AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226320865
504 pages
Éditeur : Albin Michel (01/02/2018)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
« La mort me brûle » : tout au long de sa vie, le prix Nobel de littérature Elias Canetti n’a cessé d’écrire et de réfléchir au thème de la mort. Conçu comme le pendant de Masse et Puissance, le livre qu’il projetait de lui consacrer voit enfin le jour.

Principalement composé d’inédits découverts après la disparition, en 1994, de l’auteur d’Auto-da-fé, ce recueil mêle notes, aphorismes, portraits et réflexions. Le regard de l’anthropologue alterne ave... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
lehibook
  16 avril 2020
Etrange livre qui n'en est pas un ! Elias Canetti ( Prix Nobel de littérature en 1981) l'a porté en lui , en a rassemblé les éléments tout au long de sa vie littéraire (il parle de 37 ans) mais il ne l'a jamais finalisé. Etrange forme aussi qui joint , aphorisme, citations , choses vues, réflexion sur l'actualité ,fragments de correspondances … Tout cela lié par une obsession poussée jusqu'au cri de désespoir :le refus de la mort. A lire , à petite doses.
Commenter  J’apprécie          30
viduite
  12 février 2018
Oeuvre posthume, le livre contre la mort tend le miroir de l'obsession de toute une vie. Avec une grande finesse, une clarté sans fard, Canetti a toute sa vie souhaitée écrire un livre qui lui permettrait de bafouer, déjouer, annuler la mort. Ce recueil de brèves notations, d'aphorismes sans gratuité vous contraint à vous positionner face à ce sujet intime. On y devine le cheminement d'un grand esprit et l'invention de l'immense écrivain que fut Canetti. Une publication indispensable.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
LeMonde   25 janvier 2018
Signée d’un des plus grands esprits du XXe siècle, Prix Nobel de littérature 1981, voici « Le Livre contre la mort », hallucinante insurrection contre la Camarde, cette injustice.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   01 février 2018
Cimetières d'étoiles
ça commence avec le fait de compter les morts. Chacun devrait, par sa mort, devenir unique comme Dieu. Un mort plus un autre ne font pas deux. Les vivants se laisseraient plus aisément compter, mais quoi de plus vain que ce genre d'addition ?
Des villes et des campagnes entières peuvent porter le deuil, comme si tous les hommes, tous, fils et pères, étaient tombés au front. Mais si le nombre de ceux qui sont tombés s'élève à onze mille trois cent soixante-dix, elles ne cesseront d'aspirer à atteindre le million.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   06 février 2018
De plus en plus s'enracine en moi la conviction que les responsables de la mort de Benjamin étaient ses amis, en premier lieu Horkheimer et Adorno, mais aussi Scholem.
À leur décharge, je me dois de souligner que je suis par nature enclin à chercher des coupables pour chaque suicide. (p. 318)
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   06 février 2018
J'étais à Londres au moment des élections. Le vomitif - la Thatcher - a été élu pour la troisième fois... Dickens, mort il y a cent dix-sept ans, se sentirait de nouveau chez lui. La même mentalité qu'à son époque, mais sans Empire. Les gens qui se sentent bien parce qu'il existe parmi eux une classe d'exclus, de chômeurs... (p. 367)
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco4649   09 mars 2019
Notes (1942-1994)
1992
 
 
Il cessa de respirer et continua de lire.

p.414
Commenter  J’apprécie          100
coco4649coco4649   09 mars 2019
Notes (1942-1994)
1992
 
 
    « Les araignées sont des animaux très prisés en
Éthiopie. On empêche les enfants de les tuer en leur
expliquant : " C'est ma tante "
    « Au Tigré on ne tue pas les araignées parce que
leur ventre rappelle celui d'une femme enceinte. »

p.413
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Elias Canetti (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elias Canetti
http://le-semaphore.blogspot.fr/2014/.... Elias Canetti (1905-1994), l’éveilleur d’un futur antérieur : Une vie, une œuvre (1998 / France Culture). Émission “Une vie, une œuvre” diffusée sur France Culture le 19 novembre 1998. Par Catherine Paoletti. Réalisation : Anna Szmuc. Enregistrement et mixage : Marie-Dominique Bougaud, Philippe Bredin et Dimitri Gronoff. Elias Canetti, né à Roussé ( en Bulgarie le 25 juillet 1905 et mort le 14 août 1994 à Zurich en Suisse, est un écrivain d'expression allemande, originaire de Bulgarie, devenu citoyen britannique en 1952 et qui a longtemps résidé en Suisse. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1981. Canetti est souvent associé à la littérature autrichienne mais il couvre une perspective plus large. Son œuvre a défendu une idée pluraliste de la culture européenne dans sa richesse et sa diversité, liée à un parcours de vie singulier. Il est l'auteur d'analyses de grande envergure sur le XXème siècle et de réflexions détaillées sur les mécanismes humains et les modes de fonctionnement psycho-sociaux. Son œuvre est composée de pièces de théâtre, d'un unique roman, d’essais, de recueils d’aphorismes et d'une autobiographie en quatre volumes. Entre 1924 et 1929, il vit à Vienne où il étudie la chimie et est bientôt reçu docteur. Pendant cette période, il entreprend de nombreux voyages à travers l’Europe, notamment à Paris, en Bulgarie et à Berlin… C’est également pendant cette époque charnière de l’histoire, où l’on peut entendre les premiers bruits de bottes en Allemagne, qu’il développe de façon autodidacte ses connaissances puis ses théories artistiques en participant à des rencontres d’intellectuels - des salons - et aussi en travaillant sur ses premières idées littéraires. Canetti fera la connaissance de Karl Kraus, un intellectuel polémiste, fondateur de la revue “Die Fackel” (“Le Flambeau”), qui aura une influence majeure sur lui. Il rencontre peu après sa future femme : Venetiana (dite Veza) Taubner-Calderon. Pour subvenir à ses besoins et pour écrire, il traduit en allemand plusieurs livres de l’anglais. Toutes ses activités le happent et le poussent à délaisser la chimie et son enseignement. En effet, il va entre autres fréquenter les réunions qui s’organisent autour d’Alma Mahler, la veuve du compositeur Gustav Mahler, et entamer la rédaction de son roman “Die Blendung” (“Auto-da-fé”) ainsi que d'œuvres théâtrales. Il rencontrera des personnalités du monde de la culture comme Bertolt Brecht, George Grosz, Alban Berg, Robert Musil… Le 15 juillet 2927, un événement marque à jamais sa vie et son œuvre : une manifestation populaire qui tourne à l’incendie du palais de justice de Vienne. Cela provoque en lui le désir d’analyser et de comprendre le rapport entre les comportements de masse et le pouvoir. Il étudie alors cette problématique centrale de l’histoire du XXème siècle jusqu’en 1960, date de la publication de l’œuvre majeure de sa vie, “Masse und Macht” (“Masse et puissance”), presque exclusivement consacrée à cette phénoménologie des masses ainsi qu'à l'illustration de toutes les manifestations du pouvoir politique : « Il se peut que toute la substance du 15 juillet soit entièrement passée dans Masse et puissance. » Canetti s'y débarrasse de toutes les théories préexistantes à l'époque et cherche à « arracher le masque » de la figure centrale du pouvoir qu'il nomme le « survivant », pour « prendre le siècle à la gorge ». Avec : Alain Brossat, professeur de philosophie à l’Université Paris-VIII Youssef Ishaghpour, auteur de “Elias Canetti : métamorphose et identité” (La Différence) Marc de Launay, philosophe et traducteur français de philosophie et de littérature allemandes Gerald Stieg, professeur de littérature et civilisations allemandes et autrichiennes à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Avec les voix d’Elias Canetti, Karl Kraus, Raphaël Sorin et Angèle Saül Textes lus par Daniel Mesguich Archives sonores : Dominique Jameux Archives INA : Martine Auger Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : notesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La cuisine et les spécialités du Nord-Pas-de-Calais ღ

D'origine flamande, ce plat est un mélange de viandes de poule, de lapin, de porc et de veau pris dans de la gelée légèrement vinaigrée. Généralement servi avec des frites, il s'accompagne aussi de pommes dunkerquoises. Littéralement, son nom signifie « petit pot de viandes ».

La carbonnade flamande
Le waterzooï
Le welsh
Le potjevleesch

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , gastronomie française , Nord-Pas-de-Calais (France) , nord de la france , cuisine , Cuisine française , spécialitésCréer un quiz sur ce livre