AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782361833589
256 pages
Éditeur : Les Moutons Electriques (07/09/2017)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 17 notes)
Résumé :
La Grande Peste Noire. Le Grand Incendie. Le Blitz orchestré par les nazis. La Bombe de Staline… Londres a survécu à tout. En 1951, isolée dans la gangue glacée de la nuit nucléaire, la cité millénaire et ses habitants tentent de vivre comme avant. Malgré les radiations, les Rôdeurs de la Nuit, et eux-mêmes.

Quand des enfants de quartiers pauvres sont enlevés par une étrange entité aux yeux incandescents, les tensions éclatent et les destins s'entrecr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
celindanae
  06 juin 2018
Ce roman faisait partie de l'abonnement proposé par les moutons électriques de l'année dernière. Je ne l'avais pas encore lu depuis, et en vue d'écluser un peu la PAL avant les imaginales, je me suis lancée. Espérer le soleil est un roman assez original, une uchronie post-apocalyptique se déroulant à Londres. Je suis assez mitigée sur le roman, et j'ai même eu du mal à vraiment entrer dans l'histoire.
Le point de départ de l'uchronie du roman est la fin de la seconde guerre mondiale qui s'est soldée par un désastre nucléaire pour l'Europe. L'Angleterre est ainsi marquée par une nuit perpétuelle, le soleil étant masqué par des nuages dus aux retombées radioactives. Etant donné l'importance du soleil pour la vie, cela a des conséquences catastrophiques pour les hommes, d'où le côté post apocalyptique. Les maladies explosent tout comme les contaminations par radiations, et on voit même des créatures surnaturelle, celles-ci ayant un besoin de sang humain important et de longues dents pointues. Ils sont appelés les Rôdeurs de la nuit. le roman se déroule en 1951, pour certains la vie semble ne pas avoir beaucoup changé mais pour la majorité de la population la vie est très difficile. L'univers du roman est intéressant, bien construit et détaillé. La vision de ce Londres marqué par la guerre de manière encore plus frappante avec des éléments liés aux mythes est vraiment bien faite et intrigante.
L'histoire est assez simple, avec quelques rebondissements mais rien de bien marquant , surtout si l'on considère la richesse de l'univers proposé : Un étrange monstre aux yeux incandescents enlève des enfants. Personne ne s'y intéresse vraiment tant qu'il s'agit d'enfants pauvres mais dès que des enfants riches sont touchés, les autorités s'en mêlent et embauchent Vassilissa Prekrasnaïa, une rôdeuse, pour dénicher la créature responsable de tout cela.
Plusieurs personnages se trouvent mêlés à l'enquête. On pourrait penser que Vassilissa, présentée dès le prologue, serait le personnage principal, mais ce n'est pas le cas. Elle se révèle en fait plus que secondaire, et c'est un peu dommage, les légendes russes liées au personnage étaient prometteuses. Les protagonistes sont nombreux dans le récit, un peu trop à mon goût pour qu'on s'attache à eux. Ils sont assez variés et travaillés, avec : une jeune fille sikhe déchirée entre les croyances de sa famille et ses aspirations, un parrain de la pègre, une héritière marquée par le destin. Les relations entre les personnages ont du mal à fonctionner notamment entre Gwen et Jaime dont l'histoire semble trop rapide, un peu fausse.
Le roman est assez bien construit et se lit assez bien malgré quelques longueurs notamment au niveau des 4 flashbacks sous forme d'interludes. Ces retours en arrière apportent des précisions sur les personnages mais enlisent un peu le récit. La plume de Nelly Chadour est fluide avec de belles images et assez vivante.
Le mélange des genres de ce roman fonctionne bien au niveau de l'univers qui est très réussi, l'uchronie est bien construite. J'ai eu plus de mal avec les personnages trop nombreux, avec des relations qui ne fonctionnent pas vraiment. le roman a pas mal de qualités mais cela n'a pas vraiment fonctionné sur moi.


Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bleuopale
  06 juin 2018
Espérer le soleil est un mélange de tous les genres que j'affectionne. A la croisée du post-apo, de l'uchronie et de l'urban fantasy, ce livre à l'univers riche et intelligemment construit nous propose un récit noir mais aussi très doux amer. Nelly Chadour construit un univers étonnamment équilibré entre SF et Fantasy où les différentes pièces de récit s'emboitent parfaitement et avec sa plume piquante, parfois dure, l'autrice nous cisèle un récit fort dont un ne sort pas indemne. J'ai trouvé que l'histoire à la fois puissante, entre cauchemar d'enfant et cauchemar d'adulte, et mélancolique, nous faisait passer par un spectre d'émotion incroyable. En jouant sur la peur insidieuse de l'apocalypse nucléaire et sur les peurs plus primal du vampire / rôdeur de la nuit, Nelly Chadour joue de manière efficace sur le mythe de l'ogre mangeur d'enfants tout en nous donnant un Peter Pan issu du feu nucléaire. C'est juste excellent comme balance entre l'horreur et l'espoir !Dans le récit que nous offre l'autrice, ce sont les personnages qui sont au centre de tout. Nous savons le monde autour d'eux en ruine ou inaccessible (l'Europe est radioactive, les États-Unis et l'Afrique fermés) amis l'autrice ne nous donne que quelques indices sur le comment de la situation actuelle cependant, le point central de l'histoire n'est pas d'avoir tous les détails du monde qui nous entoure, mais plutôt de voir comment les personnages y évoluent. le passage des uns aux autres tout au long du livre crée un effet mosaïque qui tient le lecteur en haleine. Cet effet étant accentué par plusieurs flashback qui, sans couper le rythme du récit, nous propose de rendre les personnages plus profonds en comprenant l'histoire derrière la situation actuelle. Cette profusion de personnages nous offre d'avoir une vision allant de la bonne société londonienne aux enfants d'ouvrier en passant par les membres de la pègre. Nelly Chadour réussi donc à faire converger ces nombreux points de vue pour former une vision cohérente et complète d'un Londres qui cherche à cacher ses traumatismes derrière une façade de victoire et ceci à travers les yeux des gens qui la compose. Je cherche les bons mots pour vous donner mon point de vue mais je dirais tout simplement que c'est très réussi et extrêmement captivant. Nelly Chadour, en plus de nous régaler avec un récit post-apo / uchronique, nous propose un coté fantasy qui s'imbrique parfaitement et presque logiquement dans ce monde en déliquescence. J'ai particulièrement aimé cette pointe d'urban fantasy qui rajoute au coté "fin du monde" d'Espérer le soleil et nous offre une vision à la fois imaginaire tout en nous titillant sur le coté "possible" de cet enchainement d'évènements. du vampire à la déesse indienne, on navigue entre les prédateurs redoutables et des anti-héros au destin brisé. Une originalité dont l'autrice fait une force et qui nous conduit à une conclusion d'Espérer le soleil juste idéale, sans happy end forcé mais avec une pointe d'espoir mérité.En bref, vous l'aurez compris c'est pour moi un gros coup de coeur pour ce livre aux frontières de beaucoup de styles et qui a réussi à les marier de manière intelligente et sans en faire trop. Lors de ma lecture je l'ai plusieurs fois comparé à celui de Mes vrais enfants de Jo Walton. J'y ai retrouvé la même sensibilité dans l'écriture et un attachement particulier pour ces personnages blessés par la vie mais qui avancent malgré tout. Une plume piquante, un récit noir et doux amer qui nous immerge dans ce monde au crépuscule (ou serait-ce l'aube ?), mais sans pathos ni super héros, on y retrouve des personnages qui a leur niveau essayent de s'intégrer dans ce monde au bord de l'abime et à le façonner pour survivre. En un seul mot : superbe !
Lien : http://chutmamanlit.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BlackWolf
  07 mars 2018
En Résumé : J'ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui, malgré un démarrage peut-être un peu poussif, s'avère au final une très bonne surprise. L'intrigue qui nous est proposé ne manque pas de se révéler entraînante, efficace, jouant sur les révélations, les rebondissements et les secrets ce qui fait que je me suis vite retrouve à tourner les pages avec l'envie d'en apprendre plus. L'univers mis en place est solide, soigné et efficace que ce soit dans son travail uchronique, son aspect post-apocalyptique mais aussi dans la façon dont il vient mélanger certains mythes, même si c'est vrai parfois Nelly Chadour le fait parfois de façon un peu simpliste. Concernant les personnages ils sont clairement l'un des points forts du livre que ce soit dans leurs construction comme dans leurs justesses et surtout possèdent chacun leurs voix propres. L'autrice les rend humains, touchants et surtout captivants. Alors je reste peut-être un peu circonspect sur Vassilissa et certains personnages secondaires auraient mérité plus de profondeurs, mais rien de très bloquant. Je regretterai par contre par moment une envie de trop en faire dans le côté tragique, voir romancé, ce qui amène parfois certains passes ampoulés, mais rien de non plus trop dérangeant. La conclusion s'avère tendu, efficace et pleine de rebondissements. le tout est porté par une plume entraînante, vivante et happe assez rapidement le lecteur. Je lirai sans soucis d'autres écrits de l'autrice.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Espai
  13 octobre 2017
Il y avait vraiment des choses bien dans ce livre. L'intégration des éléments de fantasy dans ce Londres de l'après guerre est particulièrement réussie, notamment. Vassilissa est aussi un personnage intéressant, charismatique. Les premières pages m'ont séduite quand on me l'a présentée comme étant la héroïne.
Puis le reste m'a déçue. Beaucoup de personnages différents, et hélas certains d'entre eux ne m'intéressaient pas. Grace m'a ennuyé et j'ai trouvé le parrain de la pègre cliché. Aussi, Vassilissa promise comme étant le héros du livre se retrouve être un personnage très secondaire ; je suis toujours déçue quand l'auteur ne tient pas les promesses faites au début.
Le style aussi me gênait. C'est techniquement bien écrit, mais je trouve la narration froide et artificielle. Beaucoup de longues phrases descriptives, on manque d'une écriture émotionnelle, directe, qui nous entraîne dans les sentiments bruts.
Enfin, des flashbacks qui n'apportent pas grand chose à l'histoire. Si le passé est si intéressant, peut être fallait-il écrire un livre dessus plutôt ?
J'ai fini le livre, mais sans me départir d'un sentiment de déception. Ça aurait pu être excellent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DahliaMiike
  17 novembre 2017
Encore une fois Nelly Chadour a réussi à me transporter si loin, que la reconnexion avec le monde réel fut parfois difficile… (surveiller ses arrêts de métro, dépassement de sa pause-déjeuner)…
J'ai vécu 3 jours intenses dans un Londres apocalyptiquement fantastique ! Un univers habité par des créatures de la nuit côtoyant divinités indiennes, flics pourris et armée d'enfants… 256 pages de pur plaisir, j'ai été émerveillée, j'ai sourit, j'ai eu par moments la gorge serrée ; Espérer le soleil est une belle évasion livresque.
Plus qu'à croiser les doigts et espérer un tome 2 afin de retrouver ces personnages monstrueusement attachants.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
Elbakin.net   12 juin 2018
Nelly Chadour prend plaisir à jouer avec certains mythes et légendes de l’imaginaire tout en y apportant une logique réaliste par son uchronie.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
SciFiUniverse   19 mars 2018
Les personnages secondaires sont variés allant du frère malsain aux flics pourris et rendent l'univers crée par Nelly Chadour complexe et passionnant. On espère une suite... ou d'autres aventures dans ce Londres en souffrance.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BleuopaleBleuopale   06 juin 2018
Le moment était venu de se terrer dans les souterrains londoniens et d'étendre son empire sous les pieds des sacs de sang. Elle connaissait le moindre recoin obscur des entrailles de la ville. Elle laisserait la surface aux mortels, mais elle prélèverait son écot de vies, surtout celles si douces et enivrantes d'enfants. Elle serait le monstre dont on chuchoterait le nom d'une voix tremblante à la lueur hésitante des veilleuses.
La Baba Yaga de Londres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BleuopaleBleuopale   06 juin 2018
Vassilissa se laissait séquestrer dans son sarcophage gelé comme elle se glissait entre ses draps à l'époque où le sang circulant dans ses veines ne provenait pas de celle de ses proies. Contrairement à la léthargie de son ancienne vie, elle pouvait désormais choisir ses reves. Elle savait rejouer le film d'une journée lointaine, film mental dont elle était l'unique spectatrice.
[...]
Peau qui se déchire
Lame brillante à la lumière des plafonniers
De l'argent de l'argent qui me brule et boursoufle les chairs
Me libérer les tuer les dévorer me venger
Impossible ! Impossible !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1795 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre