien par des petits épisodes de la vie quotidienne. Niveau décors, il n'est pas en reste non plus. On les voit, on les vit.
En fait, dans ce Western haut de gamme, on peut dire que toute l'action est sur la fin du récit, mais le talent de l'auteur fait que, ce qu'un cinéaste considérerait comme des moments “inutiles” sont absolument essentiels dans le récit et l'auteur ne s'en prive pas, pour notre plus grand plaisir.
Un roman Western fort, bien construit, bien raconté, des personnages travaillés, réalistes, ou le plus insignifiant a son rôle, où aucun n'obéit aux règles immuables du genre et qui nous conte une bataille dont on a entendu beaucoup parler mais dont on ne sait pas grand-chose, au final, et dont il est facile, avec le recul, de juger.
Sa description de la bataille de Little Big Horn est des plus réaliste, on s'y croirait, même si nous n'aurons qu'un seul point de vue, celui du groupe de Shafter et pas celui de Custer ou des Sioux.
De plus, si quelqu'un a un jour pensé – ou lu – que la bataille de Little Big Horn avait été un combat rapide, engagé et perdu en fort peu de temps, et bien, il avait tout faux : la bataille a au moins duré un jour et demi (et c'est long quand tu crèves de soif ou de douleur !!).
L'auteur nous décrit aussi, au plus juste, la panique des soldats, dont certains n'avaient jamais été au feu, ainsi que l'indécision dont font preuve certains officiers ou soldats, mais aussi le courage dont certains firent preuve !
— Et bien, si quelqu'un avait encore un doute sur le fait que la Belette a aimé ce western, ses personnages, son histoire, ses combats violents à la fin…
— Hé, au fait, M'sieur Tavernier, tu aurais pu appeler ce roman "Kern le survivant" !
— Tu as regardé trop le Club Dorothée, toi.
— Oui, sans doute…
— Je te ressers un verre de la cuvée "L'Ouest, le Vrai" ?
— Sans hésiter, Bertrand, mais pas tout de suite si tu le permets, laisse un peu celui-ci reposer, c'était du costaud, on n'en boit pas tous les jours au petit déjeuner !
— En effet… Bien que j'ai connu une polonaise qui en buvait au petit-déjeuner !
— Toi, tu as trop regardé les Tontons, toi !
Pour citer une conclusion de Bertrand Tavernier qui résume ce que je voudrais vous dire mais que je n'y arrive pas tant les mots se bousculent dans ma tête : "Portrait magnifique, à la fois mesuré et impitoyable, généreux et lucide. […] Haycox nous restitue une réalité complexe, âpre, déroutante, avec une vérité plus grande que certains historiens qui reconstruisent la réalité de manière abstraite."
Je dirai plus sobrement "Putain, quel grand roman western qui rend ses lettres de noblesse au genre trop souvent décrié et méprisé !".
PS : Mes excuses les plus plates à monsieur Bertrand Tavernier, directeur de cette belle collection "L'Ouest, le vrai" auquel je prête des dialogues imaginaires avec moi pour cette chronique.
(4,5/5)

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
JaneEyre
  31 décembre 2013
Alors que je referme "des clairons dans l'après-midi" de Ernest Haycox, je suis perturbée. Comment ça, aucune critique postée sur Babelio ? À peine une petite poignée de lecteur? Ma mission sera donc de vous donner envie de découvrir ce magnifique roman, qui mérite vraiment d'être connu!
Alors, pourquoi j'ai aimé et pourquoi il faut absolument que d'autres que moi le découvrent?
Concernant l'histoire, nous avons à faire à un vrai western: nous sommes à la frontière, dans le grand ouest américain. Il y a des soldats, des saloons et des parties de poker. Et il y a la réserve indienne, les Black Hills. Et il y a Little Big Horn. Pour les amateurs d'histoire, vous aurez l'occasion d'en apprendre plus sur le général 'Custer et sur le défaite de l'armée américaine face aux indiens, guidés par Sitting Bull et Crazy 'Horse.
Et puis à coté de la grande histoire, il y a les petites tragédies, individuelles, insignifiantes peut être. Shafter, notre héros, est un homme qui traine son passé comme un boulet. Amer, dépouillé de ses illusions, solitaire. Et avide de vengeance. Son passé tumultueux, nous ne le connaissons pas. Nous essayons de le deviner, au fil des pages. Tout ce que nous savons, c'est la haine violente qu'il éprouve contre son supérieur hiérarchique, au sein de l'armée.
Bref, on retrouve les codes du western: des bagarres dans les bars, l'armée, les indiens, la vengeance... Et pourtant, il y a un peu plus que ça. Il y a une vision beaucoup plus profonde sur la vanité de la vie, sur l'amour, et sur la place des femmes dans cette société tantôt sensible aux mondanités et tantôt d'une rare brutalité.
Car ici l'homme n'est pas surpuissant. L'homme "western" qui tue des indiens, tire sur tout ce qui bouge et possède les femmes comme des objets n'existe pas. Ici, l'homme souffre, tout d'abord physiquement, au cours de la bataille meurtrière de Little Big Horn. Et puis il souffre dans son âme, dans ses convictions, et prend la juste mesure de sa propre faiblesse.
Enfin, il y a l'amour. L'amour déçu, contrarié. Mais aussi l'amour à venir, l'amour qui aimerais être, mais qui n'est pas encore.
Bref, une fresque magnifique, dessinée dans la poussière de l'ouest américain! Je recommande très sincèrement, autant pour son côté historique que pour la justesse du ton employé par l'auteur.
Enfin, je lève mon chapeau aux éditions 'Actes Sud, pour cette jolie édition!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          216
JeanPierreV
  06 mai 2018
Hasard d'une rencontre, d'un échange de coups de coeurs autour d'un café..."- Tu connais "Des clairons dans l'après-midi" ? ...Un livre qui te rappellera ton enfance !"
Le western est un genre cinématographique et littéraire un peu oublié...les plus anciens se souviendront des Noëls où nous recevions des panoplies d'indiens ou de cow-boys, des heures de jeu dans la rue, des BD et des films ou séries que la télé diffusait...Aujourd'hui, on ne trouve plus que très exceptionnellement des panoplies d'indiens dans les magasins de jouets...tout ça est passé de mode.
Nostalgie, quand tu nous tiens !
J'ai retrouvé mon âme d'enfance, les films westerns de mon adolescence tout ceci dans un grand plaisir de lecture.
Kern Shafter voyage dans la même diligence que Joséphine Russel....Sitôt arrivé, il va s'engager dans le 7ème de cavalerie, le régiment de Custer... C'est pour cela qu'il est venu. Dès le lendemain de son arrivée, il est promu sergent, ce qui fait grincer quelques dents. Il avait déjà été soldat, il y a longtemps...Cette promotion au grade de sergent, décidée par son ami, le capitaine Myles Moylan, ne fait pas que des heureux, loin de là. le lieutenant Edward Christian Garnett est sans aucun doute celui qui lui porte la plus profonde inimité...une inimité ancienne, qu'on découvrira au fil des pages...inimité qui ira grandissante, car tous deux s'intéresse à Jocelyne. Ils se connaissent bien.
Patience..
Mais ce n'est pas seulement le roman d'une rivalité de deux bellâtres pour les courbes ou les beaux yeux de la brune Jocelyne ...Sinon j'aurais très vite lâché ce livre.
C'est surtout le roman d'une période, à jamais disparue, celle de ces grands espaces américains en cours de peuplement, celle de cette conquête de l'Ouest, de la lutte contre les indiens qui voulaient fuir les réserves dans lesquelles on souhaitait les confiner. Une époque sans télégraphe, les messages étaient portés par tous temps, chaleur, froid, blizzard par des cavaliers ou des conducteurs de traîneaux. Un roman qui fait la part belle aux descriptions des paysages, des conditions de vies des hommes et cavaliers de ce mythique régiment...
Je ne sais pas comment étaient écrits les scripts de ces westerns qui me faisaient rêver...Souvent ce n'était pas la page du livre que j'avais sous les yeux, mais la toile blanche de l'écran..quelle précision dans les descriptions des scènes d'intérieur, des tempêtes et paysages, dans la transcription des conversations, des états d'âme, des bagarres, des souffrances et joies des personnages, des chevauchées ou des combats !...J'ai presque toujours eu l'impression d'être au cinéma, bien calé dans mon fauteuil !
C'est aussi le roman du Septième de cavalerie - les cavaliers étaient fiers d'en faire partie - commandé par Custer, général indépendant, forte tête, voulant laisser son nom dans l'histoire, et donc fonceur, un peu trop...Ses erreurs tactiques, son entêtement causèrent la mort et la souffrance de centaines de cavaliers lors de la bataille qui opposa l'armée américaine aux Sioux et aux Cheyennes réunis à Little Big Horn...Transcription très documentée d'une défaite historique !
Impossible de faire un film aussi précis, aussi complet...Alors calez-vous dans votre fauteuil pour des heures de dépaysement garanti, de retour vers vos jeunes années, de chevauchées.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Folfaerie
  24 juin 2014
Un bon western, pour ce deuxième titre paru chez Actes Sud. Tous les ingrédients étaient réunis pour que je l'aime, ce roman. L'Ouest, ici le Dakota, des Indiens - la fameuse bataille de la Little Big Horn, une des rares victoires contre l'armée, un cow-boy solitaire, une femme à aimer, une rivalité, un désir de vengeance, des bagarres au saloon, des paysages poussiéreux et de longues chevauchées. Je crois que je n'oublie rien.
Mais le roman ne se résume pas à ces codes bien définis. le héros, qui cache une fêlure digne d'intérêt, n'est pas du genre "tête brûlée" et la psychologie du personnage est suffisamment fouillée pour susciter l'intérêt du lecteur tout au long de l'histoire.
Au-delà de la rivalité entre Kern Shafter et son supérieur, Edward Garnett, qui pourrait être bien banale dans ce type de récit (il y a toujours une femme dans le coup, que voulez-vous...), c'est la description de la vie dans un fort et plus particulièrement au sein du tristement célèbre 7ème de cavalerie de Custer, qui demeure l'élément le plus intéressant du récit. Custer m'a semblé fort justement dépeint, si j'en crois les ouvrages d'Histoire, et le moins que l'on puisse dire est qu'il divisait ses propres officiers. On comprend mieux, à la lumière de la description de la bataille, comment Custer a mené ses hommes au massacre.
J'avoue que je ne connaissais pas Haycox avant ce titre, mais si je peux lire d'autres titres de cet auteur, je le ferai (même en v.o.) car son western est bien loin des clichés du genre. Je regrette seulement que le point de vue Indien n'ait pas été plus développé, mais bon...

Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Hottuna
  10 février 2014
"Des clairons dans l'après-midi" d'Ernest Haycox est le premier volet d'une nouvelle collection chez Actes Sud, "L'Ouest le vrai", collection placée sous l'égide de Bertrand Tavernier. le but de cette collection est de nous faire découvrir des auteurs de l'ouest américain, non traduits à ce jour.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela démarre "tambours battants" avec ce superbe roman, suivi de près par "Terreur Apache" de William Riley Burnett, le second volet de la collection.
Avec cet ouvrage, sur fond de faits historiques; la célèbre bataille de la Little Big Horn (25/06/1876) , on entre de plain-pieds dans la tradition littéraire américaine des 19 et 20eme siècles. Haycox mèle habilement une intrigue sentimentale, une rivalité (voire une haine tenace) entre deux officiers du 7eme régiment de cavalerie du général Custer et des faits historiques avérés. Tout ceci magnifié par l'écriture flamboyante de l'auteur qui nous offre de somptueuses descriptions des plaines, nous plonge dans le quotidien de la vie d'un régiment cloîtré dans son fort pendant les longs mois d'hiver et point d'orgue de cet opus, nous fait revivre avec précision la sanglante confrontation de la Little Big Horn qui vit l'anéantissement d'une partie du 7eme de cavalerie de l'impétueux G H Custer par les forces conjuguées des tribus des plaines (Sioux Lakotas, Cheyennes et Arapahos)
Les connaisseurs de l'Ouest n'apprendront rien de plus qu'ils ne connaissent déjà sur la chronologie et le déroulement des faits, ce n'est de toutes façons pas le but de ce roman. Il faut cependant préciser que les évènements rapportés ici sont rigoureusement exacts et que Haycox fort bien renseigné sur le tempérament et le caractère de Custer, décrit le personnage dans toute sa complexité. On en apprend aussi beaucoup sur les règles qui régissaient la société américaine en cette fin du 19eme.
A la fin de ce superbe roman épique et lyrique à la fois, on trouve une postface signée de Bertrand Tavernier dans laquelle celui-ci nous fait partager sa passion pour l'ouest américain et sa littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   24 février 2018
— Il est absurde de penser que les Sioux, ayant vu leurs meilleures terres des Black Hills livrées aux mineurs blancs, ne vont pas ruminer. Nous n'avons respecté aucun des traités que nous avons signés avec eux. Et ils savent que nous ne les respecterons jamais. Que vaut un traité, rédigé solennellement à Washington, quand un mois plus tard cinq cents Blancs franchissent la limite instaurée ? Le prospecteur, l'émigrant et le colon sont animés par une soif d'or et de terres que nous ne pouvons pas étancher avec des traités. Nous avons passé deux ans à essayer de chasser les Blancs des terres dont nous avions promis qu'elles resteraient indiennes. C'est une tâche impossible. L'Indien sait que nous continuerons à le chasser vers l'ouest, jusqu'à ce qu'on le pousse dans l'océan. Tous les chefs sioux le voient bien. Ils vont résister. Alors, évidemment qu'il y aura une campagne l'année prochaine.
— Dans ce cas, dit Custer, nous les vaincrons de manière décisive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OlivOliv   26 février 2018
À l'est de la rivière, les Indiens vivaient dans une paix maussade et se rendaient parfois à Bismarck, où ils restaient assis sur le trottoir, alignés et immobiles. À l'est de la rivière, c'était une race soumise. Mais à l'ouest, c'était un peuple libre et intraitable, en paix ou en guerre selon son humeur, rendu hautain et insolent par le souvenir de tous les maux que lui avaient infligés les Blancs, rendu fier par le souvenir de sa liberté disparue, et guerrier par nature. Ils venaient au fort pour tenir conseil avec le général ; on fumait le calumet, on échangeait des cadeaux et des gestes d'amitié, mais le soir venu, ces mêmes guerriers attendaient dans l'obscurité pour abattre les soldats imprudents qui sortaient du périmètre de sécurité. À l'est de la rivière, un homme pouvait dormir sur ses deux oreilles la nuit, mais à l'ouest régnait une paix précaire, maintenue uniquement par la menace des armes. Indiens et soldats se faisaient face, en sachant que le flot de haine et de vengeance, contenu jusqu'à maintenant, ne cessait d'enfler derrière sa digue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
belette2911belette2911   29 septembre 2016
À l’inverse, le St. Louis Globe reflétait le point de vue du colon, du marchand et de l’émigrant avide de terres.
 
"Inutile d’entrer dans une discussion sur la morale de l’homme blanc opposée à celle du Peau-Rouge.

Tous les débats de la chrétienté ne peuvent masquer le fait que le Blanc représente une déferlante de conquête, de colonisation et de progrès, alors que les Indiens se contentent de sillonner le pays en nomades comme ils le font depuis des dizaines de milliers d’années, en ignorant une terre qui pourrait leur procurer des richesses s’ils étaient assez travailleurs pour la cultiver.

Une indolence primitive et une étroitesse d’esprit barbare façonnent leur caractère, et ils rejettent ce que nous nommons la civilisation.

Ne versons pas de larmes sur le sort infligé au pauvre Peau-Rouge. Il a tué, pillé et volé pendant des siècles avant l’arrivée de l’homme blanc. C’est son seul véritable but dans l’existence, son métier et son passe-temps.

Alors que l’on apprend à un jeune Blanc que tout homme doit se consacrer au progrès scientifique, littéraire et social, la seule et unique chose que le jeune Indien apprend, c’est à tuer son ennemi pour devenir le héros de sa tribu.

Si la race indienne venait à s’éteindre demain, elle ne laisserait aucune œuvre durable, aucune invention, aucun savoir, à l’exception de quelques barbouillages primitifs sur telle ou telle pierre, aucun système d’éthique, pas une seule chose de valeur qui justifie sa mainmise sur le plus beau de tous les continents.

Par contraste, regardez le bilan de l’homme blanc en seulement deux cent cinquante ans. Voilà la réponse cinglante adressée à ce stupide courant sentimentaliste en provenance de l’Est.

Le moment est venu de mettre fin aux incessants mouvements de colonnes de cavalerie réduites au minimum, commandées par des officiers qui ne connaissent rien à la guerre contre les sauvages.

Le moment est venu de lancer une vaste expédition, déterminée, pour écraser la résistance des sauvages une fois pour toutes et maintenir le Peau-Rouge dans les réserves, afin que l’homme blanc puisse enfin accomplir sa destinée, qui est d’exploiter ce continent et d’y répandre la civilisation."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jmquentinjmquentin   07 février 2017
Assis devant les quartiers des soldats, Shafter regardait les deux compagnies réduites au minimum effectuer de brefs exercices dans l’après-midi, et plus tard il sortit et contourna le fort. Un cimetière se trouvait un peu à l’écart, sur un tertre, parsemé de petites tombes qui perdaient peu à peu leur identité à mesure que les intempéries les délavaient et les rapprochaient de l’anonymat vierge de la terre grise. Dans très peu de temps, les traces mêmes de ces gens auraient disparu, eux qui avaient eu des corps arrondis et beaux, tiraillés par la faim, des lèvres rouges et chaudes, et des rêves qui faisaient leur grandeur. Pendant un court instant, ils avaient vécu, ils avaient eu une voix, des gestes, qui les différenciaient des autres créatures vivantes ; ils laissaient des empreintes dans le sol et leurs mains formaient des objets qui leur étaient chers, mais désormais, les sables mouvants remplissaient les fissures qui délimitaient le rectangle où ils gisaient, et ce même vent qui, autrefois, les bombardait de son parfum soufflait maintenant là où ils n’étaient plus. Ils avaient occupé un espace sous le ciel et au-dessus de la terre ; cet espace était vide désormais. Quelque part, quelqu’un se souvenait encore du contact de ces gens, mais ce souvenir s’amenuiserait jusqu’à ce que, pour finir, il n’y ait plus une seule créature vivante qui les ait connus, alors le grand vide du temps les aurait absorbés dans son néant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
swann86swann86   28 décembre 2015
La ville avait un nom, mais pas de forme, pas de rues, pas de centre. Elle se composait uniquement de cinq maisons, jetées au hasard de la prairie poussiéreuse, dans l'Extrême Est du Dakota, et qui se dressaient là, lugubres et anguleuses (...) La voie ferrée qui offrait à la ville son unique battement de cœur quotidien, sortait du néant tel un ruban noir, touchait cette Corapolis avec une indifférence précipitée, et repartait vers le même néant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Video de Ernest Haycox (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ernest Haycox
La Chevauchée fantastique de John Ford, avec John Wayne. Extrait.
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
129 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..