AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791097515157
Éditeur : Editions la Trace (15/03/2019)

Note moyenne : 4.71/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Il faut peut-être des millénaires de gestation
pour fabriquer une Rencontre...
Un sacré coup de pouce du destin pour la favoriser...
Un seul instant pour s’en saisir...
Une seule seconde pour passer simplement à côté. Raphaël, Elena... ou le destin croisé de deux âmes errantes. Il y a ainsi, toujours, si vous cherchez,
aussi minime, aussi lointaine soit-elle,
une histoire en commun entre deux êtres
qui finissent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Nat_85
  13 avril 2019
Je remercie Alain et Martine Cadéo pour l'envoi de ce nouveau roman.
C'est un roman qui se rapproche du conte philosophique ; le destin croisé de deux belles âmes. Dans » Comme un enfant qui joue tout seul « Alain Cadéo nous conte la nouvelle naissance de son personnage Barnabé Raphaël. Paru aux éditions La Trace en ce printemps 2019, je suis tombée sous le charme de cette écriture poétique, qui fait raisonner les mots au plus profond de soi.
À trente-sept ans, Barnabé Raphaël est fonctionnaire de l'Etat, pour la plus grande fierté de sa famille. Ambitieux depuis son plus jeune âge, il a travaillé d'arrache pied pour en arriver là. Mais un matin, un SDF l'interpelle.
p. 13 : » Et la voix d'un clochard un jour m'a remis à ma place : » Pourquoi es-tu si dur ? » Je me souviens toujours de cette voix. Elle fut le déclencheur de ma dégringolade ou de mon ascension. C'est selon. «
C'est un électrochoc pour ce célibataire, sans attache. Comme si cette interrogation avait l'effet d'une révélation. Tout cette vie faste, lui apparaît soudain superflue.
p. 12 : » Décidément, la vie est un luxe que nous bradons trop souvent comme de sales ados capricieux. «
Alors, Barnabé Raphaël plaque tout, du jour au lendemain. Il quitte son travail, vend son appartement parisien, et prend la route, délesté de tout. Son but : remonter le temps de sa jeunesse, jusqu'à l'Océan.
p. 16 : » Tout est à vivre. Encore. Je suis heureux. J'ai piétiné le temps. J'ai piétiné ma carapace de rhino dur et responsable et je m'en vais, à poil, nouveau-né trentenaire, dans cette gourmandise qu'est la vie. Libre. Tendre. Et j'en frissonne de fragilité. «
C'est un chemin fait de rencontres qui va pousser cet homme à retrouver avec bonheur et précision toutes les petites histoires de sa vie.
p. 23 : » Chaque vit est une légende, un grand récit allégorique truffé de secrets, de rencontres, de mystères, de signes, de mythes, de symboles, qu'on réduit, qu'on étrangle jusqu'à en faire trop souvent un mauvais scénario suant de platitudes. «
Il va notamment rencontrer une amie de sa grand-mère : Mathilde Barigot. À ses côtés, Raphaël reprend vie.
p. 30 : » C'est une vieille dame de quatre-vingt-dix ans qui m'aide à raviver les couleurs du monde. Elle décape sans le savoir, brosse, lustre, taille et remet à nu mon âme de gosse. «
Tel un fil conducteur, Mathilde lui rappelle que la meilleure amie de sa grand-mère était Lucie. Un personnage haut en couleurs !
Dans une alternance de chapitres, le lecteur suit simultanément le périple de Raphaël et l'histoire d'Éléna, petite-fille de Lucie.
p. 56 : » Ce qu'Éléna aime plus que tout dans l'évocation de sa grand-mère Lucie, c'est la capacité de cette femme à refuser des limites. Elle fait partie à ses yeux des rares êtres qui, ayant saboté la norme, nous aident par leur exemple à nous libérer de nos propres craintes. Eux seuls nous permettent d'entrevoir ce qu'il y a de meilleur en ce monde : la liberté plein ciel, aller toute joie dehors au bout de nos possibles. «
Le lien qui unissait leurs aïeules va conduire ces deux êtres à se rencontrer, au bord de cet Océan.
p. 152 : » Bien sûr que l'océan se souvient. Il est la plus grosse mémoire liquide de la Terre. «
J'ai eu la chance de lire ce roman au bord de cet Océan. La puissance de ses vagues face à la poésie des mots. La force et la sensibilité, mêlés dans une lecture qui se doit d'être lente. Chaque phrase raisonne en nous, nous interrogeant bien sûr sur notre propre route, nos propres choix. Aurions-nous, nous aussi, ce courage de tout plaquer pour suivre ce chemin, cette destinée ? Utopiste, certes, mais n'est-il pas de plus beau parcours que celui qui nous fait prendre des risques ?
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
jpllafont
  24 mars 2019
Roman initiatique proche de la fable ou du conte philosophique, Comme un enfant qui joue tout seul, véritable hymne du poète Alain Cadéo à «cette gourmandise qu'est la vie», à cette vie calme, "simple et tranquille" si bien chantée par Verlaine (1), est l'histoire d'une nouvelle naissance : celle d'un orphelin trentenaire solitaire, dernier survivant d'une lignée qui, ruminant la phrase d'un mystérieux clochard sorti de nulle part et perdant ses certitudes, quitte tout un jour d'avril. «Avril, début du monde».
1)Le ciel est, par dessus le toit..., Sagesse III,VI
« Barnabé Raphaël Lazare ! Résurrection ! »
Abandonnant «la panoplie du parfait arriviste», brisant sa belle carrière et vendant son studio parisien pour retrouver l'Océan de son enfance et remonter le temps, Raphaël ôte ainsi la «carapace de rhino dur» qui enfermait son vieux "moi" poussiéreux pour redevenir un vagabond.
Aidé par Mathilde, vieille amie de sa grand-mère maternelle et ultime témoin de sa famille, il s'élance «sur les traces de son passé», mettant ses pas «dans ceux de tous les siens» en se sentant désormais «terriblement accompagné», et réapprenant à parler aux choses avec la joie et la candeur de l'enfant ou du poète.
Cheminant sur une route étrangement «jalonnée de signes» aiguillonnant son destin, et leurs routes semblant converger, il rencontrera alors au terme du voyage celle qui peut-être aimantait la sienne.
Le coeur et la conscience
« Pourquoi es-tu si dur ? »
Cette phrase revenant comme un mantra s'avère le déclic du parcours révélateur de ce héros - malicieusement atteint d'une tachycardie native - qui, acceptant sa «sublime fragilité» retrouvera son humanité. Il troquera ainsi son intelligence arrogante prisonnière «des logiques de fonctionnement» pour le coeur, pour ce monde des émotions et des sentiments, mais aussi pour la conscience, la lucidité, les deux n'étant pas antinomiques :
«Le coeur, c'est le courage, la foi et la passion. Et la lucidité ! C'est pas incompatible. Passion et lucidité.»
Alain Cadéo, se montrant friand d'onomastique, a donné comme premier prénom à son héros s'émancipant d'un monde qui ne lui convient pas celui de Barnabé, nous renvoyant ainsi aux multiples avatars du Bartleby de Melville (2), ce prince du doute et du refus noyé dans le monde de la finance, et annonçant, prophétisant par ailleurs un Raphaël guéri de son cynisme (3).
Son héros à l'affût du moindre signe, la conscience en éveil, redécouvre ainsi la jouissance de l'instant contenant toute la beauté du monde, et la profondeur du ressenti. Un héros captant «intensément chaque seconde» dont le rapport au temps et la vision du monde semblent désormais sous l'empire du "kairos" (4).
Et on ne s'étonnera guère que ce soit Mathilde Barigot qui aide Raphaël à s'extraire du «marécage» de son enfance perdue et à «raviver les couleurs du monde», à faire éclore une vie nouvelle du «compost» de la mémoire. Ni que cette rencontre finale avec Elena, femme lumineuse (5) mais non évidente, sorte de diamant brut, soit en quelque sorte parrainée - ou plutôt "marrainée" ! - par Marguerite et Lucie, les deux grands-mères «totémiques» de nos héros.
2) du Barnabooth de Valéry Larbaud au Bartlebooth de Pérec, et au professeur Bartleboom d'Alessandro Baricco cherchant où la mer se termine dans Oceano mare ou même à Baldabiu, le tisseur d'histoires menant la danse dans Seta
3) Etymologiquement Barnabé signifie "fils de la prophétie", et Raphaël ("Dieu guérit") est l'archange de la guérison
4) Un concept faisant référence au dieu grec Kairos représenté par un jeune homme qui ne porte qu'une touffe de cheveux sur la tête. Quand il passe à notre proximité, il y a trois possibilités : on ne le voit pas, on le voit mais ne fait rien, on tend la main au moment où il passe et "saisit l'occasion aux cheveux", saisissant ainsi l'opportunité.
5) Elena possédant un prénom de lumière si l'on se réfère à son étymologie (de "hélèné", sorte de flambeau rituel), tout comme Marguerite ("perle", "pureté") et Lucie ("lumière")
Le roman des vies minuscules
«Qui, après nous, racontera ce qui était la chair de nos vies ?»
«Les humbles seuls, sont le sel de la terre» et chaque vie, même la plus modeste, est digne d'être raconté, «chaque vie est légende, un grand récit allégorique truffé de secrets de rencontres, de mystère »...
Comme l'avait fait avant lui Pierre Michon dans ses Vies minuscules, Alain Cadéo s'attache à raconter ces histoires, à mettre des mots sur la richesse de ces «sensations inexprimables» qui les ont constituées, les servant par la fiction sans laquelle il ne resterait plus trace des petites-gens et de "leurs éclatants désirs au sein du réel terne", de ces milles romans que l'avenir a défait.
Son héros narrateur non seulement «retrouve avec bonheur et précisions toutes les petites histoires de [sa] vie» mais il découvre «l'immensité de l'imaginaire», ravivant ces histoires de famille somnolentes qui refont surface. Et ce roman qui s'attache à saisir ce qui rend uniques toutes ces vies croisées, rendant à chacun «la poignée de perles qui lui appartient», ressuscite aussi un «collier de morts», comme le faisait la mère de Raphaël en feuilletant avec lui l'album photo familial. Des histoires qui se transmettent oralement mais aussi par écrit - et en dernier recours par la fiction capable de raconter ce qui était la chair de ces vies.
L'appel de l'Océan
Le héros entreprend un «retour aux sources dans le giron salé de l'Océan», dans son ventre «immensément maternel». Un retour «à l'embouchure de ses rêves d'enfant» et «au commencement de toutes choses», vers une sorte d'éternité. Vers «cette grande présence qui bouge, cet autre coeur insondable qui bat depuis toujours».
Et tout ce livre retentit de l'appel de cet Océan majuscule qui «est la plus grande mémoire liquide de la terre». Car «dans chacune de ses gouttes, il y a l'humanité et toutes les espèces vivantes, et tous les cadavres noyés». Un Océan qui «brasse ses mystères» et «éparpille sans fin ses coquillages», dont «les chants sous-marins psalmodient, murmurent, hurlent peut-être les grands secrets de l'univers».
La déferlante de la langue
Tout en jouant «la partition du quotidien», l'écriture d'Alain Cadéo nous fait respirer le vent du large en épousant le rythme et la voix multiple de cet Océan, s'apaisant et s'emballant dans un ressac de silence, d'élan et de reprises, l'auteur ne se privant pas de «rabâcher» ni de «baragouiner» et faisant «tinter l'instant» ou «sonner le vide».
C'est une écriture à la riche texture sonore et tout en réverbérations, qui renvoie en écho et recycle les débris de multiples citations littéraires - et notamment poétiques. Une écriture polyphonique qui alterne dans sa coulée l'intimité du "je" de Raphaël et le recul d'un narrateur extérieur interpellant parfois le héros. Mais aussi les voix d'autres personnages au travers de leurs monologues et dialogues ou de leurs écrits.
Et l'auteur, qui affectionne les listes et les énumérations, les inventaires de mots et de choses, part du mot avec une sensuelle jouissance, s'abandonnant à sa puissance fertilisante et envoûtante, à son pouvoir évocateur et même convocateur d'images :
«Voilà que je fais des phrases. Autour de chaque mot c'est une floraison d'adjectifs, chaque mot est un petit soleil qui envoie au cerveau sa foule de rayons.»
Alain Cadéo est ainsi un poète saltimbanque, un «jongleur de syllabes» et un «dresseur de phrases» dont la langue gouailleuse aux «syllabes pétantes» claque et déverse sur nous des torrents d'images. Et c'est bien dans cette langue singulière et magnifique que réside l'intérêt majeur de ce énième conte initiatique, Comme un enfant qui joue tout seul nous emportant avec puissance dans sa vague déferlante et nous lavant de son écume.
Emmanuelle Caminade

Lien : http://l-or-des-livres-blog-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fuji
  18 mars 2019
N'avez-vous jamais rêvé de quitter vos oripeaux de gens bien élevés et intégrés dans cette société qui pourtant ne vous enchante plus depuis longtemps ? Si vous ne l'avez pas fait, Barnabé, 37 ans, lui a franchi le pas. Délesté d'un poids qu'il ne pouvait plus porter, il taille la route vers le pays de son enfance.
Hasard ? Sûrement pas. Comme nous tous il a la mémoire, cette fonction qui permet de conserver ou de faire rejaillir à l'esprit une trace d'un savoir ou d'une expérience acquise anciennement.
Pour cela il a besoin de l'aide de Mathilde, 90 ans, témoin de l'amitié qui liait la mère de Barnabé Raphaël à Lucie sa soeur.
« Décidemment, la vie est un luxe que nous bradons trop souvent comme de sales ados capricieux. »
A force de courir pour gagner sa vie, on oublie de vivre et on s'éloigne inexorablement de ce que l'on est. Ce n'est pas notre monde actuel qui va inverser la tendance.
L'écriture est nerveuse presque fiévreuse lorsqu'il s'agit de se délester de cette vie qui ne correspond à rien mais vous colle aux basques comme de la terre lourde et grasse. Puis vient le temps où Barnabé Raphaël trace la route, où son regard se dessille, où ses sens reprennent le pouvoir. Il est en éveil et pour savoir qui il est, il doit savoir d'où il vient.
Là, l'écriture s'habille de langueur en alternance avec des périodes d'ardeur, il ne sait pas ce qu'il cherche précisément il sait juste que c'est devenu primordial.
Quoi de mieux qu'un périple sur les lieux de son enfance ?
« Elle est belle ton histoire, petit… Mais, peut-être tu ne sais pas encore assez qu'elle est belle. Il te faut aller un peu plus loin pour trouver la raison qui aimante tout ça. C'est bien ça le plus difficile, trouver l'aimant. »
Aller à la rencontre de l'océan, son infini, son chant, ses ailleurs.
Mais de l'autre côté, près de l'océan, vivent un groupe de femmes qui de mère en fille, ont forgé leur propre vie, loin des conventions à l'aune de leurs valeurs.
Elles font preuve d'une liberté dont elle paye le prix sans rechigner.
Très intéressante cette analyse parallèle entre l'attitude de Raphaël et celle de ces femmes, pleine de finesse.
Son périple amène Raphaël a écouté ses silences et les accepter, ne pas en avoir peur et savoir qu'ils sont importants.
Retrouver ses sensations, olfactives mais pas seulement.
Alain Cadéo à la grâce de créer des histoires singulières qui viennent se graver sur la pellicule de notre mémoire personnelle pour nous faire revisiter notre histoire. Ici pas de personnage secondaire, chacun à sa place, son poids, son ancrage et surtout son humanité.
Une belle façon de montrer ce que la littérature peut avoir d'universelle et de singulier quand chaque mot vibre de vérité.
En lisant ce livre vous prenez des risques : devenir addict à l'écriture de l'auteur et vouloir envoyer promener votre vie actuelle pour aller voir de l'autre côté de l'océan si…
©Chantal Lafon-Litteratum Amor 18 mars 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
tiben
  30 avril 2019
Si vous aimez la littérature, vous devez sans doute connaitre Alain Cadéo, cet amoureux magicien des mots, des belles phrases aux rimes riches, poétiques, marquantes, des scènes descriptives, visuelles ou olfactives, de l'écriture fine, intelligente et si travaillée, du rythme fluide et agréable, des pointes d'humour ou des piques bien senties…
Comme un enfant qui joue tout seul, son dernier ouvrage sorti aux éditions La Trace au mois de Février 2019 ne déroge pas à la règle. Il rejoint ma bibliothèque des coups de coeur 2019.
Je remercie Martine et Alain pour leur confiance, le livre ainsi que la belle dédicace que je partage avec vous tant je suis sur la même longueur d'onde que l'écrivain « On ne remerciera jamais assez les yeux paisibles qui s'emparent d'un livre pour parfois réveiller des bribes d'émotions partagées ».
« Devant moi désormais il y a comme une éternité qui se réveille. C'est un boulevard désert, crevé au fond comme un écran de cinéma et, de l'autre côté, je sens le vent du large, une autre vie dont chaque instant a la beauté d'un nouveau Monde. »

« Pourquoi es tu si dur? » Cette réflexion inattendu d'un sans domicile fixe va amener Barnabé Raphaël, 37 ans, à s'interroger sur lui même. Une vraie introspection pour ce trentenaire qui a réussi sa vie jusqu'à présent, n'a pas à se plaindre ni encore à craindre, mais qui pourtant décide de quitter les ors de la République, son appartement et tout ce qu'il possède du jour au lendemain.
Tout plaquer pour s'interroger sur ses priorités, ses envies, sur ce qu'est ou plus exactement devrait être sa vie. Retour aux sources, retour aux racines et aux fondements: la nature, l'océan. Se rapprocher du vrai et fuir le superficiel.
La beauté et le calme de la nature, comment ne pas adhérer…
« le passé est un lest qui vous tire vers le fond, qui paralyse les forces de vie, qui vous empêche d'avancer. C'est bon pour les mourants, les nostalgiques et les vieux. »
Il retrouve ainsi Mathilde, une nonagénaire bon pied bon oeil qui fut amie de ses parents. Avec elle et grâce à elle, il retraverse son enfance, l'analyse, apprend, (re)découvre ses antécédents…
Il y croisera aussi Elena, une femme simple pour qui la vie est comme un long fleuve tranquille. le monde est petit, je vous laisse découvrir le destin de ses deux personnages.
Une belle histoire, une analyse fine, une réflexion intelligente sur les choix de vie. Comment rester insensible et ne pas aimer? Quelle belle philosophie, quel bonheur!
« La vie est un cadeau mon prince, pour celui qui sait lire les signes. Les signes? Quels signes? Mais c'est partout quand tu sais voir et que ton coeur est libre! Les signes, c'est la capacité à relier des points qui dansent autour de toi. Observe bien le monde, regarde ce qu'il dépose devant toi à tout instant. C'est comme un ballet de lucioles traçant les plus belles esquisses sur une nuit d'été. Homme imbécile qui ne distingue rien! Chaque vie a le pouvoir de s'inventer un destin et tu en fais de la routine. Chaque jour on te livre les clefs pour ouvrir les portes de tes cages, et toi chaque jour tu t'en sers pour les fermer à double tour. Crétin de gosse!… Et l'Océan de son gros rire blanc revient en force vautrer ses babines sur les pieds nus de Raphaël. »
J'ai pris mon temps et ralentis au maximum mon avancée tant je me régalais. Je ne suis assurément pas objectif (je le sais et vous êtes prévenus), mais ce texte est sublime, empli de grâce, de tendresse et de charme.
Quelques mentions spéciales extraites ici ou là, notamment à propos de l'océan, son bruit et son silence, ses dangers et ses attraits, nos envies et nos peurs;
"J'ai embarqué un chien errant ou un chien errant m'a embarqué. […] Deux orphelins. Deux largués »
Et comment ne pas citer la chienne errante, la fameuse Giusa pour qui on ne peut que s'attacher… Humour, sourire, légèreté…
Comme je dis souvent, Alain Cadéo c'est la littérature à l'état pur. Merci Alain pour ce nouvel bon moment.
Ce conte philosophique est aussi littéraire que poétique, aussi marquant qu'apaisant… J'en ai tiré énormément d'enseignements. J'ai hâte de te retrouver pour le suivant.
« L'homme qui marche qu'avec sa tête, il trouvera jamais l'aimant. Celui qui marche qu'avec son ventre ou ses tripes non plus. Mais celui qui avance tout entier avec son coeur, celui-là il a peut-être des chances de le trouver. Mais tu vas me dire: c'est quoi le coeur? le coeur, c'est le courage, la foi et la passion. Et la lucidité! C'est pas incompatible. Passion et lucidité. »
Lisez, faites lire son oeuvre mes amis. Que cela soit zoé, Des mots de contrebande, chaque seconde est un murmure, pour ne citer que les derniers, je suis certain que vous adhèrerez et reconnaitrez comme moi le talent de l'artiste.
Pour ma part, j'en parle et vous en parlerai encore et encore.
5/5 Coup de coeur
Lien : http://alombredunoyer.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Shabanou
  15 mars 2019
Bonjour les lecteurs ....
J'ai découvert Alain Cadeo par hasard et dans le désordre.
J'ai d'abord lu " chaque seconde est un murmure", j'ai adoré "zoé" et été surprise par les jolies phrases des " mots de contrebande".
Voici le dernier bébé de cet auteur et c'est toujours un enchantement de le lire.
Raphaël est un carriériste qui travaille dans la fonction publique. Il a très vite abandonné sa province pour "monter " à Paris. Sa vie se résume entre son boulot et ses potes.
Un jour un clochard l'aborde et lui lance cette phrase "pourquoi es-tu si dur ? ".
Pour Raphaël..c'est le choc, le moment de se remettre en question.
Il abandonne tout, son job, son appartement, sa vie confortable mais insipide et décide de retourner vers le pays de son enfance, vers ses racines .. vers SON OCEAN.
Eléna, elle, vit au bord de l'océan. la capitale, elle a connu, un peu, mais est très vite revenue. Dans sa famille, il n'y a que des femmes: une grand-mère qu'elle n'a pas connue mais à très forte personnalité, une mère aimante mais à sa façon et elle, qui élève seule son fils et qui essaye de trouver sa place.
Elle travaille dans un petit hôtel de plage , tenu par des femmes ( encore!) , elle semble heureuse.. les hommes, elle n'y pense plus. Elle en a pourtant aimé un très fort
Ces deux malmenés vont se rencontrer... sauront-ils s'apprivoiser ?
Les mots enchanteurs d'Alain Cadéo nous transportent comme les vagues de l'Océan.. ce sont des clapotis, des chuchotis, des non-dits.
Il faut les savourer, s'en imprégner, tourner les pages lentement, y revenir.. souvent .
l'auteur est un excellent conteur, la plume nous ensorcelle nous transporte et ... nous laisse un peu sonné une fois le livre terminé ...
Et nous ? ..;Notre vie .. Qu'en avons-nous fait ? Nous satisfait-elle ? Et si nous prenions du recul? .. Si nous prenions du temps pour nous et pour redécouvrir ce qui nous entoure, les vraies valeurs,
Si vous ne connaissez pas cet auteur, foncez.
Si vous êtes déjà fans, foncez également, ce petit dernier devrait vous plaire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Nat_85Nat_85   14 avril 2019
Tout ce qui vit, doute. Tout ce qui doute a, au moins un instant, des frémissements d'intelligence. Car rien n'est clair sur cette putain de terre. Et c'est dans les failles du doute que parfois poussent les plus étranges fleurs.
Commenter  J’apprécie          130
Nat_85Nat_85   13 avril 2019
Ne vous souciez pas d’être meilleur que vos contemporains ou vos prédécesseurs.
Essayez seulement d’être meilleur que vous-même.
Commenter  J’apprécie          181
tibentiben   30 avril 2019
« La vie est un cadeau mon prince, pour celui qui sait lire les signes. Les signes? Quels signes? Mais c'est partout quand tu sais voir et que ton coeur est libre! Les signes, c'est la capacité à relier des points qui dansent autour de toi. Observe bien le monde, regarde ce qu'il dépose devant toi à tout instant. C'est comme un ballet de lucioles traçant les plus belles esquisses sur une nuit d'été. Homme imbécile qui ne distingue rien! Chaque vie a le pouvoir de s'inventer un destin et tu en fais de la routine. Chaque jour on te livre les clefs pour ouvrir les portes de tes cages, et toi chaque jour tu t'en sers pour les fermer à double tour. Crétin de gosse!… Et l'Océan de son gros rire blanc revient en force vautrer ses babines sur les pieds nus de Raphaël. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   07 avril 2019
Pour être un bon cambrioleur il faut beaucoup d'humilité. Il y aura toujours, quelque part, un coffre-fort qui vous résistera. Et c'est celui-là qui va vous obséder. Tant que tu n'auras pas trouvé le chiffre, le code, le sésame ouvre-toi d'un autre qui t'attire, tu resteras comme un malheureux devant la porte des limbes.
Commenter  J’apprécie          40
nathavhnathavh   07 avril 2019
L'homme qui marche qu'avec sa tête, il trouvera jamais l'aimant. Celui qui marche qu'avec son ventre ou ses tripes non plus. Mais celui qui avance tout entier avec son coeur, celui-là il a peut-être des chances de le trouver. Mais tu vas me dire : C'est quoi le coeur ? Le coeur, c'est le courage, la foi et la passion.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : initiatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

ENT ou ANT

Choisissez la bonne orthographe ....

ambivalent
ambivalant

17 questions
4 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , orthographe , mots , vocabulaireCréer un quiz sur ce livre