AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070213696
104 pages
Éditeur : Gallimard (22/02/1950)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 25 notes)
Résumé :
La Matinaux est un recueil de poèmes de René Char paru en 1950.

Il contient des groupes de poèmes écrits entre 1947 et 1949.

* Fête des arbres et du chasseur
* La sieste blanche
* Le consentement tacite
* Joue et dors
* Rougeur des Matinaux
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Grapheus
  19 décembre 2010
Plus de cinquante notes sur le blogue "Char à nos côtés".
Lien : http://grapheus.hautetfort.c..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
GrapheusGrapheus   19 décembre 2010
QU'IL VIVE !

Ce pays n'est qu'un voeu de l'esprit, un contre-sépulcre.


Dans mon pays, les tendres preuves du printemps et les oiseaux mal habillés sont préférés aux buts
lointains.

La vérité attend l'aurore à côté d'une bougie. Le verre de fenêtre est négligé. Qu'importe à l'attentif.

Dans mon pays, on ne questionne pas un homme ému.

Il n'y a pas d'ombre maligne sur la barque chavirée.

Bonjour à peine, est inconnu dans mon pays.

On n'emprunte que ce qui peut se rendre augmenté.

Il y a des feuilles, beaucoup de feuilles sur les arbres de mon pays. Les branches sont libres de n'avoir pas de fruits.

On ne croit pas à la bonne foi du vainqueur.

Dans mon pays, on remercie.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
ArnaudPArnaudP   13 janvier 2011
N'égraine pas le tournesol,
Tes cyprès auraient de la peine,
Chardonneret, reprends ton vol
Et reviens à ton nid de laine.

Tu n'es pas un caillou du ciel
Pour que le vent te tienne quitte,
Oiseau rural ; l'arc-en-ciel
S'unifie dans la marguerite.

L'homme fusille, cache-toi ;
Le tournesol est son complice.
Seules les herbes sont pour toi,
Les herbes des champs qui se plissent.

Le serpent ne te connaît pas,
Et la sauterelle est bougonne ;
La taupe, elle, n'y voit pas ;
Le papillon ne hait personne.

Il est midi, chardonneret.
Le seneçon est là qui brille.
Attarde-toi, va, sans danger :
L'homme est rentré dans sa famille !

L'écho de ce pays est sûr.
J'observe, je suis bon prophète ;
Je vois tout de mon petit mur,
Même tituber la chouette.

Qui, mieux qu'un lézard amoureux,
Peut dire les secrets terrestres ?
Ô léger gentil roi des cieux,
Que n'as-tu ton nid dans ma pierre !

- Complainte Du Lézard Amoureux (Orgon, Août 1947) -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ArnaudPArnaudP   14 janvier 2011
L'un après l'autre, ils ont voulu nous prédire un avenir heureux,
Avec une éclipse à leur image et toutes l'angoisse conforme à nous.
Nous avons dégainé cette égalité,
Répondu non à leurs mots assidus.
Nous avons suivi l'empierrement que notre cœur s'était tracé,
Jusqu'aux plaine de l'air et l'unique silence.
Nous avons fait saigner notre cœur exigeant,
Lutter notre bonheur avec chaque caillou.

Ils disent à présent qu'au-delà de leur vue,
La grêle les effraie plus que la neige des morts !

- Les Seigneurs De Maussane -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lily13Lily13   27 décembre 2018
« Rougeur des Matinaux »
I
L'état d’esprit du soleil levant est allégresse malgré le jour cruel et le souvenir de la nuit. La teinte du caillot devient la rougeur de l'aurore.
II
Quand on a mission d'éveiller, on commence par faire sa toilette dans la rivière. Le premier enchantement comme le premier saisissement sont pour soi.
III
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
IV
Au plus fort de l’orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer. C’est l’oiseau inconnu. Il chante avant de s’envoler.
V
La sagesse est de ne pas d’agglomérer, mais dans la création et dans la nature communes de trouver notre nombre, notre réciprocité, nos différences, notre passage, notre vérité et ce peu de désespoir qui en est l’aiguillon et le mouvant brouillard.

[…]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ArnaudPArnaudP   13 janvier 2011
Que les gouttes de pluie soient en toutes saison
Les beaux éclairs de l'horizon ;
La terre nous la parcourons.
Matin, nous lui baisons le front.

Chaque femme se détournant,
Notre chance c'est d'obtenir
Que la foudre en tombant devienne
L'incendie de notre plaisir.

Tourterelle, oiseau de noblesse,
L'orage oublie qui le traverse.

[Extrait] - VIII - Odin Le Roc
Commenter  J’apprécie          50

Videos de René Char (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Char
Les grands classiques du répertoire N°1 : René Char. “Claire”, suivi de “Fêtes des Arbres et du Chasseur” - Première diffusion sur la Radiodiffusion-Télévision Française : 14/05/1955. Réalisation : Alain Trutat. Musique originale : Pierick Houdy. Chef d'orchestre : Pierre Michel Le Conte. Avec Jacqueline Pagnol, Pierre Vaneck, Roger Blin, Madeleine Sylvain, Jean Mauvais, Pierre Leproux, Gaetan Jor, Jean-Jacques Morvan, Jean Péméja, Roger Pigaut, Jean Topart, Paul Emile Deiber, Lucienne Bogaert, Pierre Larquey, Michel Dumur, Catherine Goetgheluck. Et Cyril Dives à la guitare et l’Orchestre National de la RTF. “Claire” Dans cette suite, René Char suit le cours d’une rivière à laquelle il donne le nom familier de Claire. Il imagine que dans les villages et les lieux qu’elle traverse vivent, participant de l’existence de tous, des jeunes filles et des jeunes femmes appelées également Claire. Mais elles ne sont que des personnifications vivantes de la rivière elle-même. Claire est celle que le poète attend, la “Rencontrée” qui seule lui permet de chasser ses fantômes et de continuer à vivre. Claire est une et plusieurs, toutes celles qui “aiment, rêvent, attendent, souffrent, questionnent, espèrent, travaillent”. À travers les personnages d’un chef d’opérations dans le maquis puis d’un chargé de mission de la Résistance, ce sont ses propres contradictions qu’interroge le poète des “Feuillets d’Hypnos”. Dans “Claire”, il poursuit sous une forme dramatique son analyse à la fois poétique et politique du réel, avoue ses déceptions face à l’hostilité d’un monde qui aurait dû changer et s’est reconstruit, étranger à cette espérance. “Fêtes des Arbres et du chasseur” Poème pour voix et guitare. Deux joueurs de guitare sont assis en plein air dans l’attente du chasseur. Ils échangent des poèmes. Thèmes : Création Radiophonique| Radiodiffusion-Télévision Française| Grands Classiques| Poésie| France Culture| René Char
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
889 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre